Compte rendu de la journée d’étude « Montrer le pouvoir »

En lien avec l’exposition Théâtre du pouvoir : le temps du Béarnais (17 octobre 2018 au 14 avril 2019) et le projet ANR AcRoNavarre, cette journée d’étude – dont le programme a été publié sur ce carnet en janvier 2019 – se proposait d’appréhender comment, dans différents contextes, la puissance princière se donne à voir et s’expose dans tous les sens du terme entre la fin du XVe siècle et le début du XVIIe siècle, période d’affirmation du pouvoir princier glorifié par les artistes, dans le contexte de très fortes tensions civiles et religieuses.

Ouverture et introduction de la journée d’étude par Paul Mironneau et Philippe Chareyre

La journée a été ouverte par Paul Mironneau, directeur du Musée national et domaine du château de Pau, et introduite par Philippe Chareyre, professeur d’histoire moderne à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA), membre de l’EA3002 ITEM, et directeur du projet ANR AcRoNavarre.

Communication de Philippe Chareyre sur les entrées royales à Nîmes à la Renaissance

Après l’introduction de la journée, Philippe Chareyre (UPPA, ITEM) a présenté une communication qui analysait et comparait l’entrée de François Ier (1533) et celle de Charles IX (1564) à Nîmes, dans deux contextes différents. La première entrée est celle d’un roi approchant la ville depuis l’Est et franchissant une porte de l’enceinte d’origine romaine, tel un nouvel Auguste. À l’occasion de l’entrée, la ville a érigé une colonne portant une salamandre sculptée, emblème du souverain. L’évocation du cadeau d’orfèvrerie donné à François Ier en 1535 permet d’inscrire l’entrée dans une histoire plus longue, dépassant le cadre de l’évènement, entre le pouvoir central et le pouvoir urbain. Comportant la figure d’un crocodile et d’un palmier s’enracinant dans l’antiquité romaine, le cadeau accompagne la transformation des armoiries de la ville en cette même année 1535 car le crocodile et le palmier remplacent le taureau d’or passant à dextre qui figurait dans les armoiries de Nîmes jusque-là. La présence du crocodile et celle de la colonne à la salamandre représente l’alliance symbolique de la ville et du souverain. L’entrée solaire de 1533 dont le spectacle éphémère s’est prolongé dans un dialogue durable avec le roi dans la première moitié du xvie siècle contraste avec l’entrée plus sobre et moins joyeuse de Charles IX, en 1564, au lendemain de la première guerre de Religion, le budget des festivités ayant été moindre et les cadeaux moins nombreux.

Communication d’Álvaro Adot sur les funérailles d’Henri II d’Albret

La communication d’Álvaro Adot a évoqué les funérailles d’Henri II d’Albret, roi de Navarre et seigneur souverain de Béarn. Grâce à une copie ancienne conservée de nos jours à la BnF, nous avons la chance de connaître le protocole de la pompe funèbre. Ce document contient non seulement l’organisation du convoi funéraire mais aussi celle de la messe et de la cérémonie de l’enterrement du souverain à la cathédrale de Lescar. Cette communication est le résultat de l’étude de l’organisation complexe du convoi funéraire qui a fait le trajet entre le château de Pau et la cathédrale de Lescar, un événement conçu pour glorifier la mémoire du défunt et qui s’inscrit dans le contexte politique de l’affirmation du pouvoir princier de l’époque.

Communication de Dénes Harai sur les lettres de sauvegarde d’Henri de Navarre

À travers une dizaine de lettres de sauvegarde conservées dans plusieurs archives départementales, Dénes Harai (UPPA, ITEM) s’est intéressé à l’affichage du pouvoir d’Henri de Navarre au royaume de France entre 1576 et 1589. Il s’agit d’un affichage au sens propre et figuré du terme car les lettres – que le souverain de Navarre donnait comme gouverneur et lieutenant général d’Henri III en Guyenne – autorisaient les bénéficiaires dénommés dans les lettres à afficher non seulement les panonceaux des armes du roi de France et/ou ceux du roi de Navarre, mais aussi les lettres ou leur vidimus afin de proclamer la nature et les limites de la protection que le roi et son représentant accordaient aux biens et revenus des bénéficiaires pendant les guerres de Religion. Les recherches à venir dans le cadre du projet AcRoNavarre devront permettre d’enrichir l’échantillon des lettres de sauvegardes données par Henri de Navarre et de mieux comprendre l’usage de ce type de document qui protégeait les bénéficiaires contre les exactions des soldats obéissant au roi de Navarre, mais qui pouvait aussi attirer le danger, surtout après 1584, à cause du caractère hautement clivant de l’héritier présomptif de la couronne de France.

Dans sa communication La monnaie du pouvoir souverain chez les Habsbourg d’Espagne au XVIIe siècle : enjeux politiques d’une monarchie en crise, Olivier Caporossi (UPPA, ITEM) a abordé les manifestations du pouvoir à travers la puissance impériale que lui conférait le réal d’argent, à une époque où, dans les possessions espagnoles, la monnaie d’argent mettait fin à la « domination » de la monnaie d’or et où la monnaie de billon (cuivre argenté), de valeur bien moindre, devint de plus en plus présente, malgré l’engagement pris, en 1607, par Philippe III (1598-1621) de ne plus utiliser cette dernière. Or, cette promesse royale restait lettre morte, ce qui nuisait gravement à la crédibilité de la parole du roi et, par conséquent, à son autorité qui, selon le juge Juan de Quiñones (1620), faisait la valeur de la monnaie. Cette situation gênante pour la monarchie explique que Philippe III interdît de discuter publiquement de la politique monétaire, celle-ci ayant été considérée comme relevant du secret du roi. La communication a notamment mis en lumière la perception négative de cette législation qui, en brisant le lien entre la valeur de la monnaie et la parole du roi, révèle la part politique d’une décadence économique. Sous le règne de Philippe IV (1621-1665), le mécontentement intérieur persiste et aboutit à des soupçons de tyrannie d’exercice contre le roi et ses ministres, ce qui fut à l’origine, par exemple, du refus des auditeurs de la Chancellerie de Grenade d’appliquer la législation monétaire en 1637.

L’après-midi de la journée était consacré à la manière dont le pouvoir, à la cour des Valois et des Albret-Bourbon, investissait et utilisait les arts à la Renaissance. Delphine Trébosc (UPPA-ITEM) est intervenue sur la représentation du pouvoir sous les Valois au prisme des collections d’antiques. Dans l’Europe du XVIe siècle, l’héritage de la dignité impériale romaine constitue l’un des fondements du pouvoir : la translatio imperii assoit l’autorité des souverains. L’ostension d’une collection d’antiques fut un moyen très efficace de proclamer cet héritage. Les Valois eurent une conscience aigüe de la valeur de cette pratique. Si les règnes de François Ier et d’Henri II furent marqués par l’ampleur des campagnes d’acquisitions d’antiques, c’est Catherine de Médicis, régente puis reine mère, qui semble à l’origine d’une mise en exposition concertée, dont elle confia la direction à Primatice. L’intervention de Delphine Trébosc a fait le point sur leur action dans ce domaine, qui porta en particulier sur l’exposition de la statuaire antique dans les espaces extérieurs du château de Fontainebleau.

Claude Mengès (Musée national et domaine du château de Pau) évoquait, à son tour, les arts précieux à la cour de Navarre au XVIe siècle, en s’intéressant à l’expression du goût artistique de la dynastie Albret-Bourbon. Plusieurs œuvres présentées lors de l’exposition Trésors princiers – Richesses de la cour de Navarre au XVIe siècle (Château de Pau, 7 avril-9 juillet 2017) ont été commentées et replacées dans leur contextes historique et culturel.

La communication de Paul Mironneau (Musée national et domaine du château de Pau) sur le Triomphe d’Henri IV a clos les travaux de la journée d’étude. Conservé au Musée des Beaux-Arts d’Orléans, ce tableau a probablement été peint au cours de la première décennie du XVIIe siècle, sur un portrait de Catherine de Bourbon. La communication a mis en valeur les recherches de ces dernières décennies qui ont permis d’avoir une meilleure compréhension de l’histoire du tableau, longtemps attribué à Claude Deruet (1588?-1660), et de sa charge symbolique forte au moment de la reconstruction du royaume de France après les guerres de Religion.

Visite commentée de l’exposition « Théâtre du pouvoir » par Paul Mironneau

Les intervenants et le public de la journée d’étude ont ensuite été conviés par Paul Mironneau à la visite guidée de l’exposition Théâtre du pouvoir : le temps du Béarnais.

Dénes Harai (UPPA, ITEM)


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search