Compte-rendu du colloque « Le Prince et l’Église » (Madrid, 14-15 novembre 2019)

Le colloque « Le Prince et l’Église dans l’Europe de la Renaissance : les actes princiers comme sources de l’histoire ecclésiastique » – dont le programme avait été annoncé sur ce carnet – s’est déroulé les 14 et 15 novembre 2019 dans la salle Pierre Paris de la Casa de Velázquez à Madrid.

La Casa de Velázquez à la mi-novembre 2019 (photo : Dénes Harai)

Les travaux furent introduits par Michel Bertrand, directeur de la Casa de Velázquez, qui a situé le projet AcRoNavarre dans l’activité de cette école française à l’étranger, puis par Philippe Chareyre (UPPA, ITEM), directeur du projet ANR AcRoNavarre, qui a présenté le thème retenu pour ce deuxième colloque du projet. Les actes royaux et princiers ont été choisi comme angle d’approche afin d’éclairer, au travers de la production documentaire des chancelleries, les relations complexes entre l’État et l’Église à la Renaissance, temps d’expérimentation de la modernité politique, mais aussi de fractures religieuses influant sur le parcours des ecclésiastiques au service des princes, sur la composition des Conseils ainsi que sur la gestion des biens ecclésiastiques, pour ne citer que ces quelques exemples.

Devant un public d’une vingtaine de personnes, universitaires, chercheurs et conservateurs de musées venant de plusieurs pays d’Europe et des Amériques ont présenté sous l’angle de leurs disciplines respectives des études de cas faisant le point sur l’historiographie de chaque sujet en apportant leurs propres analyses à partir d’une grande variété d’actes : lettres, ordonnances, déclarations, édits, arrêts du Conseil, etc.

Ouverture du colloque par M. Bertrand, Casa de Velázquez, et Ph. Chareyre, UPPA (photo : Dénes Harai)

Les présentations et les discussions du colloque s’articulaient autour quatre grands thèmes : 1) Les actes royaux comme source pour l’histoire, 2) Le prince et les élites ecclésiastiques, 3) Les clercs des princes, 4) Le prince et le peuple chrétien. Les thèmes n°1 et n°2 ont été abordés lors de la première journée, placée sous la présidence de Pierre Force, professeur à Columbia University in the City of New York.

Communication de Claude Mengès-Mironneau et de Paul Mironneau, Musée national et domaine du château de Pau (photo : Dénes Harai)

La communication de Claude Mengès-Mironneau et de Paul Mironneau (Musée national et domaine du château de Pau) sur l’exploitation et les représentations des actes royaux et princiers des « affaires de France » de la fin du XVIe siècle dans les cours italiennes a ouvert le thème n°1. Elle s’est principalement attachée aux deux années qui séparent l’abjuration d’Henri IV à Saint-Denis (25 juillet 1593) de son absolution par le pape Clément VIII (17 septembre 1595), deux moments clés qui étaient, pour les cours italiennes, une occasion d’intenses spéculations diplomatiques et religieuses dont les historiens ont pris la mesure, non seulement dans le domaine des relations internationales, mais aussi, à une époque plus récente, dans le champ d’une histoire politique ouverte aux relations culturelles. À partir de scritture francesi regroupant des actes royaux de nature diverse (édits mais aussi ordonnances, lettres, avis ou activité du prince sur le front de la guerre civile) réunis dans des sommes documentaires sous le nom de raccolta, les intervenants ont analysé la vision italienne des événements et des rapports entre le roi de France et l’Église lors de la dernière guerre de Religion. En appui aux actes, Claude Mengès-Mironneau et Paul Mironneau ont largement mis à contribution les sources iconographiques, éclairant notamment la mise en scène des actes d’Henri IV dans l’illustration visuelle de l’actualité française.

Communication de José Luis Egío, Goethe Universität Frankfurt Am Main (photo : Dénes Harai)

L’autre communication de ce premier panel était celle de José Luis Egío (Goethe Universität Frankfurt Am Main). L’historien a étudié l’apport des lettres royales et ordonnances espagnoles à la réflexion juridique sur les modalités et les limites de l’intervention royale dans l’Amérique espagnole. Les travaux de Juan de Solórzano y Pereyra (De Indiarum iure, 1629-1639; Política indiana, 1647) et de Diego de Avendaño (Thesaurus indicus, 1668-1686) ont été pris comme observatoire de ce phénomène puisqu’ils font largement appel aux actes de la législation royale. Cette communication a souligné l’importance grandissante du droit positif séculier dans la réflexion juridique et législative. Les propos de José Luis Egío permettent aussi de nourrir une perspective plus large et plus globale sur les prérogatives royales en matière ecclésiastique en général.

Communication de María José Cañizares Gómez, Universidad de Alicante (photo : Dénes Harai)

La matinée s’est poursuivie avec le thème n°2 (Le prince et les élites ecclésiastiques) qu’éclairaient deux communications.

La première était celle de María José Cañizares Gómez (Universidad de Alicante) abordant la crise épiscopale sur la frontière méridionale du royaume d’Aragon à la fin du Moyen Âge, au temps du règne de Ferdinand le Catholique. Cette chercheure a évoqué l’exemple du gouvernement d’Orihuela qui a été partagé entre les couronnes de Castille et d’Aragon au moment de la partition du royaume de Murcie par la sentence de Torrellas (1304), mais qui ne relevait ecclésialement que du seul diocèse castillan de Carthagène. En 1510, à la demande de Ferdinand le Catholique, le pape Jules II a érigé l’église collégiale de San Salvador de Orihuela en cathédrale, mais sans désigner aucun évêque jusqu’en 1564. Le cas d’Orihuela a permis à María José Cañizares Gómez d’aborder cette crise épiscopale comme un terrain d’observation de l’intervention royale dans les questions juridictionnelles et diplomatiques.

La seconde communication de ce panel a été prononcée par Lucas Lehéricy (Sorbonne Université) sur l’intervention du Conseil du roi de France dans l’organisation des structures cultuelles au cours de la première décennie du régime de l’édit de Nantes (1598-1610). Après le rappel de l’état de l’art dans l’historiographie du Conseil du roi de France qui minimise le rôle de cette institution dans la pacification religieuse du royaume au tournant des XVIe et XVIIe siècles, l’intervenant a présenté ses recherches sur les arrêts du Conseil relatifs principalement à des litiges sur les lieux de culte, les cimetières, les chambres mi-parties. Les 209 arrêts recensés par le chercheur constituent 1,5 % de l’activité du Conseil, ce qui est peu quantitativement, mais très intéressant qualitativement car tous les problèmes n’ont pas pu être réglés sur le terrain par les commissaires chargés de l’application de l’édit de Nantes.

Communication de Lucas Lehéricy, Sorbonne Université (photo : Dénes Harai)

Lucas Lehéricy a ensuite présenté une répartition thématique des arrêts recensés. Il apparaît que le Conseil avait son mot à dire, par exemple, pour choisir les lieux d’exercice du culte réformé dans les baillages. L’institution délivrait aussi des concessions pour la construction de temples et de cimetières protestants. Le Conseil s’occupait également du rétablissement du culte catholique là où il a été banni ou diminué lors des derniers troubles. La communication a permis de mieux connaître de l’intérieur la procédure administrative mise en place par le Conseil pour concilier les exigences des populations et les dispositions de l’édit de Nantes « afin de faire triompher une solution juridiquement solide et religieusement acceptable pour les fidèles des deux confessions ». Ce travail épineux était accompli par de conseillers dont l’intervenant a dressé le portrait en les décrivant comme des « hommes de l’édit », convaincus par « l’application équilibrée » de ce texte fondateur.

Le thème n°3 (Les clercs des princes) a occupé l’après-midi de la première journée, avec un focus sur l’office de chancelier et la charge de lieutenant général qui étaient souvent confiés aux « prélats de Cour », pour reprendre la formule de Cédric Michon.

Marjolaine Lémeillat (Université de Tours) a présenté l’entourage ecclésiastique de François II, duc de Bretagne (1458-1488). En s’appuyant sur une documentation inédite composée de 270 originaux et de plusieurs registres de chancellerie tenus systématiquement à partir de 1462 et totalisant plus de 10 000 actes copiés intégralement ou résumés, cette spécialiste de l’histoire médiévale bretonne a présenté une prosopographie de 60 clercs réguliers et séculiers. Ceux-ci officiaient auprès du duc non seulement comme confesseurs, chapelains ou aumôniers, mais aussi comme conseillers, de maîtres des requêtes et, surtout, vice-chanceliers à l’image de Vincent de Kerléau, abbé de Bégard et de Jean de Rouville. La plupart d’entre eux aux origines géographiques identifiables venaient des diocèses de Rennes et de Vannes, sièges de la cour. Majoritairement gradués en droit, ces clercs recevaient des missions diplomatiques, mais aussi des missions à l’intérieur du duché (administration de temporels religieux, contrôles de comptes, applications d’ordonnances, enquêtes). Marjolaine Lémeillat a souligné les compétences (juridiques et oratoires) qui leur permettaient d’avoir une place assurée auprès du duc, même si de plus en plus laïcs entraient au service du souverain, ainsi que leur polyvalence administrative permettant au pouvoir ducal de réserver un grand nombre de missions à un groupe restreint, mais efficace et bien rémunéré ».

La communication d’Álvaro Adot Lerga (Casa de Velázquez, EHEHI) a présenté l’entourage ecclésiastique entre 1483 et 1555, sous les règnes de Catherine de Foix et Jean d’Albret, reine et roi de Navarre (1483-1517) et d’Henri II d’Albret, roi de Navarre (1517-1555), en insistant sur les prélats (évêques et abbés) qui étaient chancelier de Navarre ou chancelier de Foix et de Béarn, et parfois même lieutenants généraux de ces souverains qui régnaient également en Béarn et administraient un grand nombre de terre en France sous la suzeraineté des rois de France. La première partie de la communication portait sur le cadre institutionnel de l’exercice des fonctions de ces prélats, avec un survol du Conseil privé de Navarre, le Conseil ordinaire de Navarre et le Conseil ordinaire (ou souverain) de Béarn où ces ecclésiastiques avaient un rôle clé. Une seconde partie apportait d’informations utiles sur la formation et la culture de ces « prélats d’État » des souverains de Navarre, avec l’exemple éclairant des documents qui se trouvaient dans le bureau de Pierre de Biaix, chancelier de Foix et de Béarn (inventaire de 1534, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, 1J 290). Une troisième partie esquissait le parcours des prélats en question dans l’ordre chronologique : Jean de La Salle, évêque de Couserans, puis de Lescar, chancelier de Foix et de Béarn dès le début des années 1480, mais aussi président du Conseil ordinaire de Navarre, puis celui du Conseil ordinaire de Béarn ; Pierre de Biaix, curé de Monein, Pau et Coarraze ainsi qu’abbé de Saint-Vincent-de-Lucq, vice-chancelier, puis chancelier de Foix et de Béarn ; Jacques de Foix, évêque d’Oloron, puis de Lescar, ainsi que titulaire de plusieurs abbayes, chancelier de Foix et de Béarn en même temps que lieutenant général ; Nicolas Dangu, évêque de Sées, puis de Mende, chancelier de Navarre, le premier à être étranger aux terres souveraines de Béarn ou de Navarre au XVIe siècle.

Dénes Harai (Université de Pau et des Pays de l’Adour) a dédié sa communication à l’étude plus resserrée de l’activité de ce dernier prélat entre 1555 et 1567, de l’avènement d’Antoine de Bourbon et de Jeanne d’Albret sur le trône navarrais et béarnais en 1555, au début du règne personnel de Jeanne d’Albret en 1562, lorsqu’éclatent les premières guerres de Religion en France. Après le rappel des origines (fils naturel, mais légitimé d’Antoine Duprat, chancelier de France) de cet évêque de Sées (1539-1545), puis de Mende (1545-1567), tout en étant abbé de Juilly dès 1526 et maître des requêtes de l’Hôtel du roi de France dès 1544, l’intervenant a présenté le corpus documentaire permettant de saisir l’activité du chancelier. Soixante-quatre documents (surtout des arrêts du Conseil privé des souverains de Navarre, mais également plusieurs lettres royales ainsi que des édits et ordonnances), datant essentiellement de la période 1555-1558 et conservés dans quatre archives départementales (Pyrénées-Atlantiques, Ariège, Landes, Gers), ont pu être recensés dans le cadre du projet ANR AcRoNavarre. Une analyse de ce corpus a été proposée dans une deuxième partie, permettant d’indiquer le Béarn comme zone géographique principale d’action du chancelier et la primauté de la justice et de la fiscalité parmi ses domaines d’intervention. La catégorie relativement faible des trois actes donnés concernant la lutte contre l’hérésie a été analysée de près pour démontrer la forte implication de l’évêque de Mende, chancelier de Navarre, dans ce domaine et le retrait de Mathieu du Pac, chancelier de Foix et de Béarn (1555-1557), ancien professeur de droit à Toulouse, un « mal sentant de la foi » brûlé en effigie par le parlement de cette ville en 1537. Une troisième partie a entrepris la compréhension de l’effacement de Nicolas Dangu à la Cour de Navarre, après le décès d’Antoine de Bourbon en 1562. En tant que tutrice d’Henri et de Catherine de Bourbon qui recevait les terres septentrionales du défunt roi de Navarre, Jeanne d’Albret a confié, en mars 1563, la charge de gouverneur et de lieutenant général à Nicolas Dangu en Picardie, Flandres, Artois, Brabant et Hainaut. Quelques traces permettent de dire que le chancelier s’est réellement impliqué dans l’administration de ces terres, tout en siégeant au Conseil du roi de France. Au moment du tour de France royal (1564-1566), Dangu réapparait brièvement au Conseil de Jeanne d’Albret, mais l’engagement protestant de la reine de Navarre et la santé chancelante de l’évêque explique une nouvelle absence dans les actes entre 1565 et 1567, date de son décès. À en croire la comptabilité, Amaury Bouchard, chancelier de Foix et de Béarn, est également absent vers 1564-1565, ce qui explique l’émergence de deux gardes des sceaux qui ne sont plus recrutés parmi les prélats de l’Église catholique (Jacques Spifame, seigneur de Passy, ancien évêque de Nevers, et Nicolas Compaing, seigneur de Fresnay).

La Casa de Velázquez lors de la seconde journée du colloque (photo : Dénes Harai)

Placé sous la présidence de Manuel Rivero Rodríguez (Universidad Autónoma de Madrid), la matinée du second jour du colloque a poursuivi la réflexion sur le thème n°3 (Les clercs des princes), mais en s’attachant aux clercs comme conseillers des princes au sens large du terme.

Communication de Philippe Chareyre, Université de Pau et des Pays de l’Adour (photo : Dénes Harai)

En s’appuyant sur ses recherches menées dans le cadre du projet ANR AcRoNavarre qu’il dirige, Philippe Chareyre (Université de Pau et des Pays de l’Adour) a parlé du rôle des conseillers ecclésiastiques dans la législation religieuse des rois de Navarre au XVIe siècle. Après avoir présenté les grandes lignes des structures ecclésiastiques béarnaises (diocèses de Lescar et d’Oloron, avec la primauté de l’évêque de Lescar) et la sujétion des évêques au pouvoir vicomtal souverain (exemple du serment de fidélité de Louis d’Albret, évêque de Lescar, le 7 juillet 1556 à Antoine de Bourbon et Jeanne d’Albret, roi et reine de Navarre, seigneur et dame souverains de Béarn), l’historien a esquissé l’activité de Gérard Roussel, évêque d’Oloron (1536-1555), évêque de « type évangélique » et partisan d’une « réforme religieuse accommodante », puis après le décès de ce dernier celle de Nicolas Dangu, évêque de Mende et chancelier de Navarre, « éminence grise » d’Henri II d’Albret, et du cardinal Georges d’Armagnac, administrateur de l’évêché de Lescar en 1555 et lieutenant général de Béarn en 1558, contre l’implantation du protestantisme. L’intervenant a souligné le cas de figure original des prélats béarnais qui, après la conversion de Jeanne d’Albret au protestantisme (1560), devenaient les agents de la mise en place institutionnelle d’un système biconfessionnel : en 1561, la reine de Navarre chargea Louis d’Albret, évêque de Lescar, de mettre en œuvre l’ordonnance de Nérac qui introduisait officiellement le protestantisme en Béarn, puis, en 1568, elle demanda à Claude Régin, évêque d’Oloron, de célébrer la messe en béarnais. Se maintenant dans l’entourage de la souveraine, ces prélats ne sont cependant plus les conseillers qui influent le plus sur la reine. Celle-ci oriente désormais sa politique religieuse en s’appuyant sur les pasteurs Jean Reymond-Merlin (1562-1563) et Pierre-Viret (1566-1571) auquel succédera Nicolas des Gallars. Lors de la troisième guerre de Religion, l’évêque d’Oloron soutient l’armée catholique de Charles IX qui occupe la vicomté souveraine de Jeanne d’Albret en 1569, consommant la rupture définitive entre le haut clergé et le pouvoir souverain. Après la reconquête du Béarn par l’armée protestante du comte de Montgomery, lieutenant général de la reine de Navarre, les clercs de l’Église catholique perdent leurs positions et biens, ces derniers ayant été confisqués par Jeanne d’Albret et affectés au service de l’église réformée sous le contrôle d’une chambre spécialisée. Une dernière grande partie de la communication de Philippe Chareyre permit de découvrir l’ampleur méconnue de la législation religieuse des souverains de Navarre : il a recensé 102 actes (ordonnances, règlements, mandements, etc.), enregistrés par les États de Béarn ou copiés dans des cartulaires municipaux, dont la majorité datent de la seconde moitié du XVIe siècle (soixante-neuf donnés sous le règne de Jeanne d’Albret et vingt sous celui d’Henri III de Navarre). L’analyse de ce corpus a insisté sur douze textes règlementaires majeurs, dont les plus emblématiques – ordonnances de Nérac (1561), de Paris (1566) et de Pau (1571) – ont été présentés. L’intervention a souligné l’importance de Fabien Martret, secrétaire de Jeanne d’Albret, qui a signé sept des douze textes règlementaires et semble avoir joué un rôle clé dans la formulation juridique des documents en question. Philippe Chareyre a également commenté et contextualisé les références biblico-historiques (Josias, Ézéchias et Théodose) de la législation religieuse de Jeanne d’Albret, apportant ainsi de précieux éléments à l’interprétation de l’ambition réformatrice de la reine de Navarre et l’influence de ses nouveaux conseillers dont les œuvres contiennent ces références.

Communication de Michael Wolfe, Queens College, CUNY (photo : Dénes Harai)

La communication de Michael Wolfe (Queens College, CUNY) a abordé une autre transition religieuse et ecclésiastique, celle vécue par le royaume de France après l’assassinat d’Henri III de Valois par Jacques Clément (1589). La disparition de ce roi détesté par la Ligue catholique depuis l’assassinat du duc de Guise et du cardinal de Lorraine (1588) aggrava la fracture politico-religieuse du royaume car l’héritier du trône de France n’était autre que le protestant Henri III de Navarre, devenu roi de France sous le nom d’Henri IV seulement aux yeux d’une partie du royaume. L’historien s’est intéressé aux débats qui ont divisé le haut clergé sur à la position à prendre vis-à-vis de la succession de la couronne. Il a notamment mis l’accent sur l’émergence d’une nouvelle identité politique du clergé français lors de la dernière guerre de Religion, forgée autour de la question du service du roi au moment de la conversion d’Henri IV et de l’absolution de ce dernier par le pape.

Communication de Christine Mengès-Le Pape, Université Toulouse 1 Capitole (photo : Dénes Harai)

Christine Mengès-Le Pape (Université Toulous 1 Capitole) a traité les relations entre le roi de France et le clergé de son État du point de vue de l’histoire du droit en étudiant les actes relatifs « privilèges et immunités » du clergé de France depuis le Concordat de Bologne (1516) jusqu’à la fin des guerres de Religion. Qu’il s’agisse de lettres patentes approuvant ou refusant l’exécution de bulles pontificales, de déclarations et d’édits royaux répondant aux plaintes et remontrances du clergé ou de contrats portant sur les bénéfices ecclésiastiques et leur contribution aux décimes, ces actes sont « nombreux et variés », mais réunis par François-André Isambert (1792-1857) dans le Recueil général des anciennes lois françaises. L’analyse de ce corpus juridique fait ressortir la rhétorique gouvernementale, notamment dans les discours du roi lors des assemblées du clergé, ainsi que « la part du gallicanisme, et l’on en perçoit les tendances qui fluctuent selon qu’elles viennent du roi, de l’Église de France, ou des parlementaires qui parfois sont oublieux de leur devoir ». Ces actes révèlent le rôle du Très Chrétien comme chef de l’Église de France et maître de ses revenus dont il décide l’aliénation controversé lorsque la « nécessité fait loi » pendant les guerres de Religion. Ils illustrent aussi sa souveraineté face à la papauté et « participent au triomphe de l’État dans ses formes romaines et absolutistes ».

La seconde journée du colloque s’est poursuivie avec un panel sur le thème n°4 : le prince et le peuple chrétien.

Souffrante, María de Lurdes Rosa (Universidade Nova de Lisboa) n’a pas pu présenter sa communication intitulée « La Majesté et la Miséricorde : la construction du rôle du roi dans le salut des âmes (Portugal, 1418 -1514) », mais qui a été évoquée lors des débats. En voici le résumé qui a été lu lors du colloque : « Notre communication propose d’analyser le processus d’appropriation royale de la juridiction et de la réglementation des biens des âmes dans le royaume du Portugal au cours du “long XVe siècle”. Inauguré par l’initiative de D. Duarte, le deuxième monarque de la nouvelle dynastie d’Avis, dans un climat de guerre ouverte avec l’épiscopat, ce processus terminera cent ans plus tard, avec  D. Manuel, dans un contexte d’étroite collaboration entre les autorités royales et ecclésiastiques, qui consolide une vaste réforme des institutions pieuses. L’argument cherchera à décrire, d’une façon intégrée indispensable à la bonne compréhension du problème, les trois grands plans dans lesquels le processus s’est articulé: – premièrement, les moments de dispute politique autour des droits de la Couronne sur la propriété des âmes à travers les diplômes royales, épiscopaux et papaux ; – ensuite, les réformes institutionnelles des établissements pieux, faites  dès la seconde moitié du XVe siècle en collaboration directe avec la papauté, dans le cadre d’une entreprise commune de savants royaux et de dignitaires ecclésiastiques étroitement liés à la Couronne ; – enfin, les théories sur la prérogative royale d’intervenir dans le domaine des biens des âmes, fondées à la fois sur le droit des princes de réformer l’Église et sur une conception paternaliste, redistributive et charitable de la monarchie. Celle-ci a été théorisée par les écrits des princes savants de la dynastie des Avis ou par des intellectuels protégées par eux, et a été  renforcée par l’action pieuse et réformiste des princesses, qui a compris notamment la création des Misericórdias, confréries laïques directement attachées à la Couronne, qui en quelques années ont presque monopolisé la plupart des actions de secours et d’assistance aux vivants et aux morts. »

La communication de Rose Gardner (The Brearley School, New York) a porté sur le soutien que le pouvoir royal accordait aux ordres monastiques pénitents sous le règne d’Henri III de Valois. C’est après sa conversion spirituelle (1582-1583) que le roi de France donnait des lettres, ordonnances et règlements concernant de nouveaux ordres pénitents et tout particulièrement celui qu’il a fondé : la Congrégation des Pénitents de l’Annonciation de Notre-Dame. L’intervenante a souligné la participation personnelle du souverain aux processions de pénitents, avec une forte dose de mortification démonstrative, qui façonnait publiquement la figure religieuse du roi et reflétait aussi « un style de gouvernance », puisque sa « repentance » extériorisée impactait des « modèles religieux traditionnels, à la fois en confortant et sapant les prérogatives institutionnelles de l’Église catholique ».

Communication de Rose Gardner, The Brearley School, New York (photo: Dénes Harai)

Olivier Spina (Université Lumière Lyon 2) a présenté une communication sur le contrôle royal de la prédication dans l’Angleterre réformée d’Henri VIII (1530-1547), avec un focus sur les années 1530. En effet, en 1533-1534, le roi d’Angleterre devient chef de l’Église d’Angleterre, ce qui le dote d’une capacité d’action en matière religieuse sur ses sujets, aussi bien dans la régulation du dogme, de la discipline que de l’ecclésiologie de l’Église royale. De nouveaux types d’actes, comme  les statuts du Parlement, sont donnés pour diffuser et contrôler la parole concernant la religion. L’intervenant a souligné que la monarchie multiplie les actes règlementaires « pour encourager et réguler l’activité de prédication dans le royaume », les évêques et les officiers royaux étant chargés de « contrôler ce qui est dit, par qui, quand, devant qui et les réactions que ces prédications entrainent ». En même temps, « Henri VIII fait adopter, en 1534, par le Parlement, l’Acte de trahison qui fait un crime capital toute parole divergeant de la foi ou de la politique royale, y compris prononcée lors d’un prêche : tout sujet qui ne dénoncerait pas de telles paroles serait condamné comme complice ». L’exécution de cette législation entraîne un « afflux de documents » (registres de prédication, lettres de dénonciation adressées aux différentes autorités, compte-rendu d’enquêtes, etc.) qui conduit à « une fuite en avant législative » (dispositions normatives pour préciser les modalités d’application des actes sur le contrôle de la parole des clercs et des laïcs) dont Olivier Spina a dressé le tableau détaillé. L’un des signes de la mise en place aboutie de l’administration politique des affaires religieuse que l’intervenant a présenté est le sceau royal ad causas ecclesiasticas (1547).

Communication d’Olivier Spina, Université Lumière Lyon 2 (photo: Dénes Harai)

La dernière communication du panel et du colloque était celle de Lucrecia Raquel Enríquez (Pontificia Universidad Católica de Chile) sur les actes relatifs au clergé métis et à la politique linguistique de l’évangélisation des Amériques. En effet, les langues indigènes étaient les meilleurs vecteurs de diffusion de l’enseignement catholique puisque la population indigène ne parlait pas le castillan. Dans ce contexte, les évêques ont encouragé la formation d’un clergé métis connaissant les langues indiennes, par exemple, en créant des chaires de langues, établissant des collèges pour les Indiens, et traduisant les catéchismes. Même si, l’ordination des clercs métis était officiellement interdite par la Couronne en 1578, les conciles provinciaux de l’Amérique espagnole ont réussi à trouver une faille dans le dispositif législatif, ce qui leur a permis l’ordination de clercs métis à la fin du XVIe siècle. En s’appuyant sur les actes du Conseil des Indes et les rapports des évêques, la communication a montré que la Couronne n’a pas abandonné pour autant la politique de castillanisation à l’époque moderne.

Chaque panel était suivi d’un débat riche, modéré par le président de la séance, Pierre Force le premier jour et Manuel Rivero Rodríguez le second jour. Ces deux présidents ont également nourris la discussion générale riche qui a clos le colloque dont les actes, articulés avec ceux du colloque de Pampelune sur les Conseils des États médians (16-17 novembre 2018), seront publiés par la Casa de Velázquez.

Dénes Harai (UPPA, ITEM)

 


Vous aimerez aussi...