Le titre de prince de Béarn dans deux quittances d’Henri de Navarre (1572, 1578)

Comme l’a montré Álvaro Adot, le titre de prince de Béarn est utilisé dans les sources espagnoles dès 1525 pour désigner Henri II d’Albret (1503-1555) afin d’éviter de le reconnaître comme roi de Navarre[1]. Cette pratique espagnole se maintient après 1555 au sujet de Jeanne d’Albret et d’Antoine de Bourbon[2], en même temps ou alternativement à l’utilisation des titres de duc et de duchesse de Vendôme[3] qui semblent devenir les appellations les plus courantes du couple royal navarrais dans les sources espagnoles après 1560[4], y compris lorsque Jeanne et Antoine apparaissent dans le même texte que leur fils, Henri de Bourbon, qui est qualifié de prince de Béarn du vivant de ses parents[5] ! Après la mort de Jeanne d’Albret, les sources diplomatiques espagnoles continuent à privilégier ce titre, tout en recourant de temps en temps à celui de duc de Vendôme[6], ce qui permettait à Philippe II et ses alliés – notamment français après 1584[7], mais surtout après 1589[8] – de nommer celui dont ils ne voulaient ni comme roi de Navarre, ni comme roi de France[9]. Les recherches menées dans le cadre du projet ANR AcRoNavarre révèlent pour la première fois que le titre de prince de Béarn était aussi utilisé par Henri de Bourbon…

Des quittances destinées à l’administration du roi de France

Le titre en question se rencontre dans deux quittances. Conservée à la Bibliothèque nationale de France en copie, la première est datée du 8 mai 1572 et s’adresse à Étienne de Bray, trésorier des guerres du roi de France Charles IX, qui a payé 700 livres tournois à Henri, « Prince de Navarre et de Beart (sic), Chevalier de l’ordre du Roy[10], Capitaine de 100 lances de ses ordonnances », pour son « estat de capitaine » d’une compagnie de 100 lances « réduictes » à 60 pour les mois de janvier, février et mars 1572[11]. Une note inscrite au-dessous de la copie de l’acte précise que ce dernier était sur parchemin et comportait un sceau plaqué de cire rouge. Pendant le premier quartier de 1572 et à l’époque de la rédaction de la quittance, Henri séjourne en Béarn en tant que lieutenant général de sa mère, dans l’attente de son voyage à la cour de France, pour son mariage avec Marguerite de Valois[12].

Quittance d’Henri, prince de Navarre, utilisant le titre de prince de Béarn (8 mai 1572), BnF, Département des Manuscrits, Clairambault 634-635, fol. 39r°.

S’il convient de s’interroger toujours sur la fidélité d’une copie à l’original, la comparaison de l’original et de la copie – effectuée par la même main – d’une autre quittance[13] nous incite à accorder foi à la titulature présente dans la copie de la quittance du 8 mai 1572. La seconde quittance, également conservée à la Bibliothèque nationale de France, nous y encourage aussi car elle nous est parvenue dans sa version originale[14]. Comme l’original de la première quittance, elle est également rédigée sur parchemin et portait un sceau de cire rouge dont il ne reste aujourd’hui que les traces. Cependant, contrairement à la première quittance, celle-ci porte un contreseing, celui du secrétaire Odet de Mazelières. Daté du 16 février 1578, ce document atteste qu’Étienne Galmet, trésorier ordinaire des guerres d’Henri III de Valois, a remis à Henri, « roy de Navarre et prince de Béarn, gouverneur et lieutenant général pour le Roy, Monseigneur, en Guyenne » 12 727 écus soleil et 18 sols tournois correspondant à la solde de 80 hommes d’armes et 120 archers entre avril et décembre 1577, soit les derniers mois de la sixième guerre de Religion (1576-1577) et les premiers mois de la paix apportée par l’édit de Poitiers (septembre 1577).

Quittance originale d’Henri, roi de Navarre, utilisant le titre de prince de Béarn (16 février 1578), BnF, Département des Manuscrits, Ms. Fr. 21420, n°50

Une insistance sur la double souveraineté navarro-béarnaise

Est-ce qu’il y a d’autres quittances d’Henri de Navarre utilisant le titre de prince de Béarn ou s’agit-il seulement de l’inventivité ponctuelle des secrétaires ayant établi les deux quittances citées ? Ce titre que nous n’avons jamais rencontré jusqu’à présent dans des documents officiels d’Henri se rencontre-t-il également dans d’autres types d’actes ? La poursuite du recensement des actes royaux de Navarre permettra de répondre à ces questions. Indépendamment des réponses qui seront apportées, l’utilisation du titre en question dans des quittances destinées à l’administration du roi de France peut être perçue comme une affirmation supplémentaire de la souveraineté des Albret-Bourbon, dans le sillage du long processus entamé dès la seconde moitié du xive siècle[15]. C’est le voisinage du titre princier puis royal navarrais qui a pu encourager le(s) rédacteur(s) des quittances à changer le titre de « seigneur souverain de Béarn »[16] en « prince de Béarn », ce dernier étant la transposition du premier dans un registre plus élevé. Cette entreprise n’est peut-être pas sans fausse note quand on considère que le titre de « prince de Béarn » apparaît dans les quittances d’Henri de Bourbon avant et après le décès de Jeanne d’Albret. L’invariabilité du titre malgré le changement de règne est étrange et contraste avec l’évolution du titre navarrais dans les mêmes quittances : « prince de Navarre », du vivant de Jeanne, indique le statut d’héritier d’Henri, et, après le décès de la reine, « roy de Navarre » exprime logiquement la transmission de la couronne navarraise.

Dénes Harai (UPPA, ITEM)

Notes

[1] Voir le billet d’Álvaro Adot Lerga, « Henri II d’Albret, príncipe de Bearne, d’après les actes émis par l’empereur Charles Quint », https://acronavarre.hypotheses.org/2885

[2] La lettre que le vice-roi de Navarre écrit à Antoine après le décès de son prédécesseur, Henri II d’Albret (1503-1555), s’adresse « au prince de Béarn et duc de Vendôme » (Al príncipe de Bearne y duque de Vendoma). Beltrán de la Cueva y Álvarez de Toledo, duc d’Alburquerque, à Antoine de Bourbon, Pampelune, 26 août 1555, lettre citée par Alphonse de Ruble, Antoine de Bourbon et Jeanne d’Albret, Paris, Adolphe Labitte, 1881, t. i, p. 114.

[3] Par exemple, dans les documents publiés par Luis Fernandez Suarez dans son Corpus documental de Carlos V, Salamanca, Universidad de Salamanca, 1977 (vol. 3 : 1548-1554) et 1979 (vol. 4 : 1554-1558). Merci à Álvaro Adot de cette référence. Serge Brunet, « “¡Algo de español en las entrañas!”. La influencia de España entre los católicos del suroeste de Francia durante las Guerras de Religión », Obradoiro de historia moderna, 2007, no 16, p. 149.

[4] Dans une lettre sans date, mais probablement écrite en 1560 à Philippe II, Pierre d’Albret, envoyé d’Antoine de Bourbon, proteste que l’adresse d’une lettre du roi d’Espagne destinée à son maître ne comporte plus le titre de prince de Béarn, mais seulement celui de duc de Vendôme. Pierre d’Albret à Philippe II, Archivo documental español : Negociaciones con Francia, t. i (1559-1560), Madrid, Real Academia de la Historia, 1950, p. 168.

[5] Perrenot de Granvelle à Philippe II, Paris, 3-6 juin 1562, Archivo documental español…, op. cit., t. iv (1562), 1951, p. 92. Le même au même, Paris, 20 juillet 1562 (ibid., p. 193), et Paris, 18-21 novembre 1562 (ibid., p. 393). Francés de Alava, ambassadeur de Philippe II en France, à Fernando Álvarez de Toledo y Pimentel, duc d’Albe, 30 septembre 1568, lettre citée par David Bryson, Queen Jeanne and the Promised Land: Dynasty, Homeland, Religion and Violence in Sixteenth-Century France, Leiden, Brill, 1999, p. 204.

[6] Cette appellation domine dans la documentation des procès devant l’Inquisition, María Teresa Pérez Villalba, « L’Inquisition espagnole contre Henri IV. Le procès d’Hernan de Fourcade, août 1590 », La Lettre de la Société Henri IV, n°36 (2017/2), p. 3-16.

[7] Mort de François d’Anjou faisant d’Henri de Navarre l’héritier présomptif du trône de France.

[8] Assassinat d’Henri III de Valois permettant l’avènement d’Henri de Navarre au trône de France.

[9] Lettres de Philippe II à ses filles, les infantes Isabelle et Catherine, écrites pendant son voyage en Portugal (1581-1583), éd. par Louis-Prosper Gachard, Paris, Plon, 1884, p. 74-75. « Avis du grand commandeur de Castille sur la succession de France [Madrid, juin 1584] », dans Correspondance du cardinal de Granvelle (1584), publiée par Charles Piot, Bruxelles, F. Hayez, 1894, t. xi, p. 621-623. Inventaire des archives farnésiennes de Naples au point de vue de l’histoire des Pays-Bas catholiques, éd. par Alfred Cauchie et Léon Van Der Essen, Bruxelles, Kiessling, 1911, p. 35. Gaston de Carné, « Documents sur la Ligue en Bretagne : correspondance du duc de Mercœur et des ligueurs bretons avec l’Espagne », Archives de Bretagne, recueil d’actes, de chroniques et de documents historiques rares ou inédits, Nantes, Société des bibliophiles bretons, 1899, t. xi, p. 23.

[10] Promotion de 1562, Recueil des chevaliers de l’ordre de Saint-Michel depuis sa création par Louis XI en 1469 jusques et compris l’année 1666, BnF, Département des Manuscrits, Français 32875, fol. 40v.

[11] BnF, Département des Manuscrits, Clairambault 634-635, fol. 39r°. Cette quittance est consultable dans la base AcRoNavarre.

[12] Dénes Harai, Au nom de la reine : Henri de Navarre, lieutenant général de Jeanne d’Albret (1572), Pau, Presses de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, 2019.

[13] L’original et la copie d’une quittance d’Henri de Navarre en date du 20 janvier 1565 sont conservés à la BnF. La juxtaposition des deux révèle que la copie ne reproduit qu’un résumé du contenu de l’original, mais elle reste cependant fidèle à l’original dans la transcription presque intégrale de la titulature du producteur : « Nous, Henry de Bourbon, Prince de Navarre, Chevallier de l’ordre du Roy et Cappitaine de Cent lances des ordonnances du Roy nostre sire […] » (original, BnF, Département des Manuscrits, Pièces originales 457, n°98) ; « Nous, Henry de Bourbon, Pr[ince] de Navarre, Chevalier de l’ordre du Roy et Cap[itain]e de 100 lances des ordonn[an]ces […] » (copie, BnF, Département des Manuscrits, Clairambault 634-635, fol. 37ro).

[14] BnF, Département des Manuscrits, Ms. Fr. 21420, n°50. Cette quittance est consultable dans la base AcRoNavarre.

[15] Dès 1364-1365, Gaston III de Foix délaisse le titre de « vicomte de Béarn » (vesconte de Bearn ou vicecomes Bearni) pour celui de « seigneur de Béarn » (senhor de Bearn ou dominus Bearni), puis, en 1484, Catherine de Foix, reine de Navarre, est qualifiée de « dame souveraine » (senhora sobereine) par les États de Béarn. Véronique Lamazou-Duplan et Dominique Bidot-Germa, « Assises et discours politiques en Béarn au temps de Fébus », dans Signé Fébus, comte de Foix, prince de Béarn. Marques personnelles, écrits et pouvoir autour de Gaston Fébus, sous la direction de Véronique Lamazou-Duplan, Somogy éditions d’art / Université de Pau et des Pays de l’Adour, 2014, p. 48-49.

[16] Une quittance d’Henri, déjà roi de Navarre, attestant la réception de 7 000 livres tournois relatives à la solde de 40 hommes d’armes et de 60 arches de sa compagnie contient le titre de « souverain de Béarn » (Avignon, 31 décembre 1574), BnF, Département des Manuscrits, Clairambault 634-635, fol. 43r° (copie). Cet acte est consultable dans la base AcRoNavarre.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search