Ordonnances de guerre données par Catherine de Bourbon, princesse de Navarre, régente de Béarn (Navarrenx, 28 décembre 1585)

Les textes normatifs (règlements et ordonnances) dans le domaine de la guerre occupent une place quantitativement marginale dans les actes royaux navarrais du xvie siècle, ce qui confère une importance d’autant plus grande à ceux qui nous sont parvenus. Les Ordonnances de guerre données par Catherine de Bourbon, princesse de Navarre, régente de Béarn, à Navarrenx, le 28 décembre 1585, représentent l’un des rares exemples de ce type d’acte sous le règne d’Henri de Bourbon, roi de Navarre, et permettent d’éclairer la mise en défense des terres pyrénéennes de la Maison de Navarre au début de la troisième guerre de Religion (1585-1598)[1].

Le contexte d’élaboration des Ordonnances de guerre

À cause de la menace grandissante que font peser les troupes ligueuses sur les terres méridionales de la Maison de Navarre, Catherine dut s’installer, avec les trésors et les meubles de la Couronne de Navarre, à l’abri des bastions de Navarrenx, entre avril 1585 et décembre 1587. À la fin de décembre 1585, elle procède au renforcement des garnisons des villes et châteaux. À Pau, par exemple, l’effectif atteint cinquante personnes pour la ville et douze pour le château[2]. Dans la capitale béarnaise, comme ailleurs, les jurats sont chargés de surveiller l’observation de la discipline militaire et de payer les soldats sur les deniers qui leur sont remis à cette fin par les trésoriers du roi. L’organisation et la discipline des troupes sont fixées dans les Ordonnances de guerre que Catherine promulgue le 28 décembre 1585 et qui constituent un véritable code militaire applicable à toutes les places du Béarn ainsi qu’au château de Lourdes en Bigorre dont le gouverneur est Antoine de Molo, seigneur d’Incamps, capitaine béarnais. Alors que l’on attribue à Jeanne d’Albret la responsabilité et l’inspiration des célèbres ordonnances ecclésiastiques de 1571, on ne reconnaît pas à sa fille tout le rôle qui lui revient dans la rédaction des ordonnances militaires de 1585. Pourtant que ce soit à La Rochelle ou à Navarrenx, dans les voyages avec sa mère ou dans les récits des hommes d’armes, elle a acquis une expérience des sièges et des campagnes suffisante pour participer à l’élaboration du texte.

Le contenu des Ordonnances de guerre

Données en présence du lieutenant général Arnaud de Saint-Geniès, ces ordonnances nous sont parvenues grâce à trois copies, une remise à la ville de Pau[3], puis transcrit dans le registre des délibérations de la ville[4], et une autre copie donnée au syndicat de la vallée d’Ossau[5]. D’autres copies ont dû exister et être remises à d’autres localités pour faire connaître le contenu des ordonnances. Celles-ci comportent trois volets : l’organisation de la défense pour huit articles, la discipline militaire pour dix-sept articles, le recours à la protection divine n’est évoqué qu’une seule fois.

Dans l’organigramme de la défense, l’autorité de référence n’est ni le roi, ni le lieutenant général, mais la régente elle-même :

Tous ceulx qui seront en garnison en chasque ville, tant cappitaines, enseignes, arquebusiers à cheval, que autres obeyront au gouverneur dicelle comme à la personne de Madame si elle y estoit presente.[6]

Les autres décisions sont plus usuelles : l’ouverture des portes est sujette au retour d’une patrouille d’éclaireurs ; l’entraînement des soldats aux tirs et aux manœuvres d’escarmouches doit avoir lieu tous les dimanches ; les habitants des villes ne sont pas astreints aux gardes de nuit ni de jour sauf en cas d’assaut imminent ; l’alarme ne doit pas être donnée par arquebusades ; il est défendu aux garnisons des villes de partir combattre à la frontière et, sous peine de mort, de fréquenter directement ou indirectement les ennemis, sauf ordre exprès « de madicte Dame et du sieur de Sainct Genies, lieutenant general ».

Enfin, les dix-sept articles de discipline militaire n’ont rien de très original. Paiement, logement et entretien des soldats obéissent à la coutume, comme la clause du bois de chauffage du corps de garde fourni par les villages voisins. Rixes, duels et blasphèmes sont interdits, de même que jouer ou boire dans les corps de garde après la tombée de la nuit. Les sentinelles sont particulièrement surveillées. En cas de faute, pour éviter tout débordement, les sanctions sont du ressort du gouverneur, au même titre que les punitions des soldats qui sortent de la ville sans permission ou ne répondent pas à l’appel après une sortie. Pillages, viols et incendies sont punis selon les lois du pays, les coupables pendus et étranglés sans rémission aucune. En revanche, les cas de désertions doivent faire l’objet d’un procès-verbal des jurats et être rapportés « au conseil de madyte Dame ».

Excepté l’interdiction des blasphèmes, l’article second est le seul à encourager une pratique religieuse sans référence explicite à la Réforme :

Et est ordonné que tous les matins et soirs, ouvrant et fermant les portes des villes, les prieres generales se fairont où le gouverneur, consulz et toute la garnison assisteront.

Les références religieuses ne donnent d’ailleurs en aucun cas aux combats le caractère de guerre sainte. Les armées catholiques prévoyaient également ce genre de dispositions, ici les manifestations religieuses sont caractéristiques de la religion réformée, là on célèbre messes ou processions, tous recherchent la faveur divine. Dans ces Ordonnances de guerre de Catherine de Navarre, il s’agit surtout de la mise en défense du Béarn. Les différents articles entendent protéger les populations tant des ennemis que des exactions possibles des gens de guerre, étant interdit, sauf ordre exprès de la Régente ou du lieutenant général, de courir aux frontières.

Marie-Hélène Grintchenko

Faculté Notre-Dame, Collège des Bernardins (Paris)

 

DOCUMENT

  Ordonnances de guerre de Catherine de Navarre, 28 décembre 1585

 Archives municipales de Pau, EE 1, cahier[7]

La notice de ce document est consultable dans le catalogue des actes royaux de Navarre.

Ordonnances de guerre, Archives municipales de Pau, EE 1, fol. 1r

[fol. 1r]

Ce sont les ordonnances et regles qui sont baillées aulx compaignies et soldatz qui entreront en garde dans les villes de Bearn le premier de janvier mil cinq cent quatre vingt et six par Madame la princesse regente lesquelles ordonnances et regles seront leues en la presence des gouverneur, juratz et soldatz qui seront en garde ausdites villes et ce à toutes les monstres qu’ils feront.

 

Premierement seront payées[8] lesdites compaignies pour servir comme est la coustume dans l’infanterie et cavalerie legiere.

Et est ordonné que tous les matins et soirs, ouvrant et fermant les portes des villes, les prieres generales se fairont où le gouverneur, consulz et toute la garnison assisteront.

Sur la dianne, le gouverneur gettera hors la ville quelques arquebusiers à cheval s’il en y a en ladicte garnison et sinon quelques arquebusiers à pied pour faire la descouverte et ne faira ouvrir les portes que ladicte descouverte ne soit de retour.

[fol. 1v]

Tous ceulx qui seront en garnison en chasque ville, tant cappitaines, enseignes, arquebusiers à cheval que autres, obeyront au gouverneur dicelle comme à la personne de Madame si elle y estoit presente.

Aucun cappitaine en mettant sa compaignie en garnison ne pourra prendre soldatz de la ville là où elle sera plus hault que de cinq afin que les gardes en demeurent plus fortes et s’il en y a davantage ne seront paiez par ceulx qui fairont les payemens.

Est inhibé et deffendu à tous les susdits qui seront en garnison, cappitaines, enseignes, sergens, caporalz, arquebusiers à cheval et autres de ne prendre aucune chose qu’en payant de gré à gré, à peine de la vye et sans esperer aucune remission.

Le bois toutesfois qui se prendra pour les feuz des corps de garde sera deus par les villages[9] comme il estoit par cy devant sans en rien payer car il se use ainsy par tous les lieulx de garde là où il y a gens de guerre n’estant poinct ausdits gens de guerre de les payer ne fournir et pour le regard des chandelles les villes[10] seront teneues les fournir.

[fol. 2r]

Les habitans des villes ne seront abstrains à faire la garde que la nuict, et le jour se pourront retirer si ce n’est que les ennemis fussent si près de leur ville qu’on jugeast qu’ilz la deussent assaillir ou qu’il y eust advertissement de quelque entreprise sur icelle.

Les arquebusiers à cheval qui seront esdites villes seront subiects ausdites gardes comme les autres.

Il est très estroitement deffendu de ne s’appeller au combat les ungs les autres et là où il y auroit de ces appelleurs est commandé très estroitement de les mettre en prison et en advertir madicte dame pour le faire punir comme il sera advisé par son conseil.

Aussi est-il deffendu à peine d’avoir le poing couppé de ne mettre la main à l’espée dans la ville, ne à peine de la vye au corps de garde.

[fol. 2v]

Dans ledict corps de garde est aussi deffendu de ny boire ne y faire porter vin depuis qu’il sera nuict close, ne y jouer aucunement, ne là ne ailleurs blasphemer à peine d’estre punis les contravenans comme le cas le requiera et est mandé au gouverneur que telz faictz ne se passent par connivence à peine à luy mesmes d’en respondre.

Par ce que plusieurs soldatz qui montent sur les murailles sont la plus part du temps mal pourveuz de ce qui leur est nécessaire, est mandé au gouverneur, à son enseigne et ses sergens qu’en faisant chacun leur ronde ilz voyent dans les flasques s’il y a pouldre et si les soldatz ont balles et ce qui leur faict besoing et là où ils trouveront du deffault, commanderont ausdicts soldatz de se pourveoir en aprets à peine d’estre cassés s’ilz sont retrouvez despourveuz.

Si en faisant lesdites rondes il se trouve aucun soldat endormy par celluy qui la faira, luy prendra les armes et le mennera au corps de garde pour estre representé le jour venant au gouverneur.

[fol. 3r]

Et telz soldatz qui se trouveront endormis demeureront pour la premiere fois deulx jours en prison au pain et à l’eau et s’ilz retombent en telle faulte seront punys pour la seconde fois selon ce qui sera advisé.

Deffendant à ceulx qui fairont les rondes en les prenant de ne les mal traicter à peine d’en estre chastiés, car il est advenu souvent que ceulx qui faisoient las rondes pourtant mal tellement à quelque soldat se sont vengés sur telle occasion estans accompaignés et le soldat faisant la centinelle seul.

Ordonné aussi que s’il y a aucung, la garde estant posée, qui donne alarme par arquebusades ou autrement le gouverneur le faira mettre en prison le chastiant comme par luy sera advisé.

Il est tres expressement deffendu à tous les soldatz de ne sortir hors de la ville sans la permission du gouverneur et là où ilz le fairont, est commandé audit gouverneur de faire restituer la solde qui aura esté prise par celluy qui le faira et le casser et y mettre ung autre en sa plasse en luy baillant l’argent que le cassé aura restitué.

[fol. 3v]

Et là où au cas ledit gouverneur baille congé à aucun, s’il ne revyent le soir mesmes dans ladite ville sera traicté de la façon qu’il est contenu au precedent article et est mandé aulx consulz d’icelle d’y tenir l’œil afin que ce dessus s’observe.

Et est inhibé et deffendu de ne courre aucunement la frontiere si ce n’est que par le gouverneur leur soit commandé, auquel est aussi deffendu de ne le permetre s’il n’a exprès commandement de madicte dame et du sieur de Sainct Geniès, lieutenent general[11].

Et parce qu’il est ordonné que les juratz des villes fairont les payemens desdites guarnisons leur est mandé que là où il y aura cappitaines ou soldatz, apres avoir esté payez, qui se vouldraient  lissencier  d’aller en leurs maisons et abandonner leurs gardes, d’en faire procès verbal et le rapporter au conseil de madicte dame pour y estre pourveu.

Et a ceste cause a esté baillé aulx juratz de chasque ville ung double de ces presents articles afin qu’ilz se puissent acquiter de leur devoir tant pour les payemens que [fol. 7r] aussi là où ilz ne seroient observés d’en advertir madicte dame.

Et là où au cas on vint à faire la guerre, est inhibé et deffendu à peine de la vye à tous gouverneurs, cappitaines, enseignes, sergens, caporalz et soldatz de ne frequenter directement ou indirectement avec les ennemis, ne parler, à peine de la vye si ce n’est par le congé de madicte dame ou dudit sieur de St Geniès, lieutenant general.

[fol. 7v]

De ne mettre ou faire mettre le feu à peine d’estre pendus et estranglés dans aucune maison, borde et autre lieu s’il n’advient par le combat et qu’il y eust soldatz dedans se deffendant.

Et là où il se prendroit aucun prisonnier est commandé sur les mesmes peines à ceulx qui les prendront de le notifier au gouverneur, lequel advertira madicte dame ou le sr de St Geniès, lieutenant général.

Et là où il adviendroit qu’il y eust soldat si mal créé que de prendre femme ou fille à force sera pendu et estranglé sans remission aucune et punis pour la paillardise selon les ordonnances qui sont au present pays.

Et en oultre pour façonner et rendre les soldatz d’aultant mieulx exercetz est tres expressement ordonné ausdits cappitaines et sergens, chacun endroict soy, de les faire tirer tous les dimanches tant à la butte qu’en forme d’escarmouche, les rendant par ce moien plus promptz à bien et dextrement tirer.

            Faict à Navarrenx le xxviiie jour de decembre mil cinq cens quatre vingt et cinq.

Catherine de Navarre[12]

Par madame la Régente, monsieur de St Genyès, lieutenant general, present.

de Mesplées

Notes

[1] L’essentiel de ce billet reprend l’analyse contenue dans Marie-Hélène Grintchenko, Catherine de Bourbon (1559-1604). Influence politique, religieuse et culturelle d’une princesse calviniste, Paris, Honoré Champion, 2009, p. 446-448.

[2] « Lettre du Sr de Sainct Genies, loctenant general, aux juratz de Pau », Archives municipales de Pau, BB1, f° 352.

[3] Archives municipales de Pau, EE 1 cahier.

[4] Archives municipales de Pau, BB 1, fo352.

[5] Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, E dépôt Syndicat de la vallée d’Ossau, EE 4, cahier.

[6] Nous privilégions la transcription du manuscrit de Pau EE 1 qui porte une signature autographe de la Régente.

[7] Dans le cahier EE 1 des Archives municipales de Pau, elles sont signées de la main de Madame et la copie d’époque intégrée dans le registre BB 1 (f°352-f°358) mentionne qu’elles ont été « presentades par Madame la Princesse Regente aux Juratz de Pau ». Nous retranscrivons ici le texte du manuscrit EE 1 signé par la Régente, en mentionnant en notes les rares variantes significatives. Globalement les deux exemplaires des archives municipales de Pau (EE 1 et BB 1) et celle du Syndicat de la Vallée d’Ossau (EE 4) ne varient que par l’orthographe et l’expression plus béarnaises des copistes, surtout pour la Vallée d’Ossau, dont le pliage des feuillets présente les articles en désordre mais intégralement. Dans le cahier EE 1, une requête de la ville de Pau à Bernard de Montaut, baron de Navailles et commandant en l’absence d’Arnaud de Saint-Geniès, et la réponse de ce dernier sont insérées (fol. 4r – fol. 6v), ce qui explique que le texte des ordonnances de guerre passe du folio 3v au folio 7r.

[8] Le manuscrit EE 4 du Syndicat de la Vallée d’Ossau ajoute « par advance » et oublie le dernier mot de l’article.

[9] Dans le texte EE1 les mots « sera deus par les villages » sont encadrés et dans le registre BB1 f°352s. comme dans celui de la Vallée d’Ossau (EE 4), ils connaissent une modification substantielle soulignant la charge concernant le bois qui « sera prins » par les villages. Ce point fera l’objet de longues discussions jusqu’aux Etats de Béarn cf. ADPA, C686, f°129, f°130, f°131, f°135, f°137, f°140, 1588. C’est la revendication qui suscite le plus d’interventions en une seule session des États. Les États réclament l’exemption des habitants des villages voisins « sinon que par anciens privileges et possessions immemorialles, ils y soient obligés et tenus », car les campagnes souffrent déjà du préjudice du passage des gens de guerre. Mais le salut du pays est prioritaire. La régente ordonne uniquement que deux députés des États aident le conseil à établir un rôle pour répartir la charge avec le plus de modération possible.

[10] L’exemplaire ossalois ajoute « et lieulx là où seront lesdictes garnisons ».

[11] Le document ossalois ajoute « loctenant general deu Rey », unique mention du roi de Navarre dans tous les exemplaires des Ordonnances de guerre.

[12] Signature autographe pour le document EE 1. La copie du registre BB1 porte : « Ainsi signée Catherine de Navarre à l’original et au dessoubs : Par Madame la Regente, monsieur de St Jenies lieutenant general present, et contresignée de Mesplées. ». Le document ossalois se conclut sur les mêmes mentions en béarnais.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search