Lettre de commission de Jeanne d’Albret pour Adhémar Mosnier et Fabien Martret (Pau, 14 octobre 1562)

 

Chantier d’histoire, 2018-2019

 

Lettre de commission de Jeanne d’Albret pour Adhémar Mosnier et Fabien Martret (Pau, 14 octobre 1562)

Archives départementales de la Dordogne, 2E 1853 (54)

 

Présentation et transcription par

Clara Cholet et Jules Dufour

 

Présentation

Cette lettre de commission de Jeanne d’Albret, reine de Navarre et comtesse de Périgord, demande à Adhémar Mosnier, seigneur de Planeaux, et à Fabien Martret, seigneur de Béthu, auditeurs de la chambre des comptes de Nérac, d’organiser la présentation des comptes des fermiers et des receveurs des terres de Périgord, compte tenu des troubles de la première guerre de Religion (1562-1563).

Adhémar Mosnier rendit hommage en 1541 à Antoine de Bourbon, roi de Navarre et vicomte de Limoges, pour son fief de Planeaux. Il fut commis par le roi de Navarre à l’inventaire du trésor du château de Montignac. Fabien Martret est originaire du Périgord, il est sieur de Béthu (ou Bétut) (Corrèze) dès 1551. Il est secrétaire (1555-1570), puis secrétaire d’État (1571-1579) de Jeanne d’Albret et d’Henri de Navarre. Auditeur des comptes pour le comté de Périgord et la vicomté de Limoges (1551-1568), il est maître des comptes de la chambre de Nérac à partir de 1564. Par son épouse, il est allié à la famille de Turenne.

 

Visualisation du document original sur la base du projet AcRoNavarre.

 

Transcription

Jehanne par la grace de Dieu, royne de Navarre, dame souveraine de Bearn et de la terre de Donnesan, duchesse de Vendosmois et Beaumont et d’Albret, marquise de Limoges, comtesse de Foix, Armagnac Rodez et Perigort, etc. À noz amez et feaux conseillers et le sieur de Saint-Genies, gouverneur en nosdicts marquisat et comté de Perigort, maistre Adesmar Mosnier sieur de Planeaux, maistre des requestes ordinaire de nostre hostel, et Fabien Martret sieur de Betuc nostre secrétaire auditeur en nostre chambre de compte establye en nostre vile de Nerac salut. Comme à l’occasion des grands troubles qui sont [en divers][1] endroitz du royaume de France au moyen desquelz il est difficile et quasi impossible à toute [personn]es de s’acheminer et aler par pays sans grands dangers d’icelles, nous ayons prolonge et differé l’a[ssignation] de l’ouverture de nostredicte chambre des comptes qui avoient accoustume d’estre suyvant noz ordonnances au quinziesme de ce moi, jusques jusques au premier jour de decembre prochain venant, et que ce pendant noz tresoriers et receveurs comptables en icelles se pourroyent ayder de noz deniers qu’ilz ont en main desquelz nous avons grand besoin pour subvenir à noz urgentz affaires, et pour ces causes nous confians à plain de vous, vous avons commis et depputez, commetons et deputons par ces presentes, et aux deux de vous en l’absence du tiers, pour en attendant l’ouverture de nostredicte chambre des comptes (en laquele toutesfois nous voulons et attendons que touz noz comptables se treuvent et comparoissent pour rendre raison de leurs charges en tirer ainsi qu’ilz ont acoustume) faire sommaire visee du compte de nostre tresorier et receveur desdicts marquisat et comté de Perigort pour l’année finie, à la feste Saint Jehan Baptiste derniere passee, et autres precedantes, afin de scavoir de quelz deniers il nous pourroit estre redevables pour iceulx faire apporter incontinant en seurté dans nostre vile de Nerac, suyvant de qu’il nous en a fait entendre. De ce faire vous avons donné et aux deux de  vous (comme dit est) plain pouvoir auctorité, puissances et mandement spécial par ces presentes, mandant a nostredict tresorier et a tous autres [haut]z justiciers, officiers et subgetz en ce qui concernera l’effect et execution d’icelles, vous o[uïr] et entendre diligemment car tel est nostre plaisir. Donné à Pau le quatorziesme jour d’octobre mil cinq cent soixante deux.

Jehanne

 

Par la royne de Navarre et marquise et contesse de Perigort

Monseigneur l’esveque d’Olloron[2] present

Alespée

 

[1] Lacune dans le document

[2] Claude Régin, évêque d’Oloron en 1562.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search