Un brevet d’Henri de Navarre, comte de Rodez, en faveur de Guillaume Salluste du Bartas (Nérac, 14 mars 1583)

Les brevets émis par Henri de Navarre sont rares dans les archives publiques. Celui qui est conservé aux Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques (Pau), sous la cote 16J/331[1], mérite l’attention non seulement à cause de la rareté de la catégorie diplomatique à laquelle il appartient, mais aussi à cause de son contenu et de son format.

Rédigé en français au château de Nérac le 14 mars 1583 par Raymond de Viçose, secrétaire ordinaire des finances, ce brevet sur vélin formalise la décision d’Henri, roi de Navarre et comte de Rodez, d’attribuer les recettes de l’adjudication des biens d’un certain « Guysardie », condamné à Villefranche-de-Rouergue, à Guillaume Salluste, seigneur du Bartas, gentilhomme servant du roi de Navarre, pour lui donner les moyens « de parachever avec plus d’aysance et commodité les œuvres françoises ausquelles il travaille ».

Le condamné en question est peut-être Louis II de Guizard, seigneur de La Guizardie[2], dernier représentant direct de cette famille dont le nom et la terre furent reprise par Jean III de Blanc, fils de Jean II de Blanc, seigneur de La Mothe, et de Louise de Guizard, tante de Louis II de Guizard décédé sans postérité[3].

Les « œuvres » mentionnées dans le brevet renvoient au volume qui allait paraître quelques mois plus tard sous le titre de Les Œuvres de Guillaume de Saluste, seigneur Du Bartas, reveües et augmentées par l’autheur (Paris, T. Joüan, 1583, 2 parties en 1 vol., in-12 et Paris, P. Huet, 1583, in-12, 415 ff.)[4]. Il s’agit d’une nouvelle version des œuvres poétiques déjà revues et publiées à plusieurs reprises entre 1579 et 1582.

Le brevet nous permet d’entrevoir une source de financement inattendue – les recettes de la justice pénale – que le roi de Navarre mobilisait pour soutenir la création littéraire. Il indique aussi que c’est grâce à l’intercession de Jacques de Constans (1547-1621), seigneur de Chalié et des Ouches, gentilhomme ordinaire de la chambre du roi de Navarre[5], que la décision fut prise, en présence de Jacques de Ségur, baron de Pardaillan, surintendant de la Maison du roi de Navarre, et d’Isaac de Vaudrey, seigneur de Mouy. Constans était également proche d’Agrippa d’Aubigné, autre poète protestant de renom qui servait Henri de Navarre comme écuyer d’écurie. Ce noble apparaît donc comme une figure suffisamment importante du réseau littéraire protestant à la cour de Navarre pour y obtenir un brevet afin de sécuriser l’argent attribué à Du Bartas comme l’indique la formule « pour seureté de ce » qui introduit l’ordre de mise à l’écrit de la volonté royale. Dans la pratique de la chancellerie de l’époque, le brevet « devait être suivi, à plus ou moins longue échéance, d’un autre acte définitif »[6] qui mettait ainsi en œuvre la décision prise. Celui de 1583 permettait de mettre l’argent provenant de l’adjudication des biens du condamné à l’abri de toute convoitise au moment où les dépenses de la cour étaient nombreuses et des affaires urgentes exigeaient de trouver des ressources.

Le document comporte tous les éléments diplomatiques importants dont une telle assurance de financement avait besoin. Il y a tout d’abord la signature autographe du roi de Navarre (« de sa propre main ») : un « Henry » bien visible au milieu du document. Au-dessous de la signature royale, nous voyons ensuite le contreseing du secrétaire – celui de Raymond de Viçose – qui a rédigé le brevet. Sa signature est précédée de la mention « Par le Roy de Navarre, comte de Roddez », indiquant l’autorité ayant ordonné la rédaction du brevet, et de celle de l’identité des conseillers (Jacques de Ségur, baron de Pardaillan, et Isaac de Vaudrey, seigneur de Mouy) qui étaient présents à la prise de décision. Outre les signatures, un sceau en placard de cire rouge complétait le dispositif de validation. Ses traces sont toujours visibles entre deux incisions faites dans le vélin, du côté gauche de la signature d’Henri de Navarre et de la mention qui précède le contreseing du secrétaire. Le fait que ce brevet navarrais est scellé est remarquable car les brevets émis par le roi de France à la même époque ne l’étaient pas[7]. Le brevet présenté ici apporte ainsi d’éléments précieux non seulement à l’histoire du mécénat littéraire à la cour de Nérac et à celle des relations entre le roi de Navarre et l’un des grands poètes protestants du XVIe siècle[8], mais aussi à l’étude comparée des pratiques administratives de la Renaissance.

Document

Source : Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques (Pau), 16 J 331.

Notice du document dans la base AcRoNavarre

Transcription

Au jourd’huy XIIIIe Mars mil cinq cens quatre vingtz et trois, le roy de Navarre, duc d’Albret, comte d’Armaignac et de Roddez, estant en son chasteau de Nerac, desirans tesmoigner au s[ieu]r du Barthas, l’un de ses gentilshommes servans, combien il affectionne la continuation de ses estudes et luy donner moien de parachever avec plus d’aysance et commodité les œuvres françoises ausquelles il travaille, à la priere tres humble qui luy a esté faicte par le sieur de Constans, a donné et accordé, donne et accorde aud[it] sieur du Bartas tous et chacuns les biens d’un nommé Guysardie, de son Comté de Roddez, condamné à Villefranche de Rouergue, à cause de plusieurs crimes et excés, advenans que lesd[its] biens soient acquis, escheuz et confisquez à sad[ite] Ma[jes]té ou les amandes qui luy pourront estre adjugees sur iceulx les fraiz de justice prealablement deduictz, et pour seureté de ce, sad[ite] Ma[jest]é a commandé à moy, son Con[seill]er et Secret[air]e ordinaire de ses finances, expedier aud[it] du Barthas ce present brevet qu’elle a voulu signer de sa propre main et sur icelluy, (rapportant la sentence et jugement ou arrest de condampna[ti]on) toutes l[ett]res et provisions requises et necessaires.

Henry

Par le Roy de Navarre, comte de Roddez,

Messieurs de Segur et de Mouy presens.

De Viçose

Dénes Harai (UPPA, ITEM)

Notes

[1] Il s’agit de l’une des cotes de la donation de Raymond Ritter (1894-1974), avocat érudit ayant légué sa collection de manuscrits au Conseil général de son département d’adoption.

[2] Aujourd’hui dans la commune de Villecomtal (Aveyron).

[3] Jean III de Blanc de Guizard, seigneur de La Mothe et de La Guizardie, a prêté hommage à Henri IV pour sa terre de La Guizardie le 8 février 1609. Une clause du contrat de mariage de Jean II de Blanc avec Louise de Guizard, fille de Louis Ier de Guizard (†1550), conclu en 1541 stipulait que « le premier enfant mâle qui naitrait succéderait aux biens de la maison de Guizard et en prendrait les nom et armes ». Cette clause semble avoir été prévue pour la transmission des biens en cas d’extinction des autres héritiers potentiels : Antoine de Guizard, fils aîné de Louis Ier de Guizard, décède en 1563 et Louis II de Guizard, fils d’Antoine et petit-fils de Louis Ier de Guzard, semble disparaître dans le dernier tiers du XVIe siècle. Sur les familles de Guizard et de Blanc de Guizard, voir Hippolyte de Barrau, Documens historiques et généalogiques sur les familles et les hommes remarquables du Rouergue dans les temps anciens et modernes, Rodez, 1857, t. III, p. 351-353.

[4] L’année 1583 voit également la parution de la traduction latine (privilège du 17 septembre) de La Sepmaine à Paris chez Michel Gadoulleau, Olivier Millet, « La Sepmaine de Du Bartas au miroir de la traduction latine de Gabriel de Lerm (1583) », Œuvres & Critiques, t. XXIX, n°2 (2004), p. 101-117.

[5] Eugénie Droz, Jacques de Constans, l’ami d’Agrippa d’Aubigné. Contribution à l’étude de la poésie protestante, Genève, Droz, 1962.

[6] Bernard Barbiche, Les institutions de la monarchie française à l’époque moderne, Paris, Presses Universitaires de France, 2001 [2e édition revue et corrigée ; 1re éd. 1999], p. 191.

[7] Ibid., p. 191.

[8] James Dauphiné, « Du Bartas et Henri de Navarre », dans Du Bartas, 1590-1990, Actes du Colloque International d’Auch-Le Bartas-Pau (6-8 avril 1990), études réunies et publiées par James Dauphiné, Mont-de-Marsan, Éditions InterUniversitaires, 1992, p. 131-141.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search