Retour sur la journée d’étude « Vice-rois et des lieutenants généraux » (26/01/2018)

 

Tenue au château de Pau le 26 janvier 2018, la journée d’étude consacrée aux Alter ego des souverains (vice-rois et lieutenants généraux en Navarre, Espagne et France à la Renaissance) a rassemblé une vingtaine de personnes (enseignants-chercheurs, chercheurs et étudiants) de Pau, de Pampelune et de Paris.

       

Après les mots d’accueil d’Isabelle Pébay-Clottes, conservateur en chef du patrimoine, directrice adjointe du musée national de château de Pau, Philippe Chareyre (Université de Pau et des Pays de l’Adour) a ouvert la réflexion collective sur le sujet en en proposant une mise en perspective sur la longue durée, avec le rappel des formes pré-modernes de délégation du pouvoir (legatus et praeses) dont l’esprit était encore présent à la Renaissance, celui de la présence de la délégation du pouvoir dans la pensée politique moderne (Claude de Seyssel, Jean Bodin, Jean Nicot) et celui de la grande variété de délégations de pouvoir dans les domaines juridiques et militaires formant une véritable cascade entre le sommet et la base de la pyramide étatique. L’introduction a souligné l’absence et la représentation du souverain comme la cause et la raison d’être des premières et plus importantes de ces délégations de pouvoir (régence, vice-royauté, lieutenance générale), souvent dévolue à des membres de la famille du souverain, dont l’articulation complexe du point de vue des périmètres de compétence thématique et géographique justifie de plus amples recherches.

Sous la présidence de Véronique Lamazou-Duplan (Université de Pau et des Pays de l’Adour), la matinée était consacrée aux représentants des souverains de Navarre.

Communication d’Eloísa Ramírez Vaquero (photo Dénes Harai)

Eloísa Ramírez Vaquero (Universidad Pública de Navarra) a dressé un tableau synoptique des substituts du roi de Navarre au Moyen Âge en indiquant la manière dont sénéchaux, gouverneurs et lieutenants ont incarné le pouvoir royal pendant les nombreuses absences physiques des souverains, ces derniers ayant souvent séjourné en France en raison de leur appartenance à des dynasties françaises. Les changements de titulature des représentants des souverains relevés au XIVe siècle indiquent une certaine redéfinition des périmètres à l’époque où l’influence du modèle politique aragonais succède à celle du modèle politique français en Navarre.

Communication d’Álvaro Adot (photo Joëlle Saucès)

Dans sa communication sur les premiers vice-rois de Navarre, Álvaro Adot (Casa de Velázquez) a abordé le parcours et l’activité de Pierre de Foix (1479-1484) et de Jacques de Foix (1484-1486), en étudiant les actes émis par ces deux vice-rois. Cette communication a notamment souligné que la vice-royauté de Navarre, créée en août 1479, était la première de la péninsule ibérique, suivie de peu par celles de Catalogne (nov. 1479), puis d’Aragon (1517) et de Valence (1520). Comme l’a suggéré Álvaro Adot, l’influence du modèle de la vice-royauté de Sicile – dont Jean II d’Aragon, grand-père de Pierre de Foix, était titulaire – est à prendre en compte dans cette création.

AGN, Comptos, caj. 164, n. 45,2

Un acte émis par Jacques de Foix en 1484, Pampelune, AGN, Comptos, caj. 164, n.45 (photo Álvaro Adot)

Prévu dans le programme de la journée, Joaquín Salcedo Izu (Universidad de Navarra) ne pouvait malheureusement pas être présent pour des raisons de santé afin d’intervenir sur l’Administración civil y militar a cargo de los virreyes de Navarra del siglo xvi.

Placé sous la présidence de Philippe Chareyre (Université de Pau et des Pays de l’Adour), l’après-midi était dédié aux lieutenants généraux en Basse-Navarre, Béarn et France dans la seconde moitié du XVIe siècle.

Communication de Dénes Harai (photo Claire Moutengou)

Dénes Harai (Université de Pau et des Pays de l’Adour) a parlé des nominations et des attributions des lieutenants généraux de Jeanne d’Albret et d’Henri de Navarre (1563-1576), en analysant les lettres de nomination et en confrontant les attributions énumérées dans celles-ci avec les pouvoirs effectivement exercés par les trois lieutenants généraux (baron d’Arros, comte de Montgomery et baron de Montamat) des années 1568-1570. Cette communication qui s’appuyait sur des tableaux synoptiques inédits a révélé la hiérarchie entre les lieutenants généraux ainsi que l’articulation des domaines d’intervention de chacun d’entre eux qui assurait une complémentarité efficace au service de la défense des terres de Jeanne d’Albret au cours de la troisième guerre de Religion.

S’inscrivant dans la continuité géographique et chronologique de la communication précédente, Marie-Hélène Grintchenko (Collège des Bernardins, Faculté Notre-Dame), auteur d’une thèse soutenue à l’Université de Pau, sur le rôle et l’action de la sœur d’Henri de Navarre publiée aux éditions Honoré Champion, a présenté les modalités et les variations de l’exercice du pouvoir de Catherine de Bourbon-Navarre entre 1577 et 1592, en soulignant que cette princesse était, dans un premier temps, à la fois « régente et lieutenante générale », avant de continuer comme régente, après la nomination du seigneur de Saint-Geniès comme lieutenant général (1580), puis, cumulant à nouveau les deux fonctions à la fin de la décennie et au début des années 1590. À travers les 303 articles de remontrance des états de Béarn et les réponses que la sœur d’Henri y donnait, il est possible de mesurer la réalité du statut de la régente-lieutenante générale ainsi que l’étendue et les limites de son autorité dans tous les domaines de l’État.

 

La dernière communication de l’après-midi était celle de Mark Greengrass (University of Sheffield) qui, en tant que représentant d’un projet d’édition mené avec Stéphane Gal (Université de Grenoble) et Thierry Rentet (Université Paris XIII), a replacé l’aperçu offert par la correspondance passive de Bertrand Simiane de Gordes, lieutenant général du roi de France en Dauphiné (1565-1578), sur la représentation du roi dans une réflexion multiséculaire, entre Moyen Âge et Temps modernes, autour de la notion du merum imperium. Cette communication a développé l’importance des réseaux basés sur la confiance interpersonnelle et interfamiliale au moment où le chaos des guerres civiles empêche le représentant du souverain de s’informer et d’agir avec autant de facilité qu’en temps de paix.

Toutes les communications ont nourri des discussions, au cours desquelles a été soulignée l’importance des actes émis par les souverains et leurs représentants pour évaluer l’action des vice-rois et des lieutenants généraux. Elles ont également confirmé l’importance des correspondances pour mesurer les limites de cette action et rappelé l’importance des influences extérieures (françaises, aragonaises, siciliennes) dans la mise en œuvre de la délégation du pouvoir dans les espaces hispaniques et français. La richesse des discussions a ouvert des perspectives pour la poursuite de la réflexion collective dans le domaine de la délégation du pouvoir et de son exercice concret tout en l’étendant à de nouveaux espaces géographiques.

Par Dénes Harai (Université de Pau et des Pays de l’Adour)

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.