Bernard Charron : le justicier du Périgord et du Limousin (1570-1607)

La maison de Navarre possède de nombreux domaines, dont une grande majorité se trouve dans le sud-ouest du royaume de France, avec comme joyaux, la terre souveraine de Béarn et la Basse-Navarre, dernière pépite de l’ancien royaume de Navarre. Parmi les territoires féodaux se trouvent le comté de Périgord et la vicomté de Limoges[1], dont une partie de l’administration et de la justice est entre les mains d’officiers de la maison de Navarre. Ces deux territoires possèdent de nombreuses juridictions judiciaires secondaires, mais dans les hautes sphères les deux domaines sont étroitement liés. En effet, les grands officiers : tels que les trésoriers Jean Aymeric en 1556[2] et Jean Deschamps de 1559 à 1587[3], ou encore le procureur Jean Moynard avant 1547[4] (date de son trépas), exercent leur office à la fois sur le Périgord et le Limousin. Bernard Charron est l’un de ces hommes, qui défendent les intérêts des souverains et rendent la justice en leur nom dans ces deux domaines.

Le 15 novembre 1542, Bernard Charron, chevalier et seigneur de Lelnos, alors conseiller d’État du roi de Navarre Henri II d’Albret, fait de son arrière-petit-fils Bernard, son légataire[5]. À cette occasion, on voit que la famille Charron forme des officiers de longue date de la famille de Navarre. L’arrière-petit-fils Bernard, celui dont nous allons parler, effectuera sa carrière auprès de la maison à laquelle il a été destiné par sa famille, et c’est à partir des années 1570 qu’il apparaît dans les registres qui ont été conservés. Ce service auprès de la maison de Navarre, sera mis en avant par le sire Théophile Charron qui affichera en 1665 les deux cents ans de sa famille au service de la maison de Navarre pour obtenir la confirmation de ses lettres de noblesses[6].

Bernard a cumulé plusieurs offices d’avocats dans le comté de Périgord et la vicomté de Limoges : en premier lieu, il est avocat au siège du sénéchal de Périgueux de 1573 à 1576, et durant cette même période il l’est aussi à Ans, Chalusset et Segonzac (Secompuhac). Pour un temps plus court, il officie aussi en tant qu’avocat au siège de la sénéchaussée de Panjon de 1573 à 1574, et au siège de Saint Sohal de 1574 à 1575. En plus d’être avocat de différentes cours, il est aussi juge dans d’autres : juge d’appeaux des paroisses de Saint-Front et de Saint-Astier et juge général du roi de Navarre de « la vicomté de Périgort et Limozin », durant tout ce laps de temps de 1573 à 1576[7]. Il cumule ainsi les charges et offices juridiques dans le comté et la vicomté.

Pour ces différentes charges Bernard Charron, touche divers gages : les plus élevés étant ceux pour l’office de juge général d’un montant de 160 écus, qui tombent à 140 écus durant l’année 1576 ; ses autres gages ne sont que de 20 livres en tant que juge d’appeaux et de 3 livres en tant qu’avocat de Chalusset, ainsi que d’autres d’un montant se situant entre ces deux dernières sommes[8].

Après avoir exercé ces fonctions judiciaires, il devient conseiller du roi de Navarre, maître des requêtes ordinaires de l’hôtel du roi, vice-chancelier et garde des sceaux dans le comté de Périgord et de la vicomté de Limoges dès 1570.

Il épouse le 30 décembre 1578, Marguerite de Chantemerle, fille de Denis de Chantemerle, écuyer et seigneur de Mouset, et Françoise de Beaumont[9] qui lui donne plusieurs enfants,  comme André Charron, conseiller et lieutenant général de Bergerac.

Son service auprès de la couronne de Navarre, puis de la couronne de France a entrainé l’anoblissement de la maison. Le blason se présente ainsi : d’argent, à trois fleurs de chardon d’azur, mouvantes d’une tige de sinople, et posées une et deux[10]. Une lettre patente du roi du 22 septembre 1655, maintient et confirme le sieur Théophile Charron en qualité de noble. En rappelant les services de ses ancêtres, et notamment celui de son aïeul paternel Bernard Charron, mettant en avant sa nomination à la charge de vice-chancelier du comté de Périgord et de la vicomté de Limoges en 1570, puis en 1578, celle de maitre des requêtes de l’hôtel du roi de Navarre, il résigne cette dernière charge en faveur de l’un de ses enfants, mais celui-ci étant mort sans descendance, elle fut rendue en 1597[11].

S’appuyant sur une décision du roi de France en 1608, selon laquelle les secrétaires et officiers commensaux de Navarre jouissent des mêmes droits que les officiers de France, Théophile Charon, mettant en lumière les services de son ancêtre Bernard qui avait été pendant plus de vingt ans, maître des requêtes et vice-chancelier et garde des sceaux pour une durée de trente ans, charge qui fut supprimée par le roi Henri IV, le 5 avril 1607[12], obtient la confirmation de la noblesse, qu’il avait acquise par ses services et dont tous ses descendants se réclamaient[13].

Quentin Maillard

(UPPA / ITEM)

Confirmation des lettres de provision délivrées aux notaires et sergents des comtés de Périgueux et de la vicomté de Limoges (1607), AD Dordogne, 2 E 344

Notes

[1] Dénes Harai, « Jeanne d’Albret, reine de Navarre et son marquisat de Limoges (1562-1566) », https://acronavarre.hypotheses.org/1782

[2] ADPA : B1833, Domaine de Périgord et Limousin, 1556.

[3] ADPA : B8-1 à B160, Chambre des comptes de Pau, 1559 à 1587.

[4] ADHV : 5FF5, Nomination par lettres du roi de Navarre de Jehan Martin à l’office de procureur, 1543.

[5] Armorial général de la France, Registre premier, première partie, Paris, Imprimerie de Jacques Collombat, 1738, p. 124.

[6] Louis de La Roque (dir.), Le bulletin héraldique de France ou Revue historique de la noblesse, vol. ix, Paris, Administration du bulletin héraldique de France, 1890, p. 555.

[7] ADPA : B1862, Domaine de Périgord et Limousin, 1573 à 1576.

[8] Idem.

[9] Armorial général de la France, Registre premier, première partie, Paris, Imprimerie de Jacques Collombat, 1738, p. 124.

[10] Ibidem.

[11] Louis de La Roque (dir.), Le bulletin héraldique…, op. cit., p. 555.

[12] ADD : 2 E 344 Confirmation des lettres de provisions délivrées aux notaires et sergents des comtés de Périgueux et de la vicomté de Limoges, 1607.

[13] Louis de La Roque (dir.), Le bulletin héraldique…, op. cit., p. 555.


Vous aimerez aussi...