Où est le cœur du roi de Navarre? Brève histoire de la conservation du cœur d’Henri II d’Albret jusqu’à nos jours

            Henri II d’Albret, roi de Navarre et seigneur souverain de Béarn mourut en mai 1555. L’organisation de ses funérailles fut soumise à une ritualisation minutieuse, ce qui explique l’élaboration d’un protocole très détaillé, que nous connaissons de nos jours grâce à une copie ancienne (l’original a disparu) conservée à la Bibliothèque nationale de France[1]. Il s’agit d’un document transcrit par l’abbé Victor Dubarat et publié il y a quatre-vingt-dix ans dans le Bulletin de la Société des Sciences, Lettres et Arts de Pau[2], dont le contenu a fait l’objet de la conférence La dernière montre de pouvoir d’un roi : les funérailles d’Henri II d’Albret (1555) donné au cours de la journée d’étude Montrer le pouvoir qui a eu lieu au château de Pau le 8 février 2019, dans le cadre du programme AcRoNavarre et du master Histoire, Cultures et Patrimoines de l’Université de Pau[3].

            Grâce au protocole des funérailles d’Henri II d’Albret, roi de Navarre, qui ont été réalisés le 25 juillet 1555, nous savons que le convoi funéraire était ouvert par le chariot portant le cercueil où le corps mort et embaumé du roi était placé. Ce cercueil était couvert d’un manteau de velours noir, couleur représentant la force et la valeur, et bordé de franges de satin blanc, couleur qui symbolisait dans le monde chrétien, comme encore aujourd’hui, la pureté et la foi. Une fois que le cercueil fut mis sur les « treteaulx », l’évêque Nicolas Dangu, sur qui nous reviendrons plus loin, a lu ou chanté le répons Subvenite « ou autre oraison »[4] et appliqué de « l’eau bénite au corps et effigie du roi »[5]. Ensuite, le convoi a commencé à avancer. Juste derrière le cercueil le protocole a prescrit la présence d’un grand nombre de religieux ; les cordeliers et les dominicains de Morlaàs, les augustins d’Arthez et les vicaires et les châtelains des paroisses, les chanoines du chapitre de Lescar, etc.

            Ce qui attire probablement le plus l’attention des historiens du XXIe siècle est la présence d’une effigie du roi, au centre du convoi funéraire. Les effigies des rois décédés, très à la mode en France et en Angleterre depuis le XVe siècle jusqu’à la mort de Henri IV, étaient des mannequins, dont le visage et les mains étaient en cire et le tronc, les bras et les jambes en bois ou en osier. Pour fabriquer le visage en cire, on réalisait un masque mortuaire des rois à partir duquel les artistes sculptaient des portraits très réalistes dans le but d’émouvoir les sujets[6].

            Pour bien comprendre le pourquoi de la fabrication des mannequins royaux, il faut prendre conscience de la complexité de l’organisation du cérémonial funèbre d’un roi à la Renaissance. Il faut savoir que tout cela prenait du temps, par exemple pour le cas d’Henri II d’ Albret, presque deux mois, la même durée que pour les funérailles de François Ier de France. C’est pourquoi, à la différence des cadavres, qui ne pouvaient pas être exposés à la vue de tous pendant un mois et demi ou deux mois, à cause de leur décomposition (même s’ils étaient embaumés), avec les effigies faites en cire et en bois ou osier, le temps pour organiser la cérémonie était illimité.

Reconstitution d’une effigie créée par José Ramón Urtasun à partir de dessins de mannequins de rois du XVIe siècle

 

Qu’a-t-on fait du cœur du roi de Navarre ?

          Venons-en au sujet principal de cette étude touchant la conservation du cœur du roi de Navarre en mentionnant que le cœur n’a pas fait partie du convoi funéraire, car il a été séparé du corps au moment de l’embaument. C’était une pratique habituelle suivie par les souverains de l’époque, notamment en France et en Angleterre, car les cœurs avaient une place prépondérante dans la mentalité de la société chrétienne, et l’hommage qui leur était rendu était central. Le cœur était en effet considéré comme l’élément le plus important du corps humain, au-delà même du cerveau, car il était le lieu de la piété, de la foi, du courage et de la force[7].

            Cela fut le cas du roi de Navarre Henri II d’Albret, dont le cœur a été embaumé et scellé dans une boîte de plomb, et très probablement emporté au cours de la seconde moitié de l’année 1555 par son successeur, le roi Antoine de Bourbon, en compagnie de Nicolas Dangu, chancelier de Navarre et évêque de Mende, à l’abbaye de Notre-Dame de Juilly[8], dont cet ecclésiastique était l’abbé depuis 1526[9]. En sachant l’importance des reliques à cette époque-là, notamment lorsqu’il s’agissait d’un roi, nous nous posons la question de l’organisation et de la forme du convoi du cœur d’Henri II d’Albret. Même si nous n’en avons aucune information, il est plausible de penser que ce cortège ait eu quelques similitudes avec celui qui s’était mis en route vers la cathédrale de Lescar le 25 juillet 1555, pour conduire le corps de ce roi vers sa sépulture.

            Nous croyons qu’il est probable que la boîte de plomb où le cœur a été posé ait été placée dans une châsse, probablement couverte d’ailleurs comme le cercueil du cortège des funérailles du roi, d’un drap de velours noir traversé par des franges de satin blanc[10]. Quel trajet a suivi le cortège ? Peut-on penser que le cœur a été exposé dans les églises des villes et villages où le cortège a fait escale sur le chemin vers Juilly ? Nous n’avons de réponses ni à ces questions ni a beaucoup d’autres. En tout cas, il paraît évident que, comme pour le cortège funéraire du corps d’Henri II d’Albret, le drapeau du royaume de Navarre a eu une place importante. De la même façon que la grande bannière de Navarre a été portée par un chevalier juste après l’effigie du convoi funéraire de ce roi[11], il est cohérent de penser qu’elle ait suivit de près le cœur du souverain Albret. N’oublions pas que dans la mort même plus que dans la vie, pour les héritiers d’un souverain il fallait transmettre de façon publique le statut royal de la personne décédée à laquelle ils venaient de succéder. Cela fut le cas pour le cortège du corps d’Henri II, et nous pouvons supposer la même chose pour le cortège de son cœur, notamment parce que le nouveau roi de Navarre, Antoine de Bourbon, rentrait à la Cour de France en apportant avec lui le cœur de son prédécesseur[12].

            Concernant le lieu exact de conservation du cœur d’Henri II d’Albret, il faut préciser qu’il a été placé près de l’autel de l’église de l’abbaye de Juilly, dans le mur gauche de la chapelle de l’église et derrière une plaque de marbre noir contenant une épitaphe commémorative[13].

            Il est inévitable d’ailleurs de poser la question : pourquoi le cœur du roi de Navarre fut-il transporté de Béarn jusque dans cette abbaye de Juilly, très éloignée des principaux domaines traditionnels d’Henri d’Albret situés au Sud-Ouest de France, et pourquoi Jeanne d’Albret, fille et héritière du roi, a permis le transfert du cœur dans un monastère proche de Paris et non dans un autre situé sur les territoires traditionnels de la maison royale de Navarre ?

            Avant d’apporter des réponses, il faut mentionner deux choses. La première est que la seule personne (en dehors de Jeanne d’Albret) qui aurait pu s’opposer au transfert du cœur d’Henri II à Juilly, était le « bras droit » de ce souverain, Jacques de Foix, son lieutenant général depuis 1538, chancelier de Foix et de Béarn depuis 1534 et évêque de Lescar. Toutefois, il est mort quelques mois avant le roi[14].

            Deuxièmement, il faut connaître le parcours de Nicolas Dangu au service du roi Henri II d’Albret[15]. Cet ecclésiastique fut tout d’abord nommé chancelier de Navarre en 1540[16], la même année, où il fut reconnu par Antoine Duprat, chancelier de France, comme son fils naturel. Cette nomination montre l’existence d’une relation étroite entre lui et le roi de Navarre, étant donné que c’était la première fois qu’un roi Albret nommait au poste de chancelier de Navarre une personne originaire d’un territoire (Blois) qui ne faisait pas partie de son domaine.

            Ensuite, il faut aussi ajouter que la relation personnelle entre Dangu et Henri II de Navarre, remontait au moins à la première moitié de la décennie 1530, comme l’indique sa nomination sur recommandation du roi de Navarre comme abbé de Foix et de Saint-Savin de Tarbes en 1534[17]. Enfin, avant de devenir chancelier de Navarre, Dangu faisait partie du Conseil privé d’Henri d’Albret et est mentionné en tant que conseiller dans les actes signés par le roi de Navarre, avec Jacques de Foix et autres membres du conseil, depuis la deuxième moitié de la décennie 1530[18].

            En revenant sur l’ancienne abbaye parisienne, l’avocat et docteur en droit Charles Hamel, ancien élève du collège, raconte dans sa monographie sur l’abbaye et le collège de Juilly, que ce roi de Navarre a donné une considérable somme d’argent à Nicolas Dangu pour entreprendre dès l’année 1552 la restauration complète de l’abbaye[19]. Ce don nous montre la grande affection d’Henri II d’Albret pour son chancelier Dangu jusqu’à la fin de ses jours. Sans le moindre doute, c’était une affection réciproque. Cet ecclésiastique se fit ériger un petit mausolée dans la chapelle entre la fin des années 1550 et 1561. Il consistait dans une statue de marbre blanc, placée actuellement entre le parloir et la tribune de la chapelle, qui le représentait revêtu de son rochet, à genoux, les mains jointes et la tête nue, et qui reposait sur un piédestal, aussi en marbre blanc, de style renaissance[20].

            L’abbaye est devenue le collège de Juilly, l’un des principaux lycées créé en France, placé sous la tutelle de la congrégation religieuse de l’Oratoire de Jésus et de Marie (également appelée Oratoire de France), dont la fondation comme Académie Royale date de 1638, sous le règne de Louis XIII, roi de France et de Navarre. Malheureusement, l’ordre de l’Oratoire a décidé d’en fermer les portes en 2012, fautes de moyens pour en assurer l’entretien. De nombreuses personnalités historiques et des célébrités (poètes, hommes politiques, historiens, scientifiques, acteurs, militaires, etc.) ont étudié dans ce collège. Parmi eux, nous ne mentionnons ici qu’à titre anecdotique Montesquieu, le duc d’Antin, le Béarnais Jacques Faget de Baure, Jacques Nicolas Colbert et Jean-Dominique Cassini.

            Le cœur a survécu à l’époque du vandalisme révolutionnaire grâce à l’ordre de l’Oratoire, et il a été remis en place sous la direction de MM. de Scorbiac et de Salinis, après 1830[21]. Entre 1887 et 1889, on a reconstruit la chapelle actuelle dédiée à Sainte-Geneviève. À la fin des travaux, on y a replacé le cœur du roi de Navarre, enfermé dans un calice en cristal de Venise scellé aux armes du collège. De ce fait, la boite de plomb datant du XVIe siècle, a été remplacée deux siècles plus tard par ce calice en cristal moderne. Enfin, on a fermé la niche avec la plaque de marbre noir, contenant la première inscription, faite probablement sous l’autorité de Nicolas Dangu[22], près de l’autel dans le mur de gauche de la chapelle abbatiale[23], où probablement il se trouve encore.

            Pour conclure, si ce cœur a traversé toutes les péripéties de l’histoire c’est parce qu’il était celui du grand-père du bon roi Henri le Grand, dont la légende est en cours de construction dès le XVIIe siècle et s’amplifie avec Voltaire pour devenir sous la Restauration le modèle du roi exemplaire. Aujourd’hui, devenu objet d’histoire, il présente un intérêt certain pour la communauté scientifique mais aussi sans doute encore plus symbolique pour toutes les personnes intéressés par l’histoire de France et de Navarre.

Álvaro ADOT LERGA

EHEHI (Casa de Velázquez)

ITEM (UPPA)

Notes:

[1] Navarre. Ordre du convoy de l’enterrement du feu roy de Navarre. BnF, Nouvelles acquisitions françaises, 22295, f. 14r-19v.

[2] Dubarat, Victor, « Ordre des Funérailles d’Henri II, roi de Navarre et vicomte souverain de Béarn, le 25 juillet 1555, à Lescar », Bulletin de la Société des Sciences, Lettres et Arts de Pau, 2e série, n°51, 1928, p. 5-14.

[3] Voir la communication d’Álvaro Adot, « Le dernier grand spectacle du pouvoir d’un roi : Les funérailles d’Henri II d’Albret », Journée d’étude Montrer le pouvoir organisée dans le cadre du programme AcRoNavarre, Musée national du château de Pau le 8 février 2019 https://acronavarre.hypotheses.org/1347.

[4] Dubarat, Victor, « Ordre des Funérailles… », p. 6.

[5] Idem.

[6] Sur les pratiques funéraires voir Véronique Lamazou-Duplan, « Enterrer les Foix-Béarn-Navarre à la fin du Moyen Âge : entre fama et silences », et autres auteurs qui ont participé dans le Colloque La mort des princes au Moyen Âge Bilan et perspectives historiographiques tenu à la Casa de Velázquez 1er et 2 février 2018, dans le cadre du programme Migravit-Sepultus, coordonné par Véronique Lamazou-Duplan, Fermin Miranda García et María Teresa López de Guereño Sanz.

[7] Voir l’ouvrage d’Alexandre Bande, Le cœur du roi, Paris, Tallandier, 2013.

[8] Nous remercions vivement Dénes Harai, qui nous a donné une information d’un grand intérêt sur ce sujet, contenue dans l’ouvrage du baron Alphonse de Ruble. Cet auteur raconte dans son ouvrage Antoine de Bourbon et Jeanne d’Albret, suite de Le mariage de Jeanne d’Albret, tome premier, Paris, Alphonse Labitte, 1881, p. 129, qu’Antoine de Bourbon, au cours  de son séjour à la cour de France, où il est allé en septembre 1555, “passa quelques jours à Villers-Cotterez et au château de Juilly, qui appartenait à l’évêque de Mende”. Le propre Antoine de Bourbon raconte son séjour à Juilly, dans une lettre adressé à sa femme Jeanne d’Albret, transcrite par Achille de Rochambeau, Lettres d’Antoine de Bourbon, et de Jehanne d’Albret, publiées par la Société de l’histoire de France par le Mis de Rochambeau, Paris, librairie Renouard, 1877, p. 131-133. Le marquis de Rochambeau date cette lettre de l’an 1556, et affirme dans une note de bas de page (p. 132) que le cœur du roi Henri II d’Albret avait été déposé à Juilly en 1555.

[9] Les premières données sur le parcours ecclésiastique de Nicolas Dangu datent de 1514, époque où il est nommé dans les registres de la Chambre des Comptes du roi de France, comme prêtre du diocèse de Chartres. Voir Toussaint du Plessis, Histoire de l’église de Meaux, avec des notes ou dissertation, et les pièces justificatives. Tome I, Contenant le corps de l’histoire, les catalogues et les dissertations. Paris, Julien-Michel Gandouin et Pierre-François Giffart, 1731, p. 596.

[10] Adot, Álvaro, « Le dernier grand spectacle du pouvoir d’un roi : Les funérailles d’Henri II d’Albret », op.cit.

[11] Navarre. Ordre du convoy de l’enterrement du feu roy de Navarre. BnF, nouvelles acquisitions françaises, 22295, f. 15r.)

[12] Concernant le rôle de Nicolas Dangu sous le règne de Jeanne d’Albret, voir Dénes Harai, « L’activité de Nicolas Dangu, évêque de Mende et chancelier de Navarre, sous le règne d’Antoine de Bourbon et de Jeanne d’Albret », Actes du colloque Le prince et l’Église dans l’Europe de la Renaissance, Casa de Velázquez, Madrid, 14-15 novembre 2019, à paraître dans les Mélanges de la Casa de Velázquez (https://acronavarre.hypotheses.org/2107) et Id., « Les dernières années de la vie de Nicolas Dangu, évêque de Mende, chancelier de Navarre »,  https://acronavarre.hypotheses.org/2795.

[13] Chareyre, Philipe, « L’Épitaphe du cœur d’Henri II d’Albret dans l’ancienne abbaye de Juilly  », https://acronavarre.hypotheses.org/2785.

[14] Adot, Álvaro, « Chanceliers, lieutenants-généraux des rois de Navarre (1483-1555) : le rôle  des principaux ecclésiastiques au service des souverains Foix-Albret », Actes du colloque Le prince et l’Église dans l’Europe de la Renaissance, op. cit.

[15] Ibidem.

[16] Nicolas Dangu a été nommé chancelier de Navarre en 1540, après le décès de Bertrand d’Abbadie, moment où il a présidé la séance d’ouverture des Cortès de Basse Navarre. Daranatz, J.-B., « Les États de Basse-Navarre au XVIe siècle », Gure Herria, 1924, p. 222,

[17] Hamel, Charles, Histoire de l’abbaye et du collègue de Juilly depuis leurs origines jusqu’à nos jours, Paris, Charles Douniol, 1868, p. 63.

[18] Par exemple, il est nommé comme conseiller dans un acte émis à Bagnères-de-Bigorre, le 20 avril 1538. Commission d’Henri II d’Albret, roi de Navarre et seigneur d’Albret, à Jacques de Foix, évêque d’Oloron et lieutenant général d’Henri II d’Albret, pour recevoir le serment de fidélité des habitants d’Albret, Périgord, Limoges et du Bas-Armagnac, ADPA, E 257 ;

[19] Ibidem, p. 64.

[20] Ibidem, p.65-66.

[21] Ibidem, p.64-65.

[22] Chareyre, Philipe, « L’Épitaphe du cœur d’Henri II d’Albret dans l’ancienne abbaye de Juilly  », https://acronavarre.hypotheses.org/2785.

[23] Hamel, Charles, Histoire de l’abbaye…, p. 64-65.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search