La nomination d’un lieutenant général du comté de Foix en 1588

 

 

Les lettres patentes du roi de Navarre désignant en 1588 un nouveau lieutenant général pour son comté de Foix sont conservées en copie authentifiée dans les archives municipales de la ville. Ce document avait pour fonction de signifier la volonté comtale à la municipalité, l’original restant aux mains du principal intéressé. Ici, pas de queue, pas de sceau mais le contenu conforme de l’acte qui conserve la mémoire de ce choix et de l’intention de son auteur dans un contexte bien particulier.

Au cours de ces années les plus dures des guerres de religion la délégation du pouvoir comtal connaît des variations notables dans son envergure en fonction d’une conjoncture difficile et fluctuante. En 1584, Claude de Lévis, baron de Léran et sire d’Audou avait été nommé à la fois sénéchal, gouverneur et lieutenant général en remplacement du lieutenant général catholique Blaise de Villemur, baron de Pailhès, et du sénéchal Henri d’Albret, baron de Miossens et de Coarraze, qui fut à cette occasion démis de ses fonctions.

Quatre ans plus tard, par cet acte du 18 décembre 1588, Henri de Navarre revient sur cette décision en ne concédant alors à son successeur, François d’Angennes, marquis de Montlouët, son chambellan, que la fonction plus limitée de lieutenant général dont il précise soigneusement l’étendue. Elle est ici essentiellement militaire car cette année est celle de tous les dangers, la Ligue est toute puissante, le duc de Guise est nommé lieutenant général du royaume de France, les Etats généraux de Blois contraignent en octobre Henri III à signer  une seconde fois l’édit d’Union avec la Ligue. Cinq jours plus tard Henri III fait assassiner le duc de Guise. Henri de Navarre depuis La Rochelle désigne donc un nouveau lieutenant général, étranger au pays, pour tenir ferme son comté de Foix sans toutefois avoir le caractère brutal de son prédécesseur qui s’était attiré les mécontentements des membres des deux partis, sans doute pour pacifier le pays et éviter d’attirer les foudres de la Ligue méridionale.

Cette nomination fut toutefois de courte durée car le sire d’Audou, malgré sa position de chef militaire des protestants du comté de Foix, aurait eu des velléités de placer ses armes au service du roi d’Espagne. Pour y couper court, Henri de Navarre l’aurait réinvestit de la lieutenance générale dès l’année suivante[1]. Mais il faut sans doute y voir une autre raison beaucoup plus stratégique, car Henri de Navarre, héritier potentiel du roi de France après le décès du duc d’Alençon en 1584, est devenu l’héritier légitime après l’assassinat d’Henri III le 2 août 1589. Son comté de Foix est désormais devenu une cible pour les Ligueurs et le chef protestant est devenu le meilleur rempart contre ses possibles incursions.

Sur la forme du document, on peut remarquer que la mention du titre royal est suivie de celle de la souveraineté de Béarn, puis enfin du titre de comte de Foix, mais surtout qu’Henri de Navarre affiche ses prétentions au trône de France par les qualificatifs de « premier prince de sang et premier pair de France ».

Copie des lettres patentes d’Henri de Navarre désignant le sieur de Monlouet comme lieutenant général du comté de Foix (La Rochelle, le 18 décembre 1588), Archives départementales de l’Ariège, Archives municipale de Foix FF 14.

Henry par la grace de Dieu Roy de Navarre, seigneur souverain de Bearn, conte de Foix, premier prince de sang et premier pair de France, à tous ceulx qui ces presentes lettres verrons, salut.

Comme au commencement des presens troubles que les ennemis de cest Estat ont suscité, et pour conserver nostredict conté sous nostre obeissance et auctorité, maintenir noz sujectz en bonne union et amityé les uns avec les autres et faire la guerre à ceulx de contraire party, nous eussions pourveu de la charge de gouverneur et general de nostredict conté pour y commander en nostre absence le sieur D’Audou[2], contre lequel nous ayant faict plusieurs plainctes tant par les Eglises reformees de nostredict conté, estats generaulx dudict pais, que par les sujectz et habitans d’iceluy, ausquels desirans pourvoir et remedier, et donner tout le contentement que nous pourrons à nosdicts sujectz, nous aurions trouvé expedient et necessaire pour le bien de nostre service, repos et soulagement d’iceulx, de commectre et establir au lieu dudict sieur d’Audou, quelque autre personnage à nous fidelle et affectionné pour commander generalement en nostre absence en nostredict conté de Foix et ville de Pamiers.

Sçavoir faisons et que ne pouvans faire election de personne de qui les sens sufisance, vertu, fidelité, vigilance et experience au faict des armes soit plus conue que du sieur de Monlouet nostre conseiller et chambellan ordinaire, iceluy pour ces causes et autres considerations à ce nous mouvans, avons faict, constitué et estably, faisons, constituons et establissons par ces presentes nostre lieutenant general pour commander en nostre absence en nostredict conté de Foix, ville de Pamiers et lieux circonvoisins, avec plain pouvoir et puissance d’assembler les Estats de nostredict conté, ouyr les plainctes et remonstrances, pourvoir sur icelles, assembler gens de guerre, tant de cheval que de pied, les employer et exploicter où il verra les affaires le requerir, demectre et suspendre les gouverneurs et officiers sans exception de personne qu’il trouvera avoir mal versé en leurs charges, les faire punir et chastier, absouldre et remectre ceulx qui auroint esté faucement accusez, faire fortifier noz villes, places et chateaulx, les faire desmollir et abatre si besoing est, changer et munir les garnisons, donner permission de lever gens de guerre, faire faire les monstres et reveues, pour cest effect deputer commissaires et controlleurs, faire fonte d’artillerie et confection de pouldres, dresser les magazins, lever chevaulx et […] pour la conduicte du canon, donner mainforte pour l’execution des arrests de la justice souveraine par nous y establie et faire observer et garder les reglemens par nous faictz sur le faict des armes et des finances, et generalement faire tout ce que ledict sieur de Monlouet jugera estre besoing et necessaire pour nostre service, repos et soulagement de nosdicts sujectz et conservation de nostredict conté. Le tout en telle sorte et avec telle dexterité que nous n’en puissions recevoir aucune plaincte et tout ainsy que nous ferions sy nous y estions, jaçoit que le cas requist mandement plus special, promectant avoir agreable tout ce que par luy sera faict comme cy-dessus est dict.

Sy donnons en mandement a nostre senechal audict conté, gouverneur, gouverneurs particuliers, justiciers et officiers, capitaines, sujectz et autres qu’il appartiendra, respecter, assister et favoriser ledict sieur Monlouet de tout ce qu’il les requerra pour le faict de la presente commission, tout aussy que nostre propre personne, faisans cesser tous troubles et empeschement au contraire. Mandons en outre au tresorier et receveur general des deniers extraordinaires de la guerre de nostredict conté, par nous y estably, de paier par chacun mois audict sieur de Moulons la somme de cinq cens livres, laquelle nous luy avons ordonné et ordonnons par ces presentes, raportant lesquelles par ledict tresorier ou vidimus d’icelles deument collationnée pour une fois tant seulement avec quictance dudict sieur de Monlouet de ladicte somme sur ce suffisante, nous voulons icelle luy estre passée et allouée en la despense de ses comptes par les sieurs conseillers, et commissaires auditeurs d’iceulx. Lesqueles prions ainsy le faire sans difficulté.

Doné à La Rochelle le xviiie jour du mois de decembre, l’an mil Vc quatre vingtz huict. Ainsy signé Henry, et sur le reply, par le roy de Navarre conte de Foix, premier prince et premier pair, Berziau, et scellé en double queue de cire rouge. Collationné à l’original […]

 

 

[1] Serge Brunet, De l’Espagnol dedans le ventre : Les catholiques du Sud-Ouest de la France face à la Réforme (vers 1540-1589), Paris, Honoré Champion, 2007.

[2] Claude de Lévis, baron de Léran et sire d’Audou (1540-1578)

 

Par Philippe Chareyre

Université de Pau et des Pays de l’Adour, EA 3002 ITEM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *