L’adoption du calendrier grégorien en 1583 pour la souveraineté de Béarn et le royaume de Navarre

La réforme du calendrier grégorien peut paraître surprenante dans un État protestant, entre la septième et la huitième guerre de religion. En effet cette réforme a été initiée par le pape Grégoire XIII, selon les recommandations du concile de Trente qui par la bulle du 24 février 1582, Inter gravissimas modifia le calendrier julien établi en 46 avant notre ère.

Cette réforme avait pour but  de réajuster le calcul de la révolution solaire dans lequel le calendrier julien introduisait un décalage d’environ trois jours tous les quatre cents ans. Pour mettre fin à ce décalage, trois années bissextiles sont supprimées, à savoir lors de trois années séculaires tous les quatre cents ans, qui ne seront pas bissextiles. Le calendrier étant ajusté sur le cycle solaire, il ne restait plus qu’à rattraper le retard accumulé qui s’élevait à dix jours en 1582. Il fut donc prévu de retrancher brutalement dix jours du mois d’octobre, ainsi le jeudi 4 octobre fut suivi du vendredi 15 de ce même mois. L’introduction de cette réforme par la papauté répondait principalement à la nécessité de revoir le calcul de la fête de Pâques, fixée le dimanche suivant la pleine lune postérieure à l’équinoxe de printemps arrêté le 21 mars, et que le retard accumulé par le calendrier julien amenait à établir de plus en plus tôt dans l’année.

Les États catholiques l’adoptèrent pour la plupart (Espagne, Portugal, Italie) dès la fin de l’année 1582. Pour la France, Henri III s’y conforma deux mois plus tard par ordonnance du 3 novembre 1582 qui prévoyait que le 9 décembre soit suivi directement du 20 décembre. Cette année-là en France, le début de la période de l’Avent fut fixé le 18 novembre, et Noël fut bien célébré le 25 du nouveau calendrier, mais qui correspondait pour les contemporains au 15 de l’ancien[1].

Une application béarno-navarraise précipitée

Cette introduction du nouveau calendrier parvint en Béarn en cette même fin d’année 1582, et contrairement à la modification de style intervenue en 1571-1572, ce ne sont pas les États qui en furent à l’origine, mais Henri de Navarre lui-même dont la cour se trouvait alors en cette période de paix, au château de Nérac. Ceci explique donc cette décision à la seule initiative du prince et la rédaction de cet édit en français et non pas en béarnais. L’acte est daté du 20 décembre, soit plus d’un mois et demi après celui du roi de France, mais maintient son exécution en 1582, ce qui ne va pas sans poser un certain nombre de problèmes. En effet, l’édit de Nérac prévoit d’effectuer le rattrapage du mercredi 20 au jeudi 30 décembre inclus, faisant l’impasse sur la célébration de Noël qui n’est pas du tout évoquée par le texte et qui aurait dû intervenir le samedi 25, jour supprimé. Mais cela avait une importance moindre dans les pays protestants où la cène de Noël, l’une des quatre annuelles, était célébrée le dimanche suivant cette fête, et non le jour même. Toutefois, ce texte ayant été publié le 29 décembre 1582, jour normalement supprimé qui correspond au samedi 8 janvier 1583 dans le nouveau calendrier, il semble qu’il n’ait pas pu être strictement appliqué, surtout chez les destinataires tardifs de cette décision. Si l’on examine dans la base de données AcRoNavarre, les actes qui ont été émis par l’administration navarraise, 6 sur 26 enregistrés à ce jour, soit 23%, ont été émis durant la période blanche. Ces actes étant simplement mentionnés dans des registres comptables, il est difficile d’aller plus loin dans l’interprétation. Un indice permet toutefois de noter un effort de l’administration navarraise, à savoir l’émission de 7 actes le 31 décembre, première journée à l’issue du rattrapage, alors que les autres jours de ce mois leur nombre ne dépasse pas celui de deux. Quant au souverain, il ne respecte pas lui-même les termes de son édit puisqu’il adresse une longue lettre au roi de France le 21 décembre, puis le 23 aux Églises réformées de France et aux syndics de Genève[2] et il écrit de sa main même au chancelier de Bellièvre les 21 et 24 décembre 1582[3], c’est-à-dire au cours de cette période blanche. Toutefois, ces lettres concernant des affaires françaises et étrangères étant rédigées à Nérac en terre féodale française sans doute a-t-il utilisé la datation française qui avait procédé au rattrapage de dates au mois d’octobre et non en décembre comme pour le Béarn et la Navarre.

Les enjeux de l’application du calendrier grégorien en Béarn

Il est clairement explicité dans l’édit que l’inspiration de la réforme provient du royaume de France « combien que le roy monseigneur en cestui royaume de France ayt ordonné led. retranchement estre faict le dixiesme de ce mois et an au lieu dud. dixiesme compter le vingtiesme », ce qui montre que dans cette période de paix, alors qu’Henri de Navarre est le beau-frère du roi de France et a établi sa cour en Albret qui est sous suzeraineté française, la souveraineté béarnaise est désormais entrée dans le giron de son puissant voisin septentrional. La décision de s’aligner sur le nouveau calendrier français est certes politique mais elle comporte également un aspect administratif et un enjeu économique. L’aspect administratif tout d’abord : cette adoption permet d’unifier le calendrier sur l’ensemble des territoires sous l’autorité d’Henri de Navarre ; on le voit particulièrement ici lorsqu’il prend une ordonnance pour le Béarn alors que sa cour réside à Nérac. Voyons maintenant l’enjeu économique : cette évocation de la pratique française et la volonté de faire des « annees semblables en nostred. pays à celles de leurs voisins », était déjà présente dans la changement de millésime dix ans plus tôt[4], et cet alignement est perçu de la même manière, à savoir la facilitation des échanges commerciaux avec la France et l’Espagne. Dans une lettre adressée à Théodore de Bèze par Guillaume de Casenave, celui-ci conclut par cette phrase assez éloquente : « D’Arros, ce 12 d’avril 1583, selon la reformation de l’annee que nous sommes contrains de recevoir à cause des commerces »[5].

Le premier pays protestant à adopter le calendrier grégorien

Quoiqu’il en soit, cette référence à la France permet de faire très opportunément silence sur l’origine pontificale de ce nouveau calendrier, celle-ci étant pour le moins gênante dans un pays protestant et dont le souverain est le chef du parti huguenot, d’autant que l’on sait que d’autres grandes contrées ayant fait le choix de la rupture avec Rome tels que le Royaume-Uni ou la Norvège, le Danemark et la Suède n’adopteront le calendrier grégorien respectivement qu’en 1752 et 1753. Sur ce point le Béarn, pour des raisons politiques, administratives et économiques primant sur l’aspect confessionnel, est le premier pays protestant à avoir adopté le calendrier grégorien.

Philippe Chareyre

UPPA – ITEM

Document

Archives de la Communauté d’Agglomération Pau Béarn Pyrénées, Lescar FF1, f°148r-v.

 

Archives de la Communauté d’Agglomération Pau Béarn Pyrénées, Lescar FF1, f°148r

 

[f°148 r°]

Edict sur le retranchement de dix jours d’une année

Henry par la grâce de Dieu, roy de Navarre, seigneur souverain de Béarn, à touts presens et advenir, salut. Comme touts les roys, princes souverains et potentats de la chrestienté, se soient pour le bien d’icelle accordés qu’il est très necessaire de retrancher dix jours entiers en la presente annee pour les causes et raisons amplement deduites en leurs edicts, et combien que le roy monseigneur en cestui royaume de France ayt ordonné led. retranchement estre faict le dixiesme de ce mois et an au lieu dud. dixiesme compter le vingtiesme, ce neanmoins nous n’aurions peu le faire executer et ensuivre aud. jour en nostre royaume et pays souverain ; savoir faisons que pour les causes dessusd. et autres bones considerations à ce nous mouvans, et voulans aussy pour ce regard nous conformer en nostred. royaume et pays souverain aux ordonnances aux susd. princes chrestiens et faire les annees semblables en nostred. pays à celles de leurs voisins, aussy pour eviter les inconveniens quy en pourroient arriver : Avons ordonné et ordonnons par cestui nostre present edict, loy et ordonnance irrevocable, qu’estant le vingtieme de ce mois de décembre expiré, le lendemain quy se compteroit suivant l’ancien et accoustumé calendrier le vingt uniesme, soit tenu et nombré par touts les endroits de cestui nostre royaume et pays souverain, le dernier jour dud. present mois de dexembre, et le lendemain d’iceluy, le premier jour de l’an mil cinq cens quatre vingt trois, laquelle annee et autres subsequentes auront après leur cours entier et complet comme auparavant, n’entendant toutesfois prejuditier aux retraits lignagers ou feodaux, prescriptions, actions annuelles ou de moindre temps, terme de payement, mandemens, rescriptions, lettres de change, promesses ou obligations, lesquelles auront leur cours et terme entier, nonobstant la sustraction desd. dix jours, tout ainsi que si elle n’avoit esté faitte et ce pour le regard de ce quy eschera en la presente annee tant seulement[6]. si donnons en mandement a nostre trés amé et feal conseiller et chambellan ordinaire, le sieur de Sengenies[7], gouverneur et nostre lieutenant general en nostred. royaume et pays souverain que cestui nostre present edict et ordonnance, il fasse [f°148 v°] publier et enregistrer en nostre chancellerie de Navarre et conseil ordinaire de Bearn, et partout ailleurs que besoin sera, iceluy faire inviolablement entretenir, garder et conserver par touts les endroits de nostred. royaume et pays souverain, sans auquunement l’enfraindre, cessans et faisans cesser touts troubles et empechemens à ce contraires. Car tel est nostre plaisir. Et affin que ce soit chose ferme et stable à tousjours, avons fait mettre notre scel à ces presentes. Donné à Nerac le vingtiesme dexembre suivant le susd. edict mil cinq cens quatre vingt et deux. Signat Henric, et au repler, par le roy de Navarre, seigneur souverain de Bearn, estant en son conseil, contresignat Jouye[8].

[Publication le 29 décembre 1582]

Lou vingt nau de dexembre, l’an mil cinq cens oeytante deux, las presens lettres fon legides et publicades en audience publique, present et requeren lou procuraire general de sa magestat, et ordonnat per lou conseil que aqueres seran registrades au libe de las ordennances, et neanmeins que seran publicades en las cours et siedges deu senechal et registrat en aqueres et autres villes deu present pays a la diligence deu procuraire general, et que las coppies de lesd. lettres et edict corrigides per lou notari deud. conseil sie adjustade autan de fee comme au propi original, et mandat aqueres goardar et observar de punt en punt, aussy a la requisition deu sindic deu pays fou mandat au notari lou en expedir une coppie per sen servir com bon lou semblara et de rason appartiendre.

Traduction :

Le 29 décembre 1582, les présentes furent lues et publiées en audience publique, présent et requérant le procureur général de sa majesté. Il fut ordonné par le conseil que celles-ci seront enregistrées au livre des ordonnances, et néanmoins qu’elles seront publiées et enregistrée à la cour et siège du sénéchal et autres villes du présent pays à la diligence du procureur général, et que la copie desdits lettres et édit, vérifiée par le notaire dudit conseil, soit jointe autant de fois comme à l’original, et ordonne les garder et observer de point en point. A la réquisition du syndic du pays il fut aussi ordonné au notaire de lui en expédier une copie pour s’en servir comme de bon lui semblera et pour toute cause qu’il appartiendra.

 

Notes

[1] Jérôme Delatour, « Noël le 15 décembre : la réception du calendrier grégorien en France (1582) », Bibliothèque de l’École des chartes, 1999, p. 369-416

[2] Berger de Xivrey, Recueil des lettres missives de Henri IV, tome 1 (1532-1584), Paris, 1843, p. 484-491.

[3] Eugène Halphen, Lettes inédites du roi Henri IV au chancelier de Bellièvre, 1581-1601, Paris, 1872, p. 27-28.

[4] Voir Philippe Chareyre, « Le changement du début de l’année en Béarn en 1572 », https://acronavarre.hypotheses.org/3185.

[5] H. Aubert, A. Dufour, B. Nicollier et Hervé Genton, Correspondance de Théodore de Bèze, tome XXIV (1583), Droz, Genève, 2002, p.89.

[6] Cette mesure a pour objet d’éviter tous litiges pour le paiement des redevances, notamment les demandes de réduction de revenus, de redevances ou de loyers pour un mois amputé de dix jours. En Grande-Bretagne en 1752, ce changement de calendrier provoqua des émeutes pour ces mêmes raisons.

[7] Armand de Gontaut, sieur de Saint-Geniès et d’Audaux, sénéchal de Béarn en 1574, puis lieutenant-général en 1578.

[8] Martin Jouye, conseiller et secrétaire ordinaire.



Citer ce billet
Philippe Chareyre (2021, 21 janvier). L’adoption du calendrier grégorien en 1583 pour la souveraineté de Béarn et le royaume de Navarre. ANR AcRoNavarre. Consulté le 24 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/al0y

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search