Les ordonnances ecclésiastiques de 1571: « lo deber qu’un prince crestian deu a lestablissement de la vraye religion et de la pietat »

L’année 1571 marque l’apogée du règne de Jeanne d’Albret. Elle sort victorieuse de la troisième guerre de religion qui se termine le 8 août 1570 par l’édit de Saint-Germain. Les opérations militaires n’ont pas été très favorables pour les grands chefs huguenots  qui se trouvent à La Rochelle où elle tient également sa cour. La reconquête éclair du Béarn en août 1569 par l’armée de secours dont elle a confié le commandement au comte de Montgomery sur les troupes françaises qui s’en étaient saisies au mois d’avril, fait figure d’une des plus grandes victoires de cette guerre. Restée à La Rochelle au printemps 1571, elle assiste au synode national qui structure définitivement les Églises réformées françaises en fixant leur confession de foi (dite de La Rochelle) au bas de laquelle on peut voir les signatures de Jeanne, de son fils Henri, de son neveu Louis de Condé, de Louis de Nassau prince d’Orange et de l’amiral Coligny.

À la suite de la guerre de religion béarnaise de 1569, tous ceux qui avaient pris parti pour le roi de France y compris le clergé sont bannis, les biens d’église saisis et le culte catholique est interdit. Ces évènements ont donc accéléré le projet d’instauration du protestantisme par la loi entrepris depuis le début des années 1560. Lorsque Jeanne d’Albret revient en Béarn à l’automne 1571, il ne lui reste plus qu’à mettre en forme le texte destiné à entériner l’ensemble des mesures prises en son absence et fixer le statut de la nouvelle Église.

La réflexion sur un tel texte n’a pas été improvisée. Il reprend des réflexions qui avaient déjà été entamées par le réformateur Pierre Viret, décédé quelques mois plus tôt alors qu’il se rendait au synode de La Rochelle, et qui avait produit à la demande de la reine Jeanne plusieurs traités notamment sur la question de la séparation des pouvoirs ou sur le mariage. Il paraît très vraisemblable que la rédaction ait été formalisée par Nicolas des Gallars, modérateur du synode, que Jeanne ramène avec elle en Béarn comme principal conseiller ecclésiastique et successeur de Pierre Viret, en collaboration avec des officiers de la reine qui vont conférer une forme juridique à ce texte.

Le synode national de Béarn du 17 octobre 1571 se tient à Pau « soubs l’autorité de la royne » en présence de son fils Henri et de Louis de Nassau, il est modéré par Nicolas des Gallars, sieur de Saule qui avait quelques mois plus tôt comme il a été dit, modéré celui de La Rochelle. Le synode s’occupe des affaires courantes et plus spécialement nomme le conseil ecclésiastique en charge de la gestion des biens d’église et se prononce sur plusieurs faits de rupture de fiançailles et de relations hors mariage. Ce n’est donc pas le lieu où se décide l’avenir de l’Église qui relève plutôt d’une décision politique qui s’annonce selon les pratiques politiques et administratives du pays.

L’étape suivante se déroule devant les États de Béarn, réunis à Pau au même moment. La prise de décision et la rédaction du texte s’inscrivent dans le fonctionnement des institutions béarnaises : il doit être validé par les États pour avoir force de loi dans la souveraineté. La remontrance se déroule selon le jeu des remontrances et de la réponse apportée par la souveraine. La remontrance qui occupe la première page de ce document a vraisemblablement été formulée par les deux syndics des États qui ont en charge la préparation des délibérations. Il faut dire que la configuration de l’assemblée des États a singulièrement changé depuis le conflit de 1569. Le clergé qui a été chassé du pays n’y siège plus de même que les principaux opposants qui, s’ils ont survécu, ont été bannis du pays. Les États sont donc acquis à la reine et vont donc au-devant de sa volonté en lui demandant de confirmer selon les termes d’une ordonnance prise en 1566 de « repurger le pays de toutes les idolâtries », et de « faire prêcher en toute pureté la Parole de Dieu ». C’est donc à cette remontrance que la reine répond favorablement le 31 octobre 1571 après l’avoir examinée en son conseil privé. La date n’est pas anodine, car elle correspond à l’anniversaire de l’affichage des 95 thèses de Luther qui a été considérée plus tard comme le jour de la naissance du protestantisme et adoptée pour la fête annuelle de la Réformation. Si telle avait été l’intention de la reine de Navarre, elle aurait joué un rôle précurseur, ce qui semble peu vraisemblable.

L’argumentation de la remontrance reprend celle du texte de 1566, mais la courte réponse élaborée en conseil apporte davantage de nouveauté. Elle insiste en effet sur le « zèle à l’avancement de la gloire de Dieu et de son fils Jésus Christ » et « le devoir qu’un prince chrétien doit à l’établissement de la vraie religion et piété » autant de thèmes qui légitiment sa capacité à légiférer en matière de religion et affirment l’origine divine de son pouvoir contre toute contestation possible de ses deux voisins de France et d’Espagne. Cette légitimité est renforcée par les exemples des deux rois de Juda, Josias et Ézéchias « et autres bons princes qui ont témoigné de leur piété pour la Parole de Dieu » qui ont contribué à rejeter le polythéisme et restaurer le judaïsme dans leur royaume. Ces exemples placent la reine en protectrice de l’Église et en gardienne de la religion directement inspirée par Dieu, sans aucun intermédiaire terrestre, notamment de la papauté. L’ensemble de ces éléments seront repris dans le long préambule des ordonnances datées du 26 novembre 1571.

La remontrance et la réponse favorable de la reine sont notées sur la dernière page du registre des « établissements de Béarn » de 15551-1571 relié au XIXe siècle, auquel il doit sans doute manquer le cahier correspondant à l’enregistrement des ordonnances dont le texte n’est actuellement connu malheureusement que par des copies ultérieures.

 Les ordonnances ecclésiastiques de novembre 1571 sont composées d’un long préambule, de la confession de foi de La Rochelle qui fixe la dimension théologique des Églises de France et de Béarn et ensuite de 77 articles qui se répartissent en quatre grands domaines, les principes de la foi et l’organisation du nouveau culte (10 articles), le statut des nouvelles institutions, synodes, colloques, consistoires (11 articles), la gestion des biens d’Église (12 articles), la nouvelle législation du mariage (34 articles), et les principales règles de la moralité publique (10 articles).

Ces ordonnances très complètes sont bien plus longues que les 39 articles de religion officialisés la même année par Elizabeth Ire, et il n’y a pas d’équivalent pour la France puisque la Réforme n’a jamais été la religion de l’État, étant simplement tolérée par des édits successifs.  Il n’est donc  pas impossible qu’un texte d’une telle ampleur dont la conception, voire la rédaction, ait débuté à La Rochelle au moment où se tenait le synode national des Églises réformées de France auquel participait Théodore de Bèze, le successeur de Calvin à Genève, ait préfiguré le projet français du parti huguenot.

Philippe Chareyre

ITEM EA 3002

Université de Pau et des Pays de l’Adour

 

Document

ADPA C 684, f°200 r°-v°.

Transcription

[f°200 v°]

A la Regine

Madame,

Tres humblement vous remonstren las gens deux tres estatz de vosre present pays et souveranetat de Bearn, se souvenens deus grans abuus, superstitions et idolatries deusquoaus los pastors qui eren si dabant ordonatz et balhatz au poble per los predicar la paraule de Diu et administrar los sanctz sacramentz an usat au moyen et que lod. poble es estat deu tout pribat tant de la vraye intelligence de lad paraule que deu legitim usaige deud sacramentz et discipline ecclesiasticque, losquoalz abuus conegutz au moyen de la predication de lad. paraule de Diu, et per no tumbar a l’advenir en losd abuus et superstitions abans que Diu sie servit et sa doctrine predicade, et los santz sacramentz legitimament administratz, Supplican plus humblement vous pla(se)_ continuar lo bon zelle et affection que entro au present a plagut a vostre majestat monstrar a vostresdictz subyectz en repurgan lod pays de toutes lasd idolatries, superstitions et faus servicis qui son directament contraris au sant evangily, et continuar a los far predicar en toute puretat lad paraule de Diu et administrar losd sanctz sacramentz afin que Diu sie laudat et honorat, et los supplicans continuran pregar Diu per la conservation et prosperitat de V R M. Ainsi signatz. Pedesert, syndic de Bearn, de La Borde, syndic de Bearn.

La regine lauet Diu de veder totz sons estatz poussatz dun si sant zele a lavancement de la glori de Diu et de son filh Jesus Christ, vist qu’en aquero [f°200 v°] ets son conformes a son desir et voluntat, et lor promet de far executar en toute diligence, fidelitat, integritat et rondor et segon lo deber qu’un prince crestian deu a lestablissement de la vraye religion et de la pietat, et a l’exemple de Jozias, Exechias et autres bons princes qui an tesmoniage de pietat per la paraule de Diu, lo contengut en lor presente supplication. Feyt en son conselh privat tengut a Pau lo darrer jorn d’octobre 1571. Signade Jehanne et plus bas contresignat Pelletier.

 

Traduction

A la Reine.

Madame, les gens des trois États de votre présent pays et souveraineté de Béarn vous remontrent très humblement, se souvenant des grands abus, superstitions et idolâtries desquelles les pasteurs qui ont été ci-devant ordonné et baillés au peuple pour lui prêcher la parole de Dieu et leur administrer les saints sacrements au moyen de quoi ledit peuple a été du tout privé tant de la vraie intelligence de ladite parole que de l’usage légitime desdits sacrements et discipline ecclésiastique, lesquels abus  étant connus par le moyen de la prédication de ladite parole de Dieu et pour ne plus tomber à l’avenir dans lesdits abus et superstitions et que dorénavant Dieu soit servi et sa doctrine prêchée et les saints sacrements légitimement administrés, Supplient très humblement qu’il vous plaise continuer le bon zèle et affection que jusqu’à présent votre majesté montrer à vos dits sujets en repurgeant ledit pays de toutes lesdites idolâtries, superstitions et faux services qui sont directement contraires au saint évangile, et continuer de leurs faire prêcher en toute pureté ladite Parole de Dieu et administrer lesdits Saints Sacrements afin que Dieu soit loué et honoré. Et les suppliants continueront de prier Dieu pour la conservation et prospérité de V(otre] r[oyale] m[ajesté]. Ainsi signés, Pédesert, syndic de Béarn, de La Borde, syndic de Béarn.

La reine louant Dieu de voir tous ses Etats poussés d’un si saint zèle à l’avancement de la gloire de Dieu et de son fils Jésus Christ, vu qu’ils sont conformes à son désir et volonté, elle leur promet de faire exécuter en toute diligence, fidélité, intégrité et rondeur, et selon le devoir qu’un prince chrétien doit à l’établissement de la vraie religion et piété , et à l’exemple de Josias Ézéchias et autres bons princes qui ont témoigné de leur piété pour la Parole de Dieu, ce qui est contenu dans leur présente supplication. Fait en son conseil privé tenu à Pau le dernier jour d’octobre 1571. Signé Jehanne et plus bas contresigné, Pelletier.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search