Henri II d’Albret, « príncipe de Bearne », d’après les actes émis par l’empereur Charles Quint

Même si le premier prince de Béarn a été Gaston III de Foix-Béarn, plus connu de nos jours par le nom Gaston Fébus[1], la première mention du Príncipe de Bearne (prince de Béarn) présente dans la documentation connue actuellement, a été formulée en 1525 par les rois des royaumes hispaniques pour désigner Henri II d’Albret[2], roi de Navarre et seigneur souverain de Béarn. Même si nous n’avons pas encore trouvé le titre de « prince de Béarn » dans le texte des actes rédigés par la chancellerie de ce souverain, cette présence dans des actes rédigés en Espagne dénote d’entrée le statut, reconnu par les rois de la monarchie hispanique, du Béarn comme une principauté, depuis au moins le premier quart du xvie siècle.

Cette étude évoque l’utilisation de ce titre pour désigner Henri II d’Albret mais aussi l’ensemble des allusions, faisant référence à ce roi, qui ont été écrites par la bureaucratie au service de Charles Quint entre 1517 et 1555, à une époque où les souverains de France et d’Angleterre, les princes et les dirigeants des républiques européennes ont maintenu dans des documents de nature diplomatique la dénomination de « roi de Navarre »[3] pour nommer le souverain né à Sangüesa (Navarre) en 1503[4]. La conquête de la Navarre réalisée dans un premier temps par Ferdinand le Catholique en 1512, puis par Charles Ier d’Espagne (Charles Quint), empêchait l’empereur de la maison Autriche et son administration de nommer Henri d’Albret dans leurs actes officiels, par le titre roi de Navarre. De cette façon, lorsqu’il a fallu nommer ce souverain dans les actes notamment ceux qui concernaient la justice et la diplomatie, ont été utilisées cinq types dénominations. La première, celle de « seigneur de Labrit »[5]. Il convient à cette occasion d’expliquer qu’en Navarre ainsi qu’en Castille on a utilisé à l’époque le nom médiéval Labrit et non celui Albret, adopté au nord des Pyrénées à partir d’Alain d’Albret[6].

La seconde, « Enrique de Labrit », est employée dans mandements adressés aux Navarrais, soit par les vice-rois de Navarre, soit par le jeune Charles Ier d’Espagne et sa mère Jeanne « la Folle », en théorie reine de Navarre après le décès de son père Ferdinand le Catholique, mais qui n’a jamais vraiment exercé le pouvoir de cette couronne. Nous en trouvons deux exemples en 1518, un an après l’arrivée du souverain autrichien en  Espagne: le premier dans un mandement de Charles Ier et de sa mère Jeanne par lequel il est interdit aux Navarrais de parler de la restitution du royaume à Enrique de Labrit, hijo del rey don Juan y de la reina donna Catalina[7]; le second, dans un mandement émis par Antonio Manrique de Lara, duc de Nájera, vice-roi de Navarre, interdisant aux Navarrais d’établir tout contact avec Enrique de Labrit, hijo del rey don Juan y de la reina donna Catalina[8]. D’ailleurs le nom Enrique de Labrit a été écrit aussi dans des nombreux documents de nature diplomatique signés par Charles Quint depuis sa jeunesse jusqu’au moment du décès d’Henri II d’Albret, en 1555, comme le démontre, entre autre, la documentation conservée dans l’Archivo General de Simancas[9].

Il y a également une troisième mention, celle de « comte de Foix », dans le texte de nature judiciaire émise par l’administration du royaume de Valence dans le cadre du procès concernant l’héritage de Germaine de Foix poursuivi devant les tribunaux de justice par Pierre de Bonafont, docteur en droit, conseiller et procureur d’Henri II d’Albret à Valence, contre les marmessors testamentaris (exécuteurs testamentaires)[10].

En quatrième lieu, le titre de « roi de Navarre » a été écrit, de façon ponctuelle, dans des rapports de nature privée rédigés par les ambassadeurs de Charles Quint entre la décennie 1540 et les premières années de la suivante. Parmi cette documentation, il faut mentionner un rapport, sans date, contenant les aspects les plus intéressants d’une réunion qui s’était tenue entre un ambassadeur espagnol et Juan Martínez de Ezcurra, seigneur d’Ezcurra, ambassadeur habituel d’Henri II d’Albret à partir des années 1530 pour traiter avec les représentants de Charles Quint sur la restitution du royaume de Navarre. Même si dans ce rapport on peut lire la mention « sennor de Labrecht » (seigneur de Labrit), il faut toutefois souligner que le titre de rey de Navarra est écrit une douzaine de fois[11].

Il y a enfin une cinquième et dernière allusion à Henri II d’Albret, celle de Príncipe de Bearne, qui est celle qui nous intéresse plus particulièrement ici, car elle est restée inédite jusqu’à la publication de ce billet. Les documents connus jusqu’à présent ont fait croire aux historiens que ce titre avait été employé dans la documentation émise par les officiers des rois de la dynastie d’Habsbourg à des époques postérieures à celle d’Henri II d’Albret, notamment pour désigner le roi Henri IV de France et III de Navarre, notamment après le décès d’Henri III de France en 1589[12]. Toutefois, des sources manuscrites très peu étudiées, conservées en Espagne, démontrent que ce titre a été utilisé depuis la décennie 1520 non seulement par Charles Quint mais aussi par officiers de la haute administration espagnole. De cette façon, la dénomination Príncipe de Bearne est déjà présente dans le texte d’une série de lettres datées de mars 1525, que l’empereur Charles Quint a adressé non seulement aux membres de la noblesse et du clergé espagnol mais aussi aux rois et dignitaires d’autres États européens de l’époque.

Dans ces lettres, dont le contenu du texte est presque identique, l’empereur a annoncé aux destinataires la victoire de son armée à Pavie et la capture du Rey de Francia (François Ier) ainsi que du Príncipe de Bearne, sennor de Labrid (prince de Béarn, seigneur de Labrit), qui lui permettent d’envisager la mise en place de son rêve de paix universelle chrétienne. Parmi les lettres envoyées à membres de la monarchie espagnole, nous mentionnons celle qui a été signée le 12 mars à Isabel de Montemayor María Manrique de Lara, duchesse de Terranova et veuve du grand capitaine (Gonzalo Fernández de Córdoba)[13]. Parmi les lettres qui ont été adressées à des destinataires dans d’autres États, nous mentionnons ici celle qui a été signée le 14 mars et envoyée au roi Jean III de Portugal[14].

Extrait de la lettre de Charles-Quint à Isabel de Montemayor María Manrique de Lara, duchesse de Terranova, datée de Madrid, le 12 mars 1525. Biblioteca Francisco de Zabálburu (Madrid), ALTAMIRA, 34, D5/1. © Biblioteca Francisco de Zabálburu.

Le titre de príncipe de Bearne se retrouve également dans documents de nature privée émis par les vice-rois des rois d’Espagne, même à la fin du règne de Charles Quint. C’est le cas de la lettre signée en 1551 par Pedro Martínez de Luna, comte de Morata et vice-roi d’Aragon, adressée à Antoine Perrenot de Granvelle, évêque d’Arras, dans laquelle il lui notifie qu’il a demandé à Jerónimo d’Yciz de réaliser son voyage à la Cour de Charles Quint par mer et non par terre, afin de ne pas être capturé par le príncipe de Bearne[15].

Extrait de la lettre du comte de Morata, vice-roi d’Aragon, au cardinal Granvelle, datée de Zaragoza, le 10 avril 1551. Real Biblioteca (Madrid), Correspondencia del Cardenal Granvelle, RB II-2249-51, f. 72r. © Patrimonio Nacional

Il faut donc bien retenir que la plus ancienne mention du príncipe de Bearne, connue actuellement, a été écrite dans les documents émis par les rois d’Espagne à partir de 1525. À priori, il paraît un peu étonnant de trouver ce titre dans ces actes émis par le roi Charles Quint et non dans les actes émis par le roi Henri II d’Albret, « seigneur souverain de Béarn », mais ceci était sans doute préférable pour l’empereur que celui de roi de Navarre dont il se considérait lui-même comme l’héritier légitime. En tout cas, les documents mentionnant les titres de Príncipe de Bearne et de Principado de Bearne (que nous aborderons dans une autre étude) paraissent démontrer que de la même façon qu’à l’époque de Ferdinand le Catholique, le roi Charles Quint et les administrations de gouvernement et de justice des royaumes hispaniques avaient la certitude de l’existence d’une véritable et légitime principauté au nord des Pyrénées. Ce phénomène se perpétue au Sud des Pyrénées sous le règne de Philippe II d’Espagne dont les hautes institutions de justice ainsi que les ambassadeurs ont utilisé la mention príncipe de Bearne pour désigner le petit-fils d’Henri II, c’est-à-dire, Henri de Bourbon, plus connu comme Henri IV de France et III de Navarre[16].

Álvaro ADOT LERGA

EHEHI (Casa de Velázquez)

ITEM 3002 (Université de Pau et des Pays de l’Adour)

Notes

[1] Sur le premier prince de Béarn, Gaston III de Foix-Béarn, et les origines de la « souveraineté » de Béarn, voir Véronique Lamazou-Duplan et Dominique Bidot-Germa, « Assises et discours politiques en Béarn au temps de Fébus » et « Gaston III comte de Foix, vicomte de Béarn : un prince entre France, Angleterre et péninsule Ibérique », dans Véronique Lamazou-Duplan (dir.), Signé Fébus, comte de Foix, prince de Béarn. Marques personnelles, écrits et pouvoir autour de Gaston Fébus, Paris / [Pau], Somogy éditions d’art / Université de Pau et des Pays de l’Adour, 2014, p. 48-49 et 22-29. Voir aussi Jean-Pierre Barraqué, « L’idéologie politique en Béarn », Le Prince, l’argent, les hommes au Moyen âge. Mélanges offerts à Jean Kerhervé, Rennes, 2008, p. 219-229 ; Pierre Tucoo-Chala, Gaston Fébus et la Vicomté de Béarn (1434-1391), Bordeaux, 1959, et Pierre Tucco-Chala, « Avant-Propos », « La formation territoriale de la vicomté », « Le temps de la souveraineté à la fin du Moyen âge (xivxve siècles) », dans Pierre Tucoo-Chala / Christian Desplat, Principatus Benearnia. La Principauté de Béarn, Pau, Société Nouvelle d’Éditions Régionales et de Diffusion, 1981, p. 9-12, 13-16, 75-130.

[2] Nous tenons à remercier Madame Mercedes Noviembre de nous avoir donné la permission pour inclure dans cette étude l’image d’une partie d’un document émis par Charles-Quint en 1525 contenant le titre de Príncipe de Bearne, conservé à la Biblioteca Francisco de Zabálburu (Madrid).

[3] Pour le cas d’Angleterre, nous rappelons ici qu’Henri II d’Albret a été compris en tant que roi de Navarre dans le traité international de Moore, établi entre Louise de Savoie, régente de France, et Henri VIII, roi d’Angleterre, en 1526. Voir l’acceptation d’Henri II d’Albret d’être compris dans ce traité international, conservée aux ADPA, E 569/6. Parmi les républiques de l’époque, citons la lettre de créance d’Andrea Gritti, doge de Venise, pour ses ambassadeurs, Sebastiano Giustinian et Lorenzo Bragadin, adressée à Henri II d’Albret, roi de Navarre (juillet 1526), étudiée par Álvaro Adot dans le cadre du projet AcRoNavarre, https://acronavarre.hypotheses.org/1754

[4] Henri II d’Albret est né le 25 avril 1503 dans la ville navarraise de Sangüesa. Voir Álvaro Adot Lerga, « Infancia y adolescencia de Enrique II de Navarra. Educación y papel político del príncipe de Viana », dans Zangotzarra, n.13, 2009, p. 15-19.

[5] Le titre de sennor de Labrit, avec des graphies différentes (Labrit, Labrecht, Labret), est présent dans documents de nature diplomatique. Par exemple dans le rapport d’un ambassadeur espagnol, rédigé et adressé à Charles Quint vers 1548. AGS, Estado, Navarra, leg. 344, doc. 141. Scripto dado de la parte del sennor de Labrecht por el sennor d’Ezcurra al embaxador del emperador. Y lo que se comunicó y examinó entre los dichos embajador y sennor d’Ezcurra segund que el dicho embajador lo scrive a su majestad de lo qual es de palabra a palabra lo que se sigue.

[6] Voir l’étude de Pierre Courroux, « Des sires de Labrit aux Albret. Une évolution phonétique et historique » (à paraître).

[7] AGN, AP Rena, caj.28, n..2-5. Madrid, le 19 mai 1518. Il s’agit d’un brouillon du mandement.

[8] AGN, AP Rena, caj.28, n.4-1. Pamplona, le 15 mars 1518.

[9] Voir Manuel Fernández Álvarez (éd. et préf,), Corpus documental de Carlos V, 5 vol., Salamanca, [Universidad], vol. 1, 1516-1539 (1973) ; vol. 2, 1539-1548 (1975) ; vol. 3, 1548-1554 (1977) ; vol. 4, 1554-1558 (1979) ; vol. 5, Indices, 1981.

[10] Ce procès est l’objet d’une étude en cours par Álvaro Adot, dans le cadre du projet AcRoNavarre (actes royaux de Navarre, xvexvie siècles).

[11] AGS, Estado, Navarra, leg. 344, doc. 141. Scripto dado de la parte del sennor de Labrecht…

[12] Voir l’étude de Dénes Harai, « Le titre de prince de Béarn dans deux quittances d’Henri de Navarre (1572, 1578) », https://acronavarre.hypotheses.org/2899

[13] Madrid, le 12 mars 1515. Lettre de Charles Quint à Isabel de Montemayor María Manrique de Lara, duchesse de Terranova et veuve du grand capitaine, pour lui notifier la victoire de son armée à Pavie. Biblioteca Francisco de Zabálburu, (Madrid) ALTAMIRA, 34, D5

[14] Madrid, le 14 mars 1515. Lettre de Charles Quint à Jean III, roi de Portugal, pour lui notifier la victoire de l’armée impériale à Pavie. Transcrite par Aimé Champollion-Figeac, La captivité du roi François Ier, Paris, 1847, p. 64-65. Je tiens à remercier mon collègue Dénes Harai, membre du projet de recherche ANR AcRoNavarre, de m’avoir indiqué ce document.

[15] Zaragoza, le 10 avril 1551. Real Biblioteca (Madrid), Correspondencia del Cardenal Granvelle, RB II-2249-51, f. 72r-v.

[16] Voir l’étude de Dénes Harai, « Le titre de prince de Béarn dans deux quittances d’Henri de Navarre (1572, 1578) », https://acronavarre.hypotheses.org/2899


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search