Lettre de créance d’Andrea Gritti, doge de Venise, pour ses ambassadeurs, Sebastiano Giustinian et Lorenzo Bragadin, adressée à Henri II d’Albret, roi de Navarre (juillet 1526)

Dans ce billet, nous évoquerons un aspect très peu connu touchant les relations diplomatiques d’Henri II d’Albret, roi de Navarre, avec les autres princes et républiques de l’Europe de son temps : la mission de deux ambassadeurs de la République de Venise auprès du souverain navarrais en 1526. C’est grâce à une lettre de créance conservée de nos jours aux Archives Départementales des Pyrénées-Atlantiques (E 569/1) que nous connaissons l’existence de cette ambassade, dont l’instigateur fut le doge Andrea Gritti[1]. Il convient ici de préciser que les lettres de créance étaient à l’époque – de la même façon qu’aujourd’hui – des documents assez courts par lesquels un prince ou une haute autorité du gouvernement d’un territoire, accréditait une ou plusieurs personnes pour le représenter comme ambassadeurs devant des rois et /ou des institutions d’autres royaumes, républiques, etc. Comme l’essentiel des échanges devaient se dérouler de façon orale, le contenu des lettres de créance précisait seulement l’identité des ambassadeurs qui les portaient ainsi que leurs pouvoirs comme diplomates[2].

Les lettres de créance que nous mentionnons dans ce billet, furent émises en juillet 1526 par le doge en faveur de deux Vénitiens issus d’anciennes familles aristocratiques : Sebastiano Giustinian[3] et Lorenzo Bragadin[4]. Elles furent adressées, comme nous pouvons lire au verso, au Serenissimo et excelentissimo Domino Henrico Navarre (Henri de Navarre), regi illustrissimo, à qui le doge Andrea Gritti demanda de recevoir en audience ses ambassadeurs.

Même si cette lettre, comme la plupart des lettres de créance ne contient que l’accréditation des ambassadeurs et ne nous donne pas d’information explicite sur le motif pour lequel le doge envoya cette ambassade à la Cour d’Henri II d’Albret, nous pouvons toutefois penser que le thème principal à traiter était étroitement lié à la récente création de la Ligue de Cognac, formée en mai 1526 qui avait pour but d’éliminer l’écrasant pouvoir de Charles-Quint en Italie. Cette ligue était constituée notamment par Venise, Milan, Gênes, le pape Clément VII et le roi François Ier, récemment revenu en France, après sa captivité d’abord en Italie puis en Espagne.

Nous considérons qu’il est fort probable que cette délégation se présenta devant Henri II d’Albret en raison de l’importance politique de ce roi sur l’échiquier complexe de la très mouvante situation politique internationale de l’époque. N’oublions pas l’importance stratégique des deux territoires souverains sous le contrôle des rois de Navarre au nord des Pyrénées, à savoir, la Basse-Navarre (dont tout le territoire fut récupéré définitivement par Henri II d’Albret en 1528), et la seigneurie souveraine de Béarn.

N’oublions pas non plus qu’à l’époque, les principaux territoires italiens regardaient de près les événements de la « guerre de Navarre » comme on l’appelait à l’époque, marquée par l’affrontement entre Henri II d’Albret et Charles-Quint, car comme l’a affirmé l’ambassadeur florentin Francesco Guichardin, l’histoire politique de l’Italie eut pour « dépendance » plus lointaine le conflit armé international initié en Navarre depuis 1512.

Tout cela paraît nous indiquer que les instructions données par Andrea Gritti à ses ambassadeurs, désignés dans le texte sous le nom  d’oratores, devaient avoir pour objectif principal de connaître la capacité d’appui que le souverain de Navarre pouvait apporter à la Ligue de Cognac. Néanmoins, nous ne connaissons pas les instructions précises du doge qui peut-être, pourraient être conservées à l’Archivio di Stato di Venezia.

Pour terminer, nous voudrions insister sur le fait que cette ambassade vénitienne démontre qu’Henri II d’Albret, avant même son mariage avec Marguerite d’Angoulême en janvier 1527, en tant que roi et seigneur souverain de deux domaines à la situation géographique stratégique, joua un rôle important dans le jeu diplomatique complexe de l’Europe de son temps, principalement pour le roi François Ier et l’empereur Charles-Quint, mais aussi pour d’autres États européens importants, comme par exemple la République de Venise.

Notes

[1] Andrea Gritti, né à Bardolino (Vérone) en 1455 et mort à Venise en 1538, fut doge de Venise de 1523 à 1538. Avant de devenir doge, il fut marchand à Constantinople et ambassadeur en Angleterre, France et Espagne, https://web.archive.org/web/20041208014110/http://www.provincia.venezia.it/gritti/en/storia.htm

[2]  Touchant la naissance de la diplomatie « moderne » mise en place par les premiers rois Albret (Jean III d’Albret et Catherine I de Foix, 1483-1517), voir Álvaro ADOT, Embajadores navarros en Europa. Orígenes de la diplomacia moderna navarra, Pamiela, Pamplona, 2012.

[3] Sebastiano Giustinian, né à Venise vers 1459, ambassadeur successivement auprès de l’empereur, en Hongrie, en Pologne, en Angleterre puis en France. http://www.treccani.it/enciclopedia/sebastiano-giustinian_(Dizionario-Biografico)/

[4] Lorenzo Bragadin né en 1474, fils de Francesco di Giacomo y Marina Foscari, et neveu du doge Francesco Foscari, http://www.treccani.it/enciclopedia/lorenzo-bragadin_%28Dizionario-Biografico%29/.

 

TRANSCRIPTION DU TEXTE

Archives Départementales des Pyrénées Atlantiques (ADPA), E 569/1.

Document restauré mais partiellement illisible. Format : Papier. Langue : latin.

Lettre de créance d’Andrea Gritti pour ses ambassadeurs (juillet 1526) – recto, AD Pyrénées-Atlantiques, E 569/1

Recto :

Serenisime et Exce[llentissime domino], comittimus ad Regem christianissimum nobiles et dilectissimos omes nostris Sebastianum Justinianum, Equitem, et Laurentium Bragadenum solennes oratores nostros quibus congresimus(?) ut maiestatem vestram visitent. Nonnulla qui nostro nomine referunt [—][5] igitur maiestati veste verbis eorundem oratorum nostrorum eam fidem habere ac si nos ipsos presentes audiret. Datum In nostro Ducali Palatio Die XVI julii indictione decima quarta. MDXXVI

Andreas Gritti, Dei gratia Dux venetiarum, etc

Lettre de créance d’Andrea Gritti pour ses ambassadeurs (juillet 1526) – verso, AD Pyrénées-Atlantiques, E 569/1

Verso :

Serenissimo et excellentissimo domino, domino Henrico Nauarre, etc. Regi Illustrissimo

 

TRADUCTION DU TEXTE

Recto :

« Sérénissime » et très excellent Seigneur, nous envoyons au Roi très Chrétien[6], nos nobles et très chers hommes Sebastiano Giustinian, chevalier, et Lorenzo Bragadin, nos ambassadeurs solennels à qui nous demandons aussi de rendre visite à vôtre majesté. Quelques soient les sujets dont ils parleront en notre nom, nous demandons à vôtre majesté de croire leurs paroles comme étant les nôtres et de les recevoir en audience. Donné dans nôtre Palais Ducal, le XVI juillet, quatorzième année de l’indiction, 1526.

Andrea Gritti, par la grâce de Dieu, Doge des Vénitiens, etc.

Verso :

 Sérénissime et très excellent Seigneur, Sire Henri de Navarre, etc., roi très illustre

[5] Mot illisible

[6] C’est-à-dire, au roi de France

Álvaro ADOT

Chercheur contractuel à la Casa de Velázquez (Écoles françaises à l’étranger)


Vous aimerez aussi...