Authentification des actes royaux par le sceau des armes de la reine Catherine de Foix

Au cours de cette dernière année (mars 2017 – avril 2018) nous avons consulté et décrit plus d’un millier d’actes émis par le roi Jean d’Albret et son épouse la reine Catherine de Foix. En ce qui concerne leur authentification, comme l’ont démontré Faustino Menéndez Pidal Navascués, Mikel Ramos Aguirre ou encore Esperanza Ochoa de Olza Eguiraun dans son volumineux ouvrage intitulé Sellos Medievales de Navarra[1], les souverains Jean d’Albret et Catherine de Foix ont utilisé plusieurs sceaux dans leurs actes. Ce petit article est consacré au principal sceau utilisé par ces souverains pour authentifier non seulement les actes destinés aux territoires traditionnels de la maison Foix-Béarn mais aussi ceux qui ont été envoyés en Navarre dans les moments où ils résidaient en dehors du royaume.

La plupart de ces documents, émis soit par Catherine seule, soit avec son époux Jean, ont été scellés par un sceau dit «le sceau de notres armes» contenant les seules armes de la reine. Sur celui-ci on distingue en 1 les rais d’escarboucle garnis de petites boules ou pommes de Navarre, juste à gauche en 2, les armes de Foix, en 4 en bas à gauche les vaches béarnaises, à côté des armes des Evreux en 5. Toute la partie gauche, en 3 et 6, est occupée par les armes écartelées d’Aragon, Castille et Léon. Sur le tout, les deux lions léopardés de Bigorre, passant l’un sur l’autre, sont centrés en 1, 2, 4, et 5.

La présence des armes d’Albret sur les sceaux d’authentification des actes royaux concernant les territoires patrimoniaux de la souveraine, est nulle voire inexistante. Toutefois, le roi Jean les utilise dans un sceau (contenant aussi les armes de la reine Catherine) pour authentifier les actes qu’il signe seul concernant ses domaines familiaux, c’est-à-dire, la seigneurie d’Albret[2], le comté de Périgord et la vicomté de Limoges[3]. Il est donc probable que l’absence des armes d’Albret dans les actes concernant la Navarre, Foix, Béarn et autres territoires pyrénéens provient du fait que Catherine était l’héritière de ces domaines dans lesquels la loi salique ne s’applique pas, et que Jean n’y a par conséquent que la condition de mari consort. N’oublions pas que les Navarrais et les Béarnais ont prêté serment à Catherine en tant que reine légitime et à Jean en tant que son époux. A titre anecdotique et complémentaire, il convient de citer le serment de Jean d’Andoins, à Catherine en tant que « propriétaire» de Navarre, Béarn, Foix et Bigorre, et à Jean tout simplement « cum a son marit».[4] Tout ceci justifie donc l’absence des armes d’Albret dans les sceaux des armes de la reine.

Sceau des armes de la reine Catherine de Foix, utilisé pour authentifier les documents émis elle seule ou bien conjointement avec Jean d’Albret, son époux (ADPA, E 571/11)

 

Il faut enfin remarquer que le « sceau des armes » de la reine  est utilisé pour authentifier les actes concernant la Navarre, en « ausencia del sello de nuestra chanceleria » de Navarre. Comme le précisent toujours les secrétaires des rois, ce type d’acte porte ce sceau à la place de celui de la chancellerie navarraise qui est conservé dans le royaume et que les rois ne portent pas avec eux lorsqu’ils séjournent en dehors la Navarre.

Comme cela a déjà été dit dans l’article « Un sceau d’Henri II d’Albret (1521)[5]« , le roi Henri II de Navarre a utilisé le moule du sceau des armes de sa mère pendant les premières années de son règne. Il reste maintenant à déterminer à quel moment l’administration au service du grand-père de Henri de France et de Navarre a commencé à sceller les actes concernant les domaines traditionnels de la maison de Foix-Béarn avec des sceaux contenant aussi les armes de son père, c’est-à-dire, celles d’Albret.

 

 

Auteurs:

Philippe CHAREYRE, Université de Pau et des Pays de l’Adour / EA 3002 ITEM

Álvaro ADOT, Casa de Velázquez / EA 3002 ITEM

 

[1] Faustino Menéndez Pidal Navascués, Mikel Ramos Aguirre, Esperanza Ochoa de Olza Eguiraun, Sellos Medievales de Navarra. Estudio y corpus descriptivo. Gobierno de Navarra, Pamplona, 1995, p. 60-61

[2] ADPA, E 158 et E 810. Acceptation de Jean d’Albret, roi de Navarre, de la vente du comté de Dreux faite par son père Alain d’Albret à son oncle Jean d’Albret, seigneur d’Orval (Pampelune, 01/03/1497).

[3] ADPA, E 659 Ratification faite par Jean d’Albret, roi de Navarre, des pouvoirs donnés par Alain d’Albret, son père, à Jean de Puyguyon et à Jean de Guitard pour procéder à la réformation du domaine dans le comté de Périgord et la vicomté de Limoges (Tartas, 27/12/1498)

[4] ADPA, E 545/6. Serment de Jean d’Andoins à Catherine de Foix et Jean d’Albret (31/07/1493)

[5] https://acronavarre.hypotheses.org/492


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *