Le recyclage d’un acte royal d’Henri de Navarre en 1578

Éditées et publiées par Félix Pasquier en 1920 (1), les lettres patentes d’Henri de Navarre, données à Lectoure le 21 février 1578 pour confirmer les privilèges municipaux de Saint-Ybars (Ariège), reproduisent certes « les formules ordinaires qui, à cette époque, étaient adoptées dans les chancelleries » (2), mais se distinguent néanmoins de la plupart des lettres patentes « navarraises » de la seconde moitié du XVIe siècle par un détail de leur scellement : la double queue de parchemin – sur laquelle un sceau de cire rouge, aujourd’hui disparu, fut apposé – provient d’un autre acte d’Henri de Navarre !

Recto et verso des lettres patentes d’Henri de Navarre, comte de Foix, confirmant les privilèges de Saint-Ybars, Lectoure, 21 février 1578 (Archives départementales de l’Ariège, 139EDT/AA9)

 

Cette découverte a été faite dans le cadre du projet Acronavarre à Foix, aux Archives départementales de l’Ariège, le 2 mars 2018. Le début d’acte recyclé en double queue de parchemin comporte trois lignes bien lisibles indiquant que le document concernait un certain Guillaume Balmaguier, marchand de Millau. La troisième ligne s’interrompt au moment de l’évocation des « troubles de l’année mil cinq […] ». Cette date incomplète est certainement antérieure au 21 février 1578 et il est probable qu’elle se rapporte à la sixième guerre de Religion (mars-septembre 1577).

Le début de l’acte recyclé en queue de parchemin (Archives départementales de l’Ariège, 139EDT/AA9)

 

Grâce aux Mémoires d’un calviniste de Millau, nous savons seulement que Guillaume Balmaguier était réformé et qu’il représentait sa ville à une assemblée du parti protestant tenue à Réalmont en mars 1573 (3). Quel lien existait-il entre ce marchand engagé et le roi de Navarre ? L’acte concernant Balmaguier aurait-il été annulé ou endommagé, devenant ainsi inutile ou inutilisable ? Dans le contexte de la confirmation des privilèges d’une ville catholique (4), la réutilisation en queue de parchemin d’un acte concernant un protestant a-t-elle ici une signification politique ? D’autres recherches et d’heureuses trouvailles du projet Acronavarre permettront peut-être de répondre à ces questions et de découvrir les causes et les circonstances de ce recyclage inhabituel.

 

Notes :
(1) Félix Pasquier, Servage, paréages et autres institutions à Lézat et à Saint-Ybars au comté de Foix (XIe-XVIe siècles), Foix, Imprimerie-librairie Gadrat Aîné, 1920, p. 117-118.
(2) Ibid., p. xxiv.
(3) -L. Rigal (éd.), Mémoires d’un calviniste de Millau, Rodez, Imprimerie Carrère, 1911, p. 256.
(4) La ville fut saccagée par les troupes protestantes en 1568 et des protestants y furent arrêtés en 1569. Jean Lestrade (éd.), Les Huguenots dans le diocèse de Rieux : documents inédits, Paris, Honoré Champion, 1904, p. 10-23. Id., Les Huguenots en Comminges, Paris, Honoré Champion, 1910, nouvelle série, fascicule 14, p. 116.

Par Dénes HARAI

Université de Pau et des Pays de l’Adour, EA 3002 ITEM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *