L’épitaphe du cœur d’Henri II d’Albret dans l’ancienne abbaye de Juilly

La niche de pierre dans laquelle est conservée la châsse du cœur d’Henri II d’Albret,  roi de Navarre, dans la chapelle de l’ancienne abbaye de Juilly présente un intérêt historique certain, bien que méconnu. Cette relique du grand-père d’Henri IV fut apportée dans l’abbaye Notre-Dame de Juilly, tenue par les chanoines de Saint-Augustin, par l’évêque Mende, Nicolas Dangu, qui en était aussi l’abbé depuis 1526, et où il décéda et fut inhumé en 1567.

Le tombeau du cœur d’Henri II d’Albret

Ce transfert, si loin de son royaume et de ses États, peut se comprendre si l’on sait que ce souverain avait contribué en 1552 par don « considérable » à la restauration de l’abbaye qui ne fut achevée qu’après son décès en 1561[1], et si l’on connaît également les liens anciens qui liaient le roi de Navarre à l’évêque de Mende[2]. Selon la pratique de l’embaumement et de la division du corps qui au XVe siècle s’est développée dans la famille de Foix, puis a été transmise aux Albret[3], le corps du roi avait été enseveli dans la cathédrale de Lescar, nécropole des vicomtes souverains de Béarn. Le cœur pouvait donc être destiné à un autre tombeau, dans une institution vraisemblablement de son choix, comme le firent d’autres illustres personnages. Ce choix n’est pas tout à fait innocent dans le contexte du milieu du XVIe siècle. Marguerite de Valois, sœur de François Ier avait été une des grandes protectrices des milieux pré-réformateurs français, et notamment de grandes figures comme Lefèvre d’Etaples ou son disciple Gérard Roussel, nommé évêque d’Oloron à partir de1536[4]. Face à eux, Nicolas Dangu, évêque de Sées, puis de Mende et chancelier de Navarre à partir de 1543, était un contrepoids conservateur, et continua à jouer ce rôle après le décès d’Henri II d’Albret en 1555, au début du règne d’Antoine de Bourbon et de Jeanne d’Albret[5]. De par ses doubles fonctions, ecclésiastiques et politiques, il peut être rattaché, à l’échelle béarno-navarraise, au corps des grands prélats d’État qui ont aidé les souverains européens de la Renaissance à développer leur administration en attendant que les élites bourgeoises viennent en fournir les nouveaux cadres, à partir de la seconde moitié du XVIe siècle[6]. Toutefois en 1558, à la suite d’une situation conflictuelle avec les évêques de Lescar et d’Oloron auxquels il reprochait leur faible zèle, il se retira dans son abbaye de Juilly emportant avec lui le cœur de son ancien protecteur[7]. Toutefois, bien que nous n’ayons aucune documentation sur les circonstances du transport du cœur d’Henri II d’Albret il est possible d’envisager qu’il intervient au début de l’année 1555, lorsque ses successeurs se sont rendus à la cour de France, l’épitaphe d’ailleurs explicite l’accord de sa fille Jeanne pour ce transfert. Nous ne savons rien du convoi mais nul doute qu’il ait revêtu une solennité particulière dans le train des rois de Navarre vers Paris, puis Juilly. Nicolas Dangu donnait ainsi un lustre particulier à l’abbaye qu’il venait de rénover avec l’aide du défunt roi dont le cœur pouvait y trouver légitimement sa place, mais aussi plus intimement, il a sans doute aussi souhaité conserver au sein de son abbaye, dans une terre fidèle au catholicisme, cette relique de son cher protecteur, loin de contrées sur le point de passer à la Réforme. Après la mort de son mari en novembre 1562, Jeanne d’Albret étant en train d’appuyer la construction d’une Église protestante en Béarn, et ne souhaitant pas le retour de cette évêque hostile à ses projets religieux, le nommera lieutenant-général pour l’administration des Terres du nord, héritées d’Antoine de Bourbon[8].

Les avatars historiques d’une inscription

La nécropole des rois de Navarre dans la cathédrale de Lescar ayant disparu, cette épitaphe, ainsi que le cœur lui-même, sont les deux seuls éléments à avoir résisté aux épreuves du temps. Ils devaient se trouver dans la chapelle Sainte-Geneviève au sein de l’église abbatiale de Juilly où Dangu se fit lui-même ensevelir. Lorsque l’abbaye fut unie à l’ordre de l’Oratoire en 1627, union approuvée par Urbain VIII en 1639, elle fut appelée à devenir collège et des travaux eurent lieu dans la chapelle en 1658, pour y placer une statue du cardinal Pierre de Bérulle, ainsi que la relique du bras droit de celui qui fut le fondateur de la société française de l’Oratoire, et l’un des principaux promoteurs de l’école française de spiritualité[9]. La statue de Dangu et le cœur d’Henri II d’Albret furent conservés, mais installés de l’autre côté du transept. Alors que les jésuites bénéficiaient dans leur collège de La Flèche de la châsse du cœur d’Henri IV de France, les oratoriens de Juilly pouvaient alors s’enorgueillir de posséder celle du grand-père navarrais de ce souverain. C’est sans doute à ce moment-là que la niche fut réalisée, sans doute à la taille de l’inscription qui ne semble pas avoir été modifiée à cette occasion. Leur conservation était ainsi assurée au sein de l’un des établissements d’enseignement les plus prestigieux du royaume. Les reliques eurent toutefois à souffrir, à la suite du décret de la Convention abolissant les congrégations séculières en 1792, de la transformation du collège en hôpital en 1793, puis d’un pillage assez violent par les cosaques en mars 1814[10]. Si le cœur fut mis à l’abri, il semble bien que l’inscription ait été fracturée en trois morceaux, comme on peut encore aujourd’hui le constater.

Le collège est rouvert en 1828, et placé sous la direction de MM. de Scorbiac et de Salinis, qui appartenaient tous deux pour la petite histoire, à deux anciennes familles protestantes de Montauban et du Béarn. On ne peut pas douter que le père Salinis, originaire de Morlaàs, futur archevêque d’Auch, ait mis alors un point d’honneur à la réhabilitation du tombeau du cœur d’Henri II d’Albret. Puis c’est en 1887, lorsque l’église abbatiale fut reconstruite que ce tombeau trouva son emplacement définitif et qu’on ferma la niche par la plaque de marbre portant l’épitaphe originelle[11].

Une épitaphe

Cette épitaphe a été réalisée sur une plaque de marbre noir, très vraisemblablement à l’initiative de Nicolas Dangu. On peut remarquer l’emploi de beaux caractères romains remis au goût du jour par la Renaissance qui lui confèrent une certaine solennité ; cette modernité est confirmée par l’emploi,  comme en imprimerie, de virgules pour rythmer le texte. Toutefois, aucun signe, aucun décor ne vient agrémenter cette plaque de marbre, le seul ornement réside dans ces caractères très réguliers, dignes d’une tombe romaine du siècle d’Auguste. La composition même de l’épitaphe, qui consacre les deux tiers des lignes à ceux qui ont choisi de réaliser cette sépulture, n’est pas sans rappeler l’épigraphie funéraire latine.

Cette sobriété peut étonner et l’on peut se poser la question de la mise en scène initiale, qui pourrait avoir fait surmonter cette plaque d’une croix sculptée ou peinte, ou même du blason d’Henri II d’Albret. La restauration du XIXe siècle a rassemblé sur un châssis métallique en forme de porte les fragments brisés, quelques ébréchures laissent apparaître de faibles pertes qui ne gênent pas la lecture, excepté celle du dernier mot, très vraisemblablement « luy », qu’ont reconstitué en leur temps par un « lui », l’historien du collège Charles Hamel et le chanoine Victor Dubarat, historien béarnais, qui tous deux ont retranscrit l’épitaphe[12]. Cette reconstitution paraît toutefois un peu courte par rapport au reste de l’inscription et il y aurait la place pour inscrire aussi « son âme ». Un examen direct de l’épitaphe à laquelle nous n’avons eu accès que par photographie permettra peut-être d’éclaircir ce point de détail.

Malgré sa solennité, l’inscription laisse apparaître quelques maladresses du graveur, qui n’a pas aligné son texte sur la droite mais qui surtout, semble n’avoir pas compris tout ce qu’il devait écrire. Ainsi l’on peut constater curieusement quelques problèmes d’orthographe, « viele » au lieu de « ville » à la ligne 10, « Chanceelier » à la ligne 17. Certains ont fait l’objet de corrections encore visibles, comme le « t » à la fin de lieutenant recouvrant un « s » primitif au début de la ligne 9, et « daunyys » rectifié en « daulnys », on peut imaginer la colère de Dangu comme étant à l’origine de ces repentirs. Plus grave, lignes 7 et 27, la mention de la vicomté de Castelmoron est problématique, il ne peut s’agir de Castelmoron d’Albret qui relève du duché  du même nom, ni de Castelmoron-sur-Lot qui n’est pas un fief des Albret mais des Caumont. Cette vicomté n’est d’ailleurs jamais citée dans les titres que l’on trouve sur les actes administratifs comme les ordonnances, mandements, lettres patentes etc…. Comme le montre la répétition de ce nom pour Henri puis pour Antoine, l’erreur ne provient pas du graveur, mais de Dangu lui-même qui a sans doute confondu ce nom avec celui de la vicomté de Castelbon qui est bien attestée, et dont une partie des archives figurent dans le trésor des chartes de Navarre[13]. Après cette confusion, il convient également de signaler un oubli qui concerne à la fois Henri et Antoine, celle de la fonction d’amiral de Guyenne qui aurait pu être adjointe à celle de Gouverneur pour la même province. L’ensemble de ces défauts pourrait laisser penser que cette épitaphe a été réalisée dans l’urgence, au moment de l’arrivée de Nicolas Dangu et du cœur d’Henri II d’Albret dans l’abbaye de Juilly.

Marbre noir, sobriété, l’épitaphe  qui débute très classiquement par « Ici gist » ne contient pas d’éloge versifié du défunt évoquant les grandes étapes de sa vie ou ses qualités, et s’en tient à la simple mention de son nom, de celui qui a reçu le cœur et de ceux qui le lui ont confié. Rien d’autre qu’une titulature abondante et redondante en laquelle donc, réside l’éloge et qui mérite que l’on s’y attarde.

Épitaphe et titres

La mention du défunt occupe 13 lignes sur les 37 de l’épitaphe citant les principaux domaines d’Henri II d’Albret et de ses successeurs, ainsi que les fonctions qui leur avaient été confiées par les rois de France.

« Icy gist le cueur de tres hault, tres excellent, et tres magnanime prince Henry par la grace de Dieu roy de Navarre, seigneur souverain de Bearn, et de Donezan, duc de Nemours, Gandie, Monblanc et Penefiel, comte de Foix, Bigorre, et Perigort, sire d’Albret, visconte de Lymoges, Marsan, Tursan, Gavardan, Nebousan, Castelmoron, Aillas et Marempnes, pair de France, gouverneur et lieutenant general pour le roy au duche de Guienne, ville de La Rochelle et pays d’Aulnis, qui trespassa a Hagetmau en Chaloce, le vingtneufviesme jour du moys de may l’an mil cinq cens cinquante cinq… »

Et s’achève à la fin de la dernière ligne par « priés Dieu pour [lui] » ou « priés Dieu pour [son âme] » comme il a été dit ci-dessus.

Elle est suivie aux lignes 13 à 19 (6 lignes, la moitié de celles consacrées au défunt) par la mention de validité de son emplacement et l’énumération des fonctions civiles et ecclésiastiques exercées par Nicolas Dangu.

« lequel cueur Messire Nicolas Dangu evesque de Mende abbe de Foix et de ce monastere, conseiller du roy, maistre des requestes ordinaire de son hostel, et chanceelier de Navarre a fait apporter et enterrer en ce lieu, par conge et permission »

Suivent enfin 19 lignes mentionnant les noms et titres des successeurs d’Henri d’Albret qui ont autorisé le transfert du cœur :

« par conge et permission de tres hault, tres excellent, tres magnanime prince Anthoine… et de Janne, … femme dudict seigneur Anthoine fille unicque et heritiere seulle dud. feu seigneur Henry et espouze dud. seigneur Anthoine. »

Cette dernière mention relative à Jeanne d’Albret, « fille unicque et heritiere seulle », est conforme aux coutumes des États pyrénéens qui reconnaissent aux filles le droit d’aînesse, et à celles du royaume de Navarre et de la terre souveraine de Béarn où n’existe pas l’équivalent de la loi salique. Selon Charles Hamel, l’historien de l’abbaye, c’est bien Jeanne qui a confié la « boite » de plomb dans laquelle se trouvait le cœur de son défunt père, à laquelle fut substitué un calice en cristal de Venise aux armes du collège au moment de la restauration de la chapelle, suivant le chanoine Dubarat qui a sans doute dû le voir de ses propres yeux vers 1900[14]. Il convient toutefois de souligner que si Jeanne est bien l’héritière du royaume, aux yeux de Nicolas Dangu, le véritable successeur, celui qui comme le défunt, est qualifié de « tres hault, tres excellent, tres magnanime » et reprend l’essentiel des titres et de ses fonctions, est bien Antoine de Bourbon : 14 lignes lui sont consacrées, contre 5 à Jeanne.

État d’une succession

L’épitaphe d’Henri II d’Albret présente enfin un intérêt pour l’évolution et la transmission des domaines. Si l’on compare les titres et fonctions d’Henri II d’Albret et de son gendre Antoine de Bourbon, nous remarquons plusieurs catégories qui apparaissent hiérarchiquement  dans la liste. Tout d’abord, les possessions souveraines avec le titre royal en premier, puis les territoires féodaux comme les duchés, comtés, vicomtés, seigneuries, et enfin le titre de pair et les grands offices de gouverneur et de lieutenant-général. Il est possible aussi de distinguer dans les domaines féodaux, ceux qui dépendent du roi de France et ceux qui se trouvent en Espagne, comme Gandia, Peñafiel, Montblanc, pour Henri d’Albret, ou en Italie comme le comté de Conversano[15] pour Antoine de Bourbon, qui relèvent davantage de prétentions que de possessions réelles. D’ailleurs, certaines de ces terres ne figurent pas dans la liste comme par exemple, la Ribagorce que Nicolas Dangu n’a pas retenue comme étant devenue pour lui de moindre importance, et il aurait fallu une plaque de marbre encore plus grande pour tous les citer. C’est aussi le cas pour les vicomtés de Lautrec, Villemur  et Tartas, les baronnies d’Aspet, Esparros, Barbazan, Espernon, Montdoubleau, Blou, Aurilly, les seigneuries de Doizy, Vendueil, Oise, Rodes en Flandres, citées dans d’autres actes des années 1556 et suivantes.

Il convient en dernier lieu de s’attacher au changement de statut accordé à la terre d’Albret sur cette épitaphe, lorsque l’on passe des titres attribués à Henri II d’Albret à ceux de son gendre Antoine et de sa fille Jeanne. Pour Henri II n’apparaît que la mention de « sire d’Albret », ce qui explique sans doute qu’il ait été placé à la fin des comtés. Cette terre ayant été érigée en duché pairie en faveur d’Antoine de Bourbon et de Jeanne d’Albret en décembre 1556, elle apparaît alors en tant que telle dans la titulature d’Antoine et de Jeanne, insérée alors entre les duchés de Vendôme et de Beaumont. La position de tête du premier duché se justifie par l’importance symbolique de celui-ci en tant que fief éponyme de la branche des Bourbon dont Antoine est l’aîné, il est donc suivi logiquement par celui  l’Albret, nom dynastique d’Henri II et de sa fille Jeanne, épouse d’Antoine, puis par l’autre duché patrimonial d’Antoine, celui de Beaumont. Remarquons que les comtés d’Armagnac et de Rodez provenant de la succession de Marguerite de Valois, épouse d’Henri d’Albret décédée en 1549[16], qui avaient été transmis à Antoine et Jeanne, apparaissent ici seulement dans les possessions de ces deux derniers. Cette modification pourrait constituer une bonne indication pour tenter de dater la gravure de la plaque de marbre. En effet, Antoine et Jeanne au début de leur règne utilisent encore la mention de « sire d’Albret »[17], mais l’abandonnent quelques années plus tard au profit de celle de « duc d’Albret » placé dans un premier temps après toutes les mentions des duchés d’Antoine[18], ce qui indiquerait par conséquent une réalisation entre 1557 et 1561, au moment où Nicolas Dangu quitte le Béarn pour retourner dans son abbaye de Juilly. Les multiples erreurs de la plaque laissent enfin penser qu’Antoine et Jeanne n’ont jamais vu cette épitaphe et que l’on puisse dater de quelques mois plus tard sa réalisation sous la seule responsabilité de Nicolas Dangu.

Henri II d’Albret Antoine de Bourbon
Roi de Navarre Roi de Navarre
Seigneur souverain de Béarn Seigneur souverain de Béarn
Seigneur souverain de Donezan Seigneur souverain de Donezan
Duc de Nemours Duc de Nemours
Duc de Gandie Duc de Gandie
Duc de Montblanc Duc de Montblanc
Duc de Peñafiel Duc de Peñafiel
Comte de Foix Duc de Vendôme
Comte de Bigorre Duc d’Albret
Comte de Périgord Duc de Beaumont
Sire d’Albret Comte de Foix
Vicomte de Limoges Comte de Bigorre
Vicomte de Marsan Comte de Périgord
Vicomte de Tursan Comte de Marle
Vicomte de Gabardan Comte d’Armagnac
Vicomte de Nebouzan Comte de Rodez
Vicomte de Castelmoron[19] Comte de Conversan
Vicomte de Aillas Vicomte de Limoges[20]
Vicomte de Maremne Vicomte de Marsan
Pair de France Vicomte de Tursan
Gouverneur et lieutenant général  du duché de Guyenne Vicomte de Gabardan
Gouverneur  de La Rochelle et Aunis Vicomte de Nebouzan
Vicomte de Castelmoron[21]
Vicomte de Aillas
Vicomte de Maremne
Seigneur d’Enghien
Seigneur de Ham
Seigneur de Bohaing
Seigneur de Beaurevoir
Seigneur de Dunkerque
Seigneur de Bourbourg
Seigneur de Gravelines
Châtelain de Lille
Pair de France
Gouverneur et lieutenant général  du duché de Guyenne
Gouverneur  de La Rochelle et Aunis.

En rouge dans la seconde colonne les possessions propres d’Antoine de Bourbon.

 

Conclusion

Cette épitaphe par l’accumulation des titres était donc bien destinée à montrer la puissance de celui dont le cœur reposait dans cette niche, et que celle-ci avait été accrue par l’alliance avec la branche cadette capétienne des Bourbon. Elle a permis de redécouvrir un personnage méconnu jusqu’à présent par l’historiographie locale et même nationale, celle de Nicolas Dangu, un des grands prélats d’État qui ont été mis à contribution par les souverains européens de la première moitié du XVIe siècle pour développer leurs chancelleries. Elle vient enfin documenter la relique du cœur d’Henri II d’Albret tout aussi méconnue jusqu’à présent, seul reste des souverains navarrais du XVIe siècle dont les sépultures ont connu de nombreux déboires, aussi bien à Lescar qu’à Vendôme. Ces deux vestiges précieux d’un passé lointain méritent donc une attention particulière de l’historien, et revêtent une grande valeur patrimoniale.

 

Image de l’épitaphe du cœur d’Henri II d’Albret:

Crédit photographique: Yvan Bourhis, Département de Seine-et-Marne.

Transcription :

  1. ICY GIST LE CUEUR DE TRES HAULT, TRES EXCELLENT,
  2. ET TRES MAGNANIME PRINCE HENRY PAR LA GRACE DE
  3. DIEU ROY DE NAVARRE, SEIGNEUR SOUVERAIN DE BEARN,
  4. ET DE DONEZAN, DUC DE NEMOURS, GANDIE, MONBLANC
  5. ET PENEFIEL, COMTE DE FOIX, BIGORRE, ET PERIGORT,
  6. SIRE D’ALBRET, VISCONTE DE LYMOGES, MARSAN, TURSAN,
  7. GAVARDAN, NEBOUSAN, CASTEL MORON[22], AILLAS ET
  8. MAREMPNES, PAIR DE FRANCE, GOUVERNEUR ET
  9. LIEUTENANT[23] GENERAL POUR LE ROY AU DUCHE DE
  10. GUIENNE, VILLE[24] DE LA ROCHELLE ET PAYS D’AULNIS,
  11. QUI TRESPASSA A HAGETMAU EN CHALOCE[25], LE
  12. VINGTNEUFVIESME JOUR DU MOYS DE MAY L’AN
  13. MIL CINQ CENS CINQUANTE CINQ LEQUEL CUEUR
  14. MESSIRE NICOLAS DANGU EVESQUE DE MENDE
  15. ABBE DE FOIX ET DE CE MONASTERE, CONSEILLER
  16. DU ROY, MAISTRE DES REQUESTES ORDINAIRE DE
  17. SON HOSTEL, ET CHANCEELIER DE NAVARRE A FAIT
  18. APPORTER ET ENTERRER EN CE LIEU, PAR CONGE
  19. ET PERMISSION DE TRES HAULT, TRES EXCELLENT,
  20. TRES MAGNANIME PRINCE ANTHOINE PAR LA
  21. GRACE DE DIEU ROY DE NAVARRE, SEIGNEUR
  22. SOUVERAIN DE BEARN, ET DE DONEZAN, DUC DE
  23. NEMOURS, GANDIE, MONBLANC ET PENEFIEL, VANDOSMOIS,
  24. ALBRET ET BEAUMONT, COMTE DE FOIX, BIGORRE,
  25. PERIGORT, MARLE, ARMAIGNAC, RODDETZ, ET
  26. CONVERSAN, VISCONTE DE LYMOGES, MARSAN, TURSAN,
  27. GAVARDAN, NEBOUSAN, CASTEL MORON[26], AILLAS ET
  28. MAREMPNES, SEIGNEUR D’ANGHIEN, DE HAM, BOHAING,
  29. BEAUREVEOIR, DUNQUERQUE, BOURBOURG, ET [G]RAVELIG[NE][27]
  30. CHASTELLAIN DE L’ISLE, PAIR DE FRANCE, GOUVERNEUR
  31. ET LIEUTENANT GENERAL POUR LE ROY AU DUCHE DE GUIENNE,
  32. VILLE DE LA ROCHELLE ET PAYS D’AULNYS[28], ET DE JANNE,
  33. AUSSI PAR LA GRACE DE DIEU ROYNE DE NAVARRE, DUCHESSE,
  34. COMTESSE, VISCONTESSE, ET DAME DESD. LIEUX, TERRES ET
  35. SEIGNEURIES FEMME DUDICT SEIGNEUR ANTHOINE FILLE UNICQUE
  36. ET HERITIERE SEULLE DUD. FEU SEIGNEUR HENRY ET ESPOUZE
  37. DUD SEIGNEUR ANTHOINE, PRIES DIEU POUR [LUY][29].

Philippe Chareyre

(ITEM/UPPA)

Notes:

[1] Charles Hamel, Histoire de l’abbaye et du collège de Juilly depuis leur origine jusqu’à nos jours, 1868, p. 64.

[2] Alvaro Adot, « Chanceliers, lieutenants-généraux des rois de Navarre (1483-1555) : le rôle  des principaux ecclésiastiques au service des souverains Foix-Albret », Actes du colloque Le prince et l’Église dans l’Europe de la Renaissance, Casa de Velázquez, Madrid, 14-15 novembre 2019, à paraître dans les Mélanges de la Casa de Velázquez. https://acronavarre.hypotheses.org/2107

[3] Voir la communication d’Alvaro Adot, « Le dernier grand spectacle du pouvoir d’un roi : Les funérailles d’Henri II d’Albret », Journée d’étude Montrer le pouvoir organisée dans le cadre du programme AcRoNavarre, Musée national du château de Pau le 8 février 2019 https://acronavarre.hypotheses.org/1347. Voir également Pierre Tucoo-Chala, « Les honneurs funèbres d’Archambaud de Foix-Béarn à Orthez en 1414 », Revue de Pau et du Béarn n°5, 1977, p. 5-30, et du même « Les honneurs funèbres chez les Foix-Béarn au XVe siècle », Annales du Midi, t. 90, n°138-139, 1978, ainsi que Véronique Lamazou-Duplan, « Enterrer les Foix-Béarn-Navarre à la fin du Moyen Âge : entre fama et silences », Colloque international de la Casa de Velázquez 1er et 2 février 2018, à paraître.

[4] Philippe Chareyre, « Gérard Roussel, abbé de Clairac, évêque d’Oloron, (1480-1555) », Clairac et la Réforme XVIe et XVIIe siècles, actes du colloque de Clairac du 2 juin 2018, dir Clair Morizet et Pierre Simon, Société académique d’Agen, 2020.

[5] Dénes Harai, « L’activité de Nicolas Dangu, évêque de Mende et chancelier de Navarre, sous le règne d’Antoine de Bourbon et de Jeanne d’Albret », Actes du colloque Le prince et l’Église dans l’Europe de la Renaissance, op. cit.

[6] Cédric Michon, La Crosse et le Sceptre, Paris, Tallandier, 2008, 385 p., et Les Conseillers de François Ier, dir., Presses Universitaires de Rennes, 2011, 666 p.

[7] Álvaro Adot, « Où est le cœur du roi de Navarre ? Brève histoire de la conservation du cœur d’Henri II d’Albret jusqu’à nos jours », https://acronavarre.hypotheses.org/2772.

[8] ADPA, 1 J 3639, Lettres patentes de la reine de Navarre confiant l’administration des terres de l’héritage d’Antoine de Bourbon, situées en Picardie, Flandres, Artois, Brabant et Hainaut, à Nicolas Dangu, évêque de Mende, chancelier de Navarre (Pau, 06/02/1563) http://item.huma-num.fr/admin/items/show/10024. Dénes Harai, Les dernières années de la vie de Nicolas Dangu, évêque de Mende, chancelier de Navarre, https://acronavarre.hypotheses.org/2795.

[9] Charles Hamel, op. cit., p. 189.

[10] Ibid., p. 353.

[11] Ibid., p. 60 et 437.

[12] Ibid., p 60 et V. Dubarat, « Épitaphe du cœur de Henri II à Juilly », Études Historiques et religieuses du diocèse de Bayonne, 1901, p 92.

[13] Alvaro Adot, Construire les archives en Navarre au temps des Foix Béarn et des Albret, Thèse européenne, UPPA, 24 février 2017.

[14] V. Dubarat, op. cit., p. 92.

[15] Dénes Harai, Un parfum d’Italie : le comté de Conversano dans la titulature des souverains de Navarre (1555-1589), https://acronavarre.hypotheses.org/2718

[16] Voir Dénes Harai, La réorganisation de la sénéchaussée d’Armagnac par Antoine de Bourbon et Jeanne d’Albret en 1554, https://acronavarre.hypotheses.org/2599

[17] Dans les premiers actes émis en 1556 par Antoine et Jeanne, la mention de sire d’Albret est encore présente, ce qui permet de dater l’épitaphe de quelques années plus tard. ADPA, E 2237, Lettres patentes données par le roi et la reine de Navarre, seigneur et dame souverains, confirmant les privilèges de Garos, Pau, 31/07/1556) http://item.huma-num.fr/admin/items/show/10166, et AD de l’Ariège, 139 EDT AA8, Lettres patentes données par le roi et la reine de Navarre, comte et comtesse de Foix, réduisant de quatre à deux générations le degré de consanguinité autorisée pour l’élection des consuls à Saint-Ybars, Casteljaloux, 11/11/1556) http://item.huma-num.fr/admin/items/show/10168

[18] Lettres de lieutenance-générale accordées au cardinal d’Armagnac, 1er août 1558 (ADPA, C 684).

[19] Castelmoron n’est pas un fief des Albret, il s’agit en réalité de la vicomté de Castelbon.

[20] Dénes Harai, Jeanne d’Albret, reine de Navarre, et son marquisat de Limoges (1562-1566), https://acronavarre.hypotheses.org/1782

[21] Idem.

[22] Idem.

[23] Le « t » à la fin de lieutenant vient recouvrir un « s » primitif.

[24] « Viele » sur la plaque, non rectifié.

[25] Chalosse, non rectifié.

[26] Voir note 19.

[27] Reconstitution de la partie ébréchée de la plaque.

[28] « daunyys » à l’origine rectifié en daulnys.

[29] Le mot final « lui » n’est pas lisible sur la plaque, mais il mentionné dans la transcription de Hamel dans son Histoire de Juilly, p. 60, et publiée par Dubarrat, « Épitaphe du cœur de Henri II à Juilly », op. cit., p. 92. Mais il pourrait bien s’agir aussi de « son âme » si le texte allait jusqu’au bout de la plaque.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search