Jeanne d’Albret, reine de Navarre, et son marquisat de Limoges (1562-1566)

Il est bien connu qu’Antoine de Bourbon (1518-1562) et Jeanne d’Albret (1528-1572), roi et reine de Navarre, étaient aussi vicomte et vicomtesse de Limoges depuis le décès d’Henri II d’Albret en 1555, mais leur métamorphose en marquis et marquise de Limoges en 1562 constitue une page peu explorée de l’histoire du Limousin.

Alfred Leroux relève bien les lettres patentes de mars 1562 par lesquelles Charles IX érigea la vicomté en marquisat, mais sans les replacer dans leur contexte historique[1]. Au sujet de la suppression du juge d’appeaux induite par cette transformation, René Fage, qui édite partiellement les lettres patentes en question en 1880[2], explique que Jeanne d’Albret abandonne ce projet après le décès d’Antoine de Bourbon en novembre 1562, l’acte royal de Charles IX restant lettre morte[3]. Si Jeanne d’Albret a effectivement renoncé à la suppression de cette juridiction, abandonnait-elle vraiment la référence au marquisat alors qu’une lettre d’Antoine de Bourbon adressée à la ville de Limoges le 25 juin 1562 indique bien que le roi de Navarre utilisait son nouveau titre de marquis[4] ?

Les recherches menées dans le cadre du projet AcRoNavarre permettent d’apporter quelques éléments de réponses à cette question. En 1562, le recours d’Antoine de Bourbon, gouverneur et amiral de Guyenne, mais aussi lieutenant général du royaume de France, à son nouveau titre de marquis dans la correspondance avec Limoges était une nécessité symbolique car il devait, d’une part, réaffirmer son statut face à une ville avec laquelle les relations n’étaient pas sans tensions et, d’autre part, conserver sa préséance nobiliaire en Limousin où le catholique François de Pérusse – l’un de ses serviteurs dévoués, son chambellan depuis 1560[5] – obtint l’érection de sa seigneurie des Cars en comté cette même année. La transformation de la vicomté en marquisat et de la seigneurie des Cars en comté s’effectue au même moment et accompagne l’affermissement du pouvoir royal en Limousin comme l’explique Michel Cassan : « Au fond, octroyer la lieutenance générale du royaume à Antoine de Bourbon en 1560 et la charge de lieutenant général du Limousin à d’Escars en 1561 étaient les deux volets de la même politique, qui visait à retenir dans le giron de l’État et de l’Église catholique, le premier prince de sang et sa vicomté. »[6]

Il est à noter que l’érection de la vicomté de Limoges en marquisat se déroule au moment où le roi de Navarre relance ses revendications concernant la Haute-Navarre, occupée en 1512 par Ferdinand d’Aragon. D’ailleurs, le premier recours de Jeanne d’Albret au titre de marquise, du vivant de son mari, se trouve dans la procuration qu’elle lui donne pour négocier la compensation de la Haute-Navarre (Pau, 25 août 1562)[7]. L’intermédiaire principal d’Antoine de Bourbon à Madrid n’est autre que Sébastien de L’Aubespine, évêque de Limoges, ambassadeur du roi de France en Espagne[8], frère du secrétaire d’État Claude II de L’Aubespine qui contresigna les lettres d’érection de la vicomté de Limoges en marquisat.

Après le décès d’Antoine, Jeanne garde le titre puisque des lettres de commissions qu’elle donne à Adhémar Mosnier, maître des requêtes ordinaire de son Hôtel, et Fabien Martret, secrétaire de la reine et auditeur à la Chambre des comptes de Nérac, concernant la présentation des comptes des terres limousines et périgourdines font mention du marquisat (Pau, 14 octobre 1562)[9].

L’année suivante, des lettres de provision de « l’estat et office de general refformateur » du « comté de Foix, terres et seigneuries de Donezan, Haulteripve [Auterive] et Gibel » données par Jeanne en faveur de François d’Usson, docteur en droit, font usage du titre de marquise de Limoges (Pau, 27 juin 1563)[10].

En 1564, nous avons trouvé deux actes exhibant le titre de marquise de Limoges : les lettres patentes octroyées aux États de Béarn par la reine de Navarre « sur la religion et liberté de conscience » (Pau, 2 février 1564)[11] et les lettres de jussion de Jeanne à la chambre des comptes de Nérac pour imposer la réception de François Salomon, sieur de Poulard, comme auditeur (Pau, 24 décembre 1564)[12].

Une nouvelle trace du marquisat se trouve dans la titulature qu’utilise Jeanne d’Albret dans ses lettres patentes données le 8 février 1565, à Vendôme, concernant la fabrication de draps de laine d’Espagne et d’Angleterre sur ses terres de Haubourdin et d’Emmerin, enclavées dans la châtellenie de Lille[13]. Ces domaines septentrionaux relevaient de l’héritage d’Antoine de Bourbon que Jeanne administrait au nom de ses enfants (Henri et Catherine, prince et princesse de Navarre) pendant la minorité de ces derniers.

Le dernier acte connu à ce jour qui mentionne le marquisat de Limoges date de 1566. Il s’agit des lettres de commissions données par Jeanne d’Albret à Barthélemy Prevost, son procureur au parlement de Toulouse, chargé des « affermes », des réparations nécessaires des maisons, châteaux, passages et moulins ainsi que du règlement des officiers dans les vicomtés de Villemur et de Lautrec (Moulins, 8 mars 1566)[14].

En passant en revue les actes susmentionnés qui jalonnent la période 1562-1566, nous constatons leur diversité diplomatique, géographique et thématique ainsi que la pluralité des secrétaires qui sont intervenus dans leur fabrication. À l’heure actuelle, rien ne permet donc d’expliquer la présence du marquisat dans ces actes alors que d’autres actes de la même période parlent de la vicomté de Limoges. La question de la fin de l’utilisation du titre de marquise dans la titulature de Jeanne d’Albret reste également entière. Si le dernier document dont nous avons connaissance date de 1566, seul l’achèvement du recensement de tous les actes émis par la chancellerie de la reine permettra de dire si 1566 constitue vraiment la fin du recours à ce titre. Les rachats, ventes et engagements des terres qui composaient le marquisat pourraient expliquer la raréfaction, voire la disparition du titre dans les actes après cette date[15]. Même s’il semble absent des actes après 1566, le titre ne s’efface que progressivement à la chancellerie de Jeanne d’Albret. Nous en avons un bon exemple en 1568 : les lettres de commission que la reine de Navarre, duchesse d’Albret, donne à Jean Alespée, secrétaire des finances, Pierre de La Bacoue, lieutenant du sénéchal d’Albret au siège de Castelmoron, et Bertrand de La Valade, procureur général au duché d’Albret, pour racheter les terres et seigneuries de Gensac, Puynormand, Villefranche et Vayres (Pau, 6 avril 1568)[16] sont scellées de son grand sceau dont la légende latine mentionne le marquisat de Limoges[17] alors que la titulature de Jeanne d’Albret au début de l’acte indique seulement sa qualité de vicomtesse.

Lettres patentes de Charles IX érigeant la vicomté de Limoges en marquisat, Saint-Germain-en-Laye, mars 1562.

Source : Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques (ADPA), E 680. Copie. Cahier papier.

Édition partielle réalisée à partir d’une copie (BnF, Ms. Occidentaux, Languedoc Doat 246, f°289bis-quater) : René Fage, « Une ancienne justice : la cour d’appeaux de Ségur », Bulletin de la Société Archéologique et Historique du Limousin, t. XXVIII, n°1, 1880, p. 125-127.

Charles, par la grace de Dieu Roy de France, à tous presens et advenir, salut. Scavoir faisons que nous, ayans esguard et consideration à la proximité de sang et lignage dont nous attiennent et atouchent noz tres chers et tres amés oncle et tante, les Roy et Royne de Navarre, viconte et vicontesse de Lymoges, et desirans, en consideration de les [sic] tres grandz et tres dignes, vertueulx et tres recommandables services que nostred[ict] oncle a faict à noz predecesseurs et nous, le favoriser et gratiffier en toutes choses dignes de la grandeur de leur maison et de leurs successeurs et conserver les droictz qu’ont esté delaissés à leursd[icts] predecesseurs en lad[icte] viconté de Lymoges qu’estoit antiennement de la maison et duché de Bretagne et baillée à leursd[icts] predecesseurs pour leur appanage avec tout droict de regalle et icelle tenue de nous à foy et hommage lige à cause de n[ost]re duché de Guyenne sans que noz predecesseurs y ayent pretendu au[tr]e droict que la souveraineté, de laquelle sont membres deppendens les terres et seigneuries de Peyzac[18], de Marneles[19], d’Ayen[20], d’Eyxideuil[21], d’Ans[22], d’Auberoche[23], de Nontron[24], de Chaslucet[25], Chasluz[26], Courbefy[27], Larche[28], Ségur[29], Massere[30], la prevosté Sainct-Yrieys[31], Thiviers[32] et d’Aix[33], dont les predecesseurs de nosd[icts] oncle et tante et eulx ont toujours jouy et en icelle tousjours heu ung juge d’appeaulx qui cognoissoyt des appelations des juges des terres, seigneuries, chastellenies et baronnies susd[ictes] et des aultres tenuez et mouvans d’eulx à cause de lad[icte] viconté de Lymoges, scavoir est les villes, [p. 2] terres et seigneuries de Mareuil, La Rochebeaucourt, des Cars, Jullac, Nexon, Lastours, Pompadour, Bray, S[ainc]t Cire La Roche, Varaigne, La Cossière, Bussière, Badilh, Bauberuard, Chaufourt, S[ainc]t Bonnet La Rivière, S[ainc]t Yabrdz, Pierrebuffière, S[ainc]t Aulaire, Mansac, Chabrignac, Tenon, La Mothe, Chamers, Berardières, Coussac, Cheaubouchet, Las Cours, Rouffiac, La Crouzille, Janerlac, des paroisses Condac, Puyguillen, Millac, S[ainc]t Laurens, S[ainc]t Senac, La Roche l’Abeille, Peyrimac, S[ainc]t Suplice, Margueysac, de La Mothe, S[ainc]t Pantaly, des Bories, Jumilhac, Freyxinet, Salon, Lom, La Jarrousse, Nantiac, Foullade, Larnoudie, du Bourdeys, Piagu, Connosat, S[ainc]t Jehan Ligoure, S[ainc]t Puech Ligoure, Tourtoirac, Chatre, S[ainc]t Germain, Ch[ast]eau Charvix, S[ainc]t Suplice et des Combes, le chasteau hault de Bruzac, le chasteau bas de Bruzac et Vandoire, S[ainc]t Lorry, Las Blons, Ronseril, Vic, Fontaines, Lusses, S[ainc]t Pardoul la Rivière, Collaures de Val, S[ainc]t Siprien, Objac, Monreal, Savignac, S[ainc]t Cire les Champaignes, S[ainc]t Heloy, Le Puy de Beau et Chalay, le pariaige de Lardimarie, La Croussile, Tourdonet, Buxière Galand, Rossignol, la justice basse de Hault Cor, la Pourcherie, Foursac, Janaillac, S[ainc]t Estienne le Ledroux, la justice du doyenné de S[ainc]t Yrieyx, Rounac, Badefou, Meillars, Rochefort, les terres de Monbrun, tenues en lad[icte] viconté, la court du senneschal en lad[icte] viconté et au[tr]es, nous supplians et requerans nosd[icts] oncle et tante que no[str]e bon playsir feust unis à lad[icte] viconté toutes lesd[ictes] terres, seigneuries, chastellanies et baronnies susd[icts] à eulx appertenans comme mebres et deppendans d’icelle et l’eriger en nom, titlre et dignité de marquisat et, en supprimant l’office de juge d’appeaulx, luy permectre créer et eriger ung senneschal de robbe courte aud[ict] marquisat et deux sieges de senneschal, l’ung en la ville de Limoges, capitalle dud[ict] marquisat, et l’au[tr]e [espace laissé en blanc] et en ch[asc]un desd[icts] deux sieges ung leiuten[ant] de robbe longue, ung procur[eur] et ung greffier pour cognoistre des appella[ti]ons des juges des terres, seigneuries, chastellanies et baronnies susd[ictes] et pour la commodité des subjectz d’icelles ordonner que les appella[ti]ons qui seront interjectées du senneschal dud[ict] marquisat ressortiront neuement, scavoir est celles que par noz edictz doibvent estre jugées en dernier ressort par les juges presidiaulx au siege presidial de Lymoges et aut[re]s sieges presidiaulx qui ont accoustumé cognoistre des appella[ti]ons dud[ict] juge d’appeaulx et celles qui sont hors de nosd[icts] edictz en nos[tre] court de parlement de Bordeaulx et sur le tout leur pourvoir Nous pour les causes dessusd[ictes] et aut[re]s bonnes, grandes et raysonnables considera[ti]ons à ce nous mouvans avons par l’advis, conseil, delibera[ti]on de no[str]e tres honnorée dame et mère, princes et seigneurs de n[ost]re sang et aut[re]s grandz et notables personnaiges estans les[34] [sic] nous et de n[ost]re certaine science, plaine puissance et aucthorité royal[e] icelles chastellenies, terres, seigneuries et baronnyes de Peyssac, de Marneles, d’Ayen, d’Eyxidueil, d’Ans, d’Auberoche, de Nontron, de Chaslucet, de Segur, de Massere, prevosté Sainct Yrieys, Thiviers, Ayx et leurs deppendences, uny et incorporé au corps de lad[icte] viconté de Lymoges et icelle viconté, avec les choses ainsi incorporées leurd[ictes] deppenden[ces] créé, erigé et eslevé, creons, erigeons et eslevons en nom, titlre, et preheminan[ce] de marquisat pour en jouyr par nosd[ict] oncle et tante et leurs enffans soyent masles ou femelles ou leur successeurs et ayans cause et tiltre de marquis et tels estre tenuz, censez et repputés en faict d’armes, assemblées de nobles et ailleurs tant en jugement que dehors à mesme [p. 3] droictz, aucthorités, prerogatives, preheminences dont jouyssent les au[tre]s marquiz de n[ost]re royaulme et tout ainsi que si lesd[icts] droictz estoient cy par le menu speciffiés et declarés et led[ict] marquisat avec lesdictes terres, chastellenies, seigneuries et baronnyes y incorporées tenu de nous à une seulle foy et hommaige à cause de n[ost]re duché de Guyenne et soubz le ressort de n[ost]re court de parlement de Bourd[eaux] et avons permis et permectons à nosd[icts] oncle et tante créer et ériger ung seneschal de robbe courte aud[ict] marquisat et en icelluy establir deux sieges dud[ict] senneschal, l’ung en la ville de Lymoges et l’autre [laissé en blanc] et en ch[ac]un desd[icts] sieges ung leiuten[ant], ung greffier et ung procureur et le nombre de sergent requis ausquelz deux sieges respectivement ressortiront les appella[ti]ons des juges de toutes les terres, seigneuries, chastellenies et baronnues susd[ictes], scavoir est ceulx qui sont plus pres de la ville de Lymoges au siege de Lymoges et ceulx qui sont plus pres de [laissé en blanc] aud[ict] siege de [laissé en blanc], les appella[ti]ons desquelz ressortiront scavoir est celles qui suyvant noz edictz debvoient estre jugez en dernier ressort ez sieges presidiaulx au siege presidial du lieu et les au[tre]s qui sont hors desd[icts] edictz en n[ost]re court de parlement de Bourdeaulx, sans que les senneschaulx des lieulx en puissent cognoistre ce que nous leur avons interdit et deffendu, interdisons et deffendons Si donnons en mandement par ces presentes à nos amés et feaulx les gens de n[ost]re court de parlement de Bourd[eaux] et de noz comptes à Paris, senneschal de Lymosin ou son lieuten[ant] et à tous noz aut[re]s justiciers [p. 4] et officiers ou leurs lieuten[ant]s p[rese]ns et à venir, si comme à eulx appartiendra que de noz p[rese]n[te]s crea[ti]on et erection de marquisat et de tout le contenu en cesd[ictes] p[rese]ntes, ilz facent, souffrent et laissent nosd[icts] oncle et tante et leurs successeurs et ayans cause jouyr et user plainement et paisiblement, sans en ce leur faire mectre ou donner ne souffrir leur estre faict mis ou donné aucun trouble, destourbier ou empeschement, au c[on]traire lesquelz se faictz mis ou donnés leur estoient les facent mectre incontinent et sans delay à plaine et entière delivrance et au premier estat et deu Car tel est n[ostr]e plaisir, nonobstant quelz conques ordonnances et restrictions, mandemens, deffences et l[ett]res à ce contraires, et afin que ce soyt chose ferme et stable à tousjours, nous avons faict mectre n[ostr]e scel à cesd[ictes] p[rese]ntes, sauf en aut[res] choses n[ot]re droit et l’autruy en toutes. Donné à S[ainc]t Germain en Laye, au moys de mars l’an de grace mil vc soixante un[35] et de n[ost]re regne le deuxi[esme].

                      Par le Roy, la Royne

                      sa mère[36] p[rese]nte.

                      De L’Aubespine[37].

 

Dénes Harai (UPPA, ITEM)

[1]. Alfred Leroux, « Géographie historique du Limousin (Creuse – Haute-Vienne – Corrèze) depuis les origines jusqu’à nos jours », Bulletin de la Société Archéologique et Historique du Limousin, 1908, t. LVIII, n°2, p. 357.

[2]. René Fage, « Une ancienne justice : la cour d’appeaux de Ségur », Ibid., t. XXVIII, n°1, 1880, p. 125-127. Cette édition suit la copie contenue dans le volume 246 de la collection Doat (p. 289) conservé à la Bibliothèque nationale de France et l’édition de François Marvaud, Histoire des vicomtes et de la vicomté de Limoges, Paris, Dumoulin, 1873, t. II, p. 212.

[3]. René Fage, art. cit., p. 78.

[4]. Lettre d’Antoine de Bourbon aux consuls de Limoges, contresignée par Fabien Martret, Beaugency, 25 juin 1562, Registres consulaires de la ville de Limoges, publiés sous la direction d’Émile Ruben, Limoges, Chapoulaud Frères, 1869, t. II, p. 240-241.

[5]. Sur les relations de François des Cars (ou d’Escars) avec Antoine de Bourbon et Jeanne d’Albret, voir Michel Cassan, Le temps des guerres de religion. Le cas du Limousin (vers 1530-vers 1630), Paris, Publisud, 1996, p. 198-200.

[6]Ibid., p. 199.

[7]. Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques (ADPA), E 585, n°1. Alphonse de Ruble, Antoine de Bourbon et Jeanne d’Albret, Paris, Adolphe Labitte, 1886, t. IV, p. 428-430.

[8]. Concernant les échanges entre Antoine de Bourbon et Sébastien de L’Aubespine en mars 1562, voir ibid., p. 388-389.

[9]. Contresignées par Jean Alespée. Archives départementales de la Dordogne, 2E 1853 (54). Document présenté et transcrit par Clara Cholet et Jules Dufour : https://acronavarre.hypotheses.org/1655.

[10]. Lettres sur parchemin contresignées par Jean Le Royer, scellées du grand sceau sur double queue de cire rouge, en présence de Pierre de Beauzac, sieur de Beauvoir, conseiller de Jeanne d’Albret, gouverneur du prince de Navarre et surintendant de sa Maison et gentilhomme de la chambre du roi de France. Ce dernier titre est le seul qui est mentionné dans la copie faite par Jean Rignac, notaire à Foix et greffier du domaine de la reine de Navarre au comté de Foix, en 1563. Archives départementales de Tarn-et-Garonne (Montauban), A 315, Regestre authentique du domaine de la Royne de Navarre en son comté de Foix des instrumentz et aultres actes, f°1r°-f°2r°.

[11]. Contresignées par Fabien Martret. Une première traduction du document en français a été publiée par Victor Dubarat et Pierre Haristoy, Études historiques et religieuses du Diocèse de Bayonne comprenant les anciens diocèses de Bayonne, Lescar, Oloron et la partie basque et béarnaise de l’ancien diocèse de Dax, Pau, Vignancour, 1892, n°1, p. 454-456. Une nouvelle édition et une traduction de ce document ont été réalisées par Philippe Chareyre, « Un exemple de tolérance civile en Béarn : La patente sur la liberté de conscience de Jeanne d’Albret, 2 février 1564 », dans Tolérance et solidarités dans les Pays pyrénéens, actes du colloque de Foix de septembre 1998, Foix, 2000, p. 216-232.

[12]. Contresignées par Jean Pelletier. Archives départementales du Lot-et-Garonne, 5 J 500.

[13]. Contresignées par Jean Pelletier. Document conservé aux Archives municipales de Haubourdin (HH 1), publié par Henri-Émile de Sagher (éd.), Recueil de documents relatifs à l’histoire de l’industrie drapière en Flandre, 1920, 2e partie, t. ii, p. 311-313.

[14]. Contresignées par Jean Druilhet. ADPA, B 1747.

[15]. Sur les opérations domaniales limousines, voir Delphine Galaud, La vicomté de Limoges et le comté de Périgord au XVIe siècle, maîtrise sous la direction de Michel Cassan, Université de Limoges, 2001, 183 pages.

[16]. ADPA, E 731. Contresignées par Fabien Martret.

[17]. En 1872-1873, Paul Raymond décrit partiellement la légende du grand sceau dont l’empreinte conservée sous la cote E 731 est assez effacée : « Ioanna Dei Gratia Reg. Navarræ D. Bearniæ […] Albret. Com. Fux. Arm. March […] » (Paul Raymond, « Description des sceaux conservés aux Archives départementales des Basses-Pyrénées », Bulletin de la Société des Sciences, Lettres et Arts de Pau, 2e série, t. II, 1872-1873, p. 155, n°14). En 1888, Paul La Plagne Barris propose la lecture suivante : « Ioanna [R]eg[ina] Navarrae. D […] Alberti Com[itissa] Fvx[is] Arm[aniaci] March[esa] I. Mo. » (Paul La Plagne Barris, Sceaux gascons du Moyen Âge, Société historique de Gascogne, Paris – Auch, Honoré Champion – Cocharaux Frères, 1888, p. 625). La notice d’Henri Patry consacrée aux sceaux de la reine de Navarre (« Sur les sceaux de Jeanne d’Albret », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, t. LXXVII, 1928, n°4, p. 406-407) reprend le relevé de La Plagne Barris dans lequel le dernier titre est « March[esa] I. Mo ». Marchesa est « marquise » et I. Mo., qu’il faut plutôt lire comme L. Mo, renvoie à « L[e]mo[vicensis] », c’est-à-dire « de Limoges ».

[18]. Peyzac-le-Moustier (Dordogne).

[19]. Probablement Marval (Haute-Vienne).

[20]. Ayen (Corrèze).

[21]. Excideuil (Dordogne).

[22]. Ansac-sur-Vienne (Charente).

[23]. Auberoche (Dordogne).

[24]. Nontron (Dordogne).

[25]. Châlucet, commune de Saint-Jean-Ligoure (Haute-Vienne).

[26]. Châlus (Haute-Vienne).

[27]. Courbefy, commune de Bussière-Galand (Haute-Vienne).

[28]. Larche (Corrèze).

[29]. Ségur (Aveyron).

[30]. Masseret (Corrèze).

[31]. Saint-Yrieix-la-Perche (Haute-Vienne).

[32]. Thiviers (Dordogne).

[33]. Aixe-sur-Vienne (Haute-Vienne).

[34]. Il faut comprendre « près de ».

[35]. Il s’agit de 1562 selon le nouveau style.

[36]. Catherine de Médicis.

[37]. Claude II de L’Aubespine (1510-1567), secrétaire d’État du roi de France de 1547 à 1567.


Vous aimerez aussi...