Conférence d’Álvaro Adot Lerga – Enrique II de Navarra: en busca de la herencia de Germana de Foix (Valence, 21/10/2020)

Dans cette conférence donnée à la Facultad de Geografía e Historia de l’Universidad de Valencia, le 21 octobre dernier, Álvaro Adot Lerga a évoqué un sujet méconnu non seulement par les historiens espagnols mais aussi par les Français : les aspects principaux concernant les demandes formulées en 1536 et 1541 par le roi Henri II de Navarre concernant l’héritage de plusieurs biens et rentes laissées par sa grande tante.

Álvaro Adot a présenté en premier lieu les contacts diplomatiques entre Henri II et Germaine de Foix qui ont eu lieu en 1531, dans le but d’arriver à un accord concernant leurs différends au sujet des rentes provenant de plusieurs domaines traditionnels de la maison Foix-Béarn, notamment les vicomtés de Castellbó/Castelbon, Marsan et Tursan.

Il a ensuite évoqué les actions administratives initiées en décembre 1536, quelques mois après le décès de Germaine de Foix en Valence (Valencia), afin de réclamer les droits et rentes auxquels il pouvait avoir le droit en tant que son « parent de sang » le plus proche. De cette façon, Henri II a signé le premier décembre 1536 une commission adressée à Jacques de Foix, évêque de Lescar, son lieutenant général et chancelier de Foix et de Béarn, afin de déléguer plusieurs personnes pour réclamer devant les institutions judiciaires de plusieurs royaumes hispaniques, notamment celui de Valence, les possibles droits lui appartenant. Deux semaines après, le 13 décembre 1536, Jacques de Foix, a nommé Pedro Moreau, marchand, bourgeois de Saragosse, et à Bertrand Cayalar [Cazalar], marchand d’Oloron-Sainte-Marie et résidant aussi à Saragosse, comme les procureurs du roi Henri II dans la couronne d’Aragon, pour « recueillir » la succession de Germaine de Foix.

Álvaro Adot a aussi attiré l’attention des étudiants de la Facultad de Geografía e Historia de la Universidad de Valencia sur les démarches administratives entreprises par Henri II de Navarre en 1541. En avril de cet année-là, après quatre années de premières démarches administratives, le roi Henri II d’Albret a fait rédigés trois documents solennels, en latin, sur parchemin, donnant commission de trois personnes pour poursuivre en Espagne ces démarches, initiées en 1536, avec l’objectif de « recueillir » des rentes, droits et biens de la défunte Germaine de Foix. Ces trois personnes étaient Pierre de Bonnefont, docteur en droits et conseiller de souverain Navarrais, Pedro Moreau, marchand, bourgeois de Saragosse, y Bertrand d’Herrua, contrôleur des finances du roi de Navarre.

La mention du chancelier dans ces lettres de commission s’explique par le caractère solennel de celles-ci, mais aussi parce qu’elles ont été émises dans un contexte « international », c’est à dire, ces documents ont été rédigés pour être présentés (par les personnes commissionnées) devant des hautes institutions de justice espagnoles. C’est peut-être pour cela, que l’administration au service d’Henri II d’Albret a décidé d’expliciter qu’il s’agitait d’actes émis par la chancellerie de ce roi, qui plus est, signés par le roi lui-même mais aussi par son chancelier Jacques de Foix, en présence des deux plus importants membres de l’administration au service du roi de Navarre : Nicolas Dangu, évêque de Sées, devenu chancelier de Navarre quelques mois après la rédaction de ces lettres de commission, et Gérard Roussel, évêque d’Oloron.

En dernier lieu, le conférencier a commenté les actes les plus importants contenant deux procès de Pierre de Bonnefont, procureur d’Henri II d’Albret, contre les exécuteurs testamentaires de Germaine de Foix, prononcés à la fin de l’année 1541 par le justice de Valence pour démarches civiles. Cette institution de justice valencienne, en s’appuyant sur le contenu de la loi de « sucesión intestada » o ab intestato, a prononcé deux sentences favorables à ce roi, par lesquelles celui-ci en tant que « pariente de sangre más próximo » de Germaine de Foix, était le propriétaire des biens, rentes et droits que sa grande mère Germaine n’avait pas inclus dans son testament.

Philippe Chareyre (UPPA, ITEM)

Dénes Harai (UPPA, ITEM)


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search