Clientélisme et baptême : relation entre les officiers de Navarre en 1576

Le parrain et la marraine font office d’anges gardiens physiques et moraux, pour les enfants dont le baptême les a mis sous leur tutelle. Cette vision de ces deux individus invite l’enfant du vivant de ses parents comme après leur décès à trouver tout au long de sa vie, un soutien immuable ainsi qu’une affection auprès du parrain et de la marraine, du moins dans la vision générale[1].

Les archives communales de Pau, conservent une partie des registres paroissiaux des baptêmes du xvie siècle, et notamment un registre protestant, sous la cote GG1, dans lequel sont notés de façon continue les baptêmes de l’année 1571 (2 baptêmes liés à des officiers navarrais pour un total de 20 baptêmes) à l’année 1580 (23 cas pour 147) ; l’étude qui suit porte sur l’année 1576, qui représente la date médiane de cette décennie. Il faut signaler que pour l’ensemble de cette période, on compte 239 baptêmes identifiés comme ayant un lien avec un officier de la maison de Navarre, soit 20,8 % de la totalité des 1149 actes de ce type mentionnés dans le registre. L’année 1576 comporte 101 baptêmes protestants dans la ville de Pau, et 30 d’entre eux, soit moins d’un tiers, (21 garçons et 9 filles) ont un lien avec un officier administratif ou judiciaire de la maison de Navarre.

Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, registre numérisé de la cote GG 1 (fol. 60) des archives de la ville de Pau

Le baptême débute par la présentation de l’enfant par son parrain et sa marraine ; mais il faut signaler que les marraines ne sont pas systématiquement enregistrées, leurs mentions restent rares, et en 1576, sur 30 baptêmes la marraine est mentionnée 12 fois. Cette non-mention de la marraine n’est pas propre à une pratique paloise[2]. L’enfant reçoit ensuite la bénédiction de la part du ministre en bas de la chaire à l’issue de la prédication. En 1576, trois ministres assurent les baptêmes dans lesquels sont cités des officiers : Pierre Martel (1538-1605)[3], qui fut ministre de 1563 à 1596 (18 baptêmes), Robert La Taulade (Teulade)[4] de 1573 à 1584 (11 baptêmes) et Nicolas de Bordenave[5] (1 baptêmes), ministre de Nay de 1563 à 1601, présent exceptionnellement à Pau où il préside en janvier de cette année 1576 le synode de la souveraineté de Béarn.

Au sein des registres, la mention du baptême suit de cette façon : date, ministre, prénom enfant, parents, parrain, voire marraine. Par exemple : « Le xxiii [23] de février 1576 par Me La Taulade fut baptizé Anne, fille de Guilhem de la Cassaigne et de Joane sa femme de Pau ; présenté par Me Jehan Gillot conseiller du Roy »[6]. Ce registre est rédigé en français qui est la langue du plus ancien pasteur Martel, qui est originaire de Paris.

Cette année voit défiler une multitude de parrains différents, ayant des charges diverses, du conseiller au Conseil souverain (Jean Gillot) au garde-sacs de la chambre des Comptes (Arnaud Guilhem Des Claux), en passant par les procureurs (Fédric de Saffores). Huit individus se démarquent avec deux filleuls chacun : Arnaud Gulhem Des Claux, les avocats Augustin de Niort et Gaillard d’Abbaye, le procureur Pierre de Sériis, le conseiller Bernard de Saint-Cric et les trois huissiers : Ramon du Benquet, Menjou d’Arribey et Pées de Hoo. Cette année 1576, est dominé par les huissiers qui, étant en plus grand nombre, exercent la charge la plus fréquemment citée dans le registre.

Relation entre les principaux officiers en 1576. Trait noir : lien en 1576. Trait rouge : lien en dehors de 1576 (schéma par Quentin Maillard)

À travers ces baptêmes ce sont les liens entre les hommes qui sont mis à l’honneur : que ce soit entre collègues, parents ou amis. Certains baptêmes restent ainsi en famille : le 9 juillet, la petite Astrugue, fille d’Odet de Baget et d’Astrugue Loyard est présentée par le frère de sa mère, Pierre Loyard et par la veuve de Me de Salettes, Astrugue[7]. Ce type de parrainage par l’oncle est aussi présent avec le fils de Ramon du Benquet et de Ranquine de Labu, Jean qui est présenté par Joanhot du Benquet, le 29 juillet[8]. Un dernier cas dans cette catégorie lie à la fois le cadre de la famille et du travail, celui le 10 janvier 1576, du fils d’Arnaud Guilhem Des Claux, dont le prénom a été laissé en blanc dans le registre, et de Jeanne de Roque, qui a pour parrain le trésorier de Béarn, Étienne de Cimetière[9]. Jeanne est la fille de George de Roque, avocat au conseil souverain et mort avant 1563, et de Catherine de Hereter. Elle s’est remariée le 12 mars 1564, avec Étienne de Cimetière, argentier de la couronne de Navarre[10]. Ainsi le beau-père de Jeanne de Roque est aussi le parrain de son fils. Arnaud Guilhem Des Claux officiant au sein de la chambre de Comptes de Pau, il côtoie régulièrement le trésorier, le parrainage liant alors la famille avec le travail.

Cette pratique de resserrer les liens professionnels par le parrainage se voit aussi le 13 mai 1576 à l’occasion du baptême de Pierre, fils de Pierre de Sériis, conseiller du roi à ce moment-là, et de Catherine de Pardies, en effet, le garçon a pour parrain Pierre d’Arros, un collègue de son père, l’avocat général du conseil, et comme marraine Jeanne de La Torta veuve de l’ancien président du conseil Me d’Etchart[11].

Mais cette pratique de parrainage entre officiers reste minoritaire car, dans la majorité des cas, ce sont des personnes plus modestes qui font parrainer leur enfant par un membre de l’élite administrative du Béarn. Le cordonnier de Pau Jean du Brocar et son épouse Jeanne de Laborde, font présenter leur fils Abraham, par Ramon du Benquet, huissier du conseil, le 17 avril[12]. Le 24 décembre 1576, Bernard de Saint-Cric, juge de Pau, présente le petit Jean au baptême, fils de Peyroton de Cap et de Marguerite de Hortarrin, tous de Pau[13]. Il faut signaler que sur la période dudit registre de 1571 à 1580, Bernard de Saint-Cric fait baptiser 4 enfants : trois garçons et une fille. Tandis qu’il est le parrain de 8 enfants : cinq garçons et trois filles, ce qui le place à la neuvième place des officiers ayant le plus de parrainage à cette période.

Ce même Bernard de Saint-Cric et son épouse, Catherine de Laborde, font baptiser leur fils Timothée, par Me La Taulade le 29 janvier 1576. Le baptême représente une importance spirituelle pour des familles, et le choix du parrain va de pair avec celle-ci, ainsi, le petit Timothée est présenté par le parangon de la foi protestante pour les ouailles de la ville de Pau, le « ministre de la parole de Dieu » Pierre Martel[14]. Cet acte soulève la question du choix de la pré nomination du nouveau-né. Sur les 30 baptêmes de l’année 1576, on relève 20 prénoms différents pour les enfants. Sur l’intégralité des prénoms on peut trouver 2 inconnus le prénom est laissé en blanc (le fils d’Arnaud Guilhem Des Claux et celui de Joan de Faur) (7%), 21 communs : comme Pierre ou Jean (70%) et 7 issus de l’Ancien et du Nouveau Testament : Isaac ou Timothée  (23%).  Le choix du prénom semble donc obéir à 3 règles. La première est que l’enfant porte le même prénom que l’un de ses parents (3 cas), dans le deuxième cas les filleuls portent le prénom du parrain (5 cas) ; celui des deux protagonistes (2 cas) ; mais la grande majorité des prénoms n’ont pas de lien direct avec les personnes présentes au moment du baptême (20 cas) ; les prénoms de l’ancien et du nouveau testament sont dans cette dernière catégorie.

Le baptême permet de renforcer le tissu social entre les individus, des liens matrimoniaux existant sont renforcés par des liens spirituels, augmentant les rapports entre les officiers. Il est aussi l’occasion de montrer une affiliation à un  réseau social et l’on voit ici en particulier l’influence au sein de la ville du corps des administrateurs de la maison de Navarre. L’année 1576, montre un exemple de cette relation, avec des exemples et des irrégularités qui lui sont propres.

Quentin Maillard

(UPPA / ITEM)

Notes

[1] Vincent Gourdon, Cristina Munno et Isabelle Robin, « Parrainage et compérage : de nouveaux outils au service d’une histoire sociale des espaces européens et coloniaux », Histoire, économie & société, 2018/4, Paris, Armand Colin, 2018, p. 4-17, p. 4.

[2] Guido Alfani, « Les réseaux de marrainage en Italie du Nord du xve au xviie siècle : coutumes, évolution, parcours individuels » dans Histoire, économie & société, 2006/4, Paris, Armand Colin, 2006, p. 17-44, p. 22.

[3] Albert Sarrabère, Dictionnaire des pasteurs basques et béarnais: xviexviie siècles, Pau: CEPB, 2001, p. 188.

[4] Ibid., p. 170.

[5] Ibid., p. 57.

[6] ADPA archives communales de Pau, GG 1, fol. 55.

[7] ADPA : archives communales de Pau, GG 1, fol. 58.

[8] Ibid., fol. 58 vo.

[9] Ibid., fol. 52.

[10] ADPA : E1999, notaire de Pau, Pées de Hoo, fol. 72-72 vo.

[11] ADPA : archives communales de Pau, GG 1, fol. 57.

[12] Ibid., fol. 56.

[13] Ibid., fol. 62 vo.

[14] Ibid., fol. 53 vo.


Vous aimerez aussi...