Un sceau d’Henri II d’Albret de 1521

En dehors des séries très complètes des livres de délibération, des cahiers et des établissements, les archives de l’assemblée des États de Béarn comportent quelques liasses de documents qui ont servi au travail de cette assemblée. Les six liasses de taille variable ne contiennent que des vestiges des documents accumulés par les syndics de ces États généraux durant tout le XVIe siècle, qui sont actuellement conservés dans la série C des archives départementales des Pyrénées-Atlantiques. Parmi ces documents quelques originaux sur parchemin viennent compléter utilement les actes qui ont été conservés dans le trésor des chartes et que l’on trouve actuellement dans les séries A et B des archives départementales. Parmi eux un seul possède un sceau bien conservé, situation assez rare pour mériter d’être soulignée tant les sceaux des Albret et des Bourbons sont parvenus en mauvais état ou bien même ont disparu dans la plupart des cas.

Photographies : Philippe Chareyre

Une patente d’Henri II d’Albret de Pau du 28 juin 1521, portant confirmation générale des privilèges du pays en matière fiscale, péages, leudes, gabelles et autres subsides, écrite sur un fort parchemin, cotée à l’origine 121, a conservé un sceau en excellent état. En fait il s’agit d’un cachet de papier attaché à l’acte par une queue de parchemin réalisée par une partie coupé au bas de l’acte et laissée pendante. L’attache sur la bande de parchemin est réalisée par deux entailles dans le papier enveloppant le sceau. Le papier n’est pas découpé mais plié pour envelopper le sceau de cire rouge et présente actuellement sept côtés. Il témoigne d’une évolution de cette pratique qui garantit l’authentification tout en évitant les difficultés d’archivage d’un document au volumineux et fragile sceau. Cet usage est très vraisemblablement le signe d’une modernisation héritée des pratiques déjà en œuvre dans l’administration au service de ses parents, qui régnèrent sur la Navarre pendant trente ans environ. Comme cela est précisé dans l’acte l’authentification procède de la signature « de nostre man » d’Henri II, puis par l’apposition du « saget de nostres armes », en présence des gens de son conseil « las gentz de son conseilh presantz » et la signature de son secrétaire.

Cet acte s’inscrit dans un contexte politique très particulier, André de Foix, sieur d’Esparros vient tout juste de reconquérir Pampelune le 20 mai pour le compte d’Henri qui est en train de rassembler un contingent pour aller prendre possession de sa capitale enfin recouvrée. L’acte débute d’ailleurs fièrement par « Henric, per la gracie de Dieu, Rey de Navarre… » et le  titre de seigneur de Béarn (« senhor de Bearn », sans mention explicite de la souveraineté) n’apparaît après qu’en sixième position après la mention de ses duchés de Nemours, Gandie, Montblanc, Penefiel, puis de son comté de Foix. Henri régnant à nouveau sur son royaume est avant tout le roi de Navarre, qui peut royalement confirmer les privilèges des sujets d’une terre secondaire qui ne prendra une importance tout à fait particulière ultérieurement lorsque les projets de reconquête du royaume perdu s’avéreront de plus en plus illusoires.

   

 

Ce mode de scellement moins prestigieux que par de la cire apparente a permis son excellente conservation, et malgré les atténuations des détails qui résultent du revêtement papier il est actuellement bien visible dans son intégralité. L’inscription à l’encre noire IA/5206 qui figure au bas est une ancienne cote que l’on trouve également au dos du parchemin qui avait été donné au document par l’archiviste Joseph Ferron selon les Instructions pour le classement des Archives du 24 avril 1841[1], et qui par ce double geste avait marqué sa volonté de ne pas séparer l’acte de son cachet.

Ce sceau est délimité par un cadre circulaire très régulier, figure au centre le blason d’Henri II d’Albret surmonté d’une couronne de fleurs de lys et bordé à gauche et à droite d’un ruban plié dont la devise n’est pas visible mais devrait être « Henri par la grâce de Dieu, roi de Navarre » comme on peut le deviner sur les restes d’un autre cachet sur un acte de 1526 conservé dans la même liasse.

Il est à remarquer que le blason n’est pas tout à fait celui d’Henri II d’Albret à la fin de son règne, il reprend en effet celui de ses parents Jean III et Catherine de Foix, décédés en 1516 et 1517. On distingue en 1 les chaînes de Navarre, juste à gauche en 2, les armes de Foix, qui ne sont pas écartelées comme chez Jean II avec les vaches béarnaises que l’on distingue en 4 en bas à gauche, à côté des armes des Evreux en 5. Toute la partie gauche, en 3 et 6, est occupée par les armes écartelées d’Aragon, Castille et Léon qui n’occupent que le 6 chez Jean II. Quant aux deux lions léopardés de Bigorre qui figurent au centre sur le tout, ils sont ici centrés sur les 1, 2, 4, et 5. Ce blason montre bien qu’Henri se situe encore dans la droite ligne de ses prédécesseurs et continue à maintenir ses prétentions sur plusieurs territoires situés en Aragon et Castille comme les duchés de Gandie, Montblanc et Penefiel. Un dernier élément de poids permet d’identifier plus précisément ce sceau : l’absence des armes d’Albret. Le jeune roi Henri n’utilise pas ici le sceau de son père Jean II d’Albret, peut-être resté à Pampelune, mais bien celui de sa mère Catherine de Foix comme peut le laisser penser un autre cachet de même nature utilisé par Catherine en 1517, alors tutrice d’Henri et de ses autres fils, six mois après le décès de son mari (ADPA E 571/1). Il reste maintenant à déterminer la date et les circonstances de la reprise du sceau paternel.

 

  

 

[1] Voir à ce sujet la thèse très éclairante d’Alvaro Adot, Construire les archives. Du temps des Foix-Béarn à celui des rois de Navarre. Pratiques de l’écrit et enjeux de pouvoir, Université de Pau et des Pays de l’Adour, 24 février 2017.

 

Par Philippe Chareyre,

ITEM/Université de Pau et des Pays de l’Adour


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.