Les Fontaines d’Escot: naissance et devenir d’un établissement de bains isolé (XVIe-XXe siècle)

Les lettres patentes données par la princesse Catherine de Bourbon, régente en Basse-Navarre et en Béarn en l’absence de son frère Henri de Navarre, le 3 août 1591, éclairent les débuts de l’établissement de bains méconnu des Fontaines d’Escot, situé en vallée d’Aspe. Témoignage de la préoccupation administrative des souverains de Navarre de réglementer les infrastructures thermales pyrénéennes, ce document inédit est mis en lumière ici grâce à la coopération des projets ANR AcRoNavarre et FEDER TCV-PYR (Thermalisme Culture Villégiature Pyrénées)[1], en cours au laboratoire ITEM (UPPA).

La procédure de création d’un établissement de bains

Édité en annexe de ce billet, l’acte de la princesse de Navarre nous est connu grâce à la copie collationnée sur l’original par Arnaud de Saint-Pic, secrétaire ordinaire du roi de Navarre servant auprès de Catherine. Comme le précise l’une des clauses finales de ce document rédigé en béarnais, la copie en question était destinée à être affichée publiquement, sur un tableau en bois, à la fontaine d’Escot, sur la porte d’une cabane ou en un lieu éminent près de l’eau pour que personne ne puisse « prétendre cause d’ignorance ». Cet affichage relevait des jurats de Bedous, ce qui explique que la copie de l’acte se trouve dans les archives communales de Bedous déposées aux Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques (E dépôt Bedous, DD 27). L’original, qui portait le sceau de la régente, était probablement conservé par Jean du Souler (Joan deu Soler ou Soller dans les textes béarnais), habitant de Bedous et propriétaire d’une fontaine d’eau chaude à Escot. C’est à sa demande que l’acte a été établi. Après avoir fait réaliser des travaux pour rendre accessible aux baigneurs une première infrastructure thermale, le propriétaire des lieux voulait en effet obtenir un retour sur investissement en demandant à Catherine de Bourbon de lui accorder les droits d’exploitation de l’eau chaude « alumineuse » d’Escot[2]. Le 11 juillet 1591, la régente donne commission à Jean de Gassion, « conseiller et maître des requêtes » du roi de Navarre et « président en la Chambre criminelle » du Conseil souverain, pour visiter la source, « ouïr les jurats de Bedous et des lieux circonvoisins » et rédiger un procès-verbal de sa visite. La décision prise en faveur de Jean du Souler par la régente en son Conseil, en présence de Jean de Gassion et des autres membres du Conseil souverain, le 3 août 1591, s’appuie sur ce procès-verbal et le rapport du commissaire.

Aménagement et normalisation d’une source séculaire

Vraisemblablement connues depuis l’Antiquité, ce que suggèrent les vestiges de bassin et de canalisations en pierre près du gave ainsi que la présence de la voie romaine sur la propriété, les sources d’Escot semblent fréquentées à des fins curatives au Moyen Âge, bénéficiant de la proximité du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, qui passait également sur le domaine, et du monastère Notre-Dame de Sarrance. Une sculpture rupestre ornant la paroi d’un second bassin dominant le cours d’eau représente une iconographie chrétienne primitive (chrisme, serpent, échelle et figure féminine a priori emblème de fécondité) qui atteste de la fréquentation de la source vers le xiie siècle. Véritable bien immatériel, dont la connaissance se transmet oralement de génération en génération, ces eaux sont alors propriété de la communauté de Bedous et jouent un rôle médical fondamental auprès de la population locale, comme toute source aux vertus thérapeutiques à une époque où se confondent encore la médecine et le sacré. Peut-être pour des motifs économiques, la communauté de Bedous est amenée à vendre ce modeste patrimoine dénué de constructions significatives (au mieux, un hypothétique abri voûté et le bassin précité, selon les dispositions usuelles) à Jean du Souler en juillet 1589[3].

Que sait-on de cet acquéreur ? En 1552, Jean du Souler est l’un des seize hommes possédant une arme (une arbalète) à Orcun[4], commune voisine de Bedous à l’époque[5]. Cette information permet de situer la naissance de cet individu avant 1536 puisqu’il devait être en âge de porter les armes en 1552. Cette année-là, il est l’un des cinq habitants de ce lieu recevant une arquebuse[6]. Cela montre le prestige de cet habitant d’Orcun, qui a probablement un lien de parenté avec Pierre du Souler, jurat de Sainte-Marie[7], et avec François du Souler, habitant de Bedous possédant une arbalète en 1551[8]. Jean du Souler apparaît dans les actes passés devant le notaire François d’Yxau en 1587 et 1588[9]. Il y est qualifié de « seigneur de Saint-Sulpice » et d’habitant de Bedous. La seigneurie en question est probablement celle de Saint-Sulpice-d’Arnoult en Saintonge[10] puisque un acte – sur lequel on reviendra – est passé en 1598 devant André Jamain, notaire à Saintes, concernant la succession de Jean du Souler. Ce document permet de situer la date de décès de l’individu en 1598 et nous révèle aussi que l’acquéreur des eaux chaudes d’Escot n’avait ni épouse, ni enfants pour recueillir son héritage, mais seulement un frère, également prénommé Jean et domicilié lui aussi à Bedous[11]. Il est curieux que l’acte de Catherine de Bourbon en 1591 n’indique pas la seigneurie de Saint-Sulpice au sujet de Jean du Souler, à moins qu’il s’agisse d’une confusion commise au Conseil de la princesse de Navarre entre Jean, seigneur de Saint-Sulpice et propriétaire des fontaines, et son frère qui pouvait intervenir dans la gestion des affaires familiales et l’envoi des requêtes à la régente. L’ancrage foncier en Saintonge est à mettre en lien avec la francisation de l’identité du futur propriétaire des fontaines d’Escot dans les actes notariés de 1587 et 1588. Tandis que le notaire écrit Joan deu Soler ou Soller dans les actes, l’individu signe systématiquement « Du Souler »[12].

Le fait qu’il figure plusieurs fois comme arbitre dans des accords à l’amiable, et parfois au début de l’énumération des arbitres, est un indice de son importance sociale à Bedous à la veille de l’acquisition du site des eaux chaudes d’Escot. En ce qui concerne les investissements auxquels il procède pour l’amélioration du site, ils témoignent de son aisance matérielle. Les travaux exécutés pour la somme conséquente de 5 000 francs bordelais, et ce en peu de temps – deux ans entre l’achat en juillet 1589 et la sollicitation à Catherine de Bourbon à l’été 1591 –, sont aussi nécessaires que coûteux et techniquement colossaux afin de rendre les lieux accessibles, exploitables et rentables. Les sites thermaux faisant l’objet d’aménagements à cette époque, tels que Bagnères-de-Bigorre, Cauterets[13] ou les Eaux-Chaudes, ont certes en commun une topographie contraignante, entre eaux et roches, mais celui d’Escot, « sur un rocher et un précipice tout près du gave » qui représente « un grand danger », a nécessité une intervention considérable (il a fallu « rompre et miner une grande quantité de rochers et de pierres ») sur le relief et le terrain vertigineux qui, selon la requête du propriétaire, avaient empêché jusqu’alors toute fréquentation sécurisée du site. Cumulée à la main d’œuvre, aux outils et aux moyens financiers, l’ampleur de ces travaux à elle seule pourrait justifier la vente des sources publiques à un notable privé.

Les lettres patentes de Catherine de Bourbon offrent également de rares et précises informations concernant la gestion de ces eaux devenues privées mais considérées comme un bien commun contribuant à la santé publique, nécessaire aux « infirmes, malades et autres [individus] qui voudraient se rendre auxdites eaux » et à « l’utilité et la commodité de chacun ». C’est sans doute d’ailleurs pour ces raisons d’intérêt général que la régente accède à la requête de Jean du Souler qui dissimule à peine son désir de développer l’activité thermale non seulement pour compenser son investissement (remaniement du site, construction des cabanes et mobilier) mais aussi à des fins lucratives. Sous couvert de justifications philanthropiques, il suit en effet le mouvement naissant d’exploitation commerciale des eaux, initié dans les grands sites balnéaires de Bigorre (Cauterets et Bagnères-de-Bigorre) et du Béarn (Eaux-Chaudes) depuis, respectivement, au moins le xve siècle et la seconde moitié du xvie siècle alors que d’autres sites modestes comme Saint-Christau à Lurbe franchissent le pas une cinquantaine d’années après Escot.

Escot et les Eaux-Chaudes (Aigues Chaudes) [mis en bleu par Dénes Harai] sur la carte de Pierre Lafitte Solon, Nouvelle description de la Souveraineté de Béarn, Paris, 1642, détail, BnF, département Cartes et plans, GE BB-246 (XI, 16-17)

Ce document renseigne sur l’organisation même du domaine tout autant qu’il confirme l’influence des Eaux-Chaudes, fréquentées par les cours de Navarre et d’Aragon depuis le xie siècle et connaissant leur âge d’or à la Renaissance, qui, malgré le caractère temporaire de leurs installations, constituent alors la station de référence et le modèle constructif et économique à suivre[14]. En 1642, il s’agit encore de la seule station hydrominérale citée dans la cartographie de la souveraineté de Béarn dressée par Sollon de la Fitte qui y inscrit la mention « Eaux très salutaires à boire ». Ainsi, comme aux Eaux-Chaudes, les Fontaines d’Escot sont-elles dotées de cabanes en planches ou avec soubassement de pierre et pans de bois, chacune occupant une fonction spécifique (bains, logements, restauration), car la cure s’envisage sur 21 jours impliquant nécessairement le gîte et le couvert. Trois lieux de l’actuel domaine, blotti en contrebas de la Pène d’Escot entre un méandre du gave d’Aspe et une colline, pourraient avoir accueilli ces installations du xvie siècle : dans la pente arborée au-dessus du bassin médiéval, où subsistent des vestiges d’édifices ; au niveau même dudit bassin, qui constituait sans doute l’un des sites de bains ; ou bien au sein d’une construction en ruines qui, selon la date inscrite sur un linteau, est rénovée en 1837 et surplombe également le gave, plus près de la grande maison subsistante. L’ampleur des équipements décrits dans les lettres patentes suppose aussi une provenance assez éloignée des baigneurs, au-delà de la vallée. Le règlement d’exploitation à proprement parler, empruntant beaucoup à celui édité en 1576 pour les Eaux-Chaudes[15], offre d’ailleurs un cadre normalisé à l’ensemble des prestations liées à l’activité thermale, en particulier à l’entretien des installations (une personne affectée au nettoyage) et à la fixation des tarifs et du salaire de l’exploitant, presque considéré ici comme un fermier des eaux en adjudication alors qu’il est propriétaire. Du point de vue curatif, ce document confirme que les eaux sont administrées aussi bien en boissons qu’en bains, alors que, en cette période, sont privilégiées les cures par ingestion.

Parallèlement à la transmission du modèle d’exploitation des Eaux-Chaudes à Escot par l’acte de 1591, un transfert des pratiques de gestion a pu également s’effectuer entre la vallée d’Ossau et la vallée d’Aspe via des liens familiaux. En effet, l’un des jurats de Laruns à qui Henri de Navarre fait un don de 12 écus en 1581 pour l’entretien des cabanes des Eaux-Chaudes est Augustin de Souler[16]. Guicharnaud de Souler est un autre habitant important de Laruns à la même époque[17]. Un dénommé Jean de Souler est attesté à Béost dans les années 1580[18], avant de déménager à Laruns dans les années 1590[19]. Une recherche plus approfondie serait nécessaire pour déterminer le degré de parenté et la nature des liens entre les Souler des deux vallées[20], mais l’installation de Jean du Souler, frère du propriétaire des fontaines d’Escot, à Aydius[21], après 1600 est peut-être aussi liée à la proximité de la vallée d’Ossau[22]. Ce déménagement suit la vente d’une partie de l’héritage de son frère défunt. Cette procédure est connue grâce à l’acte passé devant André Jamain, notaire à Saintes, déjà évoqué plus haut. Jean, originaire de Bedous, mais habitant à Saintes pendant le règlement de la succession, donne procuration le 1er octobre 1598 à Arnaudet de Jeandauba, son neveu, et à Catherine de La Casette, épouse de ce dernier, tous deux habitants de Bedous, pour revendre les fontaines d’Escot à la jurade de Bedous[23]. Cette opération eut finalement lieu le 8 février 1600, devant le notaire Pierre de Barranco, pour 600 francs bordelais, comprenant les « fontaines, maisons, cabanes, bâtiments, terres et leurs appartenances »[24]. La comparaison des documents (1598-1600) concernant la vente du site (la procuration, l’estimation de la valeur de l’établissement de bains et le contrat) avec les documents relatifs à son acquisition et exploitation par Jean du Souler (1589-1591) apporte aussi une information clé pour l’histoire du toponyme. L’acte de vente de juillet 1589 et l’acte de Catherine de Bourbon en août 1591 ne mentionnent qu’une fontaine (fonta) à Escot tandis que les documents concernant la revente du bien par l’héritier de l’exploitant en 1598-1600 parlent des fontaines (fontas) à plusieurs reprises. Dans l’état de nos connaissances, ces éléments incitent à situer la naissance de l’appellation « Les fontaines d’Escot » au cours de la décennie 1590, pendant la période d’aménagement du site par Jean du Souler, seigneur de Saint-Sulpice.

De la grande époque du xviiie siècle au déclin de l’entre-deux-guerres

Rapidement après la validation de ce règlement, deux maisons rurales vernaculaires sont édifiées sur la partie plane du site, au pied de la colline et en retrait du gave. Représentés sur une lithographie de Landrin en 1830 sous l’appellation « Fontaines d’Escot », les deux bâtiments, distants d’une dizaine de mètres et implantés de façon perpendiculaire l’un par rapport à l’autre, abritaient vraisemblablement les logements des baigneurs. Des travaux de rénovation ont lieu sur le domaine en 1674, concernant sans doute les bains et ces deux lieux d’hébergement. Puis, d’après le linteau sculpté et les obturations de certaines baies, le bâtiment nord fait l’objet de remaniements en 1739. Selon le médecin Théophile de Bordeu (1722-1776), père fondateur du thermalisme moderne dans les Pyrénées, les sources d’Escot connaissent un franc succès au xviiie siècle où elles sont les plus fréquentées de la vallée d’Aspe[25] tandis que le thermalisme local stagne (Eaux-Bonnes, Eaux-Chaudes) ou est encore confidentiel (Saint-Christau, Bains de Secours)[26]. Cela explique et justifie donc ces campagnes de travaux régulières. Désignées sous l’appellation « La Fontaine d’Escot – Eaux minérales » sur la carte de Cassini au xviiie siècle, les sources sont citées dans l’Encyclopédie méthodique en 1748 et le Dictionnaire des sciences médicales en 1819 puis analysées par le docteur Édouard Filhol en 1875[27]. Leur présence ancienne a imprégné la toponymie du quartier, dénommé « Lafonta » (la fontaine, en béarnais et au singulier) dans le cadastre napoléonien de 1837.

Ancien établissement de bains. Linteau sculpté en 1837 (photo: Viviane Delpech)

C’est entre 1830 et 1837, afin de profiter de l’essor de la villégiature et de la « fièvre thermale » qui s’annonce, que les deux maisons rurales sont réunies par un pavillon mêlant procédés constructifs locaux et citations de l’architecture thermale romantique avec une élégante façade dotée de séries d’arcs plein-cintre néoclassiques[28]. Absente du plan cadastral de 1837, la tour d’encoignure située à l’ouest du complexe architectural est, quant à elle, un pigeonnier bâti quelques années plus tard qui, cumulé aux vastes proportions des autres pavillons, confère l’illusion d’une construction seigneuriale ancienne, voire d’une « maison-forte », à l’établissement d’Escot, satisfaisant ainsi l’imaginaire romantique en vogue. L’extension du xixe siècle ainsi que les deux bâtisses primitives offrent dès lors des prestations concurrentielles, adaptées au confort moderne, et une capacité d’accueil non négligeable pour un site isolé (40 chambres, des appartements familiaux, un restaurant, des écuries) à l’intention du curiste du Second Empire et de la IIIe République. Dans le contexte romantique, le cadre bucolique qui fut à l’origine une forte contrainte est alors sublimé par les quelques notices médicales et historiques consacrées au site malgré la concurrence proche de Saint-Christau qui se développe considérablement entre 1835 et 1890[29]. Quoique sur le déclin, l’établissement semble encore assez renommé à l’époque puisque le décret portant création des Routes thermales en 1860, à l’initiative de Napoléon III, fait de la commune d’Escot toute proche l’extrémité orientale de la Route n°4 reliant la vallée d’Aspe et les stations ossaloises. D’ailleurs, l’accès est aussi facilité par la présence de la route impériale, devenue nationale 134, menant au col du Somport, qui, jusqu’à son déplacement de l’autre côté de la colline dans les années 1980, passe devant l’établissement. Pour autant, le domaine est globalement et étonnamment ignoré des voyageurs et autres auteurs du xixe siècle qui ne le mentionnent que très ponctuellement.

Bâtisse principale, autrefois destinée à l’hébergement des baigneurs : à gauche, la tour et l’extension édifiées au xixe siècle ; à droite, deux pavillons antérieurs (photo : Viviane Delpech)

Malgré l’arrêt des soins hydrominéraux dans les années 1930, comme de nombreux sites modestes ayant subi les crises sectorielles du thermalisme au xxe siècle, et malgré les changements de propriétaires et l’occupation allemande durant la Seconde Guerre mondiale (à l’instar de la plupart des établissements thermaux), le domaine poursuit de nos jours son activité hôtelière et évènementielle, accueillant touristes et pèlerins de Compostelle dans son environnement enchanteur. Des opérations de fouilles archéologiques sont désormais indispensables afin de préciser l’histoire de cette propriété riche de traces humaines anciennes, notamment de l’antiquité à la Renaissance, et de corroborer les contenus des sources écrites connues.

Viviane Delpech (UPPA, ITEM, Projet FEDER TCV-PYR)

Dénes Harai (UPPA, ITEM, ANR AcRoNavarre)

 

Document

Lettres patentes de Catherine de Bourbon, princesse de Navarre, régente en Basse-Navarre et en Béarn, autorisant Jean du Souler, habitant de Bedous et propriétaire d’une fontaine d’eau chaude à Escot, à faire payer les usagers de son établissement de bains (Pau, 3 août 1591)

Source : AD des Pyrénées-Atlantiques, E dépôt Bedous, DD 27

Cet acte est consultable dans la base AcRoNavarre et dans le catalogue des actes royaux de Navarre

AD des Pyrénées-Atlantiques, E dépôt Bedous, DD 27 (photo: Dénes Harai)

Transcription

Catherine, sor unique deu Rey, Princesse de Navarre, Regente en sons Royaume de Navarre et pais souviran de Bearn, a toutz aquetz /qui las presentes veyran, salut. Nostre car et bien amat Johan deu Souler, deu loc de Bedous en la val d’Aspe, nous a remonstrat per requeste que en une pece / de terre a luy appartenente scituade enter los locz de Bedous et Escot, a une font d’aigue caude aluminose laguoalle per experience es estade trobade salutary et bonne a plusors malaudies, tant a beber que a se baignar, et d’autant que acquere damorabe inutille per estar sus ung roc et en ung precipicy tout au pres deu gabe / ont degun no pode anar beber ne se baignar senhs ung grand danger de la vite, lo supplicquant aure feyt romper et minar grande quantitat de rocz et penes / afin de render lo loc accessible, facile et commode per ab toute assegurance prener l’usadge de ladite aygue, beber et se baignar en acquere, et per lodgear los infirmes, / malaus et autres qui vouleran anar a ladite aygue, y aure feyt bastir plusors cabanes et seguien l’afluence qui sera de las personnes, a voulontat d’y far bastir d’autres / cy apres et per las obres per luy entro a present feytes per l’accommodement de ladite aygue a despendut plus de cinq mile francz bourdales et, afin de perficir lo tout lo combien / despensar pareille ou plus grande somme mes d’autant que tale despence que regoarde l’utilitat et commoditat d’un chacun, lo damorere inutille et fere cause de sa ruyne / integre si no percebe quoauque frut luy affecté ainsi que es rasonnable lo estar permetut de tirar et se far pagar certan salary, tant per lo loguer de lasdites cabanes / que per los lheytz et autres mobles et per la lenh que balhera et fornira adacquetz qui averan a ladite aygue ainsi que se fe au loc de Laruntz per las cabanes d’Aygues / Cautes et en toutz los autres locz et endretz ont a semblables aygues et que tal salary sie taxat et moderat et que sus so reglement lo en sie balhat afin d’evitar / toutz inconvenientz qui a faulte de so s’en poyren enseguir, Nous supplicquan[t] et tres humblement requerin per ladite requeste lo permetir de se far pagar / per ladicte aygue, per lasdictes cabanes, per losditz mobles et per ladite lenhe tal salary que per nous sere advisat et arbitrat deus personadges qui iran / cy apres a ladite aygue. Sus laquoalle requeste, per nostre appunctement de l’onzal jour de Julh darrer passat, nous aurem commettut lo seignor de Gassion / conselher et maistre de requestes deu Rey nostre tres honnorat seignor et fray et president en la Crampe criminalle per se transportar sus lo loc de ladite aygue / et acquet veder, audir los juratz tant deudit loc de Bedous que deus autres locz circonvisins et far deu tout proces verbal et rapport per apres estar provedit / sus las causes supplicquades ainsi que appertiendre per razon, so que aure feyt et audit son rapport saver fazem que nous, seguien l’advis / et mathure deliberation de las gens de nostredit Conseil ont la procedure deudit seignor de Gassion, ab las autres peces es estade viste habem dit, declarat, / permetut et ordenat et en vertut de nostre poder et authoritat per las presentes disem, declaram, permetem et ordenam que lodit deu Souler supllicquant / sons hers, successors et autres habens cause de luy a l’advenir preneran, exigeran et cruberan de si en avant a perpetuitat et a james en recompence et / rembourssement deus fres coustz et despences per luy feytes et qui fera cy apres a ladite aygue de toutz acquetz et acqueres qui iran per se baignar et / lodgeran a lasdites cabannes per beber saver es, per lo loguer de chacune cabane en laquoalle aye dus arquelheytz quoate francz bourdales, / per lo termy et espacy de detz jours et au pro rata deu mendre ou plus grand temps, plus per lo logadge de chascun lheyt, quoate arditz per / chascun jour, plus per la lenhe de chascun foecq oeyt arditz aussi per cascun jour, et per so que los baings qui son ou seran dressatz en / ladite aygue porten despence ordenary ordenam aussi que lodit deu Souler prenera et exigera per cascune begade que om se baignera quoate / arditz de cascun a la charge que lo medix deu Souler fera bien entretenir losditz baings et qu’un homme expres adacqueres fins los neteyera / chascun jour et los tiendra plens quant en sera requerit per acquet ou acquetz qui se vouleran baignar senhs que per beber ou prener ab flascons / ou autrement de ladite aygue augun deye pagar ne balhar auguns cause lo tout jus la bon plaser de nostredit seignor e fray si donam en / mandement aux juratz deudit loc de Bedous et a toutz autres justiciers, officiers et subectz deu rey nostredit seignor e fray que de la presente / concession, autrey et permission et deu contengut cy dessus en la forme que dit es lor fazen soufrin et lexin lodit deu Souler sons, hers, successors, / et habens cause de luy a l’advenir jouyr et valer planement et paisiblement senhs en acquero los far molester ou donnar, ne soufrir estar feyt metut / ou donat ares ne per l’advenir augun trouble ne empeschement, au contrary, avantz si feyt metut ou donat los ere le ostin, cassin, reparin et / remetin ou fazen ostar, cassar, reparar et remeter incontinent et senhs delay au prumer et degut estat et afin que lo tout sie notory / a cascun et que personne no y posque pretendre cause d’ignorance, ordenam que la coppie de lasdites presentes degudement collationat sera / metut en ung tableau qui sera pausat et affigit a la porte de la plus prochane cabane ou en autre loc plus eminent pres de ladite aygue / per y haber lo recours que besoing sera, en testimony de que, nous habem signades lasdites presentes de nostre propy man et adacqueres / feyt meter e pausar nostre saget. Dades a Pau, lo ters jour d’aoust l’an mil cinq cens nanante et ung. Ainsi signade Catherine et, plus / bas, Per Madame en son Conseil, los seignors de Ravignan[30] et de Gassion[31], presidens, de Gillot[32], de Boeil[33], du Freixe[34], de Seris[35], du Pont[36], / et de La Forcade[37], conselhers et maistres de requestes presens, de Sainct-Pic[38] / et sagerada /

Vidimat et collationat au propy

original per my segretary ordenary deu rey

de Sainct-Pic

 

Notes

[1] Le programme européen TCV-PYR (Thermalisme Culture Villégiature Pyrénées) est porté par l’Université de Toulouse-Jean Jaurès en partenariat avec l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, l’Université de Perpignan-Via Domitia et les Services régionaux d’Inventaire d’Occitanie et de Nouvelle-Aquitaine. Il est cofinancé par le Fonds Européen de Développement Régional, UE-Région Occitanie, dans le cadre du POI Massif des Pyrénées 2014-2020 : http://tcvpyr.iutbayonne.univ-pau.fr

[2] Cette qualification de l’eau chaude d’Escot reflète un jugement basé sur les acquis médiévaux et modernes de la connaissance des eaux. Joël Chandelier, « La naissance d’un savoir médical sur les bains thermaux : les traités de Gentile da Foligno (m. 1348) », dans Séjourner au bain. Le thermalisme entre médecine et société (xivexvie siècle), sous la direction de Didier Boisseuil et Marilyn Nicoud, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 2010, p. 17-30.

[3] Acte de vente, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, DD27, E dépôt Bedous,.

[4] ADPA, E 575/21. Son nom est orthographié Johan deu Soler dans la montre.

[5] Orcun fait aujourd’hui partie de la commune de Bedous.

[6] ADPA, E 575/15. Cette arquebuse fit partie des 800 arquebuses achetées par Henri II d’Albret et distribuées par les États de Béarn. Charles Dartique-Peyrou, La vicomté de Béarn sous le règne d’Henri d’Albret (1517-1555), Paris, 1934, p. 241. Christian Desplat, « L’institution militaire : expression de la souveraineté politique du Béarn (1552-1789) », Cahiers de l’université de Pau et des Pays de l’Adour, n°14, 1977, p. 41.

[7] Testament de Peès deu Soler, jurat de Sainte-Marie, 23 septembre 1538, ADPA, E 1772, fol. 232r – fol. 234v.

[8] ADPA, E 575/21. Son nom est orthographié Francees deu Soler dans la montre.

[9] « Joan deu Soller, s[enh]or de St Soplici, deu locq de Bedos », acte du 2 août 1587, ADPA, E 1096, fol. 32v, signature fol. 33r. « Joan deu Souler, s[enh]or de St Supplicy, deu locq de Bedos [cette mention de lieu est insérée après coup] », sentence arbitrale du 2 février 1588, ibid., fol. 37r ; signature : fol. 40r. « Joan deu Soler, de Bedous, senhor de St Suplice », acte du 1er avril 1588, ibid., fol. 15r. « Joan deu Souler, s[enh]or de St. Supplicy, deu locq de Bedos », sentence arbitrale du 2 février 1588, ADPA, E 1097, fol. 10r ; signature : fol. 12v. « Joan deu Soler, s[en]hor de St Sopplici, deu locq de Bedos », acte du 23 juin 1588, ADPA, E 1096, fol. 5r. « Joan deu Soller, s[enh]or de St Soplici, deu locq de Bedos », acte du 9 août 1588 (par rapport à un acte du 1er juin 1588), ibid., fol. 13v.

[10] Département de la Charente-Maritime, arrondissement de Saintes.

[11] ADPA, E dépôt Bedous, DD 28.

[12] C’est la raison pour laquelle cette forme de son patronyme a été retenue dans le texte de ce billet.

[13] Voir à ce sujet les dossiers d’inventaire et synthèses réalisés sur les stations thermales de Bagnères-de-Bigorre et Cauterets dans le cadre du programme TCV-PYR.

[14] Voir à ce sujet les dossiers d’inventaire, et en particulier la synthèse, réalisés sur la station thermale des Eaux-Chaudes dans le cadre du programme TCV-PYR.

[15] Paul Raymond, « Un règlement pour la saison thermale des Eaux-Chaudes en 1576 », Bulletin de la Société des Sciences, Lettres et Arts de Pau, 2e série, t. i, 1871-1872, p. 111-118.

[16] ADPA, B 2538.

[17] ADPA, E 1859, acte du 27 octobre 1581, fol. 144r ; acte du 18 septembre 1582, ibid., fol. 255r.

[18] ADPA, E 1859, acte du 17 décembre 1580, fol. 136v (Johan de Soler) ; acte du 3 janvier 1581, ibid., fol. 140v ; acte du 15 janvier 1582 (Johan de Sole), ibid., fol. 214v ; acte du 9 mars 1582, ibid., fol. 229v.

[19] Augustin, Guicharnaud et Jean du Souler apparaissent dans une délibération de Laruns le 31 mai 1597, ADPA, E dépôt Laruns, BB 1.

[20] L’orthographe du patronyme n’est pas stabilisée dans les différentes sources. Les notaires des deux vallées écrivent souvent Soler ou Soller, mais la forme Souler apparaît aussi dans certains actes, les signatures ainsi que dans les délibérations communales. En 1591, les lettres patentes de Catherine reprennent la forme utilisée dans la signature du propriétaire des fontaines d’Escot : Souler. Il est à remarquer que le nom s’écrit deu Souler dans la vallée d’Aspe et de Souler dans celle d’Ossau.

[21] Jean du Souler y figure parmi les habitants influents, occupant la charge de jurat plusieurs fois (1601, 1605, 1621) comme le montrent les délibérations de cette commune, ADPA, E dépôt Aydius, BB 1, fol. 11r, fol. 12r, fol. 22v, fol. 23r, fol. 31r).

[22] Après son déménagement, sa parenté reste cependant à Bedous. Gratian deu Souler et sa sœur, Jeannette deu Souler apparaissent comme parrain et marraine en 1604 à Bedous tandis qu’un Peiroulet deu Souler est parrain en 1607, Archives communales de Bedous, Registres des baptêmes de Bedous, 1604-1622, fol. 3r et fol. 7v.

[23] ADPA, E dépôt Bedous, DD 28.

[24] Ibidem.

[25] Théophile de Bordeu, Lettres sur les eaux minérales du Béarn adressées à Madame de Sorbério, 1746.

[26] Viviane Delpech, Retour aux sources. Stations thermales des Pyrénées béarnaises, Ed. Le Festin/SRPI Nouvelle-Aquitaine, Bordeaux, 2020.

[27] Édouard Filhol, Notice médicale sur les eaux minérales alcalines des Fontaines d’Escot, près Sarrance, Impr. Marque, Oloron, 1875.

[28] Dominique Jarrassé, Les thermes romantiques. Bains et villégiatures en France de 1800 à 1850, Clermont-Ferrand, Publications de l’Institut d’Études du Massif Central, 1994.

[29] Voir les dossiers d’inventaire et la synthèse sur Saint-Christau à Lurbe, réalisés dans le cadre du programme TCV-PYR.

[30] Pierre de Mesmes, sieur de Ravignan, président du Conseil souverain de Béarn.

[31] Jean de Gassion, président du Conseil souverain de Béarn.

[32] Jean de Gillot, conseiller au Conseil souverain de Béarn.

[33] Jean de Boeil, conseiller au Conseil souverain de Béarn.

[34] Jean du Freixe, conseiller au Conseil souverain de Béarn.

[35] Pierre de Séris, conseiller au Conseil souverain de Béarn.

[36] Pierre du Pont, procureur général au Conseil souverain de Béarn.

[37] Jean de La Forcade, procureur et avocat général à la Chancellerie de Navarre.

[38] Arnaud de Saint-Pic, secrétaire ordinaire du roi de Navarre.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search