Les actes en commandement à la lumière du contreseing des secrétaires : l’exemple des mandements d’Henri de Navarre (1572-1589)

Comme leurs homologues au service du roi de France, les secrétaires d’Henri de Navarre contresignent les actes du souverain parmi lesquels les lettres closes – notamment les mandements de paiement adressés aux trésoriers et aux chambres des comptes de Pau et de Nérac – sont particulièrement nombreuses. Le contreseing y apparaît non seulement comme un signe de validation garantissant l’authenticité de l’acte, mais aussi comme l’expression du commandement royal qui est à l’origine de son expédition. Placés le plus souvent dans la partie inférieure droite des feuilles, la signature royale – qu’elle soit autographe ou imitée par un secrétaire de la « main » – et le contreseing du secrétaire sont en effet associés directement ou indirectement dans de nombreux mandements ainsi que dans des quittances ou des certificats. Si cette pratique n’est pas nouvelle puisqu’elle se rencontre déjà dans la première moitié du xvie siècle aussi bien chez les secrétaires d’Henri II d’Albret, roi de Navarre (1517-1555) que chez ceux de ses homologues européens, elle apparaît fréquemment chez les secrétaires d’Henri de Navarre entre 1572 et 1589. Bien entendu, il ne s’agit pas d’une pratique régulière, mais d’un phénomène qui est suffisamment récurrent pour être relevé et analysé afin de servir de point de comparaison pour d’autres enquêtes à venir.

La formule « Par le Roy… » comme reflet visuel du commandement

Dans plusieurs mandements contresignés par Jean Le Royer au cours des années 1570, la formule « Par le Roy de Navarre » se situe entre la signature royale et le contreseing du secrétaire, apparaissant comme le reflet visuel de la transmission du commandement (figures 1 et 2). Ce dernier est émis par le souverain et descend vers son secrétaire par des ligatures successives. La formule « Par le Roy de Navarre » est ainsi accrochée à la signature royale : le R du « Roy » est suspendu à la hampe de l’y du nom du souverain, puis l’initiale (L) du nom du secrétaire est suspendu à la boucle de l’y du « Roy ».

1. – AD64, B 2271 (Paris, 30 juillet 1574)

2. – AD64, B 2275 (Lauzun, 2 août 1576)

Dans plusieurs mandements contresignés par Martin Jouye, l’inclinaison du y du nom du roi a déterminé l’écriture de la formule « Par le Roy de Navarre ». Le 22 octobre 1578 (figure 3), le P est placé là où se termine l’y de la signature royale et le l de l’article défini du « Roy » est incliné en fonction de l’inclinaison de l’y qu’il semble soutenir. Le 3 novembre 1579, l’y de la signature royale est moins développé et seul le second élément de la mise en forme précédent est maintenu (figure 4). Dans les deux cas, comme chez Le Royer, le contreseing est suspendu à la formule par l’initiale du nom du secrétaire : la boucle du J est accrochée dans la hampe bouclée de l’y du « Roy » en 1578 tandis qu’elle semble faire découler le nom du secrétaire du s du « conseil » sur lequel est posé l’y du « Roy » en 1579.

3. – AD64, B 2365 (Nérac, 22 octobre 1578)

4. – AD64, B 2406 (Nérac, 3 novembre 1579)

Œuvre du secrétaire qui contresigne[1], la mise en forme de la formule « Par le Roy de Navarre » est indissociable de celle du contreseing du secrétaire dans les mandements cités. Leur emplacement et forme sont délibérément choisis en fonction de la signature royale. Dans les exemples concernant Jean Le Royer, l’initiale (H) et la lettre finale (y) du nom du roi dirigent le regard du lecteur vers la partie centrale de la formule (« le Roy »), puis vers le nom du secrétaire qui entre en résonnance avec elle par le fait qu’il la comporte (Le Royer). Cet enchaînement est visuellement souligné par la taille de la signature du secrétaire ainsi que par la forme de la boucle de l’y qui répète celle de la boucle de l’y du « Roy ». Dans les exemples concernant Martin Jouye, l’initiale et la lettre finale du nom du roi sont posées sur la première partie de la formule (« Par le Roy »), insistant ainsi sur l’origine du commandement de l’acte.

Les éléments périphériques du contreseing comme liens d’association

En l’absence de la formule « Par le Roy de Navarre », les paraphes ou d’autres signes entourant la signature des secrétaires permettent à ces derniers d’exprimer leur proximité avec l’émetteur du commandement à l’origine de l’acte. Cette mise en relation se fait parfois horizontalement, favorisée par l’orientation inhabituelle de la feuille. L’un des meilleurs exemples de ce cas de figure est un mandement donné à Paris le 15 août 1572 (figure 5) : un tracé, en forme d’un ʃ en biais, part du voisinage de la hampe de l’y royal vers la droite et, en arrivant à la hauteur maximale de l’initiale et de l’y, passe par la double boucle émergente du paraphe « en manière de grille » qui suit le nom d’Odet de Mazelières. Le « paraphe cursif » du secrétaire, « formé sur la lettre N »[2], et le signe de pointage sur le i de sa signature s’accrochent dans la boucle du ʃ en biais qu’ils semblent tenir.

5. – AD64, B 2271 (Paris, 15 août 1572)

 

6. – AD64, B 2249 (22 juillet 1579)

Placée en biais ou plus ou moins horizontalement, cet élément en ʃ s’observe aussi dans d’autres types de documents, comme par exemple dans des certificats, où elle peut même apparaître comme un substitut géométrique à la formule « Par le Roy de Navarre », séparant le roi de son secrétaire tout en les reliant par le mouvement du tracé (figure 6). Dans plusieurs mandements contresignés par Jean du Jay, on aperçoit un ou plusieurs lignes en biais reliant l’initiale du secrétaire avec l’y de la signature royale (figures 7-8). La projection verticale du paraphe jusqu’à la hauteur de la signature royale est à remarquer comme un élément supplémentaire du jeu d’association entre la signature royale et le contreseing du secrétaire.

7. – AD64, B 2270 (Agen, 12 janvier 1577)

8. – AD64, B 2985 (La Rochelle, 7 juin 1588)

9. – AD64, B 2280 (Bergerac, 29 mai 1577)

10. – AD64, B 2307 (Nérac, 6 novembre 1577)

Plusieurs mandements contresignés par Jean Le Royer fournissent d’exemples bien travaillés de paraphes projetés verticalement. Dans ceux de 1577 (figures 9-10), le secrétaire rassemble son paraphe « grille » et son paraphe cursif via un tracé remontant, puis retombant qui atteint sa hauteur maximale au niveau de la signature royale, approchant ou touchant même la dernière lettre du nom du souverain[3]. Dans les exemples cités, la signature royale est placée sous la date qui est énoncée à la fin du mandement. La hampe de certaines lettres – notamment celle des s – de la date est souvent prolongée vers la signature royale, créant ainsi un enchaînement entre l’acte, le roi et le secrétaire. Cette pratique est particulièrement bien illustrée par le mandement contresigné par Le Royer le 29 mai 1577 (figure 9).

Chez d’autres secrétaires, comme par exemple chez Jérôme Berziau, seigneur de La Marsillière, ou Odet de Mazelières, la projection verticale est faite par un signe, souvent en forme de f, qui rappelle « le pointage au-dessus du i ou du y », fréquent dans les signatures des notaires et secrétaires depuis le xve siècle[4], mais qui reste généralement plus éloigné de la signature royale et s’arrête souvent à côté d’elle (figure 11) ou à la hauteur de l’extrémité de la hampe de l’y (figure 12). Il s’agit là d’un moyen visuel qui permet d’associer le contreseing à la signature royale tout en la gardant à distance, comme cela se faisait aussi dans les actes des rois de France. Or, Berziau, pour ne citer que lui, était secrétaire du roi de France (de 1557 à 1574)[5] avant de devenir secrétaire du roi de Navarre, ce qui pourrait expliquer cette mise en forme de son contreseing. Une comparaison de ses contreseings sur les actes du roi de France avec ceux sur les actes du roi de Navarre serait nécessaire pour en documenter la continuité.

11. – AD64, B 2249 (Saumur, 27 avril 1576)

 

12. – AD64, B 2532 (Nérac, 6 septembre 1581)

 La signature du secrétaire en lien direct avec la signature royale

Un cas de figure rarissime est la jonction directe – sans recours au paraphe ou à d’autres éléments périphériques – entre la signature royale et celle du secrétaire. Un exemple en est donné par Antoine de Loménie en 1588 (figure 13). Ce secrétaire très important du roi de Navarre[6] projette vers le haut la boucle volumineuse de son L initial pour l’accrocher au bas de la hampe de l’y de la signature royale. Contrairement aux exemples cités plus haut, le paraphe ne dépasse pas verticalement le nom du secrétaire et le signe de pointage sur le i est exécuté horizontalement. Il est à noter que cette solution apparaît dans un mandement dont le texte se termine dans la partie inférieure de la page où il reste relativement peu d’espace après l’apposition de la signature royale.

13. – AD64, B 3011 (La Rochelle, 23 décembre 1588)

Conclusion

La mise en forme du contreseing des secrétaires dans les mandements donnés par Henri de Navarre entre 1572 et 1589 illustre le jeu d’association et/ou de continuité récurrent et varié, selon le support et le secrétaire, entre la signature du producteur et celle de la personne qui a la responsabilité de l’expédition de l’acte. Le contreseing des secrétaires du roi de Navarre valide d’autant plus efficacement les mandements qu’il n’hésite pas à se présenter comme le prolongement de la signature royale, celle-ci pouvant être apposée dans certains cas par l’auteur du contreseing.

Cette pratique dépasse le cercle des secrétaires des commandements, appelés de plus en plus secrétaires d’État à l’époque, puisque Martin Jouye et Jean du Jay n’ont pas cette qualité lorsqu’ils contresignent les documents cités plus haut. Il convient de rappeler que tous les secrétaires susmentionnés ne signent pas toujours de la même manière et qu’il y a des secrétaires des commandements importants, comme Fabien Martret ou Jacques Lallier, seigneur du Pin, qui optent le plus souvent pour une mise en forme de leur contreseing sans créer une continuité avec la signature royale. Cela ne veut pas dire que ces secrétaires refusaient absolument d’articuler leur signature avec celle d’un supérieur. En apposant son contreseing imposant sur le règlement du Conseil privé d’Henri de Navarre à Mont-de-Marsan le 1er janvier 1584, Lallier montre qu’il sait très bien le faire (figure 14).

14. – AD40, 1 J 878, détail (Mont-de-Marsan, 1er janvier 1584)

Le L initial du nom du secrétaire des commandements domine la troisième page du document et culmine dans la signature de Philippe Duplessis-Mornay, surintendant de la Maison du roi de Navarre, placée à côté de celle de Claude-Antoine de Vienne, seigneur de Clervant, autre surintendant, et sous la signature royale. Le signe de pointage en forme de f, au-dessus des dernières lettres du contreseing du secrétaire et en décalage par rapport au i du nom, remonte jusqu’à la hauteur des noms des surintendants pour remplir l’emplacement vide laissé à la droite de la signature de Mornay[7]. Le L gigantesque de Lallier est ici autant une expression visuelle de la grande influence du duo Mornay-Lallier dans la direction de la Maison du roi de Navarre dans les années 1580 qu’une allusion au rôle clé de Mornay dans la rédaction du règlement de 1584[8]. Cette initiale démesurée permet aussi de suivre l’ordre d’apposition des signes de validation : la signature royale en premier, la signature de Mornay dans un second temps, sous celle du roi, puis la signature de Clervant, avant celle de Lallier et le sceau plaqué des armes du roi de Navarre. De la même manière, l’étude de la mise en relation du contreseing des secrétaires avec la signature royale sur les mandements, les certificats ou d’autres actes royaux peut compléter nos connaissances sur le processus d’apposition des signes de validation.

15. – AD24, 12 J 16 (Saint-Quentin, 9 décembre 1590)

L’exemple d’une lettre de sauvegarde, donnée le 9 décembre 1590 par Henri IV (figure 15)[9], indique la continuité entre l’acte, la signature royale et le contreseing du secrétaire[10], après l’accession d’Henri de Navarre au trône de France. Une recherche spécifique serait nécessaire pour savoir s’il s’agit ici seulement de la créativité / de la pratique habituelle d’un secrétaire d’État ou de la persistance d’une pratique qui existait sous les derniers Valois avec une récurrence et une variété similaires à celles que nous avons observées dans les mandements du roi de Navarre.

Dénes Harai

ITEM, UPPA

Notes

[1] S’il est attesté que les formules « Par le Roy » et « Par le Roy en son Conseil » étaient parfois inscrites sur les actes des rois de France du xvie siècle par des clercs au service des secrétaires royaux et non par les secrétaires eux-mêmes, les sources manquent pour affirmer une pratique identique dans le cas des actes des souverains de Navarre, même si elle ne peut pas être complètement exclue. Hélène Michaud, La grande chancellerie et les écritures royales au xvie siècle, Paris, Presses universitaires de France, 1967, p. 311.

[2] Sur le paraphe « grille » et le paraphe « cursif » chez les secrétaires du roi de France, voir Claude Jeay, Signature et pouvoir au Moyen Âge, Paris, École des chartes, coll. « Mémoires et documents de l’École des chartes », n°99, 2015, p. 360-361.

[3] La figure 2 montre une projection verticale qui se termine sur la note que le secrétaire a ajoutée – entre le mandement et la signature royale – pour signaler les corrections effectuées dans le texte du mandement. La note en question est ainsi doublement validée puisque la projection verticale s’ajoute au paraphe cursif qui suit la note.

[4] Claude Jeay, op. cit., p. 361.

[5] Abraham Tessereau, Histoire chronologique de la Grande Chancelerie de France, Paris, Pierre Emery, 1710, t. i, p. 126, 179.

[6] Cécile Figliuzzi, Antoine et Henri-Auguste de Loménie, secrétaires d’État de la Maison du roi sous Henri IV et Louis XIII : carrière politique et ascension sociale, thèse d’archiviste-paléographe sous la direction d’Olivier Poncet, École nationale des chartes, 2012.

[7] Cet emplacement aurait pu recevoir la signature de Jacques de Ségur, baron de Pardaillan, mais ce troisième surintendant de la Maison du roi de Navarre était en ambassade au moment de la validation du règlement.

[8] Hugues Daussy, Les huguenots et le roi. Le combat politique de Philippe Duplessis-Mornay (1572-1600), Genève, Droz, 2002, p. 405-406, 431, 599.

[9] Lettre de sauvegarde accordée à Gabriel d’Abzac (Saint-Quentin, 9 décembre 1590), présentation et transcription par Pierre Soulier et Quentin Destrade, publiées sur le Carnet de recherche du projet ANR AcRoNavarre le 17 avril 2019 : https://acronavarre.hypotheses.org/1690.

[10] Louis Potier, secrétaire du roi de France (1567-1616), Abraham Tessereau, op. cit., p. 148, 322. Il est secrétaire d’État à partir de 1589.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search