Un stage dans le cadre du programme ANR AcRoNavarre

Depuis 2017, le programme ANR AcRoNavarre avait accueilli en stage plusieurs étudiant(e)s de Master Histoire, Culture, Patrimoines de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA) qui ont ainsi eu la possibilité d’être associés aux recherches en cours et d’y contribuer personnellement. Mon stage s’est déroulé au sein du laboratoire ITEM EA 3002, dans cette université, du 3 au 18 février 2020[1]. Ce billet résume ce stage, mes impressions par rapport à ces deux semaines et l’opportunité que celles-ci ont pu représenter.

L’objectif du stage

Le programme de recherche AcRoNavarre a pour ambition de constituer (entre autres), une base de donnée informatisée qui compilerait tous les actes dont il existe une trace archivistique (originaux, copies, ou seulement évocations de ceux-ci) émis par la maison royale de Navarre entre 1484 et 1594. D’emblée, le projet était rendu difficile par le nombre d’actes (estimé à 7000, dont 23% avaient déjà été recensés), leur état de conservation inégal selon leur lieu de conservation, ou encore la part de ceux-ci détruit (notamment dans l’incendie de 1908 des Archives départementales des Basses-Pyrénées, aujourd’hui Pyrénées-Atlantiques). Malgré ces pertes, des inventaires, des registres comptables conservés ou encore des publications érudites du xixe siècle permettent aujourd’hui de retrouver la trace de nombre de ces actes. C’est sur ce type de document que j’ai travaillé, en même temps que Tania Belhaj, deux semaines durant.

En arrivant, le lundi 3 février, M. Harai, chercheur au laboratoire et notre référent, nous présenta le registre 3 T 46, issu du fond des Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques sur lequel nous allions travailler. Il s’agit d’un registre constitué au xixe par un archiviste, recensant beaucoup d’actes produits par la chancellerie du roi de Navarre dont une partie a été détruite à l’occasion de l’incendie des archives départementales en 1908. Ce dernier, est particulièrement important car il constitue aujourd’hui l’unique trace d’actes détruits, endommagés ou perdus. Nous avons pu particulièrement étudier le registre de l’année 1588, ainsi que le début de celui de l’année 1589.

Les photos ci-dessus montrent comment ce dernier est agencé. À gauche, est mentionnée la cote ancienne de l’acte, à côté nous retrouvons son lieu de production ainsi que sa date d’émission, puis enfin le « titre » de ce dernier, soit un rapide résumé du thème de l’acte produit par l’archiviste. Notons, qu’en 1588, Henri de Navarre n’est pas encore roi de France, de ce fait, la mention en haut de chaque page, « Indication des mandements de Henri IV » ne correspond pas tout à fait à la réalité.

Chaque acte fait état d’un paiement effectué par le roi de Navarre ou au nom du roi à un ou plusieurs de ses sujets nobles ou roturiers. Tous sont introduits par cette forme : « Mandement du Roi de Navarre » puis complété par « relatif au paiement » ou « relatif au don » ou « portant quittance ». Ma mission consistait à transcrire ces mentions d’actes pour ensuite créer une notice spécifique à chacun d’entre eux pour alimenter une base de données en ligne, dont je mets une photo de l’écran d’accueil ci-dessous.

J’ai été chargée de rentrer tous les actes mentionnés entre le 1er janvier et le 23 juin 1588, tandis que Tania s’occupait de la fin de l’année, soit tous les actes compris entre le 24 juin et le 31 décembre 1588. Nous avons opéré le même principe de séparation du travail pour l’année 1589, mais manquant de temps, nous n’avons pas pu terminer la saisie de tous les actes de 1589.

Au cœur des notices

Afin de représenter au mieux la tâche que nous avons pu effectuer, j’ai choisi d’exemplifier notre méthode de travail, en montrant une des notices que nous avons pu créer. J’ai sélectionné dans ce but une des mentions présentes dans le deuxième folio du registre de 1588.

Dans un premier temps, je transcrivais tous les actes d’une page (titre, lieu et date), dans un document word spécifique. Une fois cette tâche accomplie, je n’avais plus qu’à « copier-coller », ce dernier dans la notice nouvellement créée. Dans cet exemple, la transcription rendait ceci : « Mandement du Roi de Navarre relatif au don de 250 écus sol. fait au Sieur de Sources, gentilhomme de chambre, pour l’aider à s’acheter un cheval en récompense de celui qu’il perdit le 20 octobre dernier (Montauban, 11/01/1588). »

Pour créer une nouvelle notice, il fallait simplement sélectionner « Contenus » puis l’onglet « Ajouter un contenu » dans la page d’accueil.

Il s’agissait alors de créer la notice, en remplissant plusieurs cases respectivement présentes dans les onglets généraux « Dublin Core », « Métadonnées du type de contenu » et « Mots-Clés ». Pour ces registres, les autres onglets n’étaient pas concernés.

Pour la première page, « Dublin Core », il fallait alors remplir les cases « Titre », puis sélectionner la collection correspondante soit la collection ACRONAVARRE, dans le menu déroulant à droite. C’est cette sélection, qui permettrait que la notice apparaisse dans le catalogue général et le menu d’accueil « Contenus » présenté précédemment.

Ensuite, il fallait renseigner qui était le créateur de la notice, sa source, (soit le fonds d’archive), le numéro du registre, ainsi que l’éditeur de la notice, (soit ici, le laboratoire ITEM), et enfin repréciser la date de l’acte.

Nous passions ensuite, à la seconde page, dans l’onglet général « Métadonnées du type de contenu ». Tout d’abord, il fallait sélectionner une nouvelle fois dans un menu déroulant la mention ACRONAVARRE. C’est alors que s’affichait le menu spécifique à la création des notices relatives au programme.

En descendant, il nous fallait alors renseigner le lieu de production de l’acte, et préciser à l’aide de menus déroulants qui était le producteur, sa fonction ainsi que son titre. Pour tous les actes, nous devions sélectionner dans l’onglet, « producteur », Henri III de Bourbon, puis respectivement « Roi de Navarre » et « Souverain » dans les deux autres onglets.

Laissant de nombreuses cases vides car n’ayant pas les renseignements pouvant les remplir, nous arrivions à la mention « Nature du document ». Il s’agissait pour tous, soit de mandement de paiement, soit de mandement portant quittance.

Ensuite, il nous fallait renseigner le destinataire de l’acte, soit les personnes qui bénéficieraient de l’argent donné, redistribué ou rendu par le roi. Ici, il s’agit du sieur de Sources.

Avant-dernière tâche dans cet onglet général, nous devions renseigner le thème ou « Domaine concerné » traité dans l’acte. Vu qu’il s’agissait le plus souvent d’achat dans un cadre privé, de frais voyage, d’achat de biens… nous avons souvent sélectionné le domaine général appelé « Maison ». Notons, cependant que nous pouvions ajouter un deuxième domaine, afin d’apporter plus de précisions.

Dans notre acte, le roi donne une somme d’argent définie au sieur de Sources afin que celui-ci puisse se racheter un cheval. Malheureusement, nous n’avons pas assez d’informations pour définir dans quel contexte la perte a eu lieu. De ce fait, nous nous contenterons d’indiquer que le thème de l’acte peut être inscrit dans le domaine « Maison », vu qu’il s’agit d’un achat d’un membre de la Maison du roi de Navarre.

Nous devions finalement renseigner une dernière donnée, dans l’onglet « Mention d’acte ». Il s’agissait de préciser dans quel type de document avait été trouvé l’acte ou la mention de l’acte. Ici, et pour toutes les notices que nous avons pu créer, nous devions sélectionner la mention « dans cahier administratif ».

En ayant fini avec les onglets « Dublin Core » et « Métadonnées du type de contenu », il nous fallait maintenant remplir les derniers renseignements dans l’onglet « Mots-Clés ». Comme son nom l’indique, il s’agissait de résumer la teneur de l’acte en quelques termes significatifs, ce qui permet de trouver plus facilement le ou les actes en effectuant une recherche thématique. La page se présentait ainsi :

Afin de finaliser la notice nouvellement créée, il suffisait juste de cliquer sur l’onglet « Ajouter un contenu », présent à droite de l’écran.

Voilà, résumé en quelques mots la tâche que nous avons pu accomplir deux semaines durant. Tania et moi-même avons ainsi créé plus de 680 notices, dont 95% au moins concernent l’année 1588.

Ci-dessus, un exemple d’une notice terminée apparaissant dans la base de données.

Au contact d’une source originale

À la fin du stage, Tania et moi-même avons pu nous confronter à la transcription d’actes originaux en vieux français du xvie siècle. En termes de paléographie, ces derniers sont bien entendu plus difficiles à transcrire. M. Harai nous expliqua que ce fut à partir de ces originaux que les archivistes du xixe siècle ont constitué les registres que nous avions à étudier. La source originale que nous avons transcrite est un mandement du roi de Navarre relatif au paiement de 100 écus sol. au sieur de Buzenval, gentilhomme ordinaire de la Chambre du roi de Navarre, pour un voyage de Bergerac à la cour de France (Bergerac, 25/04/1585). Sa notice est désormais consultable dans le catalogue des actes royaux de Navarre.

Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, 1 J 623 (photo: Dénes Harai)

 Mes impressions

Le laboratoire ITEM, loin de rester sur ses acquis, est un laboratoire dynamique avec en son sein des chercheurs qui ont l’ambition de faire (sur)vivre la recherche en histoire. Témoin de ce dynamisme, son site internet régulièrement mis à jour, la publication régulière d’ouvrages, ou de compte rendus des nombreuses journées organisées en son sein auxquelles j’assiste régulièrement dans le cadre du master HCP qui lui est intimement lié. Quant à mon expérience et mon ressenti global vis-à-vis de cette immersion, ils sont très positif. J’ai beaucoup aimé pouvoir participer à un projet de recherche tel que le projet AcRoNavarre. Ce stage m’a aussi permis d’appréhender ce que pouvait être le métier d’enseignant-chercheur aujourd’hui, tant les points positifs que les débats qui parcourent la profession à l’aube de la proposition de la loi pluriannuelle de la recherche.

Charlotte Baqué

M2 Histoire, Civilisation, Patrimoine (HCP)

[1] Je remercie toutes les personnes qui m’ont permis d’effectuer ce stage au sein du laboratoire ITEM ainsi que leur accueil chaleureux au sein de leur environnement de travail. Je tiens aussi particulièrement à remercier M. Chareyre qui a accepté ma demande de stage, ainsi que M. Harai, pour son temps, ses conseils et son aide pour la transcription de certains passages ardus des actes des rois de Navarre.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search