Lettre de sauvegarde accordée à Gabriel d’Abzac (Saint-Quentin, 9 décembre 1590)

 

Chantier d’histoire, 2018-2019

 

Lettre de sauvegarde accordée à Gabriel d’Abzac, seigneur de La Douze (Saint-Quentin, 9 décembre 1590)

Archives départementales de la Dordogne, 12 J 16

 

Présentation et transcription par

Pierre Soulier et Quentin Destrade

 

Présentation

Cette lettre de sauvegarde adressée à Gabriel d’Abzac (v. 1526-v. 1594), seigneur de La Douze, en Périgord, de Vertilhac, de la Cropte, de Reilhac, de Vergt et de Peyramont et chevalier de l’ordre de Malte et de l’ordre de Saint-Michel, provient des archives du château de Borie-Petit, situé à Champcevinel, dans le département de la Dordogne.

Étant premier prince du sang, Henri de Bourbon, roi de Navarre, succède à Henri III de Valois sur le trône de France, en août 1589, mais sa légitimité n’est pas admise par la Ligue, soutenue par les Espagnols qui refusent de voir un huguenot monter sur le trône de France. En décembre 1590, date de rédaction de cette lettre, Henri IV est donc engagé dans une guerre de reconquête du royaume de France. Par cette lettre de sauvegarde, le nouveau roi défend à ses troupes de piller les terres du catholique Gabriel d’Abzac qu’il place également – ainsi que sa famille et ses gens – sous sa protection, défendant à ses armées de s’en prendre à eux au risque d’une punition exemplaire. La seigneurie de La Douze deviendra un marquisat en 1615 grâce à la participation de Gabriel d’Abzac à la huitième guerre de Religion (1585-1598) aux côtés du roi de France.

Le contreseing est celui de Louis Potier de Gesvres (†1630) qui est issu d’une famille noble originaire de Paris. Il est fils de Jacques Potier, conseiller aux parlements de Paris et de Bretagne. Après avoir servi Henri III, d’abord comme secrétaire du roi à partir de 1567 puis comme secrétaire du Conseil à partir de 1578, avant de devenir secrétaire d’État à partir de février 1589. Il conserve cette charge après l’avènement d’Henri IV en août 1589, notamment parce qu’il a œuvré au rapprochement du dernier des Valois et du premier des Bourbon au cours de cette même année.

 

Visualisation du document original sur la base du projet AcRoNavarre.

 

Transcription

 

De par le roy

Pour nos lieutenans generaulx gouverneurs de nos provinces, marechaulx de France, colonels cappitaines, chefz et conducteurs de nos gens de guerre tant de cheval que de pied, de quelque langue et nation qu’ilz soient, marechaulx des camp, des logis et fourriers, commis et a commettre à faire les départements de nosdicts gens de guerre, et tous autres qu’il appartiendra, ausquelz ces presentes seront monstrees, salut. Desirant gratiffier nostre amé et feal chevalier de nostre ordre, le sieur de la Douze, nous vous deffendons tres expressement sur tant que craignez nous desobeyr et desplaire, que en ses maisons, terres et seigneurie de la Douze, Vieilleville, Peyremont, Vers, Rilhac et autres aluy appartenant, vous n’ayez à loger ny permettre loger aucuns de nosdicts gens de guerre, ni en icelles prendre fourages, ny enlever aucuns bledz, vins, chairs, foings, avoines, pailles, poulailler, moutons, agneaulx, lardz, chevaulx ne autres choses quelzconques, sinon du gré et consentement dudict sieur de la Douze, ses procureurs et fermiers, ne pareillement attempter a sa personne, famille, receveurs et fermiers. Lesquelz a ceste nous avons prins et mis, prenons et mettons en nostre protection et sauvegarde special, en signe de laquelle nous avons audict sieur de la Douze permis de faire mettre et apposer sur les principales portes de sesdictes maisons, ou tel autres lieu éminent que bon luy semblera, noz panonceaulx, armoiries et bastons royaulx, à ce que aucun n’en pretende cause d’ignorance, et ou aucuns seroyent si temeraires et outrecuydez que de contrevenir à nosdicte présente sauvegarge [sic], nous voulons que par le premier des prevostz de noz trés chers cousins les marechaulx de France, il en soit faict telle et si prompte pugnition qu’elle serve d’exemple à ung chacun. En tesmoing de quoy, nous avons signé la presente de notsre main et à icelle faict apposer le sel de noz armes, car tel est nostre plaisir. Donné à St-Quentin, le neuvieme jour de decembre 1590.

 Par le roy, Henry

Potier


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search