Parution d’un article de Dénes Harai sur la Saint-Barthélemy et les Béarnais des compagnies d’ordonnance du roi de France

À l’occasion du 450e anniversaire de la mort de la reine de Navarre, le bulletin n° 70 du Centre d’étude du protestantisme béarnais Histoire et patrimoine protestants des Pays de l’Adour consacré à la mémoire de Jeanne d’Albret accueille un article de Dénes Harai (UPPA/ITEM) sur « La Saint-Barthélemy et les Béarnais des compagnies d’ordonnance du roi de France » (p. 49-62). Après avoir dépouillé les montres des compagnies d’ordonnance du roi de France pour l’année 1572, l’auteur énumère les sept compagnies comportant des Béarnais (d’origine et/ou de résidence) et donne le nombre et la qualité de ces derniers. Son analyse se focalise sur la compagnie du prince, puis roi de Navarre (après le décès de Jeanne d’Albret le 9 juin 1572) qui enrôlait 28 (59,6 %) des 47 gendarmes répertoriés. Si la Saint-Barthélemy (24 août 1572) n’a pas fait de victimes parmi les gendarmes béarnais, le massacre a eu des conséquences sur ces derniers. Les ordonnances données en septembre et octobre 1572 par le duc d’Anjou, lieutenant général du royaume de France, pour excuser une poignée de gendarmes béarnais absents à la montre permettent de mieux connaître l’entourage d’Henri de Navarre à la cour de France au lendemain de la Saint-Barthélemy (p. 53-55). L’étude des gendarmes « cassés », c’est-à-dire rayés des montres, après la Saint-Barthélemy révèle un autre groupe de taille comparable qui se trouvait en Béarn à l’automne 1572. L’un de leur point commun est d’avoir été enrôlé dans la compagnie d’Henri de Bourbon en novembre 1571, moment de renforcement des protestants béarnais dans la compagnie coïncidant avec la transformation du Béarn en État protestant par les ordonnances ecclésiastiques de Jeanne d’Albret (p. 56). Dénes Harai montre aussi qu’il y a des Béarnais qui intègrent la compagnie du roi de Navarre en octobre 1572: il s’agit de gendarmes catholiques qui avaient pris les armes contre Jeanne d’Albret en 1569, pendant l’occupation du Béarn par l’armée de Charles IX au cours de la troisième guerre de Religion (p. 57-58). L’article est accompagné de quatre annexes proposant plusieurs statistiques et la liste des gendarmes béarnais identifiés (p. 59-62).

 



Citer ce billet
Philippe Chareyre (2022, 20 juin). Parution d’un article de Dénes Harai sur la Saint-Barthélemy et les Béarnais des compagnies d’ordonnance du roi de France. ANR AcRoNavarre. Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/al1q

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search