Journée d’étude « Éditions électroniques d’actes royaux et princiers » (16/03/2018)

Dans le cadre du projet ANR Acronavarre, l’École nationale des chartes (ENC) a organisé le 16 mars 2018 une journée d’étude consacrée aux enjeux méthodologiques de la constitution et de l’édition électronique des corpus d’actes royaux et princiers.

Affiche de la journée d’étude du 16 mars 2018 (Photo: Dénes Harai)

La rencontre fut ouverte par Michelle Bubenicek, directrice de l’ENC, qui a souligné que le projet Acronavarre, dont l’ENC est l’un des partenaires, s’inscrit dans l’ADN de l’École et que celle-ci est le lieu idéal pour une telle journée car l’édition électronique est un domaine aujourd’hui incontournable dans lequel l’ENC est pionnière aussi bien du point de vue de la recherche que de celui de l’enseignement, par exemple, à travers le Master PSL « Humanités numériques », porté avec l’ENS, l’EPHE et l’EHESS.

Dans son introduction, Olivier Poncet, professeur d’histoire des institutions et sources d’archives de l’époque moderne, coordinateur de l’équipe de l’ENC dans le projet Acronavarre, a souligné que l’École avait acquis au cours de la décennie écoulée une grande expérience dans le domaine de la technologie numérique et que les sources, qu’elles soient papier ou électroniques, sont chez elles à l’ENC.

Philippe Chareyre, professeur d’histoire moderne à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et coordinateur du projet Acronavarre, a remercié l’ENC de son accueil, de l’organisation de la journée et du programme riche permettant de faire un large tour d’horizon européen pour réfléchir, dans le contexte de l’élaboration du catalogue informatisé d’Acronavarre, sur des problématiques techniques et méthodologiques qui peuvent être communes à plusieurs projets malgré la différence de leurs objectifs. Il a également rappelé que le projet sur les actes royaux de Navarre (XVe-XVIe siècle) s’inscrit dans la continuité d’autres projets importants dans lesquels l’équipe ITEM de l’UPPA a été coordinateur ou partenaire, notamment le projet Archifam (2013-2015) et que le catalogue informatisé d’Acronavarre vise l’écriture de l’histoire des pratiques administratives des « états médians » de l’espace pyrénéen. Il a rapidement présenté le calendrier des rencontres scientifiques à venir (journées d’étude aux Archives générales de Navarre de Pampelune à la fin de 2018, à la Casa de Velázquez à Madrid en 2019 et à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour en 2020 articulée avec une exposition).

Michelle Bubenicek (ENC), Olivier Poncet (ENC) et Philippe Chareyre (UPPA) introduisant la journée d’étude Acronavarre (photo : Dénes Harai)

Après avoir présenté les deux sessions de la journée – « éditer des corpus : expériences et expérimentations » et « explorer des corpus : attentes et réalisations » qui interrogent les manières de concevoir, construire et d’éditer les actes royaux et princier, Olivier Poncet a cédé la parole à Laurent Morelle, directeur d’étude titulaire de la chaire « Pratiques médiévales de l’écrit documentaire » à l’École Pratique des Hautes Études (EPHE), président de la première session.

 

David Dryburgh et David Carpenter présentant leur projet sous la présidence de Laurent Morelle (Photo : D. Harai)

David Carpenter, professeur d’histoire médiévale au King’s College London, et Paul Dryburgh, archiviste à The National Archives (Kew), ont présenté les objectifs et les solutions techniques pour The Henry III Fine Rolls Project opération qui avait été menée entre 2005 et 2011 pour numériser et traduire les rouleaux d’Henri III d’Angleterre comprenant la liste de toutes les concessions accordées contre de l’argent offert par les sujets. Ces sources – un rouleau par an entre 1216 et 1272 représentant chaque fois plusieurs dizaines de milliers de mots – sont d’un intérêt capital car elles éclairent aussi bien l’histoire politique que l’histoire sociale ou institutionnelle du royaume. Aussi l’édition très partielle qui en fut faite dans les années 1830 justifiait-elle ce projet d’envergure utilisant XML/TEI et ayant bénéficié du soutien du Arts and Humanities Research Council.

Échanges autour des Regesta Imperii avec Gerhard Lubich (Photo: D. Harai)

Gerhard Lubich, professeur d’histoire médiévale (Ruhr-Universität Bochum), a présenté ensuite un projet destiné à faire évoluer les index des Regesta Imperii, initiative fondée en 1829 Johann Friedrich Böhmer, en un outil d’analyse intégré dans la démarche du chercheur. Le projet bénéficie d’un financement renouvelé depuis 2015, et le travail accompli est déjà important car 1750 regesta, environ 1 800 noms de personnes et 2 300 noms de lieux ont été indexés électroniquement permettant une visualisation des liens en graphes. Les personnes indexées sont, depuis peu, « qualifiées » (titre et fonction) manuellement afin d’affiner l’interprétation des liens affichés. L’objectif est maintenant de parvenir à une synergie des index, notamment grâce une topographie européenne des regesta de l’empereur Henri IV.

Présentation du Medici Archive Project par Alessio Assonitis (Photo: D. Harai)

Alessio Assonitis, directeur du Medici Archive Project (MAP), a retracé l’histoire des archives des Médicis entre les années 1370 et 1743 et présenté les différentes étapes de la reconstitution numérique de « l’océan chaotique de papiers » (estimé globalement à 13 millions de documents) qui a traversé les siècles pour retrouver progressivement son ordre, notamment grâce aux financements de la fondation Andrew W. Mellon. En mettant en relation l’équipe du MAP et 4 100 chercheurs-utilisateurs, la plateforme BIA (Building Interactive Archives) a permis de transcrire 27 000 documents et de disposer de 500 000 images d’archives. La plateforme de formation et d’échanges paléographique (BIATEACHING) a eu un rôle non négligeable dans ce résultat. Le parti de l’approche interactive et de la démarche collaborative a été pris pour progresser spectaculairement dans la numérisation et transcription de cet océan de papiers qui est valorisé lors des journées d’étude du MAP et à travers les ouvrages édités dans la collection du MAP chez Brepols.

La communication de Vincent Jolivet, responsable de la mission « projets numériques » à l’ENC, était la dernière de la matinée. Elle proposait une réflexion critique de la méthodologie et des procédés autour de l’Open Access et de l’Open Data au service du projet Acronavarre mettant en perspective les démarches des chercheurs et celles des informaticiens. Les modèles d’édition (XML/TEI), la pérennité des bases et les modes de financement ont été interrogés à la lumière de l’expérience de l’ENC et de celle des chercheurs d’autres institutions. La mise en relation des données (Linked Data) par le biais des API (Application Programming Interface), comme DTS (Distributed Text Services), paraît comme une solution idéale pour faciliter le traitement, l’organisation et l’exploitation des données.

Peter Stokes présentant le projet Models of Authority sous la présidence de Jean-Baptiste Camps (Photo: D. Harai)

Placée sous la présidence de Jean-Baptiste Camps, responsable pédagogique du Master « Humanités numériques » à l’ENC, la seconde session était ouverte par la communication de Peter Stokes, directeur d’études à l’EPHE, a présenté les résultats du projet Models of Authority (2014-2017), mis en œuvre par les trois établissements suivants, King’s College London, University of Glasgow et University of Cambridge, avec le soutien du Arts and Humanities Research Council. Celui-ci a pour objectif d’analyser l’émergence du gouvernement royal écossais à travers les formes et les formules de l’écriture de 713 chartes émises entre 1100 et 1250. Ce projet s’est appuyé sur les acquis du projet DigiPal (Digital Resource and Database of Paleography, Mansucript Studies and Diplomatic) qui a notamment permis d’élaborer Archetype, une plateforme pour décrire et annoter textes et images.

Els De Paermentier, professeur d’histoire médiévale à l’Universiteit Ghent, a parlé des influences des chancelleries royales française et anglaise sur la chancellerie comtale de Flandre à travers la base de Diplomata Belgica qui contient 35 000 actes, 20 000 transcriptions et 5 000 photos de chartes originales, avec exhaustivité pour la période antérieure à 1250. Parmi les nombreux résultats de l’enquête sur les influences étrangères, il faut remarquer l’utilisation des monogrammes des souverains et l’invocation figurative (Crux) qui laisse la place à l’invocation verbale dans la première moitié du XIIIe siècle.

Olivier Guyotjeannin, professeur de diplomatique et archivistique médiévales à l’ENC, a proposé une réflexion sur l’analyse des clauses (XIIIe-XVe siècle). Après le survol historiographique d’un sujet dont l’importance a longtemps paru secondaire, ce sont les « clause de pertinence » de fortifications chez les notaires et secrétaires de Charles VII (1441-1460) qui ont permis d’approcher sous un angle nouveau le travail de la chancellerie et de réfléchir sur la manière de baliser et de traiter les formules par les chercheurs contemporains, témoins et acteurs d’un passage d’une « diplomatique de la conformité » à une « diplomatique de la variation ».

Olivier Canteaut, maître de conférences à l’ENC, s’est intéressé à la quantification de la tradition des actes à travers de la recherche des actes originaux et des copies dans l’activité de la chancellerie des derniers Capétiens. L’intérêt porté à la tradition n’est pas universel dans les grandes bases en ligne puisqu’elle existe, par exemple, dans Diplomata Belgica, mais elle est absente de Monumenta Germaniae Historica. S’appuyant sur l’exploitation des registres et de leur confrontation avec les pièces, cette communication a donné un bel exemple d’intégration des copies dans un corpus d’actes royaux et peut servir comme modèle méthodologique pour réfléchir sur les dynamiques institutionnelles et spatiales de la production comme de la conservation relativement faible et très inégale des actes.

L’exposé de Georg Vogeler, professeur à l’Universität Graz, a porté sur la base Monasterium dont il renforce l’équipe. Cette base centralise 636 658 chartes (869 240 images) de 15 pays européens. Améliorer la reconnaissance des composantes des photographies numériques (textes et images), transcrire et annoter les documents grâce à une démarche collaborative sont parmi les principaux objectifs de cette base régulièrement enrichie et utilisant les nouvelles technologies comme la RTI (Reflectance Transformation Imaging) pour prendre en compte également les sceaux des actes.

Outre les échanges après chaque communication, une discussion générale a permis de revenir sur plusieurs point soulevés lors de la journée et identifier un terrain d’entente technologique et méthodologique, tout en tenant compte de la diversité des projets, pour nourrir conceptuellement les catalogues et éditions d’actes royaux et princiers à venir, à commencer par le chantier en cours d’Acronavarre. Les actes de la journée d’étude seront bientôt publiés sur ce carnet de recherche.

 

Texte et photos de Dénes Harai (UPPA, EA 3002 ITEM)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.