La nomination de Jacques de Foix comme « chancelier de Béarn et de Foix » et garde des sceaux des « terres d’Albret » (1534)

            Au cours du XVIe siècle les rois de Navarre modernisent l’administration du Béarn et de la Basse-Navarre, en suivant dans un premier temps l’œuvre de rénovation entreprise par Jean d’Albret et Catherine de Foix en Navarre, avant la conquête espagnole. Concernant la seigneurie, il faut remarquer deux aspects très importants dans ce processus : tout d’abord, la création du conseil souverain ou conseil ordinaire de Béarn en 1519, et ensuite, la naissance d’une nouvelle charge, celle de chancelier de Béarn, à la même époque, à laquelle ce texte est consacré.

            Au Moyen Âge, la maison Foix-Béarn-Navarre possédait déjà un chancelier. Il s’agissait d’un « chancelier de la maison », appelé aussi « chancelier de l’hôtel ». Cette charge a été réinstaurée en 1454 par Gaston IV, époux de la reine Éléonore de Navarre et grand-père de la reine Catherine de Foix, après quelques temps caractérisés par le « désordre » dans l’organisation de sa maison. Néanmoins, à partir du règne de Catherine de Foix et Jean d’Albret, et notamment dès la création du Conseil souverain de Béarn, au début du règne d’Henri II d’Albret, la figure traditionnelle du chancelier de la maison acquiert une nouvelle dimension. Désormais, les documents mentionnent très rarement l’expression « chancelier de la maison », qui paraît avoir été remplacée par celle de « chancelier de Foix et de Béarn » ou « chancelier de Béarn et de Foix », c’est-à-dire, les deux principaux domaines traditionnels de la famille régnante.

            Revenons maintenant sur le fait qu’une même personne ait été à la fois chancelier de Béarn et chancelier de Foix. La seule lettre de nomination de chancelier que nous connaissons dans l’état actuel de la recherche est celle de Jacques de Foix, émise en mars 1534[1], contenant, entre autres, les phrases suivantes : « per tenor de las presents, fem…nostre chanceller de nostres chancelleries de nostres dits pays de Bearn et Foixs ». Cette formulation semble signifier que deux chancelleries différentes (l’une pour la seigneurie de Béarn et l’autre pour le comté de Foix) existaient sous la conduite d’une même personne. Cette nomination  explicite que Jacques de Foix devait prêter serment pour son office de chancelier en Béarn devant les membres du Conseil souverain (nommé ici « nostre Conseil résidant dans le pays de Béarn », comme l’avait fait Pierre de Biaix avant lui, également en tant que chancelier. Aucune mention n’est faite des membres d’un possible Conseil de Foix. Cela signifie-t-il que la mention de chancellerie de Foix avait plutôt un caractère honorifique ? En tout cas, c’est un sujet à étudier.

           Par ailleurs, le contenu de cet acte met l’accent sur l’importance des attributions du chancelier dans le champ de la justice (« exercicy deu feyt de la justicie »), qui ne se limitent ni à son rôle de membre principal « cap » (tête) du Conseil privé, ni à celui de membre principal du « Conseil souverain de Béarn » connu aussi à l’époque par les dénominations « Conseil résidant dans le pays de Béarn » ou « Conseil ordinaire ». Ces attributions se retrouvent aussi dans les ordonnances de création du Conseil souverain rédigées en juin 1519, dans lesquelles le chancelier était nommé président de cette nouvelle institution de nature principalement judiciaire, dont la création a été fortement influencée par son homologue, le Conseil « ordinaire » de Navarre[2].

           Il faut mentionner aussi que, dès les premières années du règne d’Henri II d’Albret, les chanceliers de Foix et de Béarn exerçaient á la fois les offices de gardes des sceaux de la famille royale navarraise. De cette façon, à l’exception du sceau de Navarre, confié à la garde du chancelier de ce royaume, ils étaient les gardes des sceaux des domaines traditionnels de la maison Navarre-Foix-Béarn, comme aussi du sceau des domaines de la maison d’Albret. L’acte émis en mars 1534 paraît le démontrer, car  Jacques de Foix est nommé aussi  « garde deu saget de notres terrees d’Albret » (Albret, Périgord et Limoges), en exerçant cette charge tout comme son prédécesseur, Pierre de Biaix. Parfois, les attributions du garde des sceaux de ces domaines pouvaient être exercées par « un vice-chancelier et garde des sceaux » comme le montre une lettre patente émise en 1528 par Henri II d’Albret, par laquelle le roi a nommé un vice-chancelier et garde des sceaux pour les domaines traditionnels des Albret. Celui-ci pouvait sceller les documents et exercer d’autres attributions, comme la nomination de notaires, en l’absence du chancelier de Foix et de Béarn (Pierre de Biaix à ce moment-là) dans les domaines du souverain navarrais[3].

           Il est intéressant aussi de mentionner que  les offices de chancelier de Béarn et de Foix, sous le règne d’Henri II d’Albret, ont été exercés par des prélats béarnais, Jean de La Salle, Pierre de Biaix et Jacques de Foix :

 

Chanceliers de Foix et de Béarn Années d’exercice de l’office
Jean d’Aule, connu par le nom de Jean de La Salle (?) -1522
Pierre de Biaix 1522-1534
Jacques de Foix 1534-1555

 

            – JEAN D’AULE, connu à l’époque plutôt comme Jean de LA SALLE. Évêque de Couserans, évêque de Lescar, grand aumônier des souverains de Navarre. Docteur en lois (juriste), chancelier de Foix et de Béarn, président du Conseil ordinaire de Navarre, président du Conseil « ordinari » ou Conseil souverain de Béarn. Né à Buzy, petite localité de la vallée d’Ossau, en Béarn, en 1445, il a fait ses études de droit d’abord à Toulouse, et ensuite à Bologne, où il a obtenu le titre de docteur.  Vers 1480, il a été nommé évêque de Couserans, petite pays de l’actuel département de l’Ariège.

           À la lumière de nos recherches, il a été la première personne à porter le titre de chancelier de Foix et Béarn, au moins depuis l’an 1519. Il est important de dire qu’au cours de la période 1483-1493 Catherine de Foix est restée dans ses territoires du Nord des Pyrénées, à cause de l’instabilité politique existante à l’époque en Navarre. Pour le gouvernement du royaume, Catherine de Foix et Jean d’Albret ont nommé, d’abord des vice-rois et, ensuite, des lieutenants généraux qui ont compté (à partir de 1488) avec les services de Jean de La Salle, qui a fait de longs séjours en Haute-Navarre, même s’il était chancelier de Foix et du Béarn. Son rôle comme conseiller des « alter ego » des roi et reine de Navarre a été vraiment important. Par conséquent, il a signé plusieurs documents dont l’auteur juridique était le lieutenant général de Navarre.

           À partir de 1494, les souverains de Navarre, installés en Haute-Navarre (notamment à Pampelune) ont initié une série de réformes de l’administration navarraise, dont la plus importante a été celle de la justice. Ce qui est à souligner,  c’est le fait que Jean de La Salle a été nommé président du « conseil ordinaire de Navarre », créé en 1494. En mars 1495, il rentre en Béarn pour rester au service d’Anne d’Albret, lieutenante générale des domaines du Nord des Pyrénées, où désormais, il a passé la plupart du temps en exerçant sa charge de chancelier des roi et reine de Navarre pour leurs domaines septentrionaux[4].

           Enfin, concernant les derniers cinq années de sa vie, il faut remarquer d’abord, que Jean de La Salle a été nommé évêque de Lescar au cours de l’an 1518, avant d’être nommé président du Conseil souverain nouvellement créé en 1519.

 – Pierre de BIAIX. Originaire de Pau, il a été curé de Monein, puis de Pau et de Coarraze. À partir de 1529, il devient abbé de Saint-Vincent-de-Lucq (diocèse d’Oloron)[5]. Son parcours au sein de l’administration des souverains navarrais a été brillant, car il a exercé, entre autres, les offices d’ambassadeur, d’archiviste, de vice-chancelier de Foix et de Béarn, et enfin de chancelier de Foix et de Béarn.

           En tant que juriste, il a joué un rôle important en 1512 dans l’arbitrage de Blois, concernant la souveraineté de Béarn. Il fut aussi ambassadeur des rois de Navarre auprès de Charles Ier d’Espagne (Charles Quint) et les membres de son conseil. En 1516, il était présent dans les négociations hispano-françaises de Noyon et de Bruxelles, et c’est lui qui a prononcé dans cette dernière ville, la fameuse harangue concernant la restitution de la Navarre[6]. En janvier 1518, Henri II de Navarre le nomme ambassadeur avec Gaston d’Andoins (sénéchal de Béarn) et autres conseillers pour aller en Espagne[7] où ils ont passé un long séjour de six mois environ[8]. En 1519, il était présent dans les conférences franco-espagnoles de Montpellier, où les Espagnols ont refusé encore une fois de restituer la Navarre à Henri II d’Albret[9]. Il a été en outre exécuteur testamentaire d’Alain d’Albret, décédé en novembre 1522. Après le désastre militaire de la France à Pavie en 1525, il s’est déplacé à Lyon, où il a reçu le mandement d’Henri II d’Albret (prisonnier au château de Pavie), de lever de l’argent pour sa rançon[10].

           Enfin, il convient de mentionner qu’il a également exercé les offices de vice-chancelier de Foix et Béarn depuis la décennie 1510 jusqu’en 1522[11], date à laquelle  il a succédé à Jacques de Lasalle comme chancelier de Foix et du Béarn[12]. Nous savons aussi que depuis le début de la décennie 1530, Pierre de Biaix, en tant que chancelier de Foix et de Béarn, a vérifié les comptes du trésorier de Béarn avec les auditeurs de la chambre des comptes[13].

Jacques de FOIX. Fils naturel de Jacques de Foix (oncle de la reine Catherine de Foix), concernant son parcours ecclésiastique, nous remarquons qu’il a été évêque d’Oloron (nommé en mars 1523), abbé de Saint-Jean de la Castelle (diocèse d’Aire), abbé de Larreule, abbé de Saint-Volusien de Foix (diocèse de Pamiers), abbé de Saint-Lézer (Tarbes) et enfin, évêque de Lescar (nommé à la fin de 1534).

           Membre du conseil privé d’Henri II d’Albret à partir de 1530 environ, il a été en 1532, l’un des exécuteurs testamentaires de la princesse Anne de Navarre, sœur du roi Henri[14]. Il est devenu chancelier de Foix et de Béarn en mars 1534, en remplacement de Pierre de Foix, décédé quelques mois avant. Cette même année, il a été aussi nommé commissaire général pour la réformation des domaines traditionnels de la maison Foix-Béarn comme aussi de ceux de la maison d’Albret. Nommé lieutenant général des domaines du roi Henri II, il a été commissionné par ce souverain pour recevoir les serments de tous les voisins de ses domaines.

           De la même manière que Pierre de Biaix, il  a vérifié les comptes du trésorier de Béarn avec les auditeurs de la chambre des comptes, et peut-être aussi celles du trésorier de Basse-Navarre. Il est tombé malade en 1544, moment où il a fait son testament par lequel il a institué Henri d’Albret son héritier universel. Il décéda le 7 avril 1555, c’est-à-dire, un mois avant le roi.

           Pour conclure

           Il est intéressant de commenter, même de façon sommaire, l’évolution de la dénomination et des attributions de l’office de chancelier, des principaux domaines traditionnels de la famille royale de Navarre dans la partie méridionale de la France. La figure traditionnelle du chancelier de la maison Foix-Béarn acquiert une nouvelle dimension lorsque cette famille est devenue royale, notamment à partir du règne de Catherine de Foix et de Jean d’Albret, et de celui de leur fils, Henri II d’Albret. À partir de ce moment, les documents mentionnent très rarement l’expression « chancelier de la maison », qui a été remplacée par celle de « chancelier de Foix et Béarn ».

           Pour essayer de comprendre ce changement, il faut le replacer dans le contexte politique de l’époque. Au moment où les Foix-Albret sont devenus rois de Navarre, est né ce que Pierre Tucoo-Chala a défini comme « le double État pyrénéen navarro-béarnais ». C’est aussi le moment de la naissance des États modernes en Europe, le temps du discours des rois de Navarre concernant la souveraineté du Béarn, le temps où le mot « vicomté » de Béarn a complètement disparu de la documentation émise par l’administration béarnaise, pour être remplacé par les mots « pays », « seigneurie » et « seigneurie souveraine ». Dans ce contexte-là, peut-on penser que les Foix-Albret ont voulu souligner l’importance politique du Béarn parmi leurs territoires du Nord des Pyrénées, en créant cette nouvelle dénomination de chancelier de Béarn, afin de le mettre sur un pied d’égalité avec son homologue en Navarre, qui portait depuis longtemps le titre « chancelier de Navarre » et non celui de « chancelier de la maison du roi » ?

Álvaro ADOT LERGA

                                             ITEM 3002, Université de Pau et des Pays de l’Adour

 

Document

Fontainebleau, le 10 mars 1534. Nomination du roi Henri II d’Albret à Jacques de Foix, évêque d’Oloron, comme chancelier de Béarn et de Foix et garde du sceau des domaines de la maison d’Albret. Original signé par Henri II d’Albret.

Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, E 454.

Henric per la gracie de Diu, rey de Navarre, senhor sobiran de Bearn, comte de Foix, sire d’Albret, comte de Bigorre, de Perigort, d’Armagnac, viscomte de Castelbon, de Lymoiges, de Marsan, Tursan, Gauardan, Nebozan, de Tartas, de Maremme et d’Aillas et par de France, etc. A totz et sengles qui las presentz veyran, salut, notifficam et fem saver que nos applen confidans de la fidelitat, sens, virtut, prudence, legalita, experience sufficiente, prodhomye et bonne diligence de Reverendo Padre en Diu, et notre tres car, fidel et amat cosin mossieur Jacques de Foix, evesque d’Oloron, notre conselher et grand aumoyner, lo jorn de oey, per las considerations susdites et autres causes et respectes notre coradge degudament noman audit de Foix nostre dit cosin habem feyt, constituit, creat, ordenat, nomat et deputat. Et per tenor de las presentz fem, constituym, cream, ordenam, noman et depputam nostre chanceller de nostres chancelleries de nostres pays de Bearn et Foix, maisons (illisible) et garde deu saget de notres terres d’Albret, et deusditz officis lo habem probedit et probedim a present vaccans per lo deces et trespas de nostre tres car et amat mossieur Pees de Biaxs, en son vivent probedit (illisible) possession de tals officis ab los gadges acoustumatz et autres dretz, honors, privileges, preheminances et prerogatives ausdits officis, expectans et apertenens et desquoaus lodit de Biaxs se habe usat et acostumat joyr et gaudir et lo cor dat licit et prometut endavant a nostre cosin tale sembable facultat et puissance tant al exercicy deu feyt de la justicie que autrement qui lodit de Biaxs habe et ini—- expressament (illisible) president (illisible) gens (?) (illisible) conselh(?) de finances et des comptes, senneschalz, juges, prebots, bayles, beguers, castellans, portees, saryants et autres nostres  justiciees, officiers et subgectz que prees et recebut lo jurament (illisible) nostre cousin en tal requis et acostumat qui faira et prestara en mas de las gens de conselh en nostre dit pays de Bearn residens, ausquoaus et chacun de lor ensemble a lo balhar la possession deusditz officis  (illisible)-tem per nostre dit chanceller et garde deu saget susdit, tenguem, reputin, (illisible) rebeix et admecten. Et deusdits gadges, dretz, honors, priviledges, preheminences et prerogatives lo lhexen et permecten usar, valer, joyr et gaudir et en las cuases concernantes sousdits officiers lo obedesquen et fasen obeir sens luy far ny donar ny permecter esser feyt ny donat degunt (?) impediment au contrary, car tal es nostre voler et (illisible) de que a las presentz signades de nostre man, habem mandat mecter lo saget de nostres armes. Dades a Fontainebleau lo detz jorn de mars, l’an mil cinq cens trente tres.

Henry (signature)

 

Per comandament deu rey, / don Phedric de Foxs, conseher / chambellan et grand scuder, / maitre Pierre d’Albret, conselher et aumoyner deudit senor, et autres presents

L. de Pont (signature)

Sceau pendant des armes d’Henri II d’Albret

 

Notes

[1] Fontainebleau,  le 10 mars 1534. Lettres de nomination données par Henri II à Jacques de Foix, évêque d’Oloron, comme chancelier de Béarn et de Foix et garde du sceau des domaines de la maison d’Albret. Original signé par Henri II d’Albret, ADPA, E 454.

[2] Pau, juin 1519. Ordonnances de création du Conseil ordinaire ou Conseil souverain de Béarn. ADPA, E 332. Voir, Álvaro ADOT LERGA, « Chanceliers, lieutenants-généraux des rois de Navarre (1483-1555) : le rôle  des principaux ecclésiastiques au service des souverains Foix-Albret », Actes du colloque Le prince et l’Église dans l’Europe de la Renaissance Casa de Velázquez, Madrid, 14-15 novembre 2019, à paraître dans les Mélanges de la Casa de Velázquez (https://acronavarre.hypotheses.org/2107).

[3] Paris, le 8 mars 1528. Nomination de vice-chancelier et garde des sceaux et vice-chancelier des domaines traditionnels de la maison d’Albret, octroyée par Henri II, roi de Navarre, comte de Périgord et vicomte de Limoges, en faveur de Hélies André, juge des appeaux en Périgord et ordinaire général de Limoges. ADPA, B 1774.

[4] Á. ADOT LERGA, “Organización, atribuciones y funcionamiento del Consejo Real de Navarra bajo el reinado de Catalina de Foix y Juan de Albret (1483-1512)”, Príncipe de Viana, n. 274, 2019, pp. 7-14.

[5] ANTHONY, Robert, COURTEAULT, Henri, Les testaments des derniers rois de Navarre. Privat-Didier/Paris, Toulouse, 1940, p. 118.

[6] Sur les négociations de Noyon et de Bruxelles de 1516, BOISSONADE, Prosper, Histoire de la réunion de la Navarre à la Castille, p. 471-489.

[7] Le roi Henri II nomme à Pierre de Biaix, Gaston d’Andoins, Bernard de Lordat et Gaillard de Montesquieu, pour aller en Espagne. Amboise, 15 janvier 1518. ADPA, E558/7.

[8] Pierre de Biaix, Gaston d’Andoins et Gaillard de Montesquieu écrivent un juin 1518 un rapport à Alain d’Albret, tuteur d’Henri II de Navarre. Zaragoza, juin 1517. ADPA, E556/24. Sur les négociations en Espagne en 1518, BOISSONADE, Prosper, Histoire de la réunion de la Navarre à la Castille,  p. 508-526.

[9] Le Béarnais a écrit un journal sur ces conférences de Montpellier. Il se conserve à la BNF, collection Doat, 231, f. 126 et suivants.

[10] Pavie, le 18 novembre 1525. ADPA, E 567.

[11] Comme le démontre, entre autres, la Commission donnée par Henri II, roi de Navarre, à Pierre de Biaix, vice-chancelier, pour recevoir les hommages du Périgord. ADPA, B. 1774

[12] ANTHONY, Robert, COURTEAULT, Henri, Les testaments des derniers rois de Navarre, p. 118.

[13] ADPA, B 225. Par exemple, en 1531, il a vérifié avec Menaut du Cassou, Lafargue, et Jean de Lasalle, auditeurs de cette institution financière, les comptes présentés par Jean de Saint-Martin, Trésorier de Béarn. Depuis sa création, la chambre contrôlait non seulement « la comptabilité des bailes, receveurs des recettes des parsans financiers », mais aussi les comptes annuels réalisés par les hautes charges de l’administration royale, comme c’était le cas des Trésoriers de Béarn et de Navarre. DESPLAT, Christian, «Les réformes institutionnelles et politiques au XVIe siècle », p. 144.

[14] Le testament d’Anne de Navarre est daté à Pau, le 15 août 1532. ADPA, E 571. Il été transcrit et publié par ANTHONY, Robert, COURTEAULT, Henri, Les testaments des derniers rois de Navarre, p. 107-121.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search