Serment réciproque entre Henri II d’Albret et les États de Béarn (Pau, 23 décembre 1521)

Les premières présidences des États par Henri d’Albret en avril 1510 et juillet 1521, sans prestation de serment réciproque

             Lorsqu’Henri II d’Albret est devenu roi de Navarre après le décès de sa mère, Catherine de Foix, en février 1517, il n’a pas prêté ni reçu de serment des États de Béarn, en tant que seigneur de cette terre souveraine. Après avoir vécu pendant cinq ans en France à la cour de François Ier, Henri d’Albret est retourné en Béarn au printemps 1520, où il a présidé la session d’ouverture des États qui s’est tenue à Pau, le 14 avril. Néanmoins, il n’a pas prêté serment aux États à ce moment-là, consacrant tous ses efforts pour obtenir une aide financière des Béarnais destinée à lui donner les moyens d’une nouvelle tentative de recouvrement de son royaume de Navarre où il était né en avril 1503 dans la ville de Sangüesa[1]. C’est pour ce même motif que le jeune roi a quitté rapidement le Béarn pour faire la même demande, le 26 avril, aux États du comté de Foix. Peu après il est retourné à la Cour de France, pour solliciter l’appui de François Ier. Henri II d’Albret n’est donc revenu que très brièvement dans la vicomté souveraine après cinq années d’absence, pour demander aux Béarnais les moyens de financer une partie de la campagne pour récupérer la Navarre.

            Une fois lancée l’invasion de la Basse-Navarre et de la Castille, en avril 1521, le roi s’est rendu en Béarn, ou il a présidé, dans la ville de Navarrenx, c’est-à-dire, à quelques kilomètres de la frontière avec la Basse-Navarre, une nouvelle réunion des États au début du mois de juillet. Comme en 1520, l’objectif d’Henri a été d’obtenir une aide pour la campagne militaire navarraise. De cette façon, le 3 juillet, peu après la séance d’ouverture, il a demandé aux États de l’argent ainsi qu’une subvention de mille hommes pour défendre la forteresse de Saint-Jean-Pied-de-Port et le château-Pignon, connu aussi par les sources conservées en Espagne comme « castillo de Peñón », situé dans la commune de Saint-Michel[2].

            À la lumière de tous ces renseignements il paraît clair que pour le roi Henri d’Albret le fait de recevoir le serment de la part des Béarnais n’était pas du tout une de ses priorités lors de son retour en Béarn, et qu’il a exercé son pouvoir de seigneur souverain avant même de jurer les « fors » et coutumes de ses sujets.

Le serment réciproque de décembre 1521[3]

            Le premier « long » séjour d’Henri II d’Albret en Béarn et dans ses territoires du Sud de la France, de même qu’un court séjour en Espagne (en Guipúzcoa), s’est déroulé entre les mois d’avril 1521 et février 1524, lorsque ce souverain est rentré de la Cour de France. Henri a présidé la réunion des États de Béarn, le neuf décembre 1521 au « Tinel » du château de Pau, qui était le salon d’attente qui formait avec le salon de réception, la grande salle du château, devenue depuis la fin du XVe siècle la salle du trône des rois de Navarre[4]. Après l’ouverture et la « remonstration » du souverain aux représentants des trois États, ceux-ci lui ont demandé non seulement de recevoir leur serment de fidélité mais aussi de prêter le serment « ainsi qu’un seigneur de Béarn est tenu de les faire »[5].

            Henri II a répondu positivement à cette « supplication » et deux semaines après, le vingt-trois décembre le serment réciproque a eu lieu, dans ce que l’acte nomme les « galeries tournées du côté de l’église ». Il faut souligner qu’une des particularités des vicomtes de Béarn, devenus seigneurs souverains depuis la deuxième moitié du XVe siècle, a été de prêter et de recevoir serment dans un bâtiment civil. Nous parlons de particularité parce que la plupart des rois, comtes et seigneurs des domaines voisins réalisaient à l’époque ce genre d’évènements dans des sites religieux, notamment dans des cathédrales.

            En suivant la tradition de ses prédécesseurs, Henri II d’Albret a prêté son serment sur le missel Te Igitur surmonté de la Croix. Il a été le dernier souverain à le faire, car son successeur, sa fille Jeanne d’Albret, a remplacé le Te Igitur par la Bible. Ensuite, Henri a promis et juré « d’observer et garder fidèlement chacun des articles » que les États lui avaient présentés, concernant les « fors, coutumes, franchises, privilèges et libertés » des Béarnais. De son côté, les représentants des ecclésiastiques, des nobles et des gens des bourgs, vallées, villes et lieux ont prêté serment sur ce même missel. Néanmoins, ce serment général de respecter et faire respecter les « fors et coutumes » n’a pas suffi aux représentants des trois États, qui l’ont supplié de les confirmer expressément « à chaque bourg, vallée, ville et lieu ». Henri II d’Albret a accédé à cette demande. Par son mandement Ramon de Domec, son secrétaire, a délivré des lettres patentes « signées et scellées » à chaque bourg, vallée, ville et lieu. En outre, selon les recherches que nous avons faites dans le cadre du projet ANR – AcRoNavarre, nous pouvons affirmer qu’Henri II d’Albret a confirmé au cours des deux années suivantes plusieurs privilèges de vallées et localités béarnaises, comme par exemple ceux de la vallée d’Ossau[6], de la ville d’Orthez[7] et de la ville de Nay[8].

            Il a donc fallu attendre la troisième session des États de Béarn pour que le nouveau souverain prête enfin le serment comme le stipulaient les fors à chaque nouvel avènement, même si avant lui Alain d’Albret, son grand-père, l’avait fait en son nom en 1517, peu après le décès de Catherine de Foix, en qualité de son tuteur et curateur. L’urgence de la campagne navarraise en est sans doute la raison. Ce n’est qu’après l’échec de la reconquête du royaume perdu qui a été sa priorité, qu’Henri II s’est enfin plié à la coutume béarnaise, de façon à conforter son pouvoir sur le dernier territoire souverain resté en sa possession.

Document

Source : ADPA, C 681, fol. 3r-4v.

ADPA, C 681, fº3r

ADPA, C 681, fº3v

ADPA, C 681, fº4r

ADPA, C 681, fº4v

Transcription

(fº 3r)[9] A Laudor de Diu de la Vierges Maria, sanctz et / sanctes de paradys en l’an de gratie comtan de / la incarnation de nostre senhor Jhesucrist, mil Vc / XXI et au quoart jorn deu mees de decembre / per mandament deu serenisim et tres puissant prince / Henric, per la gratie de diu rey de Nauarre, senhor sobiran / de Bearn et visconte de Marsan et Gabardan, conte de / Foixs et de Begorre, etc., fon mandatz los tres statz / de Bearn, Marsan et Gabardan en la present ville / de Pau.

            Ond obtemperans et obedientz a son madament aixi que de rason / vengon comparin et se presentan los senhors baroos, ecclesiasticxs et seculars / deudit pays et los nobles et gentius et parelhament las gentz / deu ters stat deus borcxs, vals, villes et locxs deudit pays de Bearn / Marsan et Gabardan.

            Et lo diluns, naval jorn deudit mees de decembre en lo tinel deu / castet de la present ville de Pau, por lodit senhor rey fo feyte la uberture / et remostration a lasdits gentz. Et per sa magestat declarat que se / augun haue supporat deguns greuyes luy vole et intene mandar / los reparar. Et apres declara las necessitatz a luy occorrentes / tant per los affers qui occorren que per masdames, sa sors, / qui eren en France demanda subuention, etc. Et tres humblement / fo feyte resposte que lasdits gentz se retiraren apart et conferiren /suus las causes remostrades et despuixs feren tal response / que sa magestat aure rason de sen contentar.

            Per despuixs lasdits gentz se ajustan et congregan en la mayson / deu mestre d’ostal Orrias et de madamisele de Montauser, sa molher, / et aqui conferin deus affers qui occorren en lo pays per lo servici / deudit senhor et de la causa publicque et enter autres et singularment / abantz de procedir a pluus abant fo recitat et remostrat cum / (fº 3v) dabant ares a causa et per so que lodit senhor rey ere en pluus / bas adge mossenhor d’Albret son grant pay abe agut la administration / regiment et gobern de sa persone, terres et senhories, primeramentz / cum asson tutor et après cum asson curator et guobernador et / an son nom et cum a tutor et curator suusdit haue feyt et prestat / lo jurament a ladits gentz. Et aussi las medixes gentz  haben / feyt et prestat a luy jurament de fidelitat.  Et que adares lodit / senhor d’Albret ere vielh et valitudinari talament que no pode / attener a ladite administration, regiment et gobern deusdits pays et / autres terres et senhories. Et si ben lodit senhor rey que ere asses / en bon adge ab son bon conselh per regir et guobernar si / medixs et sas dits terres et senhories. Et per aixi fo concludit / que lo fosse supplicat fosse son bon plaser abantz de procedire / pluus abant que lo plagosse prener lo jurament de / fidelitat deudits senhors baroos, nobles, gentius domengers / et de las gentz deudit ters stat aixi cum bons et fidels subgecxs / son tengutz et debin far et prestar a lor senhor. Et los acquitar / deu jurament per lor prestat audit senhor d’Albret. Et aussi que / a luy plagosse far et prestar lo jurament ausdits senhors et gentz / qui lo senhor de Bearn es tengut et a acostumat far.

            La quoal supplication feyte per lodit senhor rey fo respost lo plase et ere / content receber lodit jurament de lasdits gentz et los acquitar / deu jurament qui hauen prestat audit senhor d’Albret. Et no remenhs / los vole et ere deliurat los prestar lo jurament qui lo senhor / de Bearn a acostumat far et prestar aus subgecxs

            Et per far et prestar lo jurament de fidelitat fo mandat far / sindicatz per los borcxs, vals et viles et si ben que los artigles / qui lodit senhor rey deu jurar ly sien remostratz

            Los quoales artigles per apres fon abstraictz per los / conselhers et sindicxs deu pays et valhatz et presentatz et / remostratz audit senhor rey.

(fº 4r)[10] Advenent lo jorn et feste de Sent Thomaas XXI jorn / deudit mees de decembre en lodit castet de la present ville de Pau / et en las galeries dequet qui regardan a la gleysa, lodit/ senhor rey tant aqui asseteyat ausdits baroos, nobles, gentius / et autres gentz deusdits pays de Bearn, Marsan et Gabardan / suus lo libe missau Te Igitur et sancte berana Crotz dessus / pausade fe et presta lo jurament segont losdits artigles los/quoaus de mot a mot lo fon legitz. et prometo et jura / los totz et cascun dequetz thenir et conservar et far thenir / et seruar aixi que en aquetz es contengut de que lasdits gentz / e cascun per se aixi que los requerin instrument / public. Loquoal per lodit senhor los fo autreyat et aquet / retengut per mestre Ramon de Domec, secretary deudit / senhor rey.

            [11]Tot incontinent losdits senhors baroos tant ecclesiasticxs que temporaus / et losdits nobles, gentius, cabers, domengers et lasdits gentz de / borcxs, valls, villes et locxs abentz cascun sindicat ab / expresse facultat desso far deus besiis et hauitantz de / cascun dequet suus lodit libe missau Te Igitur sancte Crotz / dessus pausada, la ung apres l’autre, juran fen et prestan / jurament de fidelitat audit senhor rey qui subgecxs son tengutz / et debin prestar a lor senhor aixi que fo declarat per mot egregi / mossen Pees de Biaixs, rector de Pau, licenciat en cascun dret, / conselher deudit senhor, los nomis connomis(?) deus quoaus per / lodit mestre Ramon de Domeec, secretari qui parelhament en / retengo instrument fon descruitz et expecifficatz.

            Item et per despuixs cascun de lasdites gentz agon conget / de sen anar a lors maysoos per causa de la festa, entroo / au jorn apres la festa de cap de an au quoal vengon / (fº4v) lasdites gentz et cum mossenhor d’Andonhs, sennechal de Bearn, no / fosse arribat a causa deu desces de madamisele sa molher / sté concludit que lo fosse tremetut ung deux sindicxs per / que vengosse et que fosse expectat aixi que fo feyt.

            Et lo dimenge apres val deudit mees de janer et lo diluus, / dimartz et autres consequens per lasdits gentz fo comunicat que / jassie lodit senhor rey agosse prometut et jurar thenir ladites / gentz en fors, costumes, privilegis, franquesses et libertatz / que per melhor star asseguratz ly fosse supplicat que plagosse / expressamentz confirmar los priuilegis et autreyar a cascun borc, / val, ville et loc expresse patenta dequero.

            Lo que apres que audit senhor rey fo stat remostrat et supplicat / per sa magestat fo concedit et autreyat et per lodit secretari de / son mandement fon liurades lasdites patentes signades et sagerades / a cascun borc, val, ville et loc.

Álvaro Adot

Casa de Velázquez

ITEM EA 3002 (Université de Pau et des Pays de l’Adour)

Note:

[1] ADPA, C 680, f.146r-v, session d’avril 1520, à Pau, sous la présidence du roi de Navarre. Acte publié et commenté par Henri COURTEAULT, Le livre des syndics des États de Béarn, deuxième partie. Paris/Auch. Honoré Champion/Léonce Cocharaux, p. 179-181

[2] ADPA, C 680, f. 153r-v, session de juillet 1521, à Navarrenx, sous la présidence du roi de Navarre. Acte transcrit et commenté par Henri COURTEAULT, Le livre des syndics…p. 190-193. La commune de Saint-Michel fait partie du canton de Saint-Jean-Pied-de-Port.

[3] ADPA, C. 681, f. 3r-5v. Traduit en français par Charles DARTIGUE-PEYROU, La vicomté de Béarn sous le règne d’Henri d’Albret (1517-1555). Faculté des Lettres de l’Université de Strasbourg, 1934, p. 543-547

[4] https://chateau-pau.fr/grand-salon

[5] Même si Alain d’Albret, avait fait et prêté serment aux dits États en nom d’Henri II, en qualité de tuteur y curateur, en 1517, les États de Béarn ont demandé à leur seigneur de prêter le serment en personne, de la même façon que l’avaient fait les précédents seigneurs de Béarn. Une copie de l’acte du serment réciproque d’Alain d’Albret et les États de Béarn, datent du 31 mars 1517, se conserve aux Archives départementales des Pyrénées Atlantiques (ADPA, B 107). Il a été transcrit par León CADIER, Les États de Béarn depuis leurs origines jusqu’au commencement du XVI siècle. Paris, Alphonse Picard (éd.), 1888, p. 449-452

[6] Pau, 01/05/1522. ADPA, dépôt vallée d’Ossau AA10

[7] [Pau] 23/10/1523. ADPA, BB 40, p. 66

[8] Pau, 03/03/1523. ADPA, E 362

[9] En haut du folio et écrit d’autre main: « Decembre et jener l’an mil Vc XXI. »

[10] Mention d’une autre main dans la marge gauche : Jurament deu rey Henricq aus Estatz.

[11] Mention d’une autre main dans la marge gauche : Jurament deus Estats au rey.


Vous aimerez aussi...