La última gran ofensiva de los reyes Juan de Albret y Catalina de Foix: Las instrucciones de diciembre 1515 remitidas al mariscal Pedro de Navarra, embajador en Roma

Entre las actas reales emitidas entre 1513 y 1515 por Juan de Albret y Catalina de Foix, cuyo principal objetivo fue obtener del papa León X la anulación de la bula de excomunión emitida contra ellos por Julio II así como su compromiso de abogar por la restitución de Navarra a los soberanos Albret, se encuentran aquellas cartas e instrucciones que fueron transcritas y estudiadas de manera brillante por el padre Tarsicio de Azcona, entregadas a sus embajadores Bernard de Vespalia y Paul de Béarn, abad del monasterio de Boulbonne[1]. Además de dicha documentación existió otra acta de notable interés firmada por los soberanos navarros a mediados de diciembre de 1515.  Se trata de unas instrucciones remitidas a su embajador en Roma, el mariscal Pedro de Navarra, conteniendo los pilares principales entorno a los que debería construir su actividad diplomática ante la santa sede y el papa León X[2].

Estas instrucciones son el objeto de esta presente publicación, realizada en el marco del proyecto internacional ANR – Actes royaux de Navarre (XVe – XVIe siècles). Destacamos que su contenido es más elaborado que el incluido en las redactadas en 1513 y entregadas Paul de Bearne, fruto sin duda de un estudio y reflexión de fuentes de derecho canónico inexistentes en las instrucciones de 1513 escritas pocos meses después de la excomunión emitida contra los reyes de Navarra por Julio II[3]. De este modo, consideramos que las principales aportaciones de las instrucciones fruto de este artículo, conciernen a la presencia en las mismas de alusiones a la Biblia como fuente principal de autoridad así como otros textos de derecho canónico, incluidos en  diversos capítulos, teniendo entre sus principales objetivos justificar la nulidad jurídica de la citada bula de excomunión, en base tanto “a derecho divino, canónico como civil”.

Las instrucciones se abren con un capítulo introductorio en el que los reyes encargaban a su embajador que felicitase al papa por su implicación en la paz alcanzada entre Enrique VIII de Inglaterra y Francisco I de Francia. Dicha felicitación no era gratuita, ya que servía de excusa para que el mariscal demandase al “santo padre” que mantuviese su esfuerzo en “pacificar todas las diferencias existentes entre los príncipes cristianos”, evidentemente aludiendo al conflicto existente entre los reyes de Navarra y el rey de Aragón relativo al reino de Navarra.

Seguidamente y del mismo modo que sucede en las instrucciones redactadas hacia junio de 1513, estudiadas por Tarsicio de Azcona[4], se incluye un breve relato histórico con objeto de demostrar que las casas de Navarra, de Bearne y de Foix siempre defendieron y dieron un firme apoyo a la iglesia católica sin haber faltado jamás a la obediencia del papa de Roma. De este modo, y comenzando por el territorio de mayor importancia, Navarra, se citan a varios reyes que defendieron personalmente a la iglesia contra los “infieles”, incluso llegando a morir al emprender dicha defensa, como fue el caso del rey Teobaldo I. Su apoyo no se limitó a la “lucha” contra los musulmanes sino también en el apoyo a los papas frente a los cismas, destacándose el caso del “gran cisma” de Occidente, en el que según el contenido de las instrucciones, el cardenal Pedro de Foix ejerció un determinante papel en la conclusión del mismo y la vuelta a la iglesia de Avignon, Venecia y otros territorios.

En consecuencia a lo expuesto previamente, Pedro de Navarra debía demandar a León X que aceptase la obediencia de los soberanos navarros, que ya presentaron anteriormente, a inicios de 1500, al papa Alejandro VI por el “reino de Navarra y el país de Bearne”, por medio del embajador Juan de Beaumont, prior de la orden de Jerusalén en Navarra, que viajó a Roma junto a Fernando de Baquedano, maestro de finanzas y miembro del Consejo ordinario de Navarra[5]. Si el papa León X no aceptase la obediencia brindada en 1515, el mariscal debería remarcar la injusticia de la ocupación de Navarra por el “tirano” Fernando el Católico así como la invalidez de la bula de excomunión emitida por Julio II contra los Albret. Si León X alegaba que no podía aceptar dicha obediencia al haber aceptado ya el juramento de obediencia de Fernando el Católico, el mariscal presentaría queja dejando claro que la obediencia del rey de Aragón, como se alude a Fernando el Católico, no era otra cosa que la de un tirano “detentor por tiranía” del reino de Navarra. Por ello, el mariscal debía insistir en que dicha obediencia carecía de validez jurídica, y para demostrarlo acudiría en un primer momento al derecho canónico, concretamente a textos de importantes juristas medievales como el tratado sobre los tiranos de Bartolo de Sassoferrato y el Decernimus de Baldo.

Si el papa mantenía su negativa argumentando que los reyes de Navarra porque habían sido cismáticos, el embajador navarro respondería que Juan de Albret y Catalina de Foix nunca fueron tal cosa ya que no participaron en el Concilio de Pisa. Al respecto resulta interesante añadir el énfasis que se da en las instrucciones a la idea relativa a que no se encontraría ninguna prueba de la participación en dicho Concilio ni por parte de los reyes ni por parte de sus súbditos de Navarra y del señorío de Bearne, dos territorios “donde (dichos soberanos) tienen autoridad suprema”. Y si el papa quisiera fundar su negativa en la alianza política entre los reyes de Navarra y Luis XII de Francia, considerado el autor y jefe de dicho concilio de Pisa, el mariscal respondería primero que sus soberanos no sabían que eso fuese cierto y que lo único de lo que tenían certeza, era de que el rey de Francia era “Rey Cristianísimo”, título por cierto, concedido a los monarcas franceses por los propios papas. Además, Pedro de Navarra incidiría en demostrar que la alianza con Luis XII fue establecida con objeto de defender el reino de Francia, algo a lo que estaban obligados los Albret-Foix-Béarn en su condición de vasallos del rey francés por sus territorios que formaban parte de la Corona de Francia, especialmente por aquellos que poseían en la Guyena, territorio amenazado de ser invadido por tropas inglesas.

De este modo, no era cierto que entre los objetivos de la alianza franco-navarra fuese el de atacar al papa y a sus territorios. Del mismo modo, para que no quedase duda de la naturaleza de la alianza, el mariscal también expondría que tampoco se trataba de una confederación contra Fernando el Católico, ya que como se expone expresamente en las alianzas, de las que el mariscal tenía una copia, se mantenían las alianzas firmadas años antes con los reyes de Castilla-Aragón, lo que significaba que los reyes de Navarra negarían oficialmente el paso de tropas francesas por sus territorios soberanos.

El resto de capítulos incluidos en las instrucciones se centran principalmente en demostrar en base a otras fuentes de derecho, la nulidad de la excomunión desde el plano jurídico ya que según los juristas de la monarquía navarra dicha excomunión carecía de validez jurídica en base “tanto a derecho divino, canónico como civil”. El argumento principal consiste en que el derecho canónico del mismo modo que el derecho civil exige que la parte acusada sea citada a comparecer de modo que sean escuchadas y examinadas sus alegaciones, antes de ser emitida sentencia. Para probar este principio, en las instrucciones se acude a textos eclesiásticos y de derecho canónico, entre los cuales se citan en un primer momento textos del antiguo testamento de la Biblia contenidos en el Génesis, con los que se trataba de demostrar que “la escritura divina es doctrina” y ella exige no proceder contra ningún criminal sentenciando y ejecutando penas a su delito, sin haber sido escuchada previamente su defensa

En los siguientes capítulos, Pedro de Navarra debía de transmitir la opinión de juristas de la época, no solo de aquellos al servicio de los Albret, relativas a que las sentencias emitidas por un papa o por un príncipe contra cualquier persona, sin haberla citado a declarar previamente, eran nulas y por ende “de nula eficacia y valor” al vulnerar el principio de defensa del acusado, siendo la citación “de derecho divino así como de derecho natual (de droit divin ainsi que de droit naturel).

Para finalizar, y a consecuencia de todo lo expuesto, el embajador Pedro de Navarra debía  solicitar al papa que cumpliera con su deber y descargara su conciencia “como un buen para debe hacer”, emitiendo una censura eclesiástica contra Fernando el Católico por la que le obligase a restituir el reino de Navarra a sus verdaderos reyes. El embajador aprovecharía también para decir al papa, en caso de que éste no quisiese declarar nula la bula de excomunión, que los reyes Albret aceptarían que  el tribunal de la Rota se encargase de iniciar y sentenciar un pleito sobre el conflicto entre ellos y el rey de Aragón, pero siempre y cuando el reino fue entregado a  los reyes de Navarra antes mismo del inicio del juicio.

A modo de conclusión exponemos que una vez analizado el contenido de las cláusulas de estas instrucciones remitidas por los reyes de Navarra a su embajador Pedro de Navarra, solamente queda decir que el objetivo de las mismas, ya expuesto en diversas ocasiones en el transcurso de este estudio, no fue el esperado, teniendo en cuenta que a día de hoy no tenemos ningún indicio por el que podamos afirmar que León X anuló la excomunión emitida por su antecesor contra los soberanos Juan de Albret y Catalina de Foix. Más bien, importantes piezas del puzzle indican más bien lo contrario. Al respecto mencionamos la “implícita” confirmación realizada por León X de las bulas emitidas por Julio II a favor de Fernando el Católico, y la nula mención a los reyes de Navarra en el  V Concilio de Letrán, que puso fin al cisma reconciliando al papa con Luis XII de Francia, con cardenales que habían sido “cismáticos” y estados europeos que apoyaron el cisma[6]. En segundo lugar una importante pieza del puzzle es la inexistencia en los dos grandes inventarios realizados en el siglo XVI de la documentación conservada en los archivos del castillo de Pau, de mención alguna a documentos remitidos por el papa León respondiendo a las demandas expuestas por estas instrucciones[7]. No obstante, juzgamos de interés la realización de nuevas investigaciones en los Archivos Vaticanos, que puedan aportar luz a la oscuridad documental relativa a las posibles respuestas dadas por el papa León X a la embajada del mariscal Pedro de Navarra.

Instructions de Catherine de Foix et Jean d’Albret à Pedro de Navarre, son ambassadeur auprès du pape Léon X, demandant l’annulation de l’excommunication émise par Jules II (Pau, le 13 décembre 1515)

Source : Pau, AD Pyrénées-Atlantiques, E 556/8

Mémoires et instructions…, f°1r°.

Memoires et instructions de par les roy et royne de / Navarre, envoyees à leur mareschal de Navarre / touchant ce qu’il aura à faire pour lesdits seigneurs / en court de Rome.

Et premierement, presentees les lettres missives desdits seigneurs au / sanct pere et faictes deues recommendations ainsi qu’il appartiend / ledit seigneur mareschal dira et declairera à Sa Sancteté la grande joie / et plaisir qu’ilz ont eu de ce qu’il a pleu à Dieu d’appeller et colloquer / le dit sanct pere au sanct siege apostolicque ainsi que lesdits seigneurs / par si devant et des incontinent qu’ilz sceurent sa promotion luy /  ont faict assavoir et notifier par messire Berard de Vespallia / leur serviteur et conseiller, lequel fut envoyé à Romme devers / ledit sanct pere, pour luy remonstrer ce dessus et pour luy offrir toute obeissance et service au nom desdits seigneurs.

– Item. Et que si lesdits seigneurs ont eu grand joie et plaisir / quant ilz ont ouy la susdite promotion au sanct siege apostolicque / de la personne dudit sanct pere à cause du bon bruyt et renomee / que ledit sanct pere a eus tousjours d’estre de vertu consummee / et grandissim zelateur de justice encores ont eu plus grande / joye et plaisir quant ilz ont veu et entendu par effect l’execution / de vertuz et justice qui ledit sanct pere a faicte en mectant / pacification et union entre le roy tres chretien de France et le roy / d’Angleterre, anciens ennemiz pour le differend desquelz toute / chretienté estoit esmue et en grand dangier de supporter maulx / infiniz et que Dieu omnipotent ne fut servy veneré et observé / ainsi qu’il est requiz et s’appartient, confiant lesdits seigneurs / aussi que puis que audit sanct pere a pleu mectre ladite pacification, / union et concorde entre les susdits royes de France et d’Angleterre / que en la mesme sorte luy plairoit pacifier tous differens qui / estoient et sont entre les princes chrestiens, ainsi qu’il a pleu à sa / [f°1v°] sancteté remonstrer et declairer par sez lectres envoyees / par luy ausdits roy et royne de Navarre lesquelles luy furent / envoyees et portees par ledit de Vespallia desquelles lectres / ledit mareschal à l’original.

– Item luy dira et remonstrera comme leurs predecesseurs / roys de Navarre, seigneurs de Bearn et contes de Foix ont toujours / maintenu et soustenue la foy catholicque et pour icelle et pour / la defence de la chrestienté se sont miz en poinct et en armes dont /aucuns en sont mortz, comme le roy Theobalde, roy de Navarre et / conte de Campaigne, lequel du temps du roy Sainct Loys s’en alla / contre les infideles et après gestes magnifiques par luy faiz contre ledicts infideles auprés de Cartage morut faisant la / guerre au roy de Tonys en laquelle guerre ainsi morut sainct / Loys roy de France.

– Item. Et aussi après la mourt dudit Theobalde par succession / de temps vint a regner au royaume de Navarre Phelippe / conte de Evrex, lequel fist la guerre pour la defence de la / Chrestienté contre le roy de Granade, infidèle ou il demeura / longtemps et y supporta beaucoup de charges.

– Item, et auperavant los susdictz roys de Navarre, un roy de / Navarre nommé Sancho avecques grand nombre de gens d’armes / s’en alla en Castille ou avoit grand nombre de infideles pour / invader les royaumes des Espaignes, possedez et detenuz alors / par les chrestiens, lesquelz infideles c’estoient enparquez, et / pour la munition de leur camp avoient grand quantité de / cheines de fer tout au tour de leur camp, mais icelles non /obstant ledit roy de Navarre donna sur ledit camp des infideles / et tellement combatit contre eulx qu’il les desfit et obtint / [f°2r°] victoire. Et aprés eue ladite victoire en commemoration d’icelle et / affin de inciter sez seccesseurs à la defence de chrestienté print par / sez armes les cheines en memoire desdites cheines des infideles, et / à cause desdites armes qui ont fait les roys de Navarre contre les / infideles et de la victoires qu’ilz ont obtenue contre eulx, les / roys de Navarre ont ce privilege qu’ilz sont oingtz, couronnez et / sacrez.

– Item. Esdits seigneuries de Foix et Bearn qui sont desdictz roy et / royne de Navarre y a eu plusieurs seigneurs lesquelz ont tousjours / mantenu et soustenu la foy catholicque. Et entre les autres messire / Raymond Rodger lequel en l’an mil cent quatre vingtz et huyt/ s’en alla avecques plusieurs autres seigneurs et princes pour / faire la guerre contre les infideles et à puissance d’armes / gaigna la cité de Dacia.

– Item. Messire Roger, conte de Foix du temps du roy Sanct Loys s’en /alla avecques luy contre lesdits infideles là où il fut prisonnier / et après se rechapta là où luy convint employer pour son rechapt / une grande somme de diners et après envoya son filz Rodger Bernard / contre lesdits infideles avecques plusieurs princes et seigneurs / lesquelz infideles avoyent occupé Anthioce, Othe et Triphe, et / plusieurs autres terres des chrestiens, et messire Gaston, seigneur / de Béarn estoit conducteur et maistre de l’artillerie.

– Item, du temps de Charles Martel par le commandement de pape / Gregoire le seigneur de Bearn s’en alla contre lesdictz infideles / où il se porta si vaillamment que par raison de sez gestes / magnificques contre les infideles il obtint la presentation des / benefices qui estoient es terres et seigneuries des chevaliers / et seigneurs qui estoient en sa compaignie et aussi obtint / les dismes par lesdictz chevaliers et leurs succeseurs. Lesquelz / aujourduy tiennent et possedent lesdictz successeurs, lesquelz / l’on appelle audit pais de Bearn abbez laiz.

– [f°2v°] Item. Messire Pierre, filz de messire Archambaud et madame / Ysabel contes de Foix et seigneurs de Béarn, lequel fut / cardinal du temps qui le grand scisme estoit en l’esglise / entre Pierre de Lune qui se faisoit nommer pape Benoit XIIIme / et Gregoire XIIme, lequel scisma avoit duré longtemps en / l’esglise après la declairation du concile qui fut tenu à Pise / l’an mil quatre cens et dix, faicte declairation de la deposition / dudit Pierre, ledit cardinal de Foix poursuyvit ledit Pierre de / Lune et sez complices et les gecta hors d’Avinhon là où il / tenoit son siège et avecques l’ayde du conte Johan, son frere / seigneur de Béarn, reduict et retourna à l’obeissance de l’esglise / la cité d’Avinhon, Venize et plusieurs autres terres et seigneurries.

– Item. Selon les hystoires des maisons de Navarre, Bearn / et Foixs, se trouvera que les seigneurs desdites seigneuries / ont tousjours maintenu et soustenu l’esglise et pour icelle / maintenir et entretenir ont faict grands freiz et mises / et aucuns en sont morz, et ne se trouvera jamais que les / seigneurs desditz seigneuries predecesseurs desdictz roy et royne / qui sont à present, soyent allez contre l’esglise et en iceulx / ensuyvant lesdictz roy et royne qui sont à present ont esté / tousjours et sont comme filz de l’esglise obeyssans à icelle / sans ce que jamais ayent faict chose par laquelle l’on / les puisse inputer qu’ilz ayent esté desobeyssans, mais / tousjours obeissans et en vouloir de mectre et exposer leur / estat, personnes et biens pour maintenir et soustenir le bien / honneur et proufit de ladite esglise.

– Item. Et pour monstrer le bon vouloir que lesdictz seigneurs / ont toujours eu et ont dés à present au sainct siège apostolicque / des l’an mil cinq cens ou moys de fevrier envoyerent messires / Johan de Beaumont, leur serviteur, vassal et procureur pour / [f°3r°] faire et prester l’obeissance deue par lesdits seigneurs au sainct / siège apostolicque, laquelle obéissance fut receue ainsi qu’il peut / apparoir par les regestres de la court de Romme.

– Item. Et pour monstrer aussi le bon vouloir que lesdictz seigneurs / ont audit saint siège apostolicque ainsi que dit est, après ce qu’ilz / furent informez que le sainct pere qui est à present estoit promeu / au siège de Saint Pierre, ilz envoyerent ledit de Vespallie avecques / leurs lectres luy notifiant comment ilz estoient obeissans à luy / et avoyent deliberé le plustot que leur seroit possible envoyer / gens devers sa sancteté pour luy prester l’obéissance qui lesdits / seigneurs sont tenuz de luy prester pour raison de leursdit royaume / de Navarre et pais de Bearn, et que par lors ne leur avoit esté / possible d’envoyer lesdites gens en forme deue à cause desdites guerres. / Mais le fisrent offrir que si ledit sainct pere vouloit accepter / ladite obéissance par ledit de Vespalie qu’il la feroit, offrant icelle / prester en forme deue là et quant les gens desdits seigneurs / pourroyent avoir leur acces à Romme. Afin de tousjours soy / mectre mieulx en leur devoir.

– Item. Luy dira comment lesdictz roy et royne par cy devant eussent / envoyé aucun personnaige pour prester ladite obeissance in forma / si n’eust esté à cause des guerres et autres empeschemens qu’ilz / ont euz pour quoy suppliera ledict mareschal audit sainct pere / qu’il ne luy desplaise dire que lesdits seigneurs ont tant differé / a prester ladicte obeisance, car la cause du delay ont esté lesdicts / empeschemens et que soit son bon plaisir à present de l’accepter, laquelle / ledit seigneur mareschal luy fera en sensuivant le pouvoir à luy baillé / duquel appert par sa procure à cez fins faicte.

– Item. Et si le cas estat que le saint pere ne voulsist accepter ladite obeissance à cause que à present ledit roy d’Arragon possede / [f°3v°] et detient ledit royaume de Navarre et qu’il en a presté l’obeissance / au pape. A ce sera dit et respondu que ce non obstant ledit sainct / pere doit admectre lesdits roy et royne à prester ladite obéissance / comme il soit tout notoire que ledit royaume appartient à eulx / et icelluy ont tenu et possedé par l’espace de trente cinq ou quarante /ans, saichant voyant et en rien ne contradisent Immo In omnibus / aprouvant ledit roy d’Aragon.

– Item et sont en possession lesdits roy et royne d’estre receuz et / admiz à faire ladite obeissance par les saints peres pour raison desdites / terres ainsi qu’il peut apparoir par les regestres de Romme / et mesmement par iceulx peut apparoir comment dés l’an mil cinq cens et ou mois de février ilz furent admiz par le sainct pere / Alexandre sexte, auquel don Johan de Beaumont presta ladite obeissance / et en icelle ne doyvent avoir aucun empeschement.

– Item, de dire que ledit roy d’Arragon ait presté aucune obéissance / au sainct pere pour raison dudit royaume de Navarre n’y a aucune / apparence et cela ne peut nuyre ne empescher que lesdits roy et / royne ne soient receuz à prester ladite obéissance, car il est tout certain que si ledit roy d’Arragon a presté ladite obéissance il l’a / prestée comme occupateur et detenteur par tyrannie dudit royaume / comme en icelluy n’ait aucun tiltre. Or est il que touteffois et / quants, que aucune chose est faicte par ung tyrant, advenant le / vray seigneur les choses faictes par ledit tyrant doyvent estre / cassees et adnullees par la Loy Decernimus[8] C[capitulus] de Sacrosantis Ecclesiis. / Et ainsi le tient Bartolo et Baldo en la dite loy Decernimus. Encores / que est plus fort si aucun par tyrannie occupe aucune chose / appartenant à aucun, et depuis ledit tyrant demande icelle aux / superieur ou superieurs lesquelz superieur ou superieurs le y / octroyent telle concession et octroy, soyt par le pape, empereur / ou autre seigneur ne peut nuyre ne prejudicier au vray seigneur / [f°4r°] et ainsi le tient le Baldo en ladite loi Decernimus, et de ce est texte /et ainsi note au XIme livre du chapitre en la loi Si qua loca de fundis / et salti rei domi.

– Item. Reception d’hommaiges et exhibition de cens et autres tributz / ne peuvent pourter aucun prejudice au vray seigneur si tels exhibitions / d’hommaiges et de cens ce font sans ce que les vrays seigneurs le / saichent et ny consentent. Ainsi qu’est escript en la loi Censualis / et en la loy Si functiones C. de dona. Or est-il ainsi que si ledit roy d’Arragon a esté receu à faire aucune obeissance audit saint pere / icelle obeissance ne pourroit porter aucun prejudice ausdits roy et royne / de Navarre qui sont vrays seigneurs dudit royaume, lesquelz n’ont / consenti ne sceu jamais que telledite obeyssance ait esté prestee. Et / par ainsi doivent estre admis à faire ladite obeissance.

– Item. Et mesmement que quant est question entre deux vassaulx / contendans d’ung mesme fief, ung chacun d’eulx doit estre admis / à faire l’hommaige et jurament de fidelité avecques clause qui / l’on a acoustumé de mectre es lectres des hommaiges. C’est / sans prejudice du seigneur et d’autruy. Ce que ce fait affin / que si l’on n’admectoit tous deux les contendans audit hommaige / mais l’ung tant seulement, pourroit advenir que celluy qui auroit / le droit n’auroit esté admiz audit hommaige l’on luy prendroit / son fief pour faulte de non avoir faicte la foy et hommaige.

– Item. Et s’il estoit ainsi que le pape dit et declairast qu’il / ne peut ne doit admectre lesdits roy et royne de Navarre à luy / faire l’obeissance pour ledit royaume de Navarre pour ce et / à cause que lesdits roy et royne de Navarre ont esté scismaticques / et que pape Jule a faicte donnation de leurdit royaume audit / roy d’Arragon, à ce pourra respondre le dit seigneur mareschal que / jamais lesdits roy et royne ne furent scismaticques, mais toujours [f°4v°] ont demeuré en l’union de saincte mere esglise et en icelle sont / deliberez vivre et mourir. Et quant au concile dernier / commencé à Pyse et translaté à Milan, à cas s’en face aucune / mention pourra asseurer ledit seigneur mereschal que jamais / lesdits seigneurs roy et royne n’aprouverent ne consentirent directement / ou indirectement audit concile, ne se trouvera que leurs subjectz / desdits royaume de Navarre et seigneurie de Bearn où ilz ont / auctorité suppreme soyent allez querir aucune expedition audit concile. / Mais ont eu recours pendent ledit concile au pape Jule dernier / decedé, lequel a esté obey esdites terres et seigneuries sa vie durant / comme en la cité de Rome, non obstant ledit concile. Ainsi que le tout / peut apparoir par les regestres des cours desdites terres et seigneuries / ou les actes des productions des provisions apostolicques faictes audit temps sont inserez.

– Item. Et s’il estoit ainsi que l’on se voulsist fonder sur ce / que lesdits roy et royne de Navarre eussent faicte alliance / avecques le roy de France Loys XIIme dernier decedé, lequel / l’on reputoit auteur et chief dudit concile de Pyze, et par / consequent scismaticque, à ce pourra dire ledit seigneur mareschal / qu’ilz ne sceurent jamais que ledit roy de France ait esté / scismaticque mais catholicque et trés chrestien. Et que au regard / de l’alyance qu’ilz ont faicte avecques ledit roy pour raison / d’icelle l’on ne peut rien imputer ausdits roy et royne de / Navarre.

– Item. Car il est tout certain que une partie des biens qui / les roy et royne de Navarre ont iceulx, tiennent soubz / l’obeyssance et fidelité de la couronne de France, par quoy / eulx requiz par ledit roy leur souverain touchant aucunes / desdites terres et seigneuries que par raison des autres / qui ne recongnoissent superieur, voulsissent faire et traicter / alliance et confederation avecques ledit roy Loys XIIme, ilz / [f°5r°] ont eu cause et occasion de vouloir condescendre et obtemperer à son / vouloir, mesmement que par lors estoit question que l’on / vouloit occuper la Guyenne où lesdits seigneurs roy et royne / de Navarre ont plusieurs terres et seigneuries, pour l’atuition / desquelles ilz devoyent condescendre à faire ladite alliance et / confederation.

– Item, par icelle alliance ne peut on pretendre aucunement que / lesdits roy et royne soyent allez contre le sainct siège apostolicque / mais expressement appert par icelle qu’ilz n’entendirent / jamais pourter aucun dommaige au sainct pere ne faire chose / contre luy ne contre sez terres et seigneuries, car expressement / fut dit, conclud et accordé que lesdits roy et royne faisoient / ladite alliance pour subvenir et secourir audit roy de France / touchant la tuition, garde et defence de son royaume tant seulement / ainsi que nommeement est contenu es lectres desdites alliances. Et / pour faire apparoir de ce, pourra ledit seigneur mareschal monstrer le / double desdites alliances.

– Item. Et aussi ledit roy d’Arragon n’a eu aucune cause et occassion / de faire aucune chose contre lesdits roy et royne pour raison / de la dite alliance et confederation. Mais à cause d’icelle alliance / estoit tenu et obligé à faire plaisir audits roy et royne de Navarre / et les secourir et ayder quant on leur eut voulu porter / aucun dommaige, pour ce que esdites alliances faictes avecques / le roy Loys est faicte expresse mention que les alliances / qui estoyent entre lesdits roy et royne de Navarre et le roy / d’Aragon demeureroient en sa force et valeur, et par ainsi au / moyen desdites alliances les terres dudit roy d’Arragon estans / delà les mons Pyrennees estoient mises en seurté et que / par les terres et seigneuries desdites roy et royne de Navarre / ne povoyent avoir aucun dommaige, ainsi que nommeement / est contenu es lectres desdictes alliances, comme en / pourra faire apparoir ledit mareschal par le double / [f°5v°]  des lectres desdites alliances, lequel double luy a esté envoyé / ainsi que dit est. Et par ainsi appert que pour raison / de ladite alliance l’on n’a peu ne deu faire aucune chose / contre desdits roy et royne de Navarre.

– Item. Et posé hors que lesdits roy et royne de Navarre / eussent esté scismaticques, ce que ne vouldroyent pour / tout le monde, si neust pas esté loysible de proceder / contre eulx sans les appeller, cum tant de droit divin, / canonic que civil, un crimineux auperavant que / l’on procede contre luy, en executant doyve estre ouy, examiné / et convencu du crime, ainsi qu’il est escript primerement / en la Byblie en l’Ancien Testament ou Genese au ters / chapitre, là  où il est dit Adam ubi es? Et au XVIIIme / chapitre dudit Genese où est escript aussi d’iceulx de Sodome / et Gomorre, Descendum et videbo si clamorem qui ad me / venit opere compleverint, lesquelles parolles sont / escriptes, en le chappitre Qualiter et quando in II. De accusa. / et aussi De villico iniquitatis est escript livre XVI Redde ratione villicationis tue, laquelle escripture divine nous est / doctrine, de non proceder contre aucun crimineux en executant / la peché d’Adam et celluy desdites Sodome et Gomorre, et pa/reillement celuy de villico iniquitatis fut à Dieu notoire. Ce / non obstant, il ne voulut proceder contre eulx auparavant / qu’ilz fussent ouyz et convencuz du crime. Nous baillant / exemple que nous ne doivons proceder en justice avecques / precipitation et sans ouyr les parties, et à ce est / conforme ce qui est escript au sanct decret au chappittre / Deus omnipotens II q I.

– Item. Pour cause de ce que l’on doit estre appellé pour / [f°6r°] soy deffendre et que deffence est de droit de nature, le pape / ou le prince n’ont aucune puissance d’icelle defence ouster ainsi / qu’est texte formel en la Clementine Pastoralis de sentent et re iudicat / in Cle. Et ainsi le tient Felin. audit C. Qualiter et quando / in II de accusa. Et cardi. Et io de Iuro. In d. Cle. Et le / Panor ou c. v de causa pos. et proprie, et au c. Venerabilem. De / cler. Par quoy fault que quant on procede contre aucun / qu’il soit appellé.

– Item. Et en ensuivant ce dessus dient et tiennent les docteurs que / la sentence baillé par le pape ou par le prince contre aucun sans / l’avoir cité ne ouy est nulle et de nulle efficace et valeur. Et / est autant que s’il n’avoit esté donnee et ainsi ne tiennent lesdits docteurs. Et de ce est texte. Iuncta glo en la L. C. de Legi. / la où Bal. tient, que la sentence du prince est nulle si elle / est baillée sans avoir cité partie. Et jaçoit que le prince / ait puissance de ouster les solemnités qui sont requisez de droit / positif, ne fait pas icelles que sont de droit naturel, comme / est la citation, laquelle concerne la defence, laquelle defence / est de droit divin ainsi que dit est, et de droit naturel ainsi / que aussi est texte en la loi III au S. Si ad diem ff de re mili. / Et pour ce dit le texte au C.I. defendo sine cul. Non amitten. In usi. feu. / Que le vassal ne peut estre privé du fief par le prince au/paravant qu’il soit convencu de la coulpe.

– Item. Et que est plus fort quant ung personnaige auroit / commis aucun crime et que pour raison d’icelluy il fut privé / ipso iure de tout son bien, si ne pourroit ne devroit l’on prandre / sondit bien jusques à ce qu’il y auroit eu sentence déclaratoire / contre tel crimineux. Et de ce est texte formel au c. Cum secundum de hereti LVI, là où il est dit que jaçoit / que les biens d’ung hereticque ou scismaticque soyent confiscquez / pour raison desditz crimes. Ce nonobstant l’on ne peut prandre / [f°5v°] iceulx auparavant qu’il soit declairé que icelluy crimineux / a commis lesdits crimes. Et ainsi le tiennent Pedro de Ancara / et Dominic. et Philip. Franc, et les autres docteurs audit c.

– Item. Si que esdit cas soit necessaire que la partie soit appellée / et que y ait sentence déclaratoire auperavant que l’on face / aucune execution ainsi le tient Bal. audit c. de feudo sine culpa  / non amittendo et Marianus au c. inde deinde et Cardi in Cle. ca. / de sequestra posses et fruc versi siquis autem et bar in l. / cuis qui delatorem ff de iure fisci Io an In c I de homici et / Fely in c Rodulphus de Rescrip., parquoy appert que / si l’on a faicte aucune procedure contre lesdits roy et royne / de Navarre touchant leur dit royaume, que la procedure seroit / nulle et de nulle efficace et valeur veu qu’ilz n’ont esté appellez / ouyz ne convencuz de aucun crime. Et per consequent telledite / procédure ne doit empescher que l’obéissance qu’ilz ont deliberé / de prester audit sanct père ne soit receue.

– Item. Et si estoit dit que pape Jule fit donnation dudit / royaume de navarre audit roy d’Aragon pourra respondre / dedit seigneur mareschal que telle donation auroit esté faicte / sans appeller la partie et per conséquent nulle. Parquoy / suppliera ledit seigneur mareschal audit sanct pere vueille accepter / ladite obeissance et revocquer ladite donnation à cas d’aucune / en puisse apparoir.

– Item. Cum soit ainsi que entre iceulx qui ne recongnoistrent / aucun supérieur de droit l’on doit avoir recours au saint pere / mesmement en matière nutritive de peché pour luy supplier / face faire son devoir à ung chacun en rendant ce qui n’est / à luy, et deschargera sa conscience ainsi comme ung bon père / faire est tenu. Pour ce suppliera ledit seigneur mareschal audit [f°7r°] sanct pere qu’il vueille exorter et admonester sub censuris ecclesiasticis / audit roy d’Arragon de rendre et restituer ausdits roy et royne de / Navarre leurdit royaume, affin de descharger sa conscience et que justice soit faicte, sans ce qu’il y ait effusion de sang. Et / en ce faisant feral edict sanct pere cause et occasion de eviter / mille maulx qui si poirroient commectre si leur fault recouvrer / leurdit royaume par force et puissance d’armes, et fera chose / à Dieu plaisante et agréable ausdits seigneurs pour raison de laquelle / luy demoureront obligez à perpetuité à fair et accomplir ce que / par sa sancteté leur sera commandé. Ce que feront de trés bon cueur.

– Item. Et s’il estoit ainsi que le saint père ne voulsist proceder / en declairant nulle ce que auroit esté faict contre lesdits roy / et royne, eulx non appellez ne ouyz …uis sit notorium et / manifestement puisse apparoir de ladite nullité ainsi que dessus est dit / et qu’il voulsist commectre la cause aux auditeurs de la Roe / ou qu’il en voulsist prandre congnoissance, fera offre ledit sseigneur / mareschal audit sainct pere que lesdits roy et royne confians / de la vertu et justice de sa sancteté pour tousiours se mectre / meulx à son devoir seront contentz que ledit sanct pere ou / les auditeurs de la Roe praignent congnoissance du different / qui est entre lesdits roy et royne de Navarre et le roy d’Aragon / touchant le royaume de Navarre, pourveu que auparavent / lesdits roy et royne de Navarre soient reintegrez et restituez / en la possession et joyssance de leurdit royaume, ainsi qu’ilz / estoient du temps que ledit roy d’Arragon leur y occupa et / print par force et violence. Et prouveu aussi qu’ilz soyent / reintegrez et reparez de tous dommaiges et interestz qu’ilz ont / supporté pour raison de ladite violance et occupation, ce que est / de raison et justice et de toute disposition de droit, lequel / veult et ordonne que iceulx qui ont esté despoillez et desquelz / l’on a occupé leur bien soyent reintegrez et restituez auparavant / qu’ilz soyent contrainctz ne tenuz entrer en jugement pour ce que / [f°7v°] eulx privez et espoliez de leurs biens ne se sçaroyent ne pourroyent / defendre comme estans sans armes pour soy garder et deffendre / et de ce dessus y a plusieurs textes tant en droit canon que civil / et en ce aussi se concordent tous les docteurs tant canonistes que / legistes. Pourquoy suppliera ledit seigneur mareschal audit sanct père / qu’il soit son bon plaisir vueille mander audit roy d’Arragon que / la dite restitution ce face ainsi que dit est.

– Item. Suppliera ledit sseigneur mareschal audit sanct père que ainsi que / le roy et royne de Navarre sont sez filz très obéissans et de / bon vouloir à complir sez commandemens et faire leur devoir / et tout ce que pourront envers luy et le sanct siege appostolicque / ainsi il vueille tracter favorablement tous les affaires desdits / roy et royne et iceulx avoir pour recommandez, comme ilz / ont en luy perfaicte confiance tant pour raison de sez vertuz / que aussi par sez bonnes lectres que par cy devant luy a / pleu sur ce leur escripre. Et eulx et leurs successeurs en / demoureront à toujours obligez envers luy et à leur povoir / mectront peine de luy faire le service que leur sera possible / à l’aide nostre Seigneur qui longuement vueille prosperer ledit / sanct pere à son honneur et reverance, utilité et profit des / crestiens.

L’an mil cinq cens et quinze le treizieme jour du moys de decembre / furent faictes les presens memoires à Pau pour commandement / du roy et de la royne.

Jehan. Catalina (sceau plaqué)

Coterer.

Álvaro ADOT

Investigador contratado de la Casa de Velázquez (Escuelas Francesas en el Extranjero)

 

[1]. T. DE AZCONA, Las bulas del papa Julio II como justificación en la conquista de Navarra en 1512. Gobierno de Navarra, 2013.

[2]. ADPA, E 556,8. Pau, 13 de diciembre de 1515. Documento original en papel, conteniendo las firmas de Juan de Abret y de Catalina de Foix así como un sello de placa en el apartado de validación. En este estudio transcribimos las instrucciones originales escritas en francés.

[3]. Los reyes de Navarra fueron excomulgados por la bula Exigit contumacium emitida por Julio II el 18 de febrero 1513. Este papa falleció tres días después, es decir, el 21 de febrero. Transcrita y estudiada por T. DE AZCONA, Las bulas del papa…, f. 101-129. También por A. PESCADOR MEDRANO, Bula «Exigit contumacium» del papa Julio II, para invadir Navarra, 18 de febrero de 1513. Mintzoa, 2018.

[4]. T. DE AZCONA, Las bulas del papa…, p. 148-156, 166-182.

[5]. Desde 1496 los reyes de Navarra, con apoyo de las Cortes Generales, tuvieron el proyecto de enviar una embajada a Roma, que tuvo que esperar hasta inicios de 1500. Sobre preparativos y organización de dicha embajada véase A. ADOT LERGA, Juan de Albret y Catalina de Foix o la defensa del Estado navarro. Pamplona, Pamiela, 2005, p. 176-179.

[6]. T. DE AZCONA, Las bulas del papa…, p. 205-208.

[7]. Estos dos inventarios, el primero realizado a inicios de la década de 1530 y el segundo entre fines de 1570 e inicios de la década de 1580, han sido estudiados por Á. ADOT LERGA, siendo los pilares fundamentales de su Tesis Doctoral con mención Europea titulada Construire les archives. Du temps des Foix-Béarn à celui des rois de Navarre. Pratiques de l’écrit et enjeux de pouvoir, defendida en la Université de Pau et des Pays de l’Adour en febrero de 2017. http://www.theses.fr/2017PAUU1033

[8]. “Je décrète ainsi”.


Vous aimerez aussi...