« Au nom de Diu » : les alliances matrimoniales des filles de Daniel Loyard (1568-1569)

Daniel Loyard (1527-1606) est un marchand de Pau, qui à partir du 28 décembre 1563, devient auditeur au sein de la Chambre des comptes de Pau, charge qu’il occupera jusqu’à sa démission le 12 novembre 1593, lorsqu’il la transmet à son fils Pierre Loyard qui, à son tour et selon le même procédé, cèdera sa place à son fils Guillaume, qui accède à l’office après la démission de son père, le 26 mars 1613[1]. Daniel Loyard avait épousé Françoise de Sarrabère, fille du procureur général en la Cour souveraine de 1566 à 1572, Pées de Sarrabère (mort en 1572) qui avait été aussi auditeur de ladite Chambre de 1547 à 1567 et vraisemblablement avait alors transmis la charge à son gendre.

Le couple Loyard a eu cinq enfants : trois garçons et deux filles. Les fils sont : Pierre, Augustin et Jean ; les deux premiers continuent la carrière publique de la famille initiée par le père, Pierre, comme il a était vu, succédant à son père devint auditeur puis conseiller, Augustin devint directement conseiller du roi en son Conseil, tandis que Jean embrassa la voie médicale. Ses deux filles, Astrugue et Johane, dont il sera plus amplement question, épousent respectivement un marchand et un avocat.  La postérité de cette lignée est assurée par : Pierre, Astrugue et Jean, aucune postérité n’est attestée pour Augustin et Johane.

Le 1er août 1568, Daniel Loyard marie sa deuxième fille, Johane, à Me Augustin Niort, avocat au Conseil au sein de la ville de Pau. Lors de cette union plusieurs personnes sont présentes tel que Bernard Forgues, sieur de Cyros (Siros), marchand de Pau, Me Jehan Pargade du lieu de Momas et Bertrand de Fénario, cousin germain dudit Niort, conseiller et maitre des requêtes au Conseil souverain de 1563 à 1576. Pour ce pacte marital, la dot est de 800 francs bordelas (bordelais) et le 9 avril 1569, Daniel Loyard verse 400 francs, audit Niort, somme à déduire de la dot promise[2].

Le 1er aout 1569, Daniel Loyard établit le contrat de mariage de sa fille Astrugue avec Odet de Baget, un marchand de Tarbes.

Daniel Loyard avant d’avoir exercé la charge d’auditeur des comptes avait été comme il a été dit, marchand de la ville de Pau et avait sans doute conservé de forts liens dans ce milieu, c’est sans doute pour cela qu’il marie sa fille à un marchand de la ville de Tarbes, ville qui se trouve en dehors de la souveraineté béarnaise, dans le comté de Bigorre, qui appartient à Jeanne d’Albret sous suzeraineté du roi de France. Pour cette union, la somme de la dot s’élève à 1 000 livres tournois, le notaire mentionne qu’Odet de Baget confessa avoir reçu de Daniel Loyard la somme de 700 livres, le jour même de la signature du contrat[3]. Dans les deux cas, les sommes des dots, selon la coutume doivent être rendues en cas de décès de la fille.

 Ce contrat apporte aussi une clause, qui n’était pas mentionné dans celui de 1568, et apparait avant même la question de la dot : celle de la célébration religieuse. En effet, le mariage doit être « celebrat en laglayse christianne et resformade », ainsi l’auditeur impose que le mariage de sa fille soit célébré sous la tutelle de la religion réformée, prédominante en Béarn, mais pas sur les territoires du roi de France. Il faut ici resituer la passation de cet acte dans un contexte sensible : Le Béarn est occupé depuis le mois d’avril par et placé sous tutelle du roi de France, mais Jeanne d’Albret a constitué une armée de secours dirigée par le vicomte de Montgomery qui s’apprête à reconquérir la souveraineté perdue, ce qu’il fera en moins de quinze jours à partir du 6 août.

            La première fille de Daniel Loyard, Astrugue, a eu pour postérité avec Odet de Baget, un fils, Jean, né en 1574, baptisé le 12 décembre de la même année, qui aura pour parrain Jean Boyrie, avocat à Pau[4]. Le 9 juillet 1576, leur fille Astrugue est baptisée au temple de Pau, le parrain est le frère ainé (de la mère) Pierre Loyard, mentionné comme trésorier, et la marraine est Astrugue, veuve de Me Jean de Salettes, de son vivant, président du Conseil souverain[5]. Le baptême dans la foi protestante des enfants du couple Baget-Loyard, montre et confirme la conversion de l’époux, Odet de Baget dans la foi protestante. On peut remarquer à cette occasion les liens familiaux de ces milieux de l’administration de  la souveraineté béarnaise. En effet, Jean de Boyrie (le parrain de Jean de Baget), a de son union avec Miramonde de Ohix, célébré le 9 juin 1577[6], un fils, Théophile de Boyrie, qui lui succède comme avocat du Conseil, qui se marie avec Judith Loyard, fille de Pierre de Loyard (parrain d’Astrugue de Baget) et d’Isabeau de Mellet[7]. Les enfants des deux parrains se marient ensembles.

            L’avenir est plus incertain pour Johane de Loyard. En effet, les registres paroissiaux de Pau, nomment l’avocat du Conseil, Augustin de Niort comme parrain de plusieurs filleuls[8],  et à cette occasion, il est indiqué qu’il est alors marié avec, Pierrote Bergeron, depuis au moins l’année 1574[9] ; Johane de Loyard est donc décédée moins de cinq ans après son mariage.

Quentin Maillard (UPPA / ITEM)

 

Contrat de mariage d’Augustin de Niort et Jeanne de Loyard (1568)

Source: ADPA, E 2000, fol. 83v° – fol. 84r°.

Notes:

[1] Bulletin de la Société des sciences, lettres et arts de Pau, IIe série, Tome 35er,  1907, p. 62, 73, 104.

[2] Ibidem.

[3] ADPA E 2000 : notaire de Pau, Arnaud d’Abbadie, 1568-1569.

[4] ADPA archives communales de Pau, GG 1.

[5] Idem.

[6] ADPA, archives communales, Registres paroissiaux et d’état civil, Pau, Mariages, 1571-1577

[7] ADPA E 2022 : notaire de Pau, Ramon de Majourau, 1605-1608.

[8] ADPA archives communales de Pau, GG 1.

[9] Idem.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search