La mise en défense de Casteljaloux par Henri de Navarre au lendemain de la reprise de Mont-de-Marsan (1583-1584)

Connue depuis le XIXe siècle, la lettre adressée par Henri de Bourbon, roi de Navarre et duc d’Albret, aux consuls de Casteljaloux le 12 janvier 1584 mérite une édition critique et une contextualisation attentive dans le cadre du projet AcRoNavarre pour mettre en lumière la fragilité de la paix entre la septième (1579-1580) et la huitième (1585-1598) guerre de Religion.

Historique de la conservation et de la publication

Le document en question se trouve aujourd’hui aux Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, sous la cote 16 J 331. Comme les autres pièces de cette cote, la lettre de 1584 provient de la collection de Raymond Ritter (1894-1974). Cet avocat érudit particulièrement attaché à l’étude d’Henri de Navarre et de son époque l’a probablement acquise lors d’une vente aux enchères. Faisant partie de la donation qu’il légua au département des Pyrénées-Atlantiques en 1971, la lettre de 1584 se trouvait au XIXe siècle dans les archives de la famille de Brocas. C’est par le biais de Colin de Brocas, seigneur de Figuès[1] et capitaine au service du roi de Navarre dans la région de Casteljaloux, que ce document a rejoint les archives privées des Brocas. C’est là que Jean-François Samazeuilh (1790-1875), avocat érudit et « correspondant du ministère de l’Instruction publique », l’a transcrite en 1843 pour Jules Berger de Xivrey (1801-1863), éditeur de la correspondance d’Henri IV[2]. Après cette édition intégrale, Samazeuilh a publié partiellement la lettre à deux reprises, d’abord en 1847[3], puis en 1860[4]. Si la titulature de l’auteur du document (« Le roi de Navarre, duc d’Albret ») a été reproduite en 1843 et en 1860, le contreseing du secrétaire ne figure dans aucune des trois éditions effectuées par Samazeuilh. Or, ce contreseing est un élément-clé pour préciser la nature du document.

Une lettre contenant un mandement

La présence de la titulature royale et ducale d’Henri et celle du contreseing de Raymond de Viçose[5], secrétaire des finances du roi de Navarre depuis 1577, signalent qu’il ne s’agit pas d’une missive personnelle, même si le verbe « donner » ou « fait » que nous rencontrons généralement dans les actes royaux avant la date n’est pas utilisé. Au cœur du dispositif de la lettre, c’est le verbe « mander » qui fait entrer ce document dans la catégorie des mandements. Cependant, dans ce cas, il s’agit d’un mandement un peu particulier car le verbe « mander », conjugué au présent, ne s’adresse pas aux destinataires de la lettre (les consuls de Casteljaloux), mais à Jean II de Ferrières (vers 1521-1586), vidame de Chartres, seigneur de Maligny et gouverneur du château de Casteljaloux[6]. Écrite à Mont-de-Marsan, la lettre s’adresse donc aux consuls de Casteljaloux tout en contenant un mandement au gouverneur du château de cette ville qui devait permettre aux consuls de mettre des soldats dans le château pour en renforcer la garde. Reçue le 14 janvier 1584 à Casteljaloux selon une mention inscrite au dos de la feuille, elle a probablement été remise par les consuls au capitaine Brocas, agissant sous le commandement du vidame de Chartres, pour faire connaître la volonté du roi de Navarre, duc d’Albret. Conformément au mandement royal, le capitaine devait permettre aux consuls de renforcer le château, ce qui leur permettait de répondre positivement à l’invitation impérieuse d’Henri de Navarre : « à quoy nous asseurans que ne faudrez de satisfaire et que vous continuerez la diligence et fidelité que vous avez jusques icy tesmoigné. »

Fortifier Casteljaloux pour défendre le duché d’Albret

Aux yeux du roi de Navarre, le renforcement du château de Casteljaloux était très important au début de 1584 pour résister aux entreprises des forces catholiques dans le nord du duché d’Albret. Celles-ci étaient à craindre dans le contexte des tensions apparues après le traité de paix signé à Fleix, le 26 novembre 1580, par François de Valois (1555-1584), duc d’Alençon, représentant de son frère Henri III, roi de France, au nom des forces catholiques, et Henri de Navarre, représentant des forces protestantes. Conformément à cette paix, Bertrand de Baylens, baron de Poyanne, devait rendre la ville de Mont-de-Marsan, occupée par les catholiques le 18 septembre 1580, au roi de Navarre qui était vicomte de Marsan[7]. Or le baron n’a pas rendu la ville et le roi de Navarre dénonçait cette contravention manifeste à la paix. Sans obtenir gain de cause auprès du roi de France, Henri de Navarre a décidé d’agir et parvint, le 21 novembre 1583, à reprendre, par surprise, Mont-de-Marsan[8] où il installa son quartier-général jusqu’au 17 janvier 1584[9]. Pendant son séjour de près de deux mois dans cette ville, le prince protestant anticipa une contre-attaque catholique dont Casteljaloux pouvait être l’une des cibles. Le 7 janvier 1584, il informait les consuls de la ville des menaces que représentait la garnison catholique de Bazas[10]. Le document du 12 janvier que nous éditons ici s’inscrit dans la continuité de la précédente lettre et montre la préoccupation du roi de Navarre d’assurer la défense du duché d’Albret pendant la paix fragile.

Lettre du roi de Navarre, duc d’Albret, aux consuls de Casteljaloux contenant mandement au vidame de Chartres par rapport à la garde du château et de la ville de Casteljaloux (Mont-de-Marsan, 12 janvier 1584)

Édition intégrale : Recueil des lettres missives de Henri IV, éd. Jules Berger de Xivrey, Paris, Imprimerie nationale, 1843, t. I, p. 631. Éditions partielles : Jean-François Samazeuilh, Histoire de l’Agenais, du Condomois et du Bazadais, Auch, J. Foix, 1847, t. II, p. 259-260. Jean-François Samazeuilh, Monographie de la ville de Casteljaloux, Nérac, J. Bouchet, 1860, p. 118.

Document

Source : ADPA, 16 J 331

Ce document est visualisable dans la base AcRoNavarre.

Transcription

Le Roy de Navarre

Duc d’Albret

Chers et bien amez. Nous sommes bien ayses d’entendre le soing que vous apportez à la garde et conservation de nostre ville de Castetgeloux[11] et, affin que ne soyez nullement empeschez d’y vaquer avec l’ordre qu’il fault, nous mandons à nostre Cousin le vidame de Chartres[12] de permettre que vous mettiez dans nostre chasteau tel nombre d’hommes que vous adviserez lors que le temps et l’occasion le requerra, vous en donnant ung accez libre, tant pour dresser les corps de garde que faire rondes, à quoy nous asseurans que ne faudrez de satisfaire et que vous continuerez la diligence et fidelité que vous avez jusques icy tesmoigné, pryerons Dieu vous avoir en sa garde. Du Mont de Marsan, ce XIIe janvier 1584.

Henry

De Viçose[13]

[Au dos de la lettre :]

[Adresse:] À noz chers et bien amez les consulz et habitans de nostre ville de Castetgeloux

[Dans le coin inférieur gauche :] Lettre du roy de Navarre receu le XIIIIe janvier 1584.

Dénes Harai (UPPA / ITEM)

Notes:

[1] Commune d’Argenton (Lot-et-Garonne).

[2] Recueil des lettres missives de Henri IV, éd. Jules Berger de Xivrey, Paris, Imprimerie nationale, 1843, t. I, p. 631.

[3] Jean-François Samazeuilh, Histoire de l’Agenais, du Condomois et du Bazadais, Auch, J. Foix, 1847, t. II, p. 259-260.

[4] Jean-François Samazeuilh, Monographie de la ville de Casteljaloux, Nérac, J. Bouchet, 1860, p. 118.

[5] Sur la famille de ce secrétaire, voir Nadine Gilbert, Une famille protestante de Montauban : les Viçose (XVIe-XVIIe siècles), thèse de l’École nationale des chartes, 1989.

[6] Dans la Vie de Jean de Ferrières, vidame de Chartres, seigneur de Maligny (Auxerre, Perriquet et Rouillé, 1858), le comte Léon de Bastard d’Estang (1822-1861) ne donne pas de détails sur l’activité du vidame de Chartres à Casteljaloux et dit seulement que « cette place n’était pas sans importance stratégique, c’était en quelque sorte un poste avancé, visité souvent par le roi de Navarre pour tenir toujours en haleine la garnison qui avait à faire de fréquentes sorties contre les troupes du maréchal de Matignon, gouverneur général de la Guyenne, dont les incursions sur les terres de Henri donnaient lieu de sa part à de fréquentes réclamations qui devaient aboutir à un état permanent d’hostilité » (p. 151). Je remercie Guilhem de Corbier pour cette référence.

[7] Serge Brunet, « De l’Espagnol dedans le ventre ! » : Les Catholiques du Sud-Ouest de la France face à la Réforme (vers 1540-1589), Paris, Honoré Champion, 2007, p. 591.

[8] Sur la justification de la reprise de la ville par les conseillers du roi de Navarre, voir Hugues Daussy (Les Huguenots et le roi. Le combat politique de Philippe Duplessis-Mornay, 1572-1600, Genève, Droz, 2002, p. 217-218) et Dénes Harai (Grands serviteurs de petits États. Les conseillers de Navarre et de Transylvanie, XVIe-XVIIe siècles, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2012, p. 192-193).

[9] Jean-Claude Cuignet, L’itinéraire d’Henri IV. Les 20 597 jours de sa vie, Bizanos, Éditions Héraclès – Société Henri IV, 1997, p. 77-78.

[10] Recueil des lettres missives de Henri IV, éd. Jules Berger de Xivrey, Paris, Imprimerie nationale, 1843, t. I, p. 628. Jean-François Samazeuilh, Monographie de la ville de Casteljaloux, Nérac, J. Bouchet, 1860, p. 117-118. Au XIXe siècle, cette lettre du 7 janvier – comme celle du 12 janvier – se trouvait dans les archives de la famille de Brocas.

[11] Graphie ancienne de Casteljaloux (Lot-et-Garonne). J.-F. Samazeuilh, Monographie…, op. cit., p. 5.

[12] Jean II de Ferrières (1520-1586), vidame de Chartres et seigneur de Maligny, était le gouverneur de Casteljaloux.

[13] Raymond de Viçose, secrétaire du roi de Navarre.



Citer ce billet
Dénes Harai (2020, 28 mars). La mise en défense de Casteljaloux par Henri de Navarre au lendemain de la reprise de Mont-de-Marsan (1583-1584). ANR AcRoNavarre. Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/al06

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search