Les dernières années de la vie de Nicolas Dangu, évêque de Mende, chancelier de Navarre

Au début de l’année 2019, un document, partiellement effacé sur un parchemin plié et taché, fit son entrée aux Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques sous la cote 1 J 3639. Il s’agit de la copie collationnée des lettres patentes du 6 février 1563 par lesquelles Jeanne d’Albret, reine de Navarre, confie l’administration des terres familiales de Picardie, Flandres, Artois, Brabant et Hainaut dont héritaient Henri de Bourbon, prince de Navarre, et Catherine de Bourbon, princesse de Navarre, après le décès de leur père, Antoine de Bourbon[1]. Malgré son aspect extérieur, ce document est précieux parce qu’il y a peu de sources qui nous renseignent sur la gestion des terres septentrionales des Bourbon au lendemain de la mort d’Antoine, mais aussi parce qu’il permet de découvrir un aspect jusqu’à présent inconnu de l’activité de Nicolas Dangu, évêque de Mende et chancelier de Navarre, et de mieux connaître les dernières années de la vie de ce prélat un peu oublié.

Statue funéraire de Nicolas Dangu dans l’ancienne abbaye de Juilly (crédit photographique: Yvan Bourhis, Département de Seine-et-Marne)

Les lettres de provision du 6 février 1563

Si le rôle abbatial (dès 1526 à Notre-Dame de Juilly[2], à Saint-Savin-de-Lavedan, 1538-1545[3] ; à Notre-Dame de Pontaut, 1545-1548[4]) et épiscopal (évêque de Sées dès 1539[5], puis de Mende dès 1545[6]) de ce fils naturel d’Antoine Duprat[7], chancelier de France (1515-1535), et chancelier des souverains de Navarre (Henri II d’Albret, Jeanne d’Albret et Antoine de Bourbon) est quelque peu connu, il n’en est pas de même pour son rôle de gouverneur et lieutenant général des terres septentrionales susmentionnées. Les lettres patentes du 6 février 1563, revêtues du « grand scel » de la reine de Navarre, nous en donnent une description détaillée[8].

Souhaitant « mectre nos affaires en mains de personnaige plus affectionné à nostre bien, honneur et proffict », Jeanne d’Albret, en tant que tutrice de l’héritage paternel de son fils, désigne « nostre tres cher, tres amé et feal conseiller Messire Nicolas Dangu, evesque de Mande, nostre chancellier de Navarre et conseiller au privé conseil de Monseigneur le Roy » qu’elle a « esleu, fait, crée, nommé et depputté » gouverneur et lieutenant général « pour la parfaicte confiance et longue experience » ainsi que « ses sens, preudhommye, vertu, grande dilligence ». Elle lui conférait « pouvoir, auctorité et mandement especial d’iceulx pays » pour y « visiter, reformer et regler l’ordre de la justice, le manyment et administration de nos deniers, des finances tant en noz receptes generalles que particullieres » ainsi que pour « casser, suspendre et priver » des officiers, « s’il veoit que besoing soit comme de droict, et en leur lieux et places commeectre telles personnes qu’il luy semblera » jusqu’à la confirmation ou autre nomination par la reine.

Dangu pouvait également faire des « baux de fermes, censes et choses muables », ordonner des réparations de châteaux, ponts, passages, étangs, fermes, moulins, pressoirs « et aultres bastiments », faire exécuter des « coupes de bois, de haute futaie que tailliz » et des ventes de « nos fruits et buissons de telle quantité et à telles personnes et pour tels prix qu’il verra estre », encaisser « les droits seigneuriaux, de rachat, de vente », nommer et présenter « aux patronnages et bénéfices », faire « foy et hommaiges, presenter adveuz et faire tous aultres debvoirs et services » aux « seigneurs desquelles lesdictes terres sont tenues et mouvantes », avec possibilité de nommer « ung ou plusieurs procureur ou procureurs avec mesmes faculté et puissance que dessus ». Le gouverneur et lieutenant général de Jeanne d’Albret était aussi doté d’une capacité d’ordonnateur dans le domaine financier car la reine mandait à la Chambre des comptes de La Fère de « passer et allouer toutes et chacunes les ordonnances que ledict seigneur de Mande fera au faict de noz finances sur nosdictz tresoriers, recepveurs generaulx ou particulliers de la nature qu’elles le rapporteront sans y faire aucune difficulté ». Dans la clause injonctive de ses lettres patentes du 6 février 1563, Jeanne d’Albret donne « en mandement » à tous les « justiciers, officiers et subjectz » des terres concernées d’obéir au chancelier, de lui fournir « conseil, confort et ayde ».

Un prélat administrateur

À l’heure actuelle, nous disposons seulement de deux sources sur l’intervention effective de Nicolas Dangu dans l’administration des terres septentrionales des héritiers d’Antoine de Bourbon.

Un registre des insinuations de 1563, conservé aux Archives nationales de France à Paris, nous indique seulement que le gouverneur et lieutenant général s’activait cette année-là puisqu’il intervient, le 25 juin 1563, « au nom de Jeanne, reine de Navarre, tutrice de Henri, prince de Navarre, duc de Vendômois, pair de France, son fils », dans une transaction liée à la vente de « la terre, baronnie et châtellenie de Raineval[9] » qu’avait faite Louis d’Ailly, vidame d’Amiens et baron de de Picquigny, le 13 décembre 1561 à Antoine de Bourbon[10].

La correspondance du cardinal Antoine Perrenot de Granvelle (1517-1586), archevêque de Malines en Flandre, garde la trace d’une information selon laquelle Nicolas Dangu séjourna à La Fère en avril 1564[11]. Même si la lettre ne nous donne pas d’informations sur les raisons de la présence du prélat, l’administration des terres septentrionales des Bourbon devait certainement faire partie des motifs de ce déplacement puisque La Fère était le siège d’une chambre des comptes dont relevaient les terres que Dangu devait gérer.

La poursuite du recensement des actes royaux de Navarre permettra peut-être de découvrir d’autres traces de l’implication administrative de Nicolas Dangu. La résidence de ce dernier à Paris et à Juilly pouvait lui permettre de rester plus facilement en contact avec La Fère, moins éloignées de la région parisienne que de Pau ou de Nérac, principaux lieux de résidence de Jeanne d’Albret.

L’effacement du chancelier de Navarre

Quelques mois après son séjour à La Fère, en juin 1564, Dangu est à Roussillon (Vaucluse) où il siège – pour la dernière fois selon l’état de nos connaissances – au Conseil privé de Jeanne d’Albret[12]. Cette séance du Conseil de la reine de Navarre eut lieu pendant le tour de France de Charles IX et de Catherine de Médicis qu’accompagnait Jeanne d’Albret. En tant que prélat et maître des requêtes de l’hôtel du roi de France, Nicolas Dangu fit également partie du voyage et il siégeait davantage au Conseil du roi de France qu’à celui de la reine de Navarre au cours de cette année[13].

Dans le registre comptable relatif aux dépenses de Jeanne d’Albret en 1563-1564, Nicolas Dangu est couché sur la liste des membres de la Maison de la reine, mais son nom est « rayé à faulte de quittance »[14]. Présenté et validé à l’été 1566, ce registre ne contient pas son nom dans la rubrique « Chancellier, gardes des sceaux, maistres des requestes et gens du conseil privé » où le seul chancelier mentionné est celui de Foix et Béarn en la personne d’Amaury Bouchard, d’ailleurs lui aussi « rayé à faulte de quittance »[15]. C’est probablement cette absence des deux chanceliers qui expliquent l’apparition de deux gardes des sceaux : Jacques Spifame, sieur de Passy, et Nicolas Compaing, sieur du Fresnay. Leurs gages respectifs s’élevaient à 1 200 et 1 000 livres tournois[16]. À en croire le registre conservé aux Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques sous la cote B 13, Spifame n’a touché en 1565 que 300 lt.[17] sur les 1 200 tandis que Compaing a reçu l’intégralité de sa rémunération[18]. C’est ce dernier qui envoie, depuis Orléans, des instructions à Jean de La Roze, maître des requêtes de l’Hôtel de Jeanne d’Albret, le 29 octobre et le 11 novembre 1565 concernant la gestion domaniale de la baronnie de Châteauneuf-en-Thymerais, plus particulièrement « les ventes des bois de haulte fustaie et taillis »[19]. À côté de ces lettres se trouvent deux lettres de la reine de Navarre (écrites le 24 octobre, à La Flèche, et le 12 novembre 1565, à Vendôme) à son maître des requêtes au sujet de cette même terre, la première missive mentionnant « quelques memoires » que Jeanne avait « par cy devant envoyé à Monsieur de Mende ».

Ces bribes d’informations semblent indiquer que Nicolas Dangu n’était pas ou plus actif en 1565, ni comme chancelier de Navarre, ni comme gouverneur et lieutenant général des terres septentrionales des Bourbon. À ce moment-là, il résidait en Île-de-France, dans ses maisons à Paris ou à l’abbaye de Juilly. D’ailleurs, dans les dernières années de sa vie, Dangu, qui avait beaucoup séjourné en dehors de son diocèse à cause de ses différentes charges, était formellement dispensé par Charles IX de résider dans son diocèse de Mende[20]. La procuration du 11 juin 1567 donnée à François Mallet dans la procédure d’entérinement de la légitimation de sa sœur[21], le prélat malade est mentionné comme « Messire Nicolas Dangu, evesque de Mande, conseiller du Roy nostre sire en son privé conseil, maistre des requestes ordinaire de son hostel et abbé de l’abbaye nostre dame de Juilly ». Son titre de chancelier de Navarre – qu’il n’avait plus que de manière honorifique, sans pouvoir réel et sans les sceaux – ne figure pas dans l’énumération. Ce titre restait cependant bien inscrit à Juilly : il figure sur l’épitaphe de marbre noire[22] faite pour le cœur d’Henri II d’Albret, roi de Navarre[23], déposé dans l’église abbatiale.

Dénes Harai (UPPA, ITEM)

Notes:

[1] Document consultable dans la base AcRoNavarre.

[2] Charles Hamel, Histoire de l’abbaye et du collège de Juilly depuis leurs origines jusqu’à nos jours, Paris, Charles Douniol, 1868, p. 68. Il était chanoine de Meaux dès 1531. Dans la première moitié des années 1530, comme Guillaume Duprat, fils légitime d’Antoine Duprat, Nicolas Dangu est placé à la tête de l’administration de la légation pontifical d’Antoine Duprat pour son apprentissage, Christophe Vellet, « Entre légistes et ministres : Antoine Duprat (1463-1535), conseiller technicien de François Ier », dans Cédric Michon (dir.), Les Conseillers de François Ier, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2011, p. 226.

[3] Adrien Clergeac, Chronologie des archevêques, évêques et abbés de l’ancienne Province ecclésiastique d’Auch et des diocèses de Condom et de Lombez, 1300-1801, Paris – Auch, Honoré Champion – Léonce Cocheraux, 1912, p. 111-112.

[4] Ibid., p. 85.

[5] « Lettres de réception du serment de fidélité de Nicolas Dangu, évêque de Séez, pour le temporel de son dit évêché, Nantouillet, 29 juillet 1539 », dans Catalogue des actes de François Ier, t. VI, p. 573.

[6] « Lettres de prestation du serment de fidélité de Nicolas de Dangu, évêque de Mende, pour le temporel dudit évêché, Villers-Cotterêts, 7 décembre 1545 » dans ibid., t. VII, p. 396.

[7] Il fut légitimé en septembre 1540. Il avait une sœur, Antoinette, légitimée en mai 1564. Ces informations viennent d’une procédure d’entérinement de légitimation pour laquelle Nicolas et Antoinette Dangu ont donné procuration à François Mallet le 11 juin 1567, BnF, Ms. Fr. 4595, f°173r°.

[8] D’ailleurs, c’est à la demande de Dangu que la copie ici présentée fut réalisée le 23 avril 1563 par les notaires parisiens Séverin Godart et Charles Maheut.

[9] Aujourd’hui Mailly-Raineval, Somme.

[10] Archives Nationales, Y 104, fol. 301. Sur l’acquisition de cette terre par Antoine de Bourbon, voir la lettre de ce dernier à Françoise de Batarnay, veuve du vidame d’Amiens, Saint-Germain-en-Laye, 7 décembre 1561, Alphonse de Ruble, Antoine de Bourbon et Jeanne d’Albret, Paris, Adolphe Labitte, 1885, t. III, p. 385-386.

[11] Papiers d’États du cardinal de Granvelle d’après les manuscrits de la bibliothèque de Besançon, éd. Ch. Weiss, Paris, Imprimerie nationale, 1849, t. vii, p. 478.

[12] Il est indiqué parmi ceux qui sont présents lorsque Jeanne d’Albret donne mandement àà Thomas Le Coustellier, trésorier et receveur général des finances de la reine, pour payer 445 livres 8 sols tournois à Jean de Sers, gouverneur du château et de la ville de Foix, pour ses gages de 1563, Roussillon, 26 juillet 1564, Archives départementales de l’Ariège, 13 J 4 / 5.

[13] Noël Valois, Le Conseil du roi aux XIVe, XVe et XVIe siècles. Nouvelles recherches, suivies d’arrêts et de procès-verbaux du conseil, Paris, A. Picard, 1888, p. 190.

[14] Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques (ADPA), B 12, f°12r°.

[15] Ibid., f°16r°.

[16] Idem.

[17] Il s’agit de la rémunération du premier quartier de 1565 (janvier-mars) car, après son licenciement par la reine de Navarre, Spifame se trouvait à Genève en avril de cette même année. Comte Servin, « Le procès de Spifame (1566) », La Revue de Paris, t. XVIII, vol. 4, juillet-août 1911, p. 144.

[18] ADPA, B 13, f°15v°.

[19] Ibid., B 1842.

[20] Charles IX ordonnait même au sénéchal de Rouergue de rendre les « fruitz et revenuez » de l’évêché de Mende qu’il aurait saisis à cause de la non résidence de l’évêque de Mende à cause de son âge et son indisposition, BnF, Ms. Fr. 3941, f°22r°.

[21] Voir la note 6.

[22] Philippe Chareyre, « L’épitaphe du cœur d’Henri II d’Albret dans l’ancienne abbaye de Juilly », https://acronavarre.hypotheses.org/2785.

[23] Álvaro Adot, « Où est le cœur du roi de Navarre ? Brève histoire de la conservation du cœur d’Henri II d’Albret jusqu’à nos jours », https://acronavarre.hypotheses.org/2772.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search