Le projet de création d’une province ecclésiastique navarro-béarnaise sous le règne de Catherine de Foix et Jean d’Albret

La politique de renforcement du pouvoir développée par les rois Albret dès la fin du xve siècle jusqu’à la fin du xvie siècle, a concerné non seulement le plan civil mais aussi le plan ecclésiastique. La première période de cette confrontation est celle du règne de Catherine de Foix et Jean d’Albret[1], moment caractérisé par une lutte de pouvoir contre le Saint-Siège de Rome pour hacerse dueños absolutos de la iglesia navarra (devenir les maîtres absolus de l’église navarraise)[2], dans laquelle s’inscrit, entre autres, la demande faite en 1492 par ces rois à ceux de Castille-Aragon de ne pas appuyer la nomination du prochain évêque de Pampelune (après la renoncement de César Borgia) si la personne choisie par le pape Alexandre VI n’était pas celle qui avait été proposée par les souverains de Navarre. En leur défense, ils alléguaient que le pape Innocent VIII leur avait donné le droit de nommer à leur volonté aux dignités ecclésiastiques vacantes non seulement en Navarre mais aussi dans l’ensemble de leurs domaines[3].

Il convient d’ajouter que les souverains Albret, avec l’appui des États de Béarn et des Cortès Générales de Navarre, avaient décidé d’envoyer une ambassade navarro-béarnaise à Rome en 1496. À cette occasion, ils avaient ordonné à Jean de La Salle, évêque de Couserans, chancelier de Foix et de Béarn, et à Gaston de Foix, seigneur de Coarraze, de nommer avec l’avis des États de Béarn plusieurs personnes pour se joindre aux personnes commissionnées en Navarre, per far las remonstrations necessaris a nostredit Sant Payre, au carc deudit pays, aixi que fen losditz de Navarre[4]. En termes généraux, l’objectif le plus important était de demander au Pape de ne pas nommer d’étrangers aux dignités ecclésiastiques no tant solament en Béarn, mas en lo reaume de Navarre et autres terres et senhories de la mayson[5], en respectant les prérogatives des rois de Navarre et seigneurs de Béarn touchant la nomination d’hommes « naturels » de ces territoires pour exercer ces charges. À la lumière des documents que nous connaissons, l’ambassade n’a pas été réalisée jusqu’au début 1500. Elle a été commandée par deux ambassadeurs Navarrais, Juan de Beaumont et Fernando de Baquedano, maître des finances des rois, qui sont allés à Rome en février 1500[6].

Dans ce contexte s’inscrivent aussi les mémoires transcrits dans ce billet, rédigées entre 1500 et 1507[7], qui avaient pour but de demander au pape de Rome sa permission pour créer une province ecclésiastique unique formée par les deux territoires souverains des Albret, la Navarre et le Béarn. Le diocèse serait devenu un archevêché, à la tête duquel serait le cardinal Amanieu d’Albret, frère du roi de Navarre. De cette façon les souverains Albret maintenaient la confrontation entamée depuis 1492 contre le pape à cause de la nomination faite par le pontife catholique en faveur d’Antonio Pallavicini comme évêque de Pampelune, mais qui n’était pas effective en Navarre par l’opposition des rois. Au sujet de cette affaire, les ambassadeurs avaient aussi des instructions à transmettre à Amanieu d’Albret, qui devait offrir directement à Pallavicini, nommé dans le document par sa charge de cardinal de Sainte-Praxède, une somme entre 4 000 et 5 000 ducats en échange de sa renonciation à l’évêché[8].

Dans ce nouveau cadre imaginaire, les souverains demandaient au pape d’ériger l’évêché de Pampelune en archevêché, avec pour suffragants, six évêchés : Lescar et Oloron en Béarn (dépendants à l’époque de l’archidiocèse d’Auch), Tudela (dépendant de l’archidiocèse aragonais de Tarazona), Estella, Sangüesa et Roncevaux en Navarre, dont les évêques seraient « naturels » des domaines des Foix-Albret-Navarre. La monarchie navarraise proposait aussi de créer des nouveaux évêchés par le démembrement de celui de Pampelune à la tête desquels étaient pressentis l’abbé du monastère d’Irache pour celui d’Estella, l’abbé du monastère de San Salvador de Leyre pour celui de Sangüesa, et l’abbé du monastère de Roncevaux comme « chef » de l’évêché de Roncevaux[9].

Il faut ajouter que pour concéder une plus grande cohésion interne à la Navarre, l’extension des nouveaux évêchés navarrais ainsi créés aurait concordé avec celle des merindades, grandes circonscription administratives ou « provinces » du royaume (Estella, Tudela, Sangüesa, Ultrapuertos). De la même façon la capitale administrative de chaque merindad serait devenue la tête de chaque évêché, sauf pour le cas de l’Ultrapuertos, où le siège de l’évêché serait le monastère de Roncevaux et non Saint-Jean-Pied-de-Port, principale ville basse-navarraise à l’époque[10].

Projet de création d’une province ecclésiastique navarro-béarnaise (auteur de la carte : Eneko del Castillo, nabarlur.blogspot.com)

D’ailleurs, la création de cette province aurait pu faciliter la mise en place d’une deuxième demande concernant la contribution du « grand nombre de prêtres » qui possédaient du patrimoine dans le royaume au paiement des subsides accordés par les Trois États, réunis en Cortès Générales, à la monarchie navarraise pour participer aux frais de la Couronne et de l’administration navarraise. Selon le contenu de l’acte, cela aurait entraîné une répartition plus équitable des subsides à payer par les Navarrais, car l’exemption fiscale du clergé obligeait le « pauvre peuple» de supporter la totalité de la charge[11]. Plus concrètement, l’acte fait allusion aux subsides que les souverains pourraient « demander aux ecclésiastiques que tiennent ou tiendront bénéfices et autres biens en abondance » sans impacter leur condition, en cas de guerre contre la France, la Castille et/ou l’Aragon, avec le but de « relever le pauvre peuple »[12].

Cependant, différentes raisons empêchaient ce projet de se réaliser non seulement à cause de l’opposition du Pape mais aussi parce que les rois d’Aragon et de France ne pouvaient pas accepter la naissance d’une telle province ecclésiastique. Le pape Alexandre VI ne pouvait pas accepter de remplacer Antonio Pallavicini par Amanieu d’Albret comme évêque de Pampelune. De la même façon, ni Louis XII de France ni l’Eglise gallicane ne pouvaient tolérer ni la séparation des évêchés de Lescar et d’Oloron de l’archidiocèse d’Auch, ni celle de la merindad d’Ultrapuertos de sa dépendance de l’évêché de Bayonne, tout comme Ferdinand le Catholique, roi d’Aragon, ne pouvait accepter la séparation de Tudela de l’archidiocèse de Tarazona.

Par conséquent, le dessein convoité par la monarchie navarraise avec le soutien des États de Béarn et des Cortès Générales de Navarre n’a pas eu d’effet dans la pratique, demeurant une simple tentative. Son désir de calquer les frontières religieuses sur les frontières politiques qui obéissait à une logique de simplification administrative novatrice et à la volonté de renforcer le pouvoir du roi de Navarre et même de l’étendre à l’ensemble de ses territoires souverains s’est heurté à la volonté de ses deux grands voisins. À cause de cette opposition, ce projet s’est avéré utopique aux yeux des historiens espagnols et français, mais il met en lumière, la volonté de modernisation, de même que le courage du Béarn et de la Navarre selon la pensée politique des premiers rois Albret.

Álvaro ADOT LERGA

EHEHI (Casa de Velázquez)

ITEM (UPPA)

Document

Source : ADPA, E 552/8, fol. 1r – fol. 2v (sans date, entre 1500 et 1507)

La notice détaillée de ce document figure dans le catalogue des actes royaux de Navarre.

fol. 1r

fol. 1v

fol. 2r

fol. 2v

Transcription

Instruction ou memoyre /

Premierement supplier a nostre Seint Pere lui pleize per nostre que le / eglize de nostre dame de Panplone soit eslevé en eglize metropolitane / et la exemier exsanter de la province superiorité et juricdiction / de l’Arcevesché de Saragosse porveu que le raume de Nabarre / est remue a per soy en province particuliere inssi qu’est le reume / d’Aragon.

Plus suplier à nostre Sainteté, et lui dire comment la cité d’Estoyle, dudit / reaume soit bonne et grant ville et bien peuplé, que la plus / grant eglize parrochiele soit leventée en eglize cathedrale / et par la substentacion de l’evesque, dignité et provendes en / le dite eglize se abra de ajoyndre l’abaye de Yraych.

Plus supplier à nostre Sainteté et lui dire coment en la cité de Tudele dudit / reume de Nabarre y a une dignité en la eglize collegiale laquele / est de la diosseze de Tarassone. Et la dite dignité et doyane / et chanoynes que soyt eslevée et erigie en eglize cathedrale / vauldra le doyane cinch cens ducas vieulx pour la sustantacion.

Plus supplier à nostre Sainteté et lui dire coment la ville de Sangosse qu’est / dudit reume de Nabarre, est bonne ville et bien peuplée et riche / lequele sera eslevée et erigie la plus grande eglize parrochiale / de ladite ville en eglize cathédrale et per la substentacion de l’evesque / dignités et provendes sera huniee (unie) l’abaye de Saint Salvateur / de Leyre.

Plus supplier à nostre Sainteté et lui dire que la prioré et monestere de / Santa Marie de Ronssavaulx soit eslevé et erigié en / eglize cathedrale.

Plus supplier à nostre Sainteté et lui dire comment en la senhorie de Bearn a / deux eveschés l’une est l’evesché de Lescar, l’otre est l’evesché / d’Oloron, et le dit senhorine est province per soy les exemir et exanter de l’arcevesché de Auchs et les fere suffragantes / a l’arcevesché de Panplone.

(fol. 1v) Plus supplier à nostre Sainteté et lui dire coment dedens le reume de Nabarre / y a pluzieurs eglizes parrochiales et rectories lesquieles sont / à la presentacion du roy et des voyzins et parrochiens desdites / rectories et non son point de grant valeur, non obstant / que la coustume est tienle que ledit sieur et parrochiens quant / une d’eles vacque instituissent recteur ou recteurs de la / ou il survient pluzieurs foys debas, dissancions, murtres / et otres questions et escandales et se a cause que ledit / sieur donra sa voix et presentacion à hun avecques deux ou / troys parrochiens et les otres parrochiens cinq ou sis doneront / a hun otre, et pour hovier tout cela pleize à nostre Sainteté / extinguir et desmoler le droit de presanter d’autant / que thoche aux parrochiens et voyzins desdites rectories que / le roy aye puissance et faculté de presenter recteurs desdites / rectories coadjoyntz avecques ledit sieur l’alcalde / ou hun ou deux juras desditz lieus.

Plus supplier à nostre Sainteté et lui dire coment dedens ledit / reume y a grant nonbre de prestres lesquels tienent / et possedent du patrimoyne dudit reaume des quatre / parties: la une la ou ledit sieur ressoit grant domacge / et le pouvre peuple permetre que lesditz prestres que / tienent et possedent dudit patrimoyne puissent estre / convaincues appoyer les subcides que à leur part peult / toucher.

Plus supplier à nostre Sainteté et lui dire coment le reume de Nabarre / est assis entre le reaume de Fransse, Castilhe et A/ragon, et comment pluzieurs foys lui movent quelque / fasson de guerre et dissancions que en tieul cas ledit / sieur puisse demander subcide aulx ecleziastiques que / tienent ou tiendront beneffisses et otres biens en ha/bundansse plus que leur condecion no porte et pora relever / le povre peuple. et que tieul subcide se demandara par / l’evesque ou evesques et par eulx tauxer que seront en / se temps audit reaume.

(fol. 2r) Instructions : pour memoyre à monsseigneur le cardynal d’Albret.

Premierement lui dira que en tout ce que posible lui sera trevaille de / recouvrer l’evesché de Panplone vers le cardenal de Sante Prexedes / et en le recovrant le roy de Nabarre, son frere, la lui fara / valoir a son proffit de quatre a cinq mile ducas et de cela / lui fara bonne surte par gens de bien de son reaume ou / de allurs pour les luy pourter en quelque part qu’il soit.

Plus sera dit à monsieur le cardinal coment l’evesque / d’Urgel est vieulx et ancien et inpotent, laqueledite / evesché est en la principaulté de Cathalonhe, et est / de la valeur de huyt en neuffx mile florins d’Aragon / pourtez audit evesque et se fayt appeler par son nom messire / Pierre de Cardone, et que ledit senyur fasse avecques / le pape luy octroye la rezervacion et coadjuctoyre dudit / evesché, et incontinent que l’octroy sera fet fasse assavoir audit / sieur le roy de Nabarre, son frère, pour avoir le placer / et consentement des roys de Castilhe.

Instruction ou memoyre au cardinal de Sante Prexede / lui dire.

Coment le roy de Nabarre n’entent point que dors/enavant ledit cardinal aye de arranter l’evesché / de Panplone à milli fois de son reaume pourveu que / dedens son dit reaume y a gens soffizens pour avoir/ ladite arrendacion comme son merchans et autres et / lui balher bonne surte de le poyer aux termes et conve/nanses fetes en ladite arrendacion et termes prins par / les arrendeurs et par les arrendens. Et si par avanture / ledit cardinal Albret arrante par este anne ou par / aultres lui soit prie que le dite arrendacion soit revoque / et lui sera fet comme desus est dit.

Notes

[1] Concernant les relations entre la papauté et le couple royal navarrais avant la conquête de 1512, voir GOÑI GAZTAMBIDE, Joaquín, Historia de los obispos de Pamplona. Pamplona, Universidad de Navarra/Diputación de Navarra, 1979, vol. II, p. 594-670, vol. III, p.1-120 ; ADOT LERGA, Álvaro, Juan de Albret y Catalina de Foix, p. 116-120, 156-159, 176-179, 212-214, 226-230.

[2] GOÑI GAZTAMBIDE, Joaquín, Historia de los obispos de Pamplona, vol. II, p. 655.

[3] Monein, le 26 septembre 1492. Biblioteca Nacional de España (désormais BNE), Res/226/84 (Ancienne cote de référence : BNE, Manuscritos, 18691, 84,). Acte transcrit par ADOT LERGA, Álvaro, Juan de Albret y Catalina de Foix o la defensa del Estado navarro (1483-1517), Pamplona, Pamiela, 2005, p. 338.

[4] Pamplona, le 16 avril 1496, Archives Départementales des Pyrénées Atlantiques (désormais ADPA), C 680, f. 25v. Acte publié par CADIER, Léon, Le livre des sindycs, p. 122.

[5] Ibidem. Et en oltre los remonstreran lo grand interest qui es audit pays de Béarn, per que las dignitatz se balhan a personnadges extrangers, no extiman en res la preiminence et prerogative que los senhors de Bearn a totz temps an agut, que en aqueres se provedisse a lor nomination, et no tant solament en Béarn, mas en lo reaume de Navarre et autres terres et senhories de la mayson. Et à present en los Estatz de Navarre es estat concludit de trameter embayxades devers nostre Sant Payre et an supplicat que de Béarn y anassen auguns ensemps ab lir vist que la cause toque aus totz … de maneyre que dessi en avant se provedesque a la nomination deusditz Senhors a lors naturals sugbecxs et no ad autes estrangers, cum es stat feyt dequi assi, car aixi ben en ladite provision et dignitatz ba grandement del interes et prejudici de la magestat desusditz Senhors et grand dampnadge deu pays, aixi que ab ung cascun es notori. Acte publié par Léon CADIER, Le livre des sindycs, p. 121-122.

[6] Archivo General de Navarra (désormais AGN), Comptos, Registro 527bis, fol. 38r. Registre intitulé De los cuarteles y alcabalas otorgados a los reyes en 1501. Los dichos Johan de Beaumont y don Fernando (de Baquedano) fizieron la dicha embaxada solos. Les Cortes de Navarre ont fini de payer les frais de ce voyage en 1501. Ibidem,  paiement de 533 libras, 6 sueldos y 8 dineros, resto de 250 ducados navarros que faltaban de pagar por el cuartel y medio sin gracias otorgados para la embaxada de Roma.

[7] ADPA, E 552/8. Document sans date ni signature. Il s’agit d’un brouillon ou d’une copie simple. Compte tenu qu’Amanieu d’Albret est nommé dans le document comme cardinal, le document a été écrit entre septembre 1500, moment où il est devenu cardinal diacre du titre de Saint-Nicolas in carcere Tulliano, et septembre 1507, date du décès d’Antonio Pallavicini.

[8] Ibidem, f. 2r. Il convient d’ajouter qu’en juin 1498 Jean d’Albret et Catherine de Foix ont commissionné leur chapelain Juan de Paternain, pour établir un accord avec Antonio Pallavicini concernant l’évêché de Pampelune. Néanmoins cette initiative diplomatique n’a eu aucun succès. Pampelune, le 2 juin 1498. BnF. Département des Manuscrits. Languedoc Doat, 227, f. 145r-148v. Document rédigé en latin et signé par le roi et la reine en présence de Juan de Jaso, docteur en droits, et Pedro de Navarre, maréchal de Navarre. Document contresigné par le secrétaire Martin d’Amix.

[9] ADPA, E 522/8, f. 1r.

[10] Dans ce projet, la seule merindad sans évêque serait celle d’Olite.

[11] ADPA, E 522/8, f. 1v.

[12] Ibidem.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search