Un parfum d’Italie : le comté de Conversano dans la titulature des souverains de Navarre (1555-1589)

Parmi les terres qui sont énumérées dans la titulature des souverains de Navarre dans la seconde moitié du XVIe siècle, il y en a une qui se démarque particulièrement en raison de son éloignement géographique par rapport aux zones d’influence de ces têtes couronnées. Il s’agit du comté de Conversano, situé au royaume de Naples, dont la suscription[1] des actes d’Antoine de Bourbon, de Jeanne d’Albret et d’Henri de Navarre garde la trace sous une forme francisée changeante selon les secrétaires, les copistes et les éditeurs : Conversan, Conuersan, Connersan, Conmersan, Comersan, Commersan, voire Connersal. L’utilisation récurrente de ce titre complètement nominal[2] nous invite à réfléchir sur l’élaboration de la suscription des actes des Albret-Bourbon entre 1555 et 1589.

Un titre comtal italien de l’héritage luxembourgeois

Le titre comtal de Conversano vient de l’héritage luxembourgeois des Bourbon. C’est Marguerite d’Enghien, également comtesse de Brienne, qui l’avait apporté à son mari, Jean de Luxembourg, comte de Saint-Pol, dans la seconde moitié du XIVe siècle. Il restait dans la famille des Luxembourg-Saint-Pol jusqu’à Marie de Luxembourg (1472-1547) qui, en 1487, l’apporta à son mari, François de Bourbon (1470-1495), comte de Vendôme dès 1477, grand-père d’Antoine de Bourbon (1518-1562). Reprenant la pratique dominante sous son père Charles de Bourbon-Vendôme (1489-1537)[3], Antoine affiche Conversano comme le premier de ses comtés (« comte de Conversan, Marle et Soissons »), juste après ses titres de duc de Vendôme et de pair de France, dans ses actes[4]. Après son mariage avec la princesse de Navarre Jeanne d’Albret en 1548, Conversano apparaît dans certains actes communs d’Antoine et de Jeanne juste après les comtés d’Armagnac et de Rodez dont la princesse hérita au décès de sa mère, Marguerite d’Angoulême (1549)[5]. Que devient ce titre nominal dans les actes postérieurs à l’avènement d’Antoine de Bourbon et de Jeanne d’Albret à la couronne de Navarre ?

La permanence d’un titre nominal

Dans l’état actuel des actes recensés par le projet ANR AcRoNavarre pour la période 1555-1589, il y a 30 actes dont la suscription comporte le titre comtal de Conversano, ce qui donne une moyenne annuelle de 1,1 occurrence. Celle-ci illustre la marginalité statistique du titre dans le corpus, même si la titulature complète des souverains ne figure pas toujours dans tous les actes dont beaucoup ne nous sont par ailleurs connus que grâce à des mentions. Il n’en reste pas moins que ce petit corpus indique la permanence de l’utilisation du titre comtal de Conversano puisque les 30 actes identifiés se répartissent sur toute la période considérée.

Si nous en observons légèrement davantage sous le règne uniquement « navarrais » d’Henri de Bourbon (13 entre 1572 et 1589) que sous le règne commun d’Antoine de Bourbon et de Jeanne d’Albret (8 entre 1555 et 1562) ou pendant les années quand Jeanne règne seule après le décès de son époux (9 entre 1562 et 1572), il n’est pas possible d’en déduire que le titre était plus prisé sous Henri de Navarre que sous ses parents. Le titre est présent dans tout type d’actes (commission, confirmation, mandement, ordonnance, provision), rédigés aussi bien en français (24) qu’en béarnais (6), y compris dans des actes majeurs donnés dans des domaines importants comme les finances en 1560[6], la religion et la justice en 1564[7].

Tranches chronologiques Nombre d’actes Position du comté de Conversano parmi les autres comtés énumérés dans la titulature
Ni avant-dernier, ni dernier Avant-dernier Dernier
Antoine de Bourbon et Jeanne d’Albret (1555-1562) 8 2 6 0
Jeanne d’Albret (1562-1572) 9 3 5 1
Henri de Navarre (1572-1589) 13 3 9 1
Total 30 8 20 2

Une place surprenante… de prime abord

Si nous considérons maintenant la place qu’occupe Conversano parmi les six ou sept comtés mentionnés dans la titulature des souverains de Navarre, la tentation est grande de dire que ce titre n’est pas entièrement dépourvu de prestige. En effet, dans la liste des comtés, il occupe seulement deux fois la dernière place (7 %), vingt fois l’avant-dernière place qui est sa place habituelle (67 %). Il y a même huit cas (27 %) où il n’est ni le dernier, ni l’avant-dernier de la liste. La place de Conversano reflète-t-elle réellement un quelconque prestige de ce titre purement nominal ?

Quand il est l’avant-dernier, il précède 15 fois le comté de Périgord[8] et 5 fois le comté de Marle[9]. Ce dernier cas de figure illustre le changement qui s’opère entre 1555 et 1589, au fil des changements de souverains et de secrétaires, dans l’ordre d’énumération des deux terres de l’héritage luxembourgeois des Bourbon-Vendôme : tandis que Marle ne passe immédiatement devant Conversano que dans 23 % des cas quand les deux terres sont côte-à-côte (3 actes sur 13)[10] à l’époque d’Antoine et de Jeanne (1555-1572), le comté picard passe systématiquement devant le comté nominal italien à l’époque d’Henri de Navarre (1572-1589)[11]. Par ailleurs, ces deux comtés sont cités côte-à-côte dans 73 % du corpus (22 actes). Pour comprendre la préséance du comté de Conversano sur celui de Périgord, la prise en compte de la catégorie des vicomtés permet de renverser la perspective. Si Périgord se retrouve très souvent (dans 23 actes, soit 77 % du corpus) à la fin de la liste des comtés, c’est parce que la première des vicomtés énumérées est celle de Limoges[12] et que ces deux terres viennent du même héritage, celui de Françoise de Châtillon (1452-1481), épouse d’Alain d’Albret (1440-1522), à partir de 1470. C’est en raison de la préservation symbolique du lien historique entre ces deux terres que Conversano n’est pas plus souvent le dernier des comtés dans les suscriptions.

Quand le titre nominal n’est ni le dernier, ni l’avant-dernier, il passe devant trois comtés (Marle, Bigorre et Périgord) à quatre reprises[13], à l’époque de Jeanne d’Albret et au tout début du règne de son fils, et devant deux comtés à quatre reprises (une fois devant Marle et Périgord[14] et trois fois devant Bigorre et Périgord[15]). Nous avons vu les principales raisons qui font passer les comtés de Marle et de Périgord après celui de Conversano. Pour comprendre la « relégation » statistiquement non négligeable du comté de Bigorre (dans 23 % des cas, 7 actes sur 29), il faut tourner le regard vers le début de la liste des comtés : six fois sur sept, les trois premiers sont les mêmes (Foix, Armagnac et Rodez). Comme dans les autres actes, le comté de Foix est toujours le premier à cause de son importance dans l’histoire familiale des souverains de Navarre. Viennent ensuite les comtés d’Armagnac et de Rodez, apportés aux Albret par Marguerite d’Angoulême lors de son mariage avec Henri II d’Albret (1527), qui sont le plus souvent maintenus côte-à-côté dans la titulature, à l’image de ce que nous avons vu pour d’autres héritages (Conversano-Marle et Périgord-Limoges). C’est ce principe d’organisation par blocs de la titulature qui fait passer parfois le comté de Bigorre après celui de Conversano, même dans des actes qui concernent le comté de Bigorre[16]. Le fait que Conversano soit aussi souvent maintenu dans les longues suscriptions des actes royaux navarrais montre la valorisation de l’héritage des Bourbon-Vendôme où tous les titres comptent, même les nominaux. La poursuite du recensement des actes royaux navarrais permettra de confirmer ou d’infirmer les impressions issues du corpus présenté dans ce billet.

Dénes Harai (UPPA, ITEM)

Annexe

Liste des actes mentionnant le comté de Conversano dans la titulature des souverains de Navarre

(état du recensement au 22 avril 2020)

I. Règne commun d’Antoine de Bourbon (AB) et de Jeanne d’Albret (JA), 1555-1562

Souverain Date de l’acte Lieu de rédaction Secrétaire Type d’acte Langue de l’acte Place de Conversano parmi les comtés
I/1 AB

et JA

18/08/1555 Pau Arnaud du Colom Lettres de rétablissement Béarnais « […] (comte et comtesse) de Foix, d’Armagnacq, de Bigorre, de Marle, de Rodez, Commersan et de Perigord […] »[17]
I/2 AB

et JA

31/07/1556 Pau Jean Alespée Lettres de confirmation Béarnais « […] (comte et comtesse) de Foix, d’Armagnac, Roddes, Bigorre, Perigord, Connersan, Marle […] »[18]
I/3 AB

et JA

28/12/1556 Nérac Jean Alespée Lettres de procuration Français « […] (comte et comtesse) de Foix, d’Armagnac, de Roddetz, Connersan, Marle, Bigorre et Perigort […] »[19]
I/4 JA 31/05/1557 Pau Jean-Jacques Bonnissent Lettres de confirmation Béarnais « […] comtesse de Foix, Armanhac, Bigorre, Roddez, Connersan, Marle et Perigort […] »[20]
I/5 AB 10/12/1557 Bordeaux Lamothe Lettres d’exemption Français « […] comte de Foix, de Bigorre, d’Armagnac, Rouergue[21], de Marle, de Connersan et de Perigort […] »[22]
I/6 AB

et JA

01/08/1558 Laon Duchesne Lettres de commission Béarnais « […] (comte et comtesse) de Foixs, d’Armanhac, Roddez, Bigorre, Perigort, Connersan et Marle […] »[23]
I/7 AB

et JA

11/09/1560 Nérac Guillaume Ranse Ordonnances Français « […] (comte et comtesse) de Foix, d’Armaignac, de Begorre, de Marle, de Roddetz, de Connersan et de Perigord »[24]
I/8 AB

et JA

20/01/1562 Saint-Germain-en-Laye Victor Brodeau Lettres de provision Français « […] (comte et comtesse) de Foix, d’Armaignac, Roddez, Bigorre, Perigort, Connersan et Marle […] »[25]

II. Règne de Jeanne d’Albret après le décès d’Antoine de Bourbon, 1562-1572

Date de l’acte Lieu de rédaction Secrétaire Type d’acte Langue de l’acte Place de Conversano parmi les comtés
II/1 02/02/1564 Pau Fabien Martret Lettres patentes Béarnais « […][26] contesse d’Armaignac, de Bigorre, de Rivegosse[27], de Marle, de Rodes, de Conversan et de Perigort […] »[28]
II/2 22/03/1564 Pau Victor Brodeau Lettres de provision Français « […] comptesse de Foix, d’Armaignac, Roddetz, Bigorre, Perigor, Conmersan et Marle […] »[29]
II/3 25/03/1564 Pau Fabien Martret Lettres patentes Béarnais « […] comtesse de Foix et de Bigorre, d’Armanhacq, de Roddetz, de Marle et Connersan […] »[30]
II/4 08/02/1565 Vendôme Jean Pelletier Lettres patentes Français « […] contesse de Foix, Armaignac, Conversan et Marle […] »[31]
II/5 22/03/1566 Moulins ? Lettres de commission Français « […] comtesse de Foix, d’Armaignac, de Bigorre, de Marle, de Roddez, de Connersan et de Perigort […] »[32]
II/6 11/06/1567 Bagnères-de-Bigorre Jean Pelletier Lettres d’attribution Français « […] comtesse de Foix, d’Armaignac, de Rodez, Connersal (sic), Marle, Bigorre et Perigor […] »[33]
II/7 06/04/1568 Pau Fabien Martret Lettres de commission Français « […] contesse de Foix, d’Armaignac, Bigorre, Roddez, Marle, Commersan et Perigort […] »[34]
II/8 12/04/1570 La Rochelle Jean Pelletier Lettres de don Français « […] contesse de Foys, d’Armaignac, de Rodetz, Commersan, Marle, Bigorre et Perigort […] »[35]
II/9 07/03/1571 La Rochelle Jean Pelletier Lettres de commission Français « […] contesse de Foix, d’Armaignac, de Rodez, Connersan, Marle, Bigorre et Perigort […] »[36]

III. Règne d’Henri de Navarre, 1572-1589[37]

Date de l’acte Lieu de rédaction Secrétaire Type d’acte Langue de l’acte Place de Conversano parmi les comtés
III/1 31/08/1572 Paris Fabien Martret Lettres de provision Français « […] comte de Foix, d’Armaignac, de Bigorre, de Marle, de Roddez, de Connersan et de Perigort […] »[38]
III/2 17/09/1572 Paris Victor Brodeau Lettres de provision Français « […] comte de Foix, d’Armaignac, Roddes, Marle, Comersan, Bigorre, Perigort […] »[39]
III/3 04/10/1572 Paris Jean Le Royer Lettres de confirmation Français « […] comte de Foix, de Bigorre, d’Armaignac, de Marle, de Roddez, de Connersan et de Perigort […] »[40]
III/4 [22]/12/1572 Paris [Fabien Martret] Lettres de provision Français « […] comte de Foix, Armaignac, Rhodes, Marle, Connersan, Bigorre, Perigort […] »[41]
III/5 22/12/1572 Paris Fabien Martret Lettres de provision Français « […] comte de Foix, d’Armaignac, de Marle, de Rhodes, de Connersan, de Bigorre et de Perigort […] »[42]
III/6 10/10/1575 Paris Fabien Martret Lettres de provision Français « […] comte de Foix, d’Armaignac, de Marle, de Bigorre, de Rhodez, de Connersan et de Perigort […] »[43]
III/7 24/12/1575 Paris Fabien Martret Lettres d’attribution Français « […] comte de Foix, d’Armagnac, de Roddes, Perigord, Marle et Connersan […] »[44]
III/8 14/09/1576 L’Isle-Jourdain Jean Le Royer Lettres de confirmation Français « […] comte de Foix, d’Armaignac, de Rhodez, de Bigorre, de Marle, de Connersan et de Perigort […] »[45]
III/9 22/09/1576 Lectoure Odet de Mazelières Lettres de commission Français « […] comte de Foix, d’Armaignac, de Rodez, de Bigorre, de Marle, de Commersan et de Perigot […] »[46]
III/10 26/09/1576 Nérac Jean Le Royer Mandement de paiement Français « […] comte de Foix, d’Armaignac, de Rhodez, de Bigorre, de Marle, de Connersan et de Perigort […] »[47]
III/11 11/11/1576 Agen Jean Le Royer Lettres de provision Français « […] comte de Foix, d’Armagnac, de Rhodes, de Bigorre, de Marle, de Connersan et de Perigord […] »[48]
III/12 08/02/1579 Nérac Jacques Lallier Lettres de provision Français « […] comte de Foix, d’Armagnac, de Rhodetz, de Bigorre, de Marle, de Connersan et de Périgort […] »[49]
III/13 00/02/1585 Cadillac Odet de Mazelières Lettres de confirmation Français « […] comte de Foix, d’Armaignac, Bigorre, Rodes, Marle, Conversan et Perigord […] »[50]

Notes

[1] Première composante de la structure des actes royaux comportant le nom, la formule de dévotion « par la grâce de Dieu » et la titulature du souverain.

[2] C’est la famille Aquaviva d’Aragon qui possédait réellement le comté de Conversano à l’époque moderne. La suscription des actes royaux navarrais comporte un autre comté dont il restait seulement le titre aux mains des Albret-Bourbon au XVIe siècle : le comté Rivegorce (Ribagorza), en Aragon. Contrairement à Conversano, Ribagorza apparaît très rarement dans les suscriptions après 1555. Nous en avons trouvé une seule occurrence dans les 30 actes recensés pour ce billet.

[3] Conversano est même inscrit dans la légende du sceau équestre de Charles de Bourbon, comte (1495-1514), puis duc de Vendôme (1514-1537), Bibliothèque nationale de France (ci-après BnF), Département des Manuscrits, Clairambault 640, fol. 192ro. Dans l’état actuel de nos connaissances, le comté nominal ne figure plus dans celle des sceaux d’Antoine de Bourbon, de Jeanne d’Albret et d’Henri de Navarre.

[4] Par exemple, dans ceux de janvier 1542 et de septembre 1545. Georges Durand, Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790. Somme, t. VI, Archives ecclésiastiques, Série G (no 1170-3044), Amiens, G. Redonnet fils, 1910, p. 63 et 514. Comptes rendus et mémoires lus aux séances du Comité archéologique de Noyon, Noyon, 1885, t. VII, p. 210.

[5] Par exemple, dans les ordonnances publiées à Pau, le 6 avril 1554, sur la justice des comtés d’Armagnac et de Rodez, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, désormais ADPA, E 262, copie collationnée.

[6] Acte no I/7.

[7] Actes nos II/1 et II/3.

[8] Actes nos I/1, 5, 7 ; II/1, 5, 7 ; III/1, 3, 6, 8-13.

[9] Actes nos I/2, 6 et 8 ; II/2 et 4.

[10] Actes nos I/5 ; II/3 et 7.

[11] Actes nos III/2, 4, 7-13.

[12] Cette vicomté apparaît comme marquisat dans certains actes de Jeanne d’Albret. Dénes Harai, « Jeanne d’Albret, reine de Navarre, et son marquisat de Limoges (1562-1566) », Carnet de recherche du projet ANR AcRoNavarre : https://acronavarre.hypotheses.org/1782 (billet publié le 17 septembre 2019).

[13] Actes nos I/3 ; II/6, 8 et 9.

[14] Acte no I/4.

[15] Actes nos III/2, 4 et 5.

[16] Dans la suscription de trois actes relatifs au comté de Bigorre, Conversano précède ce dernier à deux reprises (actes nos I/3 et II/6).

[17] Lettres patentes du roi et de la reine de Navarre, seigneur et dame souverains de Béarn, rétablissant le marché à Navarrenx et autorisant la construction d’une halle, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques (désormais ADPA), E 362, copie.

[18] Lettres patentes données par le roi et la reine de Navarre, seigneur et dame souverains, confirmant les privilèges de Garos, ADPA, E 2237, copie.

[19] Lettres patentes du roi et de la reine de Navarre constituant Jean de Montesquiou, écuyer, leur procureur général pour « bailler à fief et rente perpétuelle » aux habitants d’Aspet les moulins de Rivet et du Prat-Beziau sur le Ger, ADPA, B 1385.

[20] Lettres de confirmation des privilèges de Béarn, ADPA, C 684, fol. 71r°.

[21] C’est-à-dire les quatre châtellenies de Rouergue qui dépendent du comté de Rodez et dont elles prennent ici la place.

[22] Lettres patentes du roi de Navarre, gouverneur et amiral de Guyenne, exemptant la ville de Tartas d’impositions destinées aux travaux de fortification de Bayonne, Dax, Saint-Sever et Bordeaux, Archives départementales des Landes, E dépôt 313 (Tartas), EE 1.

[23] Lettres de commission au cardinal d’Armagnac pour tenir les États de Béarn, ADPA, C 684, fol. 89r°.

[24] Ordonnances sur les chambres des comptes de Pau, de Nérac et de Vendôme, ADPA, B 8 / 2.

[25] Lettres de provision données à Louis d’Albret, évêque de Lescar, et au seigneur d’Audaux pour la charge de lieutenant général en Béarn, ADPA, C 684, fol. 52r° et BnF, Département des Manuscrits, Ms. Fr. 16665, fol. 109r°.

[26] Le comté de Foix a été oublié dans la copie de cet acte.

[27] Il s’agit du comté de Rivegorce (Ribagorza) en Aragon.

[28] Lettres patentes sur la liberté de Conscience en Béarn, ADPA, C 684, fol. 177v° – fol. 179r° (copie). Pour la présentation et l’édition de cet acte, voir Philippe Chareyre, « La patente de Jeanne d’Albret sur la liberté de conscience en Béarn (Pau, 2 février 1564) », Carnet de recherche du projet ANR AcRoNavarre : https://acronavarre.hypotheses.org/2633 (billet publié le 23 avril 2020).

[29] Lettres de provision données à Antoine de Gramont pour la charge de lieutenant général en Basse-Navarre et Béarn, BnF, Département des Manuscrit, Dupuy 153, fol. 75r°.

[30] Lettres patentes concernant l’organisation du Conseil souverain de Béarn (copie), ADPA, C 684, fol. 174r°-176v° et BnF, Manuscrits Français 16674, fol. 166r° – fol. 168v°. Pour la présentation et l’édition de cet acte, voir Dénes Harai, « Le règlement du ‟Conseil ordinaire et cour souveraine” de Béarn en 1564 », Carnet de recherche du projet ANR AcRoNavarre : https://acronavarre.hypotheses.org/2684 (billet publié le 23 avril 2020).

[31] Lettres patentes règlementant la fabrication de draps de laine d’Espagne et d’Angleterre sur les terres de Haubourdin et d’Emmerin. Document conservé aux Archives municipales de Haubourdin (HH 1), publié par Henri-Émile de Sagher (éd.), Recueil de documents relatifs à l’histoire de l’industrie drapière en Flandre, 1920, 2e partie, t. II, p. 311-313.

[32] Lettres de commission au sieur de Lau contre les braconniers au comté d’Armagnac, publiées par Tamizey de Larroque sur l’original des archives du château de Xaintrailles, Archives historiques du département de la Gironde, 1866, t. VIII, p. 322-323.

[33] Lettres patentes attribuant davantage de pouvoir judiciaire aux consuls de Bagnères-de-Bigorre, copie, Archives municipales de Bagnères-de-Bigorre, Liasse 1, n°13.

[34] Lettres de commission de la reine de Navarre, duchesse d’Albret, à Jean Alespée, secrétaire des finances, Pierre de La Bacoue, lieutenant du sénéchal d’Albret au siège de Castelmoron, et Bertrand de La Valade, procureur général au duché d’Albret, pour racheter les terres et seigneuries de Gensac, Puynormand, Villefranche et Vayres, ADPA, E 731.

[35] Lettres de don du navire Espérance d’Olonne pour dédommager Michel Dubray, Jean Garenne et Mathurin Trumault, armateurs de la ville du Croisic, de la perte de leur navire le Serf du Croisic, Abel Bardonnet, « Registre de l’Amirauté de Guyenne au siège de La Rochelle (14 septembre 1569-13 juin 1 570) », Archives historique du Poitou, 1878, t. VII, p. 254.

[36] Lettres de commission et instructions de la reine de Navarre à son maître d’hôtel Jean de Secondat, sieur de Rocques, pour remercier les États de Basse-Navarre et de Béarn d’avoir désavoué les sujets rebelles à la reine, ADPA, E 587, n°1, copie.

[37] Le relevé du titre comtal de Conversano dans les suscriptions est mené jusqu’en 1589, fin du règne uniquement « navarrais » d’Henri de Bourbon qui succède à Henri III de Valois sur le trône de France, même s’il ne s’impose que progressivement entre 1594 et 1598.

[38] Lettres de provision données à Edme de Hautefort, maître de camp des bandes françaises de Piémont, pour l’état et office de gouverneur du comté de Périgord et de la vicomté de Limoges, Table chronologique des actes de Henri de Bourbon, roi de Navarre, du 18 septembre 1572 au 31 juillet 1574, BnF, Département des Manuscrits, Ms.Fr. 4594, fol. 119v°.

[39] Lettres de provision données au sieur de Bouchavennes pour l’office de gouverneur, gruyer et maître des eaux et forêts du comté de Marle, Ibid., fol. 101r°.

[40] Lettres de reconnaissance et de confirmation de noblesse accordées à Gaillard de Galosse, maître des requêtes ordinaire de l’hôtel du roi de Navrre et juge-mage au comté de Bigorre, Ibid., fol. 106r°.

[41] Lettres de provision données à Antoine de Warluzel, capitaine et gouverneur du château d’Oisy, pour l’office de gouverneur et lieutenant général du roi de Navarre dans ses terres des Pays-Bas, Ibid., fol. 128r°.

[42] Lettres de provision données à Jean de Monlezun pour l’office de sénéchal et gouverneur du comté d’Armagnac, Ibid., fol. 129v°.

[43] Lettres de provision données par le roi de Navarre, amiral de Guyenne, à Guy de Saint-Gelais, seigneur de Lansac, pour la charge de vice-amiral de Guyenne, Archives départementales d’Indre-et-Loire, E 787.

[44] Lettres patentes attribuant au baron de Miossens le pouvoir de nommer aux offices et charges en Béarn, BnF, Département des Manuscrit, Dupuy 153, fol. 95r° et Ms. Fr. 16665, fol. 137r°.

[45] Lettres patentes du roi de Navarre confirmant les privilèges de L’Isle-Jourdain, Archives départementales du Gers, F supp. 1232.

[46] Lettres de commission données à Jean Petiot, maître des requêtes du roi de Navarre, pour mettre le comte des Cars en possession des terres de Ségur-le-Château et de Saint-Cyr-les-Champagne pour lesquelles le comte doit verser 12 250 livres à Jean Le Royer, secrétaire du roi de Navarre et vicomte de la baronnie de Châteauneuf-en-Thymerais. Ces lettres de commission sont copiées dans un acte notarié établi à Tours (Archives départementales d’Indre-et-Loire, 3E4/28 – étude de Robert Lefebvre, fol. 3r° de l’acte du 15 octobre 1576) qui est transcrit par Claire Taylor Barker Harai, Les serviteurs de Navarre à Tours dans la seconde moitié du XVIe siècle, thèse d’histoire sous la direction de Gérald Chaix, Tours, Université François-Rabelais de Tours, 2014, p. 299.

[47] Mandement du roi de Navarre à Michel Barenger et Gaillard Galland, trésoriers et receveurs généraux de la Maison et des finances du roi de Navarre, pour payer 3 000 livres tournois de pension annuelle au sieur de Rocquelaure, chambellan ordinaire du roi de Navarre, ADPA, B 2268.

[48] Lettres de provision données par le roi de Navarre à Archambaud de Nolivos pour l’état et office de contrôleur ordinaire des écuries, ADPA, 1 Mi 31, copie.

[49] Lettres de provision données à Geoffroy de Vivans pour la charge de gouverneur du comté de Périgord et de la vicomté de Limoges. Archives de La Verrie de Vivans, liasse 21, n° 7. Publiées par Gustave Charrier, « Geoffroy de Vivans, gouverneur de la ville de Périgueux », Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, 1901, t. XXVIII, p. 788-789.

[50] Lettres de confirmation des privilèges de Rions (Gironde), publiées par Joseph-François Rabanis, Compte-rendu des travaux de la Commission des monuments et documents historiques et des bâtiments civils du département de la Gironde (1850-1851), Paris, Librairie archéologique de Victor Didron, 1851, p. 35-36.


Vous aimerez aussi...