Parution d’un article de Dénes Harai sur la dimension politique des cures thermales des souverains de Navarre au XVIe siècle

Dans le numéro 54 (novembre 2020) de Cahier d’Histoire immédiate, un dossier thématique « thermalisme, montagne et politique » coordonnée par Viviane Delpech (UPPA, ITEM, projet Feder TCV-PYR) vient de paraître contenant un article de Dénes Harai (UPPA, ITEM), chercheur du projet ANR AcRoNavarre, intitulé « Les sources du pouvoir. L’activité politique des souverains de Navarre dans les stations thermales pyrénéennes au xvie siècle »[1]. Cet article éclaire la dimension politique des cures thermales des souverains de Navarre et de leur entourage (famille royale, lieutenants généraux, grandes figures du parti protestant) en Béarn (Eaux-Chaudes, Eaux-Bonnes) et en Bigorre (Bagnères-de-Bigorre et Cauterets), entre les années 1530 et les années 1590, à l’aide d’actes royaux (lettres patentes, mandements de paiement, sauf-conduits), d’actes notariés, de registres comptables, de correspondances et de mémoires.

L’article montre que « si la raison initiale de la présence des souverains de Navarre et de leur entourage dans les stations thermales n’est pas politique, l’activité politique pendant les cures n’est pas négligeable » (p. 65). L’auteur identifie « un certain nombre de détails » (présence des conseillers, réunion du Conseil, rédaction d’actes de de gouvernement et d’administration, rencontres et négociations avec les représentants de puissances étrangères à quelques kilomètres de la frontière aragonaise, remboursement des frais de la garde des souverains par les États de Béarn) qui lui « permettent de considérer les séjours des souverains de Navarre dans les stations thermales comme des “cures d’État” » (p. 66). Des graphiques en illustrent les temps forts et une carte (établie par Mélanie Le Couédic, UPPA, ITEM) retraçant le circuit thermal de la famille royale de Navarre (10 septembre-10 octobre 1571) aide à comprendre la géographie d’une saison thermale pensée à l’échelle régionale par Jeanne d’Albret afin de « sillonner la partie orientale du Béarn et la partie occidentale de la Bigorre, terres éprouvées par la troisième guerre de Religion (1568-1570), et d’y affirmer son autorité par sa présence » (p. 69).

Notes

[1] Dénes Harai, « Les sources du pouvoir. L’activité politique des souverains de Navarre dans les stations thermales pyrénéennes au xvie siècle », dans Thermalisme, montagne et politique, dossier thématique, sous la direction de Viviane Delpech, Cahier d’Histoire Immédiate, n°54, novembre 2020, p. 63-73.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search