Parution d’un chapitre de livre par Álvaro Adot Lerga sur deux ambassadeurs navarrais

Álvaro Adot Lerga, secrétaire scientifique adjoint du projet ANR AcRoNavarre (Actes royaux de Navarre, xvexvie siècles) vient de publier l’étude intitulée « Engañadores » al servicio de los reyes de Navarra. Los embajadores Salvador de Berrio el «desterrado», y Ladrón de Mauleón (p. 645-677) dans l’ouvrage collectif La Corona y sus servidores. Individualidades, instituciones y estructuras curiales en los reinos hispánicos durante la Baja Edad Media (c.a. 1340 -1516), édité par l’Université de Seville, sous la direction de Francisco de Paula Cañas Gálvez, professeur à l’Université Complutense de Madrid.

 

La figure de l’ambassadeur résident ou permanent dans une autre cour ou dans un territoire européen est l’une de des nouveautés de l’Europe de la deuxième moitié du xve siècle et du début du xvie siècle. La monarchie navarraise n’est pas restée en marge de ces nouveautés diplomatiques de l’époque et c’est sous le règne de Catherine de Foix et de Jean d’Albret qu’y apparaît la figure d’ambassadeur résident dans une autre cour.

Dans ce chapitre, Álvaro Adot étudie le cas de Salvador de Berrio, Navarrais né à Pampelune, cité dans un document secret rédigé par la chancellerie navarraise vers 1507, mentionnant noms et surnoms de personnes de l’époque. L’indication d’un surnom est tout à fait curieuse, à savoir celui « d’exilé » (desterrado), car il ne correspond pas à une expulsion du royaume pour cause d’un crime de lèse-majesté. Ce nom a en effet été choisi par la chancellerie navarraise parce que ce Navarrais ainsi désigné, avait été envoyé auprès de la cour de Maximilien Ier ainsi que celle de sa fille Marguerite d’Autriche, pour y résider pendant des années.

Par ailleurs, l’auteur nous présente aussi le cas de Ladron de Mauleón, ambassadeur habituel des souverains de Navarre à la cour de Ferdinand le Catholique. Ce Navarrais a été aussi l’ambassadeur de Catherine de Foix et de Jean d’Albret à l’époque de la régence du cardinal Cisneros, en 1516.

L’auteur étudie ensuite la nouvelle conception de la figure de l’ambassadeur née dans l’Europe de l’époque, à partir du contenu du document rédigée vers 1507, dans lequel le mot employé pour désigner les ambassadeurs est celui de « trompeurs » (engañadores). Cette dénomination démontre que parmi les principales qualités que les ambassadeurs « efficaces » devaient développer dans l’exercice de leur fonction au sein d’une cour étrangère où ils devaient séjourner longtemps, était  celle de la duplicité au service de leur monarchie ou leur république.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search