Le changement du début de l’année en Béarn en 1572

La souveraineté béarnaise n’échappa pas aux réformes du calendrier qui furent appliquées dans les autres États européens, mais toutefois elle le fit à son propre rythme. Ces réformes portent sur deux points : le changement du jour du début d’année, puis le passage du calendrier julien au calendrier grégorien. Il est très important pour l’historien de bien connaître ces modifications pour préciser la date exacte des documents produits, et éviter ainsi des erreurs de datation pouvant totalement fausser des contextualisations d’actes d’une année, ou être la cause d’erreurs d’interprétation.

Vers l’adoption du début de l’année au premier janvier : après l’Espagne et la France

Voyons tout d’abord, la première réforme, celle du premier de l’an, dite du millésime ou du style, intervenue à la fin de l’année 1571 et prenant effet à partir du 1er janvier 1572. Contrairement à notre époque, le début de l’année n’est pas uniforme selon les lieux et l’on distingue globalement quatre styles de datation, le style de la Circoncision ou du 1er janvier, celui de la Nativité c’est-à-dire le 25 décembre, celui de Pâques en usage chez les capétiens dont la date varie selon les années entre le 22 mars et le 25 avril, et celui de l’Annonciation florentin le 25 mars qui fut le plus couramment adopté en Occident. Toutefois il n’y a aucune unité dans l’ancienne Europe sur ce point, l’exemple du calendrier pontifical variant selon le choix du pape en constitue l’un des meilleurs exemples. Plus proche de la souveraineté béarnaise, à Toulouse, les notaires et capitouls ont retenu le 1er avril[1], alors que les actes capitulaires de Saint-Etienne préfèrent Noël, et que l’administration royale fonctionne selon le style de Pâques.

C’est au XVIe siècle que la plupart des pays européens adoptèrent, en ordre dispersé, un autre système de datation ne correspondant plus à la grande fête religieuse de Pâques, ni tout à fait à celle de Noël qui a fait l’objet d’une très minutieuse étude de la part d’Olivier Guyotjeannin et de Benoît-Michel Tock[2]. Il s’agit de celui que nous utilisons encore aujourd’hui, à savoir le style du 1er janvier, qui devient le « nouveau style » succédant à ceux qui seront qualifiés globalement d’« ancien style ».

Plusieurs explications ont été avancées pour expliquer ce mouvement global qui tranche avec les nombreuses variations de l’époque précédente. Une première, de nature culturelle, s’inscrit dans le contexte de la Renaissance qui renoue et idéalise les savoirs antiques, et fait de ce choix un retour à la pratique du calendrier romain ou julien qui avait fixé le début de l’année au 1er janvier. Une autre plus politique voudrait voir, au moment où l’État prend une place croissante, une volonté d’unification des pratiques à l’intérieur d’un royaume, et par là-même un phénomène de laïcisation du calendrier. Unification qui faciliterait les fonctionnements administratifs, judiciaires, notariaux, ou économiques. O. Guyotjeannin et  B.-M. Tock objectent toutefois que l’on puisse y voir une victoire d’une date « civile » contre la fête de Noël[3], car de même que le style du 25 mars était proche de Pâques, celui du 1er janvier n’est qu’à quelques jours de celui de Noël. C’est donc plutôt un souhait de simplification qui l’aurait emporté ; il est effectivement plus simple de faire coïncider le premier de l’an avec le premier jour d’un mois. Selon ces mêmes auteurs, « les mesures modernes seraient donc bien moins de laïcisation que de simplification dans la communication, une communication écrite qui a atteint un nouveau palier. »[4], et elles seraient à mettre en relation avec une nouvelle conception de la mesure du temps tendant  de plus en plus à l’exactitude[5].

Dans la première vague des pays ayant fait ce choix, nous trouvons Venise en 1522, la Suède en 1529, puis le Saint-Empire romain germanique en 1544, l’Espagne et le Portugal en 1556. Il faut attendre l’année 1564 pour que la France fasse ce choix qui ne sera généralisé qu’à partir de 1567. C’est en effet par l’édit de Paris de janvier 1563 (ancien style et donc 1564 dans le nouveau) que le roi Charles IX prescrit, dans son 39e et dernier article (les autres ayant pour objet la procédure ou le droit civil), que la datation de tous les actes, publics ou privés, commence au 1er janvier de chaque année à compter de 1565 : « Voulons et ordonnons qu’en tous actes, registres, instrumens contractz, ordonnances, edictz, lettres tant patentes que missives et toute escripture privée, l’année commence doresenavant et soit comptée du premier jour de ce mois de janvier »[6]. Après remontrances du parlement de Paris, le roi émit une déclaration le 9 août 1564, plus connue sous le nom d’édit de Roussillon, qui fut enregistrée le 22 décembre suivant, mais en refusant d’appliquer le dernier article portant sur le changement de millésime. Il fallut attendre le 23 juillet 1566 pour l’enregistrement de ce dernier point et son application au 1er janvier 1567[7], ce que les autres parlements provinciaux adoptèrent. À Toulouse, puis Bordeaux, le nouveau calendrier avait  cependant été adopté dès les 10 janvier et 25 avril 1564, à l’occasion du grand tour de France royal de Charles IX.

Le cas de la souveraineté béarnaise : le temps des marchands

La décision béarnaise intervient pour sa part à la fin de l’année 1571 à un moment crucial de son histoire, alors que Jeanne d’Albret, de retour de La Rochelle à la fin de la troisième guerre de religion, s’apprête à prendre ses grandes ordonnances du mois de novembre, établissant le protestantisme comme religion de l’État, et définissant ses institutions et leur place au sein de la souveraineté. Ce changement calendaire est symbolique d’une nouvelle ère religieuse. L’initiative ne semble néanmoins pas en revenir à la reine puisqu’elle répond en cela à une demande de ses sujets par l’intermédiaire de l’assemblée des États par la voix de ses deux syndics, Pédesert et Laborde. Cela dit, l’assemblée des États, au sortir de la guerre civile béarnaise de 1569, ne comprend plus que des fidèles sujets de la reine qui sont en mesure d’aller au-devant de ses désirs et le jeu requête et acceptation de la demande ne pourrait constituer qu’un artifice administratif formel. Quoiqu’il en soit, l’argument n’est ni politique, ni religieux, mais essentiellement économique et semble véritablement correspondre à une attente d’une partie de la population :

« et d’autant que les voisins dudit pays avec lesquels les habitants du Béarn ont souvent à commercer et exercer négoce et passer plusieurs contrats dans lesquels lesdits voisins comptent et commencent leur début de l’année le premier jour de janvier, cette diversité amène beaucoup d’erreurs et de confusions dans ces dits contrats, commerces et autres négoces. »

Le rôle des marchands dans la modification du calendrier n’est pas une nouveauté, leur influence dans l’introduction du style pisan, une variante du style de l’Annonciation, a été bien étudié, pour le midi de la France à la fin du Moyen Âge[8]. Mais la nécessité semble plus globale, et il n’est pas difficile de deviner que les deux grands voisins sont l’Espagne qui a franchi ce pas depuis quinze ans, et la France des parlements de Bordeaux et de Toulouse depuis sept ans et que par conséquent, le Béarn n’avait aucun intérêt à maintenir cette particularité.

La décision prise par mandement le 1er novembre 1571 est donc applicable au premier janvier suivant. Il convient donc, pour l’historien qui aurait à consulter des documents antérieurs à 1572, d’ajouter une année à celle mentionnée, entre le 1er janvier et le 25 mars.

L’enjeu confessionnel

Suivront en 1576, les Pays-Bas espagnols, le duché de Lorraine trois ans plus tard, puis le pape étend cette mesure en 1622 à l’ensemble des pays catholiques. Du côté des pays protestants, les Provinces-Unies adopteront le style du premier janvier en 1583, l’Ecosse en 1600 et il faudra attendre l’année 1752 pour qu’il soit adopté dans l’ensemble du Royaume-Uni. La souveraineté béarnaise protestante, tout comme la Hollande[9], ayant fait quant à elle ce choix en 1571 pour une application dès le commencement de la suivante, présente un exemple précurseur par rapport à l’ensemble des grands pays de même confession.

Un document instructif sur les modes de fonctionnement de l’administration béarnaise

Les textes retranscrits et traduits ci-après proviennent du registre C 685 des établissements des États de Béarn, qui contient plusieurs pièces compilées plus tardivement. Ainsi nous trouvons en premier lieu, au folio 50, une copie du document des États portant, en quelques lignes, l’acceptation signée par la reine et contresignée par son conseiller privé et secrétaire Pelletier, datée du 1er novembre 1571. Un peu plus loin, folio 55, se trouve la retranscription du document du secrétaire, avec une formulation plus élaborée de l’ordonnance reprenant sans doute l’original, réalisé en présence du chancelier Barbier de Francourt, contresigné par Pelletier, sur lequel est apposé le sceau des armes, daté du 20 novembre, presque trois semaines plus tard. Ce document mentionne enfin la publication de cette ordonnance, à la demande de Pédesert, syndic des États, le 9 janvier de la nouvelle année 1572. Nous avons donc là une bonne illustration de la part de l’assemblée des Etats et de celle du conseil souverain qui œuvrent conjointement mais selon leurs propres spécificités dans l’élaboration de la règlementation béarnaise. Il nous a donc paru intéressant de retranscrire ces deux documents pour éclairer le mode de prise de décision dans la souveraineté béarnaise, au temps de Jeanne d’Albret.

Philippe Chareyre

UPPA – ITEM

 

Requête et mandement établissant le début de l’an au premier janvier à partir de 1572

« la milhasime se comptara a ladvenir deu permer jour de janer »

(Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, Établissements de Béarn, C 685, f°50-51 et 55-56)

Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, C 685, fol. 50v – fol. 51r

[Document des États[10]]

[f°50 v°]

A la Regine

Madame,

Tres humblement vous remonstren las gens deus tres Estatz de vostre present pais soviran de Bearn que de loncg temps ensa en lod. pais la milhasime se accostume cambiar lo vingt et cincq de mars et contar las aneyes despux lod. jour entro autre senblable jour au passat et revolut. Et d’autant que los circombesins deud. pais ab losquoalz los havitans de Bearn an a traficar et negossiar sovent et passar plusors contractes losquoalz circombesins conten et comensen lor milhasime lo permer jour de janer, laquoalle dibersitat amene beaucop de errors et confusions en losd. contraictz, trafiques et autres negosis a cause de que et per obbiar ausd. incombeniens, supplican vous platie, establir et ordonar que lad. milhasime se cambiara et contara annuallement doresnabant en lo present pais soviran de Bearn lo permer jour de janer, et los supplicans continuaran pregar Diu [f°51 r°] per la conservation et prosperitat de vostre realle majestat[11]. Ainsy signatz, Pedesert, sindicq de Bearn, de Laborde sindicq de Bearn.

La regine ordone que la milhasime se contara a ladvenir deu permer jour de jener en toutz contractz, tant publixs que particulars, et a tous actes judiciaires de quenhes qualitat et condition que sien. Feyt en son conseil pribat tengut a Pau lo permer jour de nobembre mil cincq cens septante et ung. Ainsy signade Jehanne, et plus bas Pelletier.

Traduction :

A la reine. Madame, Les gens des trois États de votre pays souverain de Béarn vous remontrent très humblement que depuis longtemps en ça dans ledit pays, la coutume est de changer de millésime le vingt-cinq mars et de compter les années depuis ce jour jusqu’à ce même jour passé et révolu, et d’autant que les voisins dudit pays avec lesquels les habitants du Béarn ont souvent à commercer et exercer négoce et passer plusieurs contrats dans lesquels lesdits voisins comptent et commencent leur début de l’année le premier jour de janvier, cette diversité amène beaucoup d’erreurs et de confusions dans ces dits contrats, commerces et autres négoces, pour ces causes et pour obvier à ces dits inconvénients, supplient vous plaire, établir et ordonner que ledit millésime dans le présent pays souverain de Béarn changera et sera dorénavant compté chaque année le premier jour de janvier, et les suppliants continueront de prier Dieu pour la conservation et prospérité de votre royale majesté, ainsi signé Pédesert, syndic de Béarn, de Laborde, syndic de Béarn.

La reine ordonne que le début de l’année sera compté à l’avenir au premier jour de janvier dans tous les contrats, tant publics que privés, et pour tous les actes judiciaires de quelles qualité et condition qu’ils soient. Fait en conseil privé tenu à Pau le premier jour de novembre mil cinq cent septante un, ainsi signée Jehanne, et plus bas Pelletier.

[Document du conseil[12]]

[f°55 v°]… En oultre nous es estat remonstrat per los susd. que de loncq temps en sa en lod. pais, la milhasime se accostume cambiar  lo vingt et cincq de mars comptant las aneyes despux lod. jorn entro autre semblable jour an passat et revolut. Et dautant que las circombesins de nostred. [f°56 r°] pais ab losquoalz los havitans deguet an a trafiquar et neguotiar sovent et passar plusors contractes losquoalz circombesis compten et comensen lor milhasime lo permer jour de janer laquoalle dibersitat avent beucoup de errous et confusions en losd. contractz, trafiques et autres negotiis, a cause de que et per obbiar ausd. incombeniens,

Nous havem ordonat et ordonam que la milhasime se comptara a ladvenir deu permer jour de janer en toutz contractz tant publixs que particulars et en toutz actes juditialz de quenhe condition et qualitat que sien. Sy donam en madament a nostres amatz et fidelz conselhers las gens thenens nostre conseil ordinary, senechal de nostred. soveranitat de Bearn, judges de sa cort et a toutz autres nostres justitiers et officiers sy com a chacun de lor appartiendra, que las [f°56 v°] presentes lor fazen legir, publicar et enregistrar en lors registres a la requisition deus sindixs de nostred. pais ou de lun de lor, et lo contengut dequeres guoardar et far observar de punct en punct segont lor forme et thenor affin que personne no y pusque pretender cause dignorence. En testimony de que nous havem a lad. presentes signades de nostre man, feyt meter et appausar lo saget de nostres armes. Dades a Pau, lo vingt jour de novembre, lan mil Vc septante ung. Ainsy signade Jeanne, per la regine, dame sovirane de Bearn en son conseil pribat, present monsieur lo chanceller. Ainsy signat Pelletier.

Lod. acte de publication deud. jour nau de janer mil Vc septante et dus, feyte au conseil a la requisition deud. de Pedesert, sindicq es au pee de lad. coppie de patente.

Traduction :

En oultre il nous a été remontré par les susd. que depuis longtemps en ça dans ledit pays… [ suite identique au texte de la remontrance ci-dessus jusqu’à : ] et pour obvier à ces dits inconvénients,

Nous avons ordonné et ordonnons qu’à l’avenir, le millésime se comptera à partir du premier jour de janvier en tous contrats, tant publics que particuliers, et en tous actes de justice de quelles condition et qualité qu’ils soient. Si ordonnons en mandement  à nos amés et fidèles conseillers, les gens tenant notre conseil ordinaire, sénéchal de notred. souveraineté de Béarn, juges de sa cour et à tous autres nos justiciers et officiers ainsi qu’à chacun il appartiendra, que les présentes fassent lire, publier et enregistrer en leurs registres à la réquisition des syndics de notred. pays ou de l’un d’eux, et le contenu d’icelles garder et faire observer de point en point selon leur forme et teneur, afin que personne n’y puisse prétendre cause d’ignorance. En témoignage de quoi nous avons signé lesd. présentes de notre main et fait mettre et apposer le sceau de nos armes. Données à Pau, le vingtième jour de novembre l’an mil cinq cent septante-un. Ainsi signée, Jeanne, pour la reine, dame souveraine de Béarn en son conseil privé, présent Monsieur le chancelier[13], ainsi signé Pelletier[14].

Led. acte de publication dud. jour 9 janvier mil cinq cent soixante-douze, fait en conseil à la réquisition dud. de Pédesert, syndic, est au pied de lad. copie de patente.

Notes

[1] Charles Higounet, « Le style du premier avril à Toulouse au XIIe et au XIIIe siècle », Annales du Midi, 1937, p. 153-177.

[2] Olivier Guyotjeannin et Benoît-Michel Tock, « Mos presentis patrie. Les styles de changement du millésime dans les actes français (XIe-XVIe siècles) », Bibliothèque de l’École des Chartes, t. 157, 1999, p. 41-109. Pour une bibliographie plus détaillée, voir sur le site de l’Ecole nationale des chartes la page « Chronologie diplomatique » http://theleme.enc.sorbonne.fr/bibliographies/diplomatique_medievale/chronologie_diplomatique

[3] Ibid, p. 62.

[4] Idem.

[5] Max Engammare, L’Ordre du temps. L’invention de la ponctualité au XVIe siècle, Droz, 2004, 264 p.

[6] François-André Isambert, Recueil général des anciennes lois françaises, t. XIV, première partie, Paris, 1829, p. 169. (AN X1a 8625, f° 381v°-387v°).

[7] Georges Teissier, « Parlement de Paris et style du 1er janvier », Bibliothèque de l’École des Chartes, 1940, n°101, p. 233-236. Sylvie Daubresse, « Le 1er janvier, premier jour de l’année en France (1564) », Revue de la Bibliothèque nationale de France, n° 4, janvier 2000, p. 65-69.

[8] Olivier Guyotjeannin et Benoît-Michel Tock, op. cit., p. 51. Voir aussi Charles Higounet, « Le style pisan : son emploi, sa diffusion géographique », Le Moyen Age, 1952, p. 31-42 et Damien Garrigues, « Les styles du commencement de l’année dans le Midi. L’emploi de l’année pisane en pays toulousain et Languedoc », Annales du Midi, 1941, n°211, p. 237-270  et n°212, p. 337-362. Le style toscan se distingue du style de  l’Annonciation florentin par un décalage d’un an. À Florence, l’année commence le 25 mars, alors qu’elle se finit à cette même date à Pise. Cette particularité pisane est restée en usage dans cette ville jusqu’en 1749.

[9] Olivier Guyotjeannin et Benoît-Michel Tock, op. cit., p. 96.

[10] A.D.PA., C 685, f°50-51.

[11] Abrévié en VMR dans le texte.

[12] A.D.P.A., C 685, f°55-56. Victor Dubarat,  Documents et bibliographie sur la Réforme en Béarn et au Pays basque, Pau, 1900, p. 79, signale que ce même texte se trouve dans le registre des délibérations du village de Bruges, BB1.

[13] Gervais Barbier, seigneur de Francourt de 1569 à 1572.

[14] Jean Pelletier, secrétaire ordinaire du conseil de Jeanne d’Albret.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search