La fin de la « Hermandad » du royaume de Navarre (janvier 1510) : un des indicateurs de la stabilité politique et sociale existant sous le règne des premiers Albret

Les « hermandades » étaient des institutions particulières existant en Espagne dès le xiie siècle, créés par des villes et des villages diverses, et chargées de la pacification et du maintien de l’ordre dans leurs territoires, souvent menacés par des bandits et des voleurs. Par conséquent, même si le nom peut le suggérer, il ne s’agissait pas de fraternités/confréries religieuses mais d’institutions disons « civiles ». En choisissant ce modèle d’institution qui cherchait la stabilité sociale, les souverains des royaumes hispaniques, comme ceux de Castille et de Navarre, ont créé des « hermandades » dotées d’attributions militaires et judiciaires afin de maintenir l’ordre et la justice dans l’ensemble de leurs royaumes.

La naissance en 1488 de la « Hermandad » de Navarre a été un pas important dans le processus de stabilité politique et sociale du royaume, mis en œuvre sous le règne de Catherine de Foix et Jean d’Albret. De la même façon que les Rois Catholiques l’avaient fait précédemment en 1476 dans le royaume de Castille, plongé dans une très sévère crise politique et sociale,[1] les souverains Catherine de Foix et Jean d’Albret ont créé cette institution en Navarre à la fin de la décennie de 1480 avec le but d’éradiquer le désordre installé dans le royaume pyrénéen, en organisant une sorte de police centralisée, efficace, et dotée de larges pouvoirs de juridiction. C’est donc par la volonté d’éradiquer l’instabilité sociale ainsi que de renforcer de la justice royale, que la « Hermandad » est née dans le dernier tiers du xve siècle non seulement en Navarre mais aussi en Castille. L’un des principaux objectifs était de doter d’un ordre juridique les circonscriptions locales navarraises afin de donner naissance à une administration de justice ordinaire efficace pour éradiquer les problèmes sociaux provoqués principalement par des bandits, des voleurs et des rebelles[2].

Cette institution s’est organisée en Navarre par « merindades », c’est-à-dire, dans le cadre des six « provinces » ou grandes circonscriptions administratives composant le royaume : Pampelune, Tudele, Estella, Sangüesa, Olite, et Ultrapuertos. Il faut souligner que la naissance de la « Hermandad » a été un projet partagé par les souverains et les représentants des Navarrais réunis en Cortes Generales. Créée pour une durée annuelle, les Cortes Generales devaient réexaminer chaque année les ordonnances de la « Hermandad », qui étaient ensuite ratifiées et approuvées par les rois ou leurs lieutenants généraux.

Parmi les actions réalisées par cette institution que l’on peut qualifier de « juridico-militaire » nous remarquons d’abord l’accord établi avec la « hermandad » de la province d’Alava en 1489, concernant la procédure à suivre contre les bandits et les voleurs des territoires frontaliers « navarro-alaveses »[3]. Cette collaboration entre les « hermandades » du royaume de Navarre, gouverné par les Albret, et de la province d’Alava, dépendante des rois de Castille, a été l’une des conséquences du traité international de collaboration politique et militaire conclu le 21 mars 1488 à Valence (Espagne) entre Alain d’Albret, lieutenant général des souverains navarrais, et les Rois Catholiques Ferdinand et Isabelle, chaque partie étant à la tête d’un tandem formé d’un côté par les domaines de Navarre et de Béarn et d’un autre côté par celui constitué par les royaumes de Castille et d’Aragon[4].

Les attributions de cette institution ne se limitaient pas aux affaires d’instabilité frontalière entre Navarre et Castille. Elle a permis une importante activité dans l’ensemble du royaume, notamment au cours de la deuxième partie de l’année 1494, au cours de laquelle s’est déroulé le dernier épisode de la guerre civile navarraise du xve siècle[5]. Pendant ce temps les membres de la « Hermandad » ont eu un principal rôle militaire et judiciaire, toujours au service des rois,  qui a permis l’échec de la rébellion commandée par Louis de Beaumont, comte de Lerin[6].

Il faut souligner que l’activité développée par la « Hermandad » au cours de plus d’une vingtaine d’années, avec la mise en œuvre d’autres actions dans le domaine du gouvernement et de la justice, comme la réforme du Conseil royal du royaume, a favorisé un bon établissement de la justice pour maintenir le royaume en paix au cours du règne de ces rois, comme les trois États Navarrais « tous conformes et d’une seule opinion » l’ont affirmé au cours de la réunion des Cortes Generales qui s’est tenue à Pampelune le 23 janvier 1510[7]. Alors que les rois Jean d’Albret et Catherine de Foix avaient demandé aux Navarrais de renouveler la « Hermandad » juste un mois auparavant, le 3 décembre 1509, au cours de la session d’ouverture des Cortes[8], ceux-ci n’ont pas voulu le faire en alléguant que cette institution n’était plus nécessaire car la stabilité politique et sociale était désormais bien établie dans le royaume. Par ailleurs, les trois états de Navarre ont affirmé lors de cette réunion que désormais la seule menace d’instabilité sociale et politique ne pourrait provenir que d’une intervention militaire étrangère. C’est pourquoi ils ont nommé plusieurs commissaires ou « diputados » chargés d’organiser la défense du royaume, en s’occupant de la levée de gens pour le défendre, en cas d’invasion d’une armée étrangère.

Même Ferdinand le Catholique partageait la même opinion que celle des Navarrais concernant la stabilité politique établie en Navarre, lorsqu’il écrivait en juillet 1512 à Diego de Deza, son confesseur et archevêque de Séville, que depuis des années les rois Jean d’Albret et Catherine de Foix avaient maintenu leur royaume « en paix et en obéissance »[9].

                                                                                  Álvaro ADOT LERGA

                                             ITEM 3002, Université de Pau et des Pays de l’Adour

 

Acte des Cortes Generales de Navarre relatif au non-renouvellement de la Hermandad de Navarra

Date : Pampelune, le 23 janvier 1510

Source : AGN, Reino, Actas de Cortes, vol. 20, f. 68v-69v.

Édition : Acte transcrit et publié par Álvaro ADOT LERGA, Navarra, julio de 1512. Una conquista injustificada. Prólogo/Préface par Pierre Force. Pamplona, Pamiela, 2012, p. 37.

Résumé : Acte des représentants de Trois États de Navarre réunis en Cortes Generales, « tous conformes et d’une seule opinion », par lequel les Navarrais ne renouvellent pas la “hermandad”, car la justice était assez établie pour  maintenir le royaume en paix. Les Cortes affirment aussi que la seule menace d’instabilité sociale et politique ne pourrait provenir que d’une intervention militaire étrangère. C’est pourquoi elles ont nommé plusieurs commissionnés pour s’occuper d’organiser la défense du royaume, au cas d’invasion d’une armée étrangère.

ACTO DEL REYNO. Por cuanto los señores de los Tres Estados, visto que la hermandad no era necesaria ni provechosa, ante para el reyno era de mucha costa y cargo, por esto y porque quedaba más impedimento a la justicia ordinaria que ayuda ni favor, todos conformes y de un parecer quisieron que no hubiese de haber hermandad por ahora, pues la justicia ordinaria estaba bien asentada y bastaba para tener el reyno en paz, mas porque si hueste extranjera entrase al reyno sería necesario para defensión de aquel servicio de los reyes nuestros señores y su estado real, dar orden en el levantamiento de la gente para en semejante caso y que todos los nabarros, como buenos y fieles súbditos pusiesen sus fuerzas, ordenaron con diligencia y permiso de Sus Altezas, conformando con el fuero y amparando aquel según la necesidad que ocurriere por este presente año que si tal caso acaecía, lo que dios no mande, que gente extranjera entrase en este reyno por hacer guerra u ocupar alguna parte de aquel, que las gentes del Real Consejo ensemble con algunos prelados, nobles, caballeros del brazo militar y algunas principales de las universidades, que más a mano estuvieren, tengan autoridad y poder de diputar personas para levantar toda la gente de caballo et pie que en reyno hay o la que fuere menester según la necesidad que hubiere, y mandarla emplear donde fuere necesario para el servicio de sus Altezas y defensión del reyno durante el tiempo que bien visto les fuere para lo cual los dichos señores de los estados les dan su autoridad y poder.

 

Notes

[1] La « Hermandad general » de Castille, créé par Isabelle et Ferdinand le Catholique, a eu une durée de 22 années (1476-1498). Fernando SUÁREZ BILBAO, Un cambio institucional en la política de los Reyes Católicos: La Hermandad General. Madrid, Servicio de Publicaciones, Facultad de Derecho, Universidad Complutense de Madrid, 1998.

[2] Voir l’intéressant article de Javier GALLEGO GALLEGO, «La Hermandad del Reino de Navarra (1488 – 1509)», Príncipe de Viana Pamplona, 1988, Anejo 8, p. 449-457.

[3] Álvaro ADOT LERGA «La frontera navarro-alavesa. Delimitación y amojonamientos realizados en la Edad Moderna », Vasconia, cuadernos de Historia – Geografía, n.38, 2012, p. 95-117.

[4] Valence, le 21 mars 1488. Álvaro ADOT LERGA, Juan de Albret y Catalina de Foix o la defensa del Estado navarro. Préface / Prólogo de Christian Desplat. Pamplona, Pamiela, 2005, p. 92-95. Acte publié et transcrit par Jerónimo ZURITA, Annales de la Corona de Aragón. Edición preparada por Ángel Canellas López.Tomo 8. Zaragoza, Institución Fernando el Católico, CSIC, 1977, p. 543-544.

[5] Álvaro ADOT LERGA, Juan de Albret y Catalina de Foix, p. 120-155.

[6] Ibidem.

[7] Pampelune, le 23 janvier 1510. Archivo Real y General de Navarra (désormais AGN), Reino, Actas de Cortes, vol. 20, f. 68v-69v. Acte transcrit et publié par Álvaro ADOT LERGA, Navarra, julio de 1512. Una conquista injustificada. Pamplona, Pamiela, 2012, p. 37.

[8] Pampelune, le 3 décembre 1509. AGN, Reino, Actas de Cortes, vol. 20, folio 64r.

[9] Burgos, le 20 juillet 1512. Lettre de Ferdinand le Catholique à Diego de Deza, son confesseur et archevêque de Seville, afin de justifier l’invasion de Navarre. Andrés BERNÁLDEZ, Historia de los Reyes Católicos D. Fernando y Dª Isabel, Crónica inédita del siglo xv, escrita por el bachiller Andrés Bernáldez, cura que fue de los Palacios. Tomo ii, Granada, Imprenta y Librería de D. José María Zamora, 1856, p. 218.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search